The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Web] Interview pour Movies Online

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: [Web] Interview pour Movies Online   Sam 13 Mar - 11:09

In his new film, the romantic drama “Remember Me,” Robert Pattinson plays Tyler, a rebellious young man in New York City who has had a strained relationship with his father (Pierce Brosnan) ever since tragedy separated their family.

Tyler didn’t think anyone could possibly understand what he was going through until the day he met Ally (Emilie de Ravin) through an unusual twist of fate. Love was the last thing on his mind, but as her spirit unexpectedly heals and inspires him, he begins to fall for her. Through their love, he begins to find happiness and meaning in his life. But soon, hidden secrets are revealed, and the circumstances that brought them together slowly threaten to tear them apart.

“Remember Me” is an unforgettable story about the power of love, the strength of family, and the importance of living passionately and treasuring every day of one’s life. The film also stars Academy Award winner Chris Cooper (“Adaptation”) and Academy Award nominee Lena Olin (“Chocolat”).

Robert Pattinson talked about his role as executive producer on “Remember Me,” what it was like working with Pierce Brosnan, and his upcoming film “Bel Ami” which he is currently shooting in England. Here’s what he had to say:

Q: What was it like to be an executive producer on this?

RP: I’m glad Nick’s (Nick Osborne) not in the room anywhere. I mean, I can’t really claim to be a proper producer. I only really came on towards the end of the movie. I was always completely on the same page with Allen (Coulter) and Nick about how they wanted to make it, and then I just wanted to make sure, as much as I could help, to protect the process. I consulted and I talked to them and stuff but I don’t want to claim any kind of creative input.

Q: Is that something you’re looking to do to control your career down the line?

RP: Yes. I was never there. Allen and Nick were there right at the nexus along with Will (Fetters) and they really championed the whole script the whole time. But yeah, I’d love to do it. I’d love to be involved in the whole process. Inevitably things become out of your hands so that the more input you can have when you can have input, the better.

Q: Did you learn a lot on this by coming in later on?

RP: Definitely, yeah. Also, at the beginning, when we were doing the rewrites of the script, it’s so nice being able to talk to everyone involved. You just don’t get that. Never. So, it was really great.

Q: This is a story about love and loss. Have you ever felt confused or lost in what you want to do in life and your career? Have you ever lost anyone dear to you or a pet?

RP: [Laughs] Yeah, I mean, to an extent. It’s terrible. I keep talking about my dog all the time. It’s an incredible dog, which I said in this interview the other day, like the dog was the most important part of my life. My family went crazy with me for saying that. But, however ridiculous it may seem to some people, it was one of the defining moments of my life. It was the worst day of my life. I mean, the dog died. I’ve lost a lot of family members as well. Strangely, that’s one of the things. At the same time, I’m talking to people, you know, when they’re talking about acting, they’re like “Picture your dog dying if you want to cry.” I would never do that. It cheapens the memory so much. [Laughs] I don’t know if that really answers the question.

Q: Did you always know what you wanted to do?

RP: No, not really. I still don’t. You try to make every little thing, you try to add something to it. I don’t know. I try to do film projects, I try to choose things which I think I can give something more to or help to elevate it to something.

Q: Allen mentioned that you had to act when you’re surrounded by fans. How do you concentrate and focus on your performance?

RP: It is really just like blanking out. At the beginning, I was having loads of problems with it because it was really crazy when we were filming around Washington Square Park. It was just complete mayhem. There was this moment when one of the security guys saw me getting more and more angry with these paparazzi guys and he just said, “Okay, imagine going over and trying to hit someone and missing in front of 40 cameras,” and that was enough to break my whole thing. It didn’t really bother me afterwards. It’s weird. It’s strange. I did a film where I hardly knew anyone on the crew or anything, because I couldn’t get out of my trailer when we were shooting, especially for the first month. I mean, I didn’t know any of them. It was really odd. But, at the same time, it’s quite a good lesson in life – discipline — because you literally have to do it. At the end of the day, you can’t just say “I’m not doing it until these people go away.” It was way more intense than any of the Twilight films. There’s never even that many people who turn up for that. It was definitely an experience.

Q: Do you think it impacts the performance though? Does it distract you enough to actually detract from your performance?

RP: It makes you a little more self conscious. Yeah, I think there are some bits. If you wanted to really, you know, you can’t experiment with things. In the rehearsal period, you’ve got these people videoing it and so you can’t do silly things to get yourself comfortable. So, it did in a way. I’m doing a thing now where there’s no one around and I feel a million times more comfortable, so it must have had some effect. But, at the same time, there are certain qualities about Tyler, like being a little bit clenched and hiding and suppressing a lot of his emotions, so maybe it helped.

Q: What are you doing now where no one’s around? Are you shooting in Siberia?

RP: [Laughs] It’s in England for one thing which is very different to the States. The hysteria around the Twilight stuff, I mean, it’s growing a little bit, but it’s completely different. But, it’s a period thing so we’re in all these stately homes in the middle of nowhere and people just can’t find the places. Half the crew can’t find the places.

Q: What is the title?

RP: It’s called “Bel Ami.”

Q: How is it playing an American and adopting an American accent and behaviors?

RP: It is really odd how that’s happened. But then again, in the last 5 years, in L.A. you see every single actor who’s going to auditions and stuff, everybody’s Australian or English or something, everyone. I mean, in the last 5 years, I used to be like that. I mean, a guy from England, and you could really use it to your advantage as well. You can’t use it anymore. It’s more of an advantage being an American. [Laughs] But yeah, it’s odd. I grew up watching tons of American films. That’s kind of why I wanted to be an actor from watching Americans. No one’s really influenced me as much, who’s English or from some part of Britain, as American actors [have]. In other words, I feel more comfortable speaking an American accent in films. I think it feels more of a film to me. I feel like I’m kind of pretending when I’m using my own accent.

Q: What was it like working with Pierce Brosnan? You had to keep that tension on the screen. Did that bleed over?

RP: Yeah, I mean, no, we weren’t…there was no tension at all. He’s like the nicest guy. He’s really nice. I had no idea what to expect from him at all. He’s incredibly hard working. There’s not a hint of pretense or anything about him. And also, if I wanted to go rehearse or I wanted to talk about something with Allen, he’d always be willing to come across. He’d cancel things to go and talk about it. Considering we didn’t have that many scenes together as well, he would always come and I’d want to talk about it all the time. So yeah, he was great in that respect.

Q: Did he give you any advice on how to handle being a celebrity?

RP: He did one thing the first night I went out to dinner with him, just before we started shooting. We were in this place. It was an old-fashioned type of French restaurant with all these banker-looking guys. They didn’t recognize me but they recognized him obviously. He’s probably their idol in a lot of ways. He noticed these people looking over and I’m sitting there and getting more and more self-conscious. I need to leave. You know, I didn’t even realize they weren’t looking at me. And he goes up to them and introduces himself to everybody in the restaurant. At first, I was saying “What are you doing? You’re completely insane.” But it worked so well and he talked to them for a minute, and people do not look around afterwards and you can tell they’re going to go home and say “That was such a nice guy.” And there’s nothing weird about it, being in the restaurant with him afterwards. You’re no longer a kind of freak. But he’s got phenomenal confidence and so he can do that type of stuff. If I went up, it would look like I was trying to start a fire or something. [Laughs] “Hey, how ya doin’, huh?” I mean, it would look really stupid.

Q: Do you ask advice from people who have been where you are now? Are there tricks for dealing with all of this?

RP: I think it’s all really simple. From what I’ve seen, you look at how people are judged in the public arena. I think the majority of people who get beaten by it are just the people who are seen all the time, and so the less you’re seen, then you’re alright. As long as you keep attempting to make quality films, then eventually your name stands for something other than just meaningless celebrity. It’s a kind of difficult battle. You’ve got to make the work mean more than your celebrity. I think people like Johnny Depp have done that. He’s not judged at all for his public image. It’s just his work that’s judged. It’s a really, really difficult thing. It’s a lot of discipline and a lot of hiding which you have to get used to.

Q: I liked the relationship between your character and his little sister. How did you develop such a nice chemistry?

RP: I don’t know. She was just really cool. I always liked the idea of having a younger sibling. My family tricked me about 5 years ago that my mom was pregnant and I didn’t realize it was April Fools’ Day. They spent the entire day saying I was going to have a little brother, which I told all my friends it was the best day of my entire life. [Laughs] I carried on for 3 days believing it. It’s weird because now, after working with Ruby (Jerins), I liked it a lot. Whenever I see a part now, like a younger brother or I’m looking at parts where I’ve got a kid, I just love the idea of it. I’m getting like broody. [Laughs] It’s weird. It’s so bizarre. She was great to work with. She’s an amazing actress and a really interesting girl. She was really fantastic.

Q: This took place around September 11th, 2001. Do you remember what you were doing then?

RP: Yeah, I was still at school. I was doing my mock exams and my teacher came in and said “You need to stop doing what you’re doing and everyone needs to go watch.” And the whole school was brought down to watch the television. They were saying your entire generation’s lives are going to be completely different from this point on. And I guess it has been as well and I think will be for maybe the generation after us as well. I mean, it ended up being a massive event in my life.

Q: Was bicycling in Manhattan a fun experience?

RP: Yeah. It was fun. That bike broke every single time I was riding it so I have no idea. It was sort of cheap and I hadn’t ridden a bike for like 5 years before that as well, so I couldn’t really remember how to do it. That was the other thing as well about shooting. That was the one scene where they didn’t have any crowds around. It’s funny. I realize there are ways to sneakily start filming when no one can be around and I wished we’d figured that out in the beginning, because we’d done all the permits and false names and all these things which I shouldn’t probably say. But yeah, it was fun doing it.

Q: What was your favorite scene in this film?

RP: I think the scene where I confront Caroline’s Billy. That was the most fun to do. I mean, a lot of the scenes with Caroline. I really liked working with her, mainly because you don’t have to do anything. You could just look at her. It’s one of the only times I haven’t been self-conscious at all when I’ve been filming. It’s just so easy to do things with her. Whatever she did, I could completely go off of that. She was always leading the scene, so yeah, probably the scenes with her.

Q: Are you looking forward to pursuing music more?

RP: Yeah, I want to do it at the end of the year. All my friends are recording albums now so I’m very annoyed about it. But I can’t do the two things at the same time. I don’t know how people do it. All these people like Jennifer Lopez and they do everything all at once. My mind is in a completely differently place. I don’t even listen to music when I’m working.

Q: Do you have a company or are you thinking of establishing a company because it seems like you can do whatever movie you want?

RP: I want to. Yeah. I want to start a thing which encompasses music and writing as well. But, it’s just time. I don’t think I’ve established myself enough in film and definitely not in music. I haven’t done anything in music. I think you need to have a lot of good will towards you to be able to get one really going. You look at George Clooney’s company. They make great movies which wouldn’t be made otherwise. And Leonardo DiCaprio’s company as well. He’s got great people working there. They all have really good taste and they’ve made a lot of people a lot of money. I think it takes time. I want everything all at once and it’s difficult to think like that, so I’m trying to slow down a little bit.

Q: Are you filming your new movie right now?

RP: Yeah, I’ve done two weeks and I go back on Thursday. That’s why I’m kind of spaced out. [Laughs]

moviesonline.ca via spunk-ransom.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Web] Interview pour Movies Online   Sam 13 Mar - 15:08

Dans son nouveau film, le drame romantique "Remember Me", Robert Pattinson joue Tyler, un jeune homme rebelle à New York qui a des relations tendues avec son père (Pierce Brosnan) depuis que la tragédie a divisé leur famille.

Tyler pense que personne ne peut comprendre ce qu'il traverse jusqu'au jour où, par un concours de circonstances, il rencontre Ally (Emilie de Ravin). L'amour était la dernière chose à laquelle il pensait, mais cet amour panse ses blessures. Il commence à retrouver le goût du bonheur et un sens à sa vie. Mais bientôt, les secrets sont révélés et les circonstances qui les a rapprochées menacent de les déchirer.

"Remember Me" est une histoire inoubliable sur la puissance de l'amour, la force de la famille, l'importance de vivre avec passion et faire de chaque jour de sa vie un trésor. Le film met également en vedette Chris Cooper ("Adaptation") et Lena Olin ("Chocolat").

Robert Pattinson a parlé de son rôle en tant que producteur exécutif sur "Remember Me", du travail avec Pierce Brosnan et de son prochain film «Bel Ami», qu'il tourne actuellement en Angleterre.

Q: C'était comment d'être producteur exécutif sur ce film ?

RP: Je suis heureux que Nick (Nick Osborne) ne soit pas dans la pièce. Je veux dire par là que je ne peux pas vraiment prétendre être un bon producteur. Je n'ai joué ce rôle que vers la fin du film. J'ai toujours été complètement sur la même longueur d'ondes avec Allen (Coulter) et Nick quant à la façon dont ils voulaient faire le film et puis je voulais juste faire en sorte, dans la mesure de mes moyens, de protéger le processus. Je les ai consultés et j'ai parlé avec eux mais je ne veux pas prétendre à un quelconque apport créatif.

Q: Est-ce quelque chose que vous cherchez à faire afin de pouvoir garder le contrôle sur votre carrière ?

RP: Oui. Mais je n'étais jamais là. Allen et Nick étaient en liaison avec Will (Fetters) et ils ont vraiment défendu le scénario tout le temps. Mais oui, je serais ravi de le faire. J'adorerais être impliqué dans tout le processus. Inévitablement, les choses vous échappent donc plus vous pouvez vous impliquer dans la mesure du possible, mieux c'est.

Q: Avez-vous appris beaucoup choses malgré le fait que vous n'ayez pu vous investir qu'à la fin ?

RP : Absolument, oui. Et au début aussi, lorsque nous faisions les réécritures du scénario. C'est tellement agréable de pouvoir parler à tout le monde. Habituellement vous ne pouvez pas le faire. Jamais. Et donc ça c'était vraiment formidable.

Q : C'est une histoire sur l'amour et la perte d'un proche. Vous êtes vous déjà senti troublé ou perdu par rapport à ce que vous vouliez faire dans la vie et de votre carrière ? Avez-vous jamais perdu une personne qui vous est cher ou un animal de compagnie ?

RP: [Rires] Oui, dans une certaine mesure. C'est terrible. Je continue de parler de ma chienne tout le temps. C'était une chienne incroyable, qui, je l'ai dit dans une interview l'autre jour, tenait une place importante dans vie. Ma famille est devenu dingue quand j'ai dit ça. Mais, même si ça peut sembler ridicule pour certaines personnes, ça a été un moment marquant de ma vie. Ca a été le pire jour de ma vie le jour où elle est morte. J'ai perdu beaucoup de membres de la famille aussi. Il y a des personnes qui m'ont conseillé, pour faire ressortir les émotions d'un personnage : "Imagine ton chien mourant si tu as envie de pleurer". Je ne ferais jamais ça. C'est dégradant vis à vis des souvenirs que j'ai pour elle. [Rires] Je ne sais pas si cela répond vraiment à la question.

Q : Avez vous toujours su ce que vous vouliez faire?

RP : Non, pas vraiment. Je ne comprends toujours pas. Vous essayez de faire les choses petit à petit, pas à pas. Je ne sais pas. J'essaie de faire des projets de films, j'essaie de les choisir en fonction des choses que je pourrais peut être leur apporter.

Q: Allen a mentionné que vous deviez tourner entouré par des fans. Comment faites vous pour vous concentrer et vous focaliser sur votre performance ?


RP: C'est comme en faire abstraction. Au début, ça m'a posé pas mal de problèmes parce que c'était vraiment la folie quand nous avons tourné à de Washington Square Park. C'était le chaos total. A un moment un des gars de la sécurité a vu que j'étais de plus en plus agacé par tout ça et par les paparazzis. Il m'a dit 'OK, imagine que tu y vas, que tu essayes d'en cogner un et que tu te loupes devant 40 appareils photos'. Et ça a suffi pour que je n'y prête plus attention. Ca ne me dérangeait plus vraiment après. C'est étrange. J'ai fait un film où je connaissais à peine les membres de l'équipe parce que je ne pouvais pas sortir de ma caravane quand on tournait, en particulier le premier mois. Je ne connaissais pas vraiment mes partenaires. C'était vraiment bizarre. Mais, en même temps, c'était vraiment une bonne leçon de vie et de discipline - parce qu'il fallait bel et bien faire les choses. A la fin de la journée, vous ne pouvez pas simplement dire : 'Je ne le ferais pas tant que les gens ne seront pas partis'. C'était plus intense que de faire un film Twilight. Il n'y a pas beaucoup de gens qui se rendent compte de ça. C'était sans aucun doute une expérience.

Q: Pensez-vous que cela a affecté votre performance ? Est ce que ça vous a distrait au point de nuire à votre performance ?

RP : Ca vous intimide encore un peu plus. Oui je pense qu'il y a de ça. Et même si vous le voulez vraiment, vous ne pouvez pas essayer certaines choses du coup. Durant les répétitions juste avant les scènes, vous aviez toutes ces personnes qui filmaient ou prenaient des photos et vous ne pouviez pas vous permettre de faire des choses stupides qui pourtant vous mettent à l'aise. Alors il faut faire avec. Je suis en tournage actuellement et il n'y a personne tout autour et je suis un million de fois plus à l'aise. Donc je suppose que cela a eu un certain effet. Mais, en même temps, le personnage de Tyler étant un introverti qui cache ses sentiments, ça a peut être aidé.

Q: Que faites vous pour tourner un film avec personne autour ? Vous tournez en Sibérie ?

RP: [Rires] C'est en Angleterre d'une part, ce qui est très différent des États-Unis. L'hystérie autour de Twilight est, je pense, moins importante en Angleterre, mais c'est complètement différent. Et Bel Ami étant un film d'époque, nous tournons dans des endroits au milieu de nulle part que les gens ne peuvent tout simplement pas trouver. La moitié de l'équipe a déjà du mal à les trouver.

Q: Quel en est le titre ?

RP: Il s'intitule «Bel Ami».

Q: C'est comment de jouer un Américain en adoptant l'accent américain et les comportements ?

RP: C'est vraiment étrange la façon dont les choses se passent. Mais là encore, au cours des 5 dernières années, à Los Angeles vous pouvez voir toutes sortes d'acteurs passer des auditions, australiens ou anglais ou autre, tout le monde. Alors j'ai pris l'habitude. Un anglais, on peut l'utiliser pour ce qu'il est et après on n'en a plus besoin. C'est plus avantageux d'être un Américain. [Rires] J'ai grandi en regardant des tonnes de films américains. C'est à force de regarder ces films que j'ai eu envie d'être acteur. Personne ne m'a vraiment influencé autant, qu'il soit anglais ou d'une autre partie de la Grande-Bretagne, que les acteurs américains l'ont fait. En d'autres termes, je me sens plus à l'aise avec l'accent américain dans les films. J'ai plus le sentiment de faire un film. J'ai l'impression d'être un peu feignant quand j'utilise mon propre accent.

Q: Comment était votre travail avec Pierce Brosnan ? Vous deviez retranscrire cette tension sur l'écran. Est ce que ça n'empiétait pas sur vos relations en dehors du tournage ?

RP: Oui, en fait je veux dire, non, nous n'étions pas... il n'y avait pas de tension du tout. Il est vraiment génial. Je n'avais aucune idée de ce à quoi m'attendre. Il a fait un boulot incroyable. Il n'y a pas l'ombre d'un faux semblant chez lui. Si je voulais aller répéter ou si je voulais parler de quelque chose avec Allen, il était toujours prêt à le faire. Il a même annulé des choses pour qu'on puisse discuter. Etant donné que nous n'avions pas beaucoup de scènes ensemble il lui arrivait de revenir sur le tournage pour pouvoir en parler. C'est vraiment quelqu'un de génial à cet égard.

Q: Vous a-t-il donné des conseils sur la façon de gérer la notoriété ?

RP: Il a fait une chose le premier soir où je suis sorti diner avec lui juste avant le tournage. Nous étions dans un restaurant français à la clientèle plutôt aisée du type banquiers prospères. Personne ne me reconnaissait mais lui si, évidemment. Il a remarqué que des gens regardaient vers nous et moi j'étais assis là, de plus en plus mal à l'aise. J'avais envie de partir. En fait je n'avais pas réalisé que ça n'était pas moi qu'on regardait. Et lui se lève et va se présenter à tout le monde dans le restaurant. Au début je me disais "Mais qu'est qu'il fait ? il est complètement fou !". Mais en fait ça a très bien marché. Il leur a parlé pendant une minute et ensuite les gens n'ont plus fait attention à lui et ont dû rentrer chez eux en se disant qu'il était un type génial. Et il n'y avait plus rien d'étrange à être dans ce restaurant avec lui ensuite. On n'était pas des bêtes de foire. Mais il a une telle confiance en lui qu'il peut se permettre ce genre de choses. Si je m'étais approché, on aurait pu croire que je tentais de provoquer un incendie ou quelque chose d'autre. [Rires] "Hey, comment ça va, hein?". Je pense que ça aurait l'air vraiment stupide

Q: Avez-vous demandé des conseils aux personnes avec qui vous tournez actuellement ? Y a-t-il des astuces pour faire face à tout cela ?

RP: Je crois que tout est vraiment simple. D'après ce que j'ai vu, vous regardez la façon dont les gens sont jugés dans l'arène publique. Je pense que la majorité des gens qui se font lyncher c'est parce qu'on les voit tout le temps et moins vous êtes vu, mieux c'est. Tant que vous continuez à essayer de faire des films de qualité, alors, éventuellement, votre nom n'est pas uniquement synonyme de célébrité. C'est une bataille difficile. Il faut rendre votre travail plus significatif que votre célébrité. Je pense que des gens comme Johnny Depp ont réussi cela. Il n'est pas du tout jugé sur son image publique. C'est tout simplement son travail qui est jugé. C'est vraiment une chose difficile. Ca demande beaucoup de discipline et beaucoup de discrétion pour pouvoir l'obtenir.

Q: J'ai aimé la relation entre votre personnage et sa petite sœur. Comment avez-vous développé une telle alchimie ?

RP: Je ne sais pas. Elle était tout simplement géniale. J'ai toujours aimé l'idée d'avoir un frère plus jeune. Ma famille m'a fait marcher il y a environ 5 ans en me disant que ma mère était enceinte et je ne savais pas que c'était un poisson d'avril. Ils ont passé toute la journée à me dire que j'allais avoir un petit frère et j'en ai parlé à tous mes amis, c'était le plus beau jour de ma vie. [Rires] J'ai continué à faire ça pendant 3 jours, à y croire. C'est bizarre parce que maintenant, après avoir travaillé avec Ruby (Jerins), j'aime vraiment ça. Maintenant je regarde les rôles où je peux avoir un petit frère ou les rôles où je peux avoir des enfants, j'aime cette idée. [Rires] C'est bizarre. C'est tellement bizarre. C'était agréable de travailler avec Ruby. Elle est une actrice incroyable et une fille vraiment intéressante. Elle était vraiment fantastique.

Spoiler:
 

Q: Est-ce que faire du le vélo à Manhattan a été une expérience amusante ?

RP: Oui. C'était amusant. Le vélo n'arrêtait pas de se démonter à chaque fois que j'en faisais, je ne sais pas pourquoi. C'était un vieux vélo et je n'avais pas fait de la bicyclette depuis au moins 5 ans, alors je ne me souvenais plus vraiment comment le faire. Ce qui est bien à propos de cette scène, c'est que c'était une de ces scènes où il n'y avait personne tout autour. C'est marrant. Je me suis rendu compte qu'il y avait des moyens de tourner discrètement sans qu'il y ait plein de monde partout, et j'aurais bien aimé que ça soit comme ça dès le début, en obtenant les autorisations et en fournissant des faux noms, enfin toutes ces choses dont je ne devrais probablement pas parler. Mais oui, c'était marrant à faire.

Q: Quelle a été votre scène préférée dans ce film ?

RP: Je pense à la scène où je fais face à ceux qui prennent Caroline comme bouc émissaire. C'était la plus amusante à faire. J'aime beaucoup les scènes avec Caroline. J'ai vraiment aimé travailler avec elle, principalement parce qu'il n'y avait rien à faire. Il suffisait simplement de la regarder. C'est une de ces quelques fois où je n'avais plus du tout conscience qu'on était en train de tourner. C'est tellement facile de jouer avec elle. Peu importe ce qu'elle faisait, je pouvais complètement me laisser aller. Elle menait toujours la scène, alors oui, probablement les scènes avec elle.

Q: Êtes-vous impatient de poursuivre un peu plus dans la musique ?

RP: Oui, je veux le faire à la fin de l'année. Tous mes amis ont enregistré un album et ça me contrarie de ne pas pouvoir en faire autant. Mais je ne peux pas faire les deux choses en même temps. Je ne sais pas comment certaines personnes font pour y arriver. Tous ces gens comme Jennifer Lopez qui font tout à la fois. Mon esprit est complètement ailleurs. Je n'écoute pas de la musique quand je travaille.

Q: Avez-vous une société de production ou pensez-vous en créer une, parce qu'il semble que cela puisse vous permettre de faire les films que vous voulez ?

RP: Oui, je le veux. Je veux démarrer quelque chose qui englobe la musique et l'écriture aussi. Mais, il faut du temps. Je ne pense pas que je sois encore assez intégré dans le milieu du cinéma et encore moins dans celui de la musique. Je n'ai rien fait musicalement parlant. Je crois qu'il vous faut beaucoup de bonne volonté pour être en mesure de faire ce genre de chose. Regardez la société de George Clooney. Ils font de grands films qui ne seraient pas pris autrement. Et celle de Leonardo DiCaprio également. Il a des gens formidables qui y travaillent. Ils ont tous un goût très sûr et ils emploient beaucoup de personnes et gagnent beaucoup d'argent. Je pense que cela prend du temps. Je veux tout à la fois et c'est compliqué de raisonner ainsi, donc je suis en train de ralentir un peu.

Q: Etes vous en plein tournage de votre nouveau film en ce moment ?

RP: Oui, j'ai déjà fait deux semaines de tournage et j'y retourne jeudi. C'est pourquoi je suis un peu à l'ouest. [Rires]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Interview pour Movies Online   Sam 13 Mar - 15:21

Valériane

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Web] Interview pour Movies Online   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Web] Interview pour Movies Online
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2010 :: Mars 2010-
Sauter vers: