The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Presse] Interview pour Epoca Magazine (Brésil) - 08.03.2010

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: [Presse] Interview pour Epoca Magazine (Brésil) - 08.03.2010   Mar 9 Mar - 10:33



Traduction en anglais

He managed to displace the "God" in the expression "Oh my God". It's Robert Pattinson, the vampire Edward from the saga Twilight. Now, the fans of the actor scream "Oh my Edward" (OME!). To interview him is like having a birthday party; from taps on the back to smal bribes, that go from eternal gratitude, vanilla cupcakes (from fans trying to get seats for the screening of his new movie), to a 200 dollar bribe, offered (and not accepted) by a tabloid reporter who was at the door of the hotel, hunting for information on the british actor. In his super protected suite, Pattinson shows himself as a normal, sensible, eloquent and greasy haired guy. In Remember Me, he suffers a lot in the role of a College student, depressed by the suicide of his brother, who gets involved in a troubled romance. By the end of his interview with Época, the actor celebrates the fact that he bought, through Kindle, a complete colection of the works of Dostoiévsky. OME!

Tyler, your character in Remember Me marks a breakout of your teen idol phase. Why did you choose to take this role?

After I did Twilight, I got a lot of worthless romantic scripts. Remember Me was the only one that didn't fit into a especific genre. It's a romance, a drama, a love declaration to New York. One thing that I can't stand about most young male characters in movies these days is that it seems like they were born yesterday. They don't have any sort of history, no personality formed. Everything they learned in life is showed in the two hours of the movie. Tyler is different, you know he's a guy with emotional bagage, he goes through an existential crisis after his brother's suicide and rebels with his rich dad's Wall Street money.

Did you go through an existential crisis when you were a teenager?

When I was a teenager, I though everything I was feeling and all of my questionings were a fantasy. When I turned 20 I realized that I wasn't making anything up. I had really gone through all that. It gave me great relief cause I could accept the fact that I was part of the world, that I wasn't some strange, alien being that didn't connect with anything.

Did you go through a phase of writing poetry? Rebeling?

I was never a teenage rebel, and I never wrote poetry cause I think it's too common-place. I wrote music, and later on, started acting. One of the greatest things about being an actor is that it works as an outlet to a lot of other things. It's the only job in which you have an excuse to think about how would you feel in certain situations. From the moment you start dedicating a big part of your time thinking about other personalities, you end up getting rid of a sense of fatigue that may bring resentment.

Was it hard choosing between a music career and being an actor?

I still write music. After Harry Potter I started taking supporting roles in movies just for the money. Then came Twilight and everything changed. Suddenlly I had the responsability to choose jobs, some influence in the pre-production and in the script's development. Everything gets better, cause you're investing your time in something productive. One bad thing about being an actor, though, is that you have little control over what you do. The most you can do, most of the time, is say Yes or No.

You admire political speech writers. Is that a profession you'd like to have if you hadn't decided to become an actor?

One of the most interesting things to me, about political speeches, is that most people who write them don't have any political affiliations with the candidate. You have an incredible power in your hands without the weight of responsibility. You can be nonchalant about who wins. I've read an interesting book called Alpha Dog, about a group of advertising executives who became political advisers and created a billion dollar Industry that reorganizes the way the elections are handled. And they changed the look of politics. The candidate is just a face to them. It's all a publicity machine.

In an interview to Details magazine, you said you love to read about tropical diseases and mentions the amazon fish candiru.

(laughs)The young script writer that helped me revise the Remember Me script it's also fascinated by obscure diseases. So we started exchanging e-mails with imagines of those, which, let's be honest, it's a horrible thing. Out of all of them, nothing can be worse than a parasite fish that goes through your urethra and feeds off your blood. (laughs)

With all of the sucess of Twilight, you had to learn how to deal with fame. How is this process?

When you have a goal in life, everything gets easier. If this sudden fame had happened to me and I didn't have anywhere to go, emotionally, maybe I would've gone a little crazy. But as soon as I did the first Twilight movie, I knew that I'd had more jobs. I'm obsessed with movies and I wanna make good ones. If I had kept myself too present in the colective hysteria created by the movie, I would've become hysterical too. That's dangerous. At first, I looked at the masses like they were a wall from where it arouse a deafening sound. Everyone looked the same. Now I look at the masses in an individual way, I can make up people's faces, which is less scary.

It must be a brutal experience to have a legion of fans.

It's intimidating, yes. What I really don't like it's the amount of gadgets with cameras on them. I try to attend to fans that ask for a photo, I try to please all of them when I go out to dinner, for example. What drives me mad is when I noticed, from my peripheral vision, that someone is trying to take my picture without my permission. I feel like I'm being treated like an animal. The Paparazzi moves a million dollar Industry, and I don't wanna be a product of that. When that happens, I get up, go to the person and try to embarrass them. (laughs)

What kind of music do you listen to?

I love jazz, the saxophonist Coleman Hawkins is my favorite. I bought a CD from the group Bossa Nova Bossa. And I just bought a brazilian instrument. It's incredible.

Which One?

It's a "viola caipira" (some sort of tipical guitar), I payed 50 pounds for it. I have an obsession with buying obscure musical instruments. And I was fascinated with the design of this guitar, the thick neck, the ten strings. The sound is mighty powerful.

Scans: Foforks
Translation: Debcupti @ Pattinsonlife
via robert pattinson life
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Presse] Interview pour Epoca Magazine (Brésil) - 08.03.2010   Mar 9 Mar - 18:41

Traduction

Il a réussi à transformer l’expression ‘’Dieu’’ en ‘’Oh mon Dieu". C'est Robert Pattinson, le vampire Edward de la saga Twilight. Maintenant, les fans de l'acteur crient "Oh mon Edward" (OME!). L’interviewer, c'est comme aller à une fête d'anniversaire. Du danseur de claquettes au fond du jardin aux petites corruptions, des gâteaux à la vanille (des fans qui tentent d'obtenir des places pour la projection de son film) à un pot de vin de 200 dollars offert (mais refusé) par un journaliste pour tabloïd qui était à la porte de l'hôtel à la recherche d’informations sur l'acteur britannique. A l’abri d’une suite dans un hôtel, Pattinson ressemble à type normal, sensible, éloquent et ayant les cheveux gras. Dans Remember Me, il souffre beaucoup dans le rôle d'un étudiant à l’université, déprimé par le suicide de son frère, qui s'implique dans une romance difficile. À la fin de son interview avec Época, le célèbre acteur était content de dire qu'il avait acheté, par l'intermédiaire de Kindle (nota : lecteur de livre électronique d’Amazon), une collection complète des œuvres de Dostoïevski. OME!

Tyler, votre personnage dans Remember Me, est une sorte de rupture par rapport à votre phase d'idole des jeunes. Pourquoi avoir choisi de tenir ce rôle ?

Après Twilight, j'ai reçu beaucoup de scripts romantiques sans valeur. Remember Me était le seul qui ne rentrait pas dans un genre spécifique. C'est une histoire d’amour, un drame, une déclaration d'amour à New York. Une chose que je ne peux pas supporter dans la plupart des rôles de jeunes hommes dans les films de nos jours, c'est qu'il semble qu'ils sont nés hier. Ils n'ont aucune espèce d'histoire, pas de personnalité formée. Tout ce qu'ils ont appris dans la vie est montré dans les deux heures du film. Tyler est différent, on sait que c'est un type avec un bagage affectif, il traverse une crise existentielle après le suicide de son frère et se rebelle contre son riche de père.

Etes-vous passé par une crise existentielle quand vous étiez adolescent ?

Quand j'étais adolescent, je croyais à tout ce que je ressentais et toutes mes interrogations étaient un fantasme. Quand j'ai eu 20 ans, j'ai réalisé que je n’avais rien inventé. J’avais vraiment vécu tout cela. Cela m'a provoqué un grand soulagement car je pouvais accepter le fait que je faisais partie du monde, que je n'étais pas quelqu’un d’étrange, une sorte d’alien qui n’était connecté avec rien du tout.

Etes-vous passé par une phase où vous écriviez de la poésie ? Par la rébellion ?

Je n'ai jamais été un adolescent rebelle et je n'ai jamais écrit de poésie parce que je crois que c’est quelque chose de commun. J'ai écrit de la musique, et plus tard, j’ai commencé à exercer le métier d’acteur. L'une des choses les plus géniales quand on est acteur, c'est que cela peut être un exutoire à beaucoup d'autres choses. C'est le seul métier pour lequel vous avez une excuse pour votre façon d’être dans certaines situations. A partir du moment où vous commencez à consacrer une bonne partie de votre temps à penser à d'autres personnalités, on finit par se débarrasser du sentiment de lassitude que l’ont peut avoir quand on a du ressentiment.

Etait-ce difficile de choisir entre une carrière dans la musique et être acteur ?

J'écris toujours de la musique. Après Harry Potter, j'ai commencé à prendre des seconds rôles dans des films uniquement pour l'argent. Puis Twilight est arrivé et tout a changé. Soudainement, j'ai eu la responsabilité de choisir mes rôles, une certaine influence dans la pré-production et dans le développement du script. Tout va mieux quand vous investissez votre temps dans quelque chose de productif. La mauvaise chose quand on est un acteur, cependant, c'est que vous avez peu de contrôle sur ce que vous faites. Le maximum que vous pouvez faire, la plupart du temps, c'est de dire Oui ou Non

Vous admirez les rédacteurs de discours politiques. Est-ce un métier que vous auriez aimé faire si vous n'aviez pas décidé de devenir un acteur ?


L'une des choses les plus intéressantes pour moi, dans les discours politiques, c'est que la plupart des gens qui les écrivent n'ont aucune affiliation politique avec le candidat. Vous disposez d'une puissance incroyable dans vos mains, sans le poids de la responsabilité. Vous pouvez être désinvolte vis-à-vis du fait de savoir qui gagne. J'ai lu un livre intéressant, appelé Alpha Dog, sur un groupe de directeurs de publicité qui sont devenus des conseillers politiques et qui ont créé une entreprise d'un milliard de dollars qui réorganise la façon dont les élections se déroulent. Et ils ont changé l'aspect de la politique. Le candidat est juste un visage à leur disposition. Tout est une machine publicitaire.

Dans une interview au magazine Details, vous avez dit que vous aimiez lire sur les maladies tropicales et vous avez mentionné les candirus (nota : également appelé poisson vampire du Brésil vivant dans l’Amazone).

(rires) Le jeune scénariste qui m’a aidé à réviser le script de Remember Me est aussi fasciné par les maladies bizarres. Alors nous avons commencé à échanger des e-mails en imaginant des trucs à leur sujet, alors que, soyons honnêtes, ce sont des choses horribles. Rien ne peut être pire qu'un poisson parasite qui passe par l'urètre et se nourrit de votre sang. (rires)

Avec le succès de Twilight, vous avez dû apprendre à composer avec la gloire. Comment ça se passe ?

Quand vous avez un but dans la vie, tout devient plus facile. Si cette gloire soudaine m'était arrivée et je n'avais eu nulle part où aller, émotionnellement, peut-être que je serais devenu un peu fou. Mais dès que j'ai fait le premier film Twilight, j’ai su que j'avais plus de rôle. Je suis obsédé par les films et je veux faire les bons. Si j’étais resté dans l'hystérie collective créée par le film, je serais devenu hystérique également. C'est dangereux. Au début, je regardais la foule comme si elle était un mur d'où surgissait un bruit assourdissant. Tout le monde me semblait pareil. Maintenant je regarde la foule d'une manière individuelle, je peux distinguer les visages des gens, ce qui est moins effrayant.

Ce doit être une expérience brutale d'avoir une légion de fans.

C’est intimidant, oui. Ce que je n'aime vraiment pas c’est quand ils ont leurs appareils photos avec quantité de gadgets sur eux. J'essaie d’être à leur écoute quand ils me demandent une photo, j'essaie de faire plaisir à chacun d’entre eux quand je vais au restaurant, par exemple. Ce qui m’exaspère c'est quand je remarque, dans mon champ de vision, quelqu'un qui essaie de prendre une photo sans me demander. J’ai l’impression d’être traité comme un animal. L’industrie des paparazzis génère des millions de dollars et je ne veux pas être un de leurs produits. Lorsque cela arrive, je me lève, je vais vers les personnes et j’essaye de les mettre mal à l’aise. (rires)

Quel genre de musique écoutez-vous ?

J'aime le jazz, le saxophoniste Coleman Hawkins est mon préféré. J'ai acheté un CD d’un groupe de Bossa Nova Bossa. Et je viens d'acheter un instrument brésilien. C'est incroyable.

Lequel ?

C'est une "Viola caipira" (une sorte de guitare typique), je l’ai acheté 50 livres. C’est une obsession chez moi l’achat d’instruments de musique insolites. Et j'ai été fasciné par la conception de cette guitare, un long manche large, les dix cordes. Le son est vachement puissant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
nicolisandra
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 9405
Date d'inscription : 16/03/2009
Age : 44
Localisation : ici et ailleurs

MessageSujet: Re: [Presse] Interview pour Epoca Magazine (Brésil) - 08.03.2010   Mar 9 Mar - 18:51

Valeriane.
J'aime bien cette interview...et bien evidemment ses reponses

_________________
Revenir en haut Aller en bas
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Presse] Interview pour Epoca Magazine (Brésil) - 08.03.2010   Mar 9 Mar - 18:59

le délire sur le poisson qui remonte l'urètre faut le faire quand même lol! et dire qu'il a dit qu'il arrêtait de raconter n'importe quoi dans les interviews

sinon pour le reste j'aime beaucoup l'approche qu'il a du monde de la politique qui est devenu du pur marketing, ses doutes d'ados...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
nicolisandra
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 9405
Date d'inscription : 16/03/2009
Age : 44
Localisation : ici et ailleurs

MessageSujet: Re: [Presse] Interview pour Epoca Magazine (Brésil) - 08.03.2010   Mar 9 Mar - 19:14

Le coup du poisson ça m'a pas perturbée plus que ça j'en avais déjà entendu parlé Laughing
Je le verrais bien écrire des discours...il a une façon de penser et d'exprimer ses idées très euh comment dire attractive...ça me donnerait presque envie de m'interesser à la politique Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Presse] Interview pour Epoca Magazine (Brésil) - 08.03.2010   Mar 9 Mar - 19:19

Ah cette ITW est intéressante , pas comme celle que je viens de traduire lol! 7


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse] Interview pour Epoca Magazine (Brésil) - 08.03.2010   Mar 9 Mar - 20:54

Merci beaucoup pour la traduction !!! Plutôt sympa comme interview Smile


Valeriane a écrit:
le délire sur le poisson qui remonte l'urètre faut le faire quand même lol!

Y'a que lui pour parler de ce genre de truc en interview

Citation :
et dire qu'il a dit qu'il arrêtait de raconter n'importe quoi dans les interviews

il y arrivera jamais loool, c'est plus fort que lui !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Presse] Interview pour Epoca Magazine (Brésil) - 08.03.2010   Mar 9 Mar - 20:56

Mais de toute façon , on ne veut pas qu'il arrête de dire des bêtises lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Presse] Interview pour Epoca Magazine (Brésil) - 08.03.2010   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Presse] Interview pour Epoca Magazine (Brésil) - 08.03.2010
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2010 :: Mars 2010-
Sauter vers: