The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Remember me] Récit d'une journaliste présente à l'avant première de Remember Me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 36
Localisation : Arras

MessageSujet: [Remember me] Récit d'une journaliste présente à l'avant première de Remember Me   Mar 13 Avr - 21:49

“Tales from a Robert Pattinson Premiere” – Report from the “Remember Me” UK Premiere

It’s St. Patrick’s Day in Leicester Square, central London, and this is always one of the busiest days of the year for the cinema and entertainment district, filled with drunken revellers arbitrarily utilising the Irish saint as a handy excuse to get boozed up. There are certainly plenty of big green novelty Guinness hats around, but today they are loudly outnumbered by a several-thousand-strong crowd of wildly excited screaming girls, chanting in unison “We Want Rob!”

The Rob in question is of course the ‘Twilight’ star and heartthrob du jour Robert Pattinson, and the occasion is the UK premiere of his latest offering, ‘Remember Me’, a rebel-without-a-cause tale of love, youth, and, er, 9/11.

It received a lukewarm reaction from critics and has only just broke even its $16m budget in the US. In my review I described it as a:

“middle-of-the-road post-teenage melodrama which plays well to Pattinson’s young female target audience, and is being aggressively marketed as such…’Remember Me’ will only be remembered as another step on Pattinson’s relentless climb to omnipresent fame.”

None of this has deterred Robert Pattinson’s loyal fans, who are out in full force today. I was here to attend a press conference with Pattinson, his co-star Emilie de Ravin and producer Nick Osbourne. I arrive a little early and try to take in the insane atmosphere. Premieres in Leicester Square usually attract a moderate crowd of autograph hunters hoping to spot a famous face, but it’s rare you get a gathering of this scale or fervour.

The huddled mass of fans, predominantly composed of young women, resemble some sort of sprawling, loosely organised army, drunk with lust and excitement, all baying for even a distant glimpse of their well-groomed hero, flailing cameras in the air. A banner draped over the barrier reads “We Camped Out For 32 Hours To See Rob!” One of the PR ladies tells me there was already a sizeable crowd when she arrived that morning at 9am.

Few young stars have inspired such mania as Pattinson has, and its quite extraordinary to witness this mania first-hand in its rawest, most primal form. Every time a car drives up to the entrance of the Odeon Leicester Square, the crowd lets out a wild scream of anticipation, usually followed by a disappointed sigh when someone ugly and non-famous appears. The crowd is so large that it stretches round a corner, meaning that those on the outskirts can’t really see what’s going on, and like a wild herd of wilderbeast in a stampede, each wave of screams spreads a frenzy of confused hysteria.

When R-Patz (as the inane celebrity magazines have dubbed him) finally arrives, I worry that the welcoming scream will leave some lasting damage to my ears. Pattinson, flanked by two enormous security guards, is gracious and friendly, happy to sign autographs. Soon I see a girl, no more than about 16, walk away with an autograph in hand; she is trembling and looks close to tears. Later, a woman yells something in Spanish down her mobile, literally jumping up and down in excitement. Passers-by look on, bemused.

When I finally manage to shove my way past the gathered fans to the press area, the atmosphere at the press conference is only slightly less electric. Even amongst the more cynical, incredulous old hacks there is still a buzz about. I chat briefly to a journalist from glossy woman’s weekly More, who half-jokingly wants to pose the question to Pattinson ‘Why are you so beautiful?’ and expresses disappointment when the PR people instruct the assembled press not to askany questions about the star’s personal life or his apparent relationship with ‘Twilight’ co-star Kristen Stewart. I overhear another female journo saying “I can’t actually believe I’m going to be this close to him!”

We are kept waiting for an hour or so while Pattinson signs more autographs, to the grumbles of some of the attendees, and then after a lot of nervous shuffling from the security detail, Pattinson and co-star de Ravin arrive, followed by producer Osbourne. Pattinson seems only slightly overwhelmed given the immense reception he’s been given, but he’s also giggly and effusive and is in good spirits. He looks like he’s enjoying the experience, which is fair enough; it’s hard to think of a more undiluted self-esteem boost than having three thousand people chant your name.

The press conference lasts less than an half an hour and no great truths are revealed, at least none that have not already been covered by the gossip mags. The actors wax lyrical about the script – Pattinson admits he read “tons and tons of scripts after ‘Twilight’, literally hundreds” but felt this was “more naturalistic” than the others. They praise their veteran co-stars Pierce Brosnan and Chris Cooper who play their respective fathers – Brosnan, unsurprisingly, is “very very charming”. They both agree that the reaction of the fans is “the most important thing”.

There’s a slightly awkward moment when Pattinson misinterprets the question “do you have a hero?’ to mean “do you have anyone who thinks of you as a hero?” It could be slightly telling of the enormous ego massage that this young star has received to construe a question in this way, and he smiles with careful, deliberate modesty: “I don’t think I’ve ever been looked at as a hero”. But it’s a relatively innocent mistake; the questioner repeats his question and Pattinson answers both the mistaken and intended questions with good grace.

There follows a chummy discussion between de Ravin and Pattinson about Marmite and its Australian equivalents, and then a jokey ‘and finally…’ question on what the two stars’ favourite biscuit is. Here’s a world exclusive for you: Robert Pattinson likes Hobnobs.

And then they’re off, almost as quickly as they arrived. The security detail shuffle nervously again, barking at the press to remain seated until the area is cleared for safety, or something (the writers from Glamour magazine presumably pose a potential terror threat). Pattinson and de Ravin wave goodbye and thank us for our time.

Pattinson is pictured in all the tabloids the following day, stumbling out of the premiere after-party looking somewhat the worse for wear, but who can blame him? He’s a young, implausibly good-looking and massively successful star at the height of his popularity and he’s clearly enjoying himself. Most of us, given that position, would enjoy ourselves too.

As I exit the Odeon, Leicester Square has once again been dominated by drunks, tourists and stag parties. The balance has been restored. Only a few dedicated Pattinson fans remain; the banner I saw earlier abides, its owners looking steadfast but understandably tired. I amble away to catch the tube home, and in the distance, I hear a faint wail in the night, an earnest cry: “Love you Rob!”

source obsessedwithfilms.com via spunk ransom

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 36
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Remember me] Récit d'une journaliste présente à l'avant première de Remember Me   Mer 14 Avr - 16:16

“Il était une fois une avant première de Robert Pattinson ” – Récit de l'avant première de “Remember Me” à Londres.

C'est la St. Patrick’s Day à Leicester Square, au centre de Londres , et c'est toujours l'un des jours les plus remplis pour le quartier du cinéma et des loisirs, remplie de gens saoûls qui prennent pretxte de célèbrer le saint irlandaispour se bourrer. Il y a des tas de nouveaux chapeaux à l'effigie de la Guinness mais ils sont en nombre réduits comparé à toutes ces filles qui hurlent à l'unison, “On veut Rob!”

Le Rob est question est la star de ‘Twilight’et le beau gosse du jour Robert Pattinson,et c'est l'avant première de son nouveau film , ‘Remember Me’, le récit d'un rebelle qui parle d'amour , de jeunesse et du 11/09 .

Il a reçu une réaction timide des critiques et vient juste de rapporter $16m , équivelent à son budget, aux USA . Ivoici ma critique du film :

“à mi chemin entre le mélodrame post adolescence qui attire le public féminin de Pattinson et …’Remember Me’dont on se souvindra comme un pas supplémentaire pour Pattinson vers la célébrité.”

Aucun de ses commentaires n'a convaincu les fans fidèles de Robert Pattinson qui sont en force aujourd'hui . J'étais présente pour assister à la conférence de presse avec Pattinson, Emilie de Ravin et Nick Osbourne.Je suis arrivée un peu tôt pour m'inprégner de cette folle atmosphère . Les avant première à Leicester Square attirent souvent une poignée de chasseurs d'autographes espérant apercevoir un visage célèbre ,mais il est rare de retrouver cette ferveur

La foule de fans, en majorité composée de jeunes femmes , ressemble à une armée bien organisée , enivrée par la luxure et par l'excitation , espèrant toutes apercevoir leur héros , les appareils photos en l'air . Sur une bannière , on peut lire “Nous avons campés 32 Heures pour voir Rob!” Une des dames me dit qu'il y avait déjà une foule conséquente à 9h du matin quand elle est arrivée .

Peu de jeunes stars inspirent une telle folie à part Pattinson et c'est assez extraordinaire d'être le témoin de cette folie dans sa forme la plus bestiale . A chaque fois qu'une voiture arrive devant l'entrée du cinéma Odeon à Leicester Square, la foule lance un cri d' anticipation, souvent suivi d'un soupir de déception quand une personne moche et inconnue arrive. La foule est si importante qu'elle s'étend jusqu'au coin de la rue , qui signifie que celles qui sont là bas au bout ne voit pas grand chose , et telles des bêtes chaque cri suscite une nouvelle vague d'hystérie

Quand R-Patz (ainsi le nomme les magazine people ) arrive enfin je crains que les cris ne causent des dommages irréparables à mes oreilles. Pattinson, flanqué de 2 énormes gardes du corps , est grâcieux et amical , ravi de signer des autographes. Rapidement je vois une fille , qui n'a pas plus de 16 ans , s'en aller avec un autographe dans les mains ; elle tremble et est sur le point de pleurer . Plus tard une femme , qui hurle des choses en Espagnol dans son portable , saute de joie . Les passants regardent , amusés.

Quand j'arrive enfin à me faufiler à travers les fans pour accèder à l'endroit réservé à la presse , l'atmosphère à la conférence de presse est un peu moins électrique . Même parmi les cyniques, les incrédules, il y a le buzz. Je discute avec une journaliste du magazine féminin More, qui en plaisantant veut poser cette question à Pattinson ‘Pourquoi êtes vous si beau ?’ et qui montre sa déception quand les agents précisent qu'il ne faut poser aucune question sur la vie privée des stars ou sur sa supposée relation avec Kristen Stewart.Une autre journaliste dit “je n'arrive pas à croire que je vais être si proche de lui!”

On nous fait attendre une bonne heure tandis que Pattinson signe d'autres autographes, certains râlent , et après quelques consignes de sécurité , Pattinson et de Ravin arrivent , suivis par Osbourne. Pattinson semble être submergé par l' immense acceuil qu'on lui a réservé mais il est rieur, amusé et ravi . On dirait qu'il apprécie cette expèrience, ce qui est normal , il est difficile de ne pas croire qu'entendre plus de 3000 fans qui hurlent votre nom ne vous booste pas.

La conférence ne dure pas plus d'une demie heure et pas de grandes révélations ,tout au moins rien de croustillant pour les magazines potins . Les acteurs furent volubiles sur le script – Pattinson admet avoir lu des “tonne de scripts après ‘Twilight’, des centaines ”mais il a senti que celui ci était “plus naturel ” que les autres . Ils font les louanges de Pierce Brosnan and Chris Cooper qui incarnent leur pères respectifs – Brosnan, sans surprise, est très “très charment ”. Ils sont d'accord sur le fait que la réaction des fans “est la plus importante ”.

Il y a un moment légéremment maladroit quand Pattinson comprend mal ma question “avez vous un héros ?’ce qui signifie “quelqu'un vous considère t'il comme un héros ?” cela relève à quel point on veut flatter la star depuis qu'il est célèbre , et il sourit avec modestie pour répondre : “Je ne pense pas qu'on m'est déjà considéré comme un héros ”. Mais c'est un erreur innocente ; le journaliste répète sa question et Pattinson répond aux 2 questions de bonne grâce.

Puis suit une discussion charmante entre de Ravin et Pattinson sur la Marmite et son équivalent Australien , et enfin une blague sur les biscuits favoris des stars . Voici l'exclusivité mondiale pour vous : Robert Pattinson aiment les Hobnobs.

Et les voilà partis , presque aussi vite qu'ils sont arrivés . La sécurité est nerveuse , hurlant aux journalistes de rester à leur place jusque tout la sécurité soit respectée , ( les journalistes de Glamour devaient constituer une menace terrorsite . Pattinson et de Ravin nous ont fait signe au revoir et nous ont remercié de leur avoir consacré de notre temps.

Pattinson est dans tous les tabloids le lendemain , titubant après l' after-party, mais qui peut le blamer ? , Il est jeune , beau , a du succès , est au sommet de sa popularité et a l'air d'apprécier . Nous ferions la même chose à sa place.

Tandis que je sors du cinéma Odeon, Leicester Square est à nouveau aux mains des poivraux, des touristes et des fêtards. L'équilibre a été restauré . Seuls quelques fans fidèles dePattinson sont encore là ; la bannière à leur côté et visiblement fatiguées . Je vais prendre le métro et au loin, j'entends un faible cri dans la nuit : “On t'aime Rob!”

source obsessedwithfilms.com via spunk ransom

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
[Remember me] Récit d'une journaliste présente à l'avant première de Remember Me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Silence... Moteur... And action... :: Filmographie :: Remember me-
Sauter vers: