The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Lun 28 Juin - 18:37

elle est franchement bête et méchante sa critique. Bordel mais si on est hermétique aux histoires d'amour, pas la peine d'aller voir la saga Twilight.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Lun 28 Juin - 19:03

Il y a déjà des a priori dès le départ ... Et je suis désolé mais dans La Purge, le jeu de Taylor est très bon comparé à celui des bons amis .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lentille
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 5145
Date d'inscription : 12/11/2009
Age : 39
Localisation : au milieu des montagnes

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mar 29 Juin - 1:31

Nordisk Film Reviews “Eclipse” (*Spoilers*)

Let me first begin by saying I am in not any way a good writer or particulary good in spelling (lol) so don’t expect this review to be pro in any way. This is just my (Jess) personal review of the movie and may not be how you might experience the movie.

I will try to leave the first part as spoilerfree as possible but some might slip through so consider yourself warned before reading on.

As soon as we sit down and the movie starts we are directly thrown in to the action. For all of you that have read the books you all now what to expect and in what order. It all begins with a chase, the creation of what is to become the beginning of the vampire army we’ve seen in the trailers.

From there it moves directly to the familiar side of the Twilight story…Edward and Bella. They’re having a moment talking about will she marry him, will he transform her. As most of you will now we were left with the pending (?) question at the end of New Moon “Bella, marry me”.

Note: this review is so hard writing without spoilers !

In the book we are treated to a bunch of scenes we all want in the movie, the proposal, the Jacob/Bella kiss, the tent scene, the graduation party, the graduation and so on and let me tell you…they are all in there but maybe not where and how you would expect them.

The first part of the film was for me (similar to how I experienced New Moon) a bit jumpy…the move from one scene to the next in an attempt to get it all in the movie including all major lines. It sort of bothered me cause it made the movie feel…”light” never going on the depth.

But after one of the scenes the one we are all waiting for…(hitch) I got the feeling it slows down and not in a negative way.

The scenes feel longer and the action is pumped and awesome! This was about where I really started to enjoy Eclipse and love David Slade. He really knows how to work it…the battle, the vampires, Jacob, Edward, Bella…

This is without doubt the most professional one of the three movies so far. The CGI on the wolves is AMAZING. And though many people complain…the make-up and wigs aren’t that bad…they really aren’t…I hardly noticed Bella wearing a wig.

The one thing I would have to talk negative about is the music. The few times I noticed the score or the music it all seemed so wrong. The score have absolutely no feeling..non what so ever and the soundtrack…I really don’t know what they were thinking when they placed the songs in the scenes they did. I really really really don’t. This sort of surprised me alot since I considered the scores and soundtracks of Twilight and New moon being so vital to the movies.

And also…I think Bryce Dallas Howard did an awesome job as an actress, yes, BUT she can NEVER replace Rachelle Lefevre as Victoria, and Rachel would have been scary as Victoria, something Bryce never managed to pull off. She looked like Bambi (the Disney Deer u know) with scared eyes and she was supposed to come of as som scary shit monster which she didn’t. But no need to complain I suppose.. Edward slayed her…

Alot of the press people laughed alot during the story of Rosalie, jasper and the bonfire. and if David Slade had put Bella and Edward in historical costumes I would have left lol (not really but it is a bit tooo much all stories so close to eachother).

But Before I begin with my spoilers I will say: Eclipse is without a doubt the best movie so far in the saga. Even if, as I said before, nothing can replace Twilight in my heart but Eclipse definetly erased New Moon from my memory.

The Tent Scene: Oh yeah the tent scene…It is warm , it is cute and Edward is just adorable.

Jacob/Bella kiss x2: first kiss is just like we expect it…a bit awkward..Bella hits Jacob after and does a great performance on her hurting the hand…but what was that strange bonk sound when she hit Jacob LMAO. the second kiss is really really good. Yeah I am team Edward all the way as is the movie but it was a really good kiss, long kiss and Bella knows, Jacob knows and Edward knows. It is beautiful and it doesn’t destroy anything at all about the movie. I could live with it, so can you.

The Leg hitch: Oh yeah bring it on!!! At some point I was thinking, “how far will they takes this scene? They can’t really do it until BD” LOL. You won’t be disappointed…well maybe a bit..Edwards shirt never go off. And after whn she finally answers the big question…will she marry Edward or not. And when he lifts her up… The audience is going to scream!

Meadow scenes: I hope I can remember it all…it was alot of no’s…or was that in the bedroom scene 1? No I think it was here… Alot of kissing. The last meadow scene may need the use of a happy crying tissue. When she finally says let’s tell charlie. Man did I smile! It is so perfect!

Sex-talk with Charlie: was fun..also a bit awkward specially when she tells him she’s a virgin. I laughed…I won’t tell you his comment after she sneaks away but it made me laugh.
Charlie is awesome.

Bonfire: Nothing special really…a mash-up of the long story told in the book. Alot of people laughed…Don’t know why. They also laughed during Rosalies and Jaspers stories…don’t know why.

source: Nordisk Film via spunk-ransom

_________________
Revenir en haut Aller en bas
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mar 29 Juin - 7:31

Traduc express

Toutes les scènes attendues par les fans sont présentes (la demande en mariage, baiser entre bella et jacob, la remise de diplôme, la soirée d'après diplôme, la scène dans la tente.... ) mais d'une manière différente du livre.

La première partie du film est un peu nerveuse (à l'image de celle de New Moon) et on passe très vite d'une chose à l'autre ce qui fait qu'on a le sentiment de ne pas aller assez en profondeur, ce qui a gêné un peu l'auteur de la critique.

Mais après une certaine scène, très attendue (quand Bella fait sa grande scène de sédution à Edward), les choses ralentissent et c'est plutôt positif

les scènes d'action sont impressionnantes. l'auteur a apprécié le travail de Slade et son approche des personnages.

Le plus professionnel des 3 films à ce jour. Les effets spéciaux pour les loups sont incroyables, perruques et maquillages pas si gênants (il a à peine remarqué celle de Bella)

point négatif : la musique. pour lui par moment ça ne sonnait pas en adéquation, sans sentiments que ça soit la BO ou the score.

Bryce Dallas Howard, même si à la base c'est une bonne actrice, n'arrive pas à la hauteur de Rachelle. Il y a des moments où on dirait une biche aux abois ce que n'est pas Victoria. Mais le fait qu'Edward lui règle son compte relativise les choses.

Eclipse est sans aucun doute le meilleur film de la saga. Et même si, comme il l'a déjà dit, rien ne peut remplacer dans son cœur Twilight, Eclipse a définitivement effacé New Moon de ses souvenirs.

SPOILERS

La Scène de Tente

Spoiler:
 

Les deux baisers Jacob/Bella

Spoiler:
 

La scène de séduction

Spoiler:
 

Les scènes dans la clairières

Spoiler:
 

Bella parle de sexe avec charlie

Spoiler:
 

Le feu de camp

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mar 29 Juin - 7:33

Le film sortant demain aux US, il semblerait que les médias français ont reçu l'autorisation de faire leurs articles à compter de cette date.

En conséquence, nous ne traduirons plus aucune critique internationale.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mar 29 Juin - 9:06

Petite dérogation à la règle sus mentionnée pour la critique de Roger Erbet, le critique du chicago-suntimes, qui est LA référence aux USA (pour mémoire, il avait accordé 3 étoiles sur 4 à Remember Me)

The Twilight Saga: Eclipse

Note : 2/4

BY ROGER EBERT

The price for surrendering your virginity is so high in "Twilight Saga: Eclipse" that even Edward Cullen, the proposed tool of surrender, balks at it. Like him, you would become one of the undead. This is a price that Bella Swan, the virtuous heroine, must be willing to pay. Apparently when you marry a vampire, even such a well-behaved one as Edward, he's required to bite you.

This romantic dilemma is developed in "The Twilight Saga: Eclipse," the third installment in this inexhaustible series, by adding a complication that has been building ever since the first. Jacob Black, the shape-shifting werewolf, is also in love with Bella (Kristin Stewart), and she perhaps with him. Jacob (Taylor Lautner) and his tribe are hot-blooded and never wear shirts, inspiring little coos and ripples of delight in the audience. Here is a fantasy to out-steam any romance novel: A sweet young girl is forced to choose between two improbably tall, dark and handsome men who brood and smolder and yearn for her.

Nothing is perfect. There is a problem. The flame-tressed vampire Victoria (Bryce Dallas Howard) has been active in Seattle initiating new vampires, or Newbies, who in their youth are ravenous for blood and would have superhuman strength, if they were human. Victoria wants to destroy Bella in revenge for the murder of her boyfriend James. Edward and Jacob both vow to protect the girl they love, and their fellow vampires and werewolves of course are prepared to fight to the death in this cause. This is true buddy love.

The movie contains violence and death, but not really very much. For most of its languorous running time, it listens to conversations between Bella and Edward, Bella and Jacob, Edward and Jacob, and Edward and Bella and Jacob. This would play better if any of them were clever conversationalists, but their ideas are limited to simplistic renderings of their desires. To be sure, there is a valedictory address, reminding us that these kids have skipped school for three movies now. And Edward has a noble speech in which he tells Bella he doesn't want to have sex with her until after they're married. This is self-denial indeed for a 109-year-old vampire, who adds a piquant flavor to the category "confirmed bachelor."

Of Taylor Lautner's musculature, and particularly his abs, much has been written. Yes, he has a great build, but I remind you that an abdominal six-pack must be five seconds work for a shape-shifter. More impressive is the ability of both Edward and Jacob to regard Bella with penetrating gazes from 'neath really dope eyebrows. When my eyebrows get like Edward's, the barber trims them and never even asks me first.

There is a problem with the special effects. Many of the mountain ranges, which disappear into the far distance as increasingly pale peaks, look suspiciously like landscapes painted by that guy on TV who shows you how to paint stuff like that. The mountain forests and lakes are so pristine we should see Lewis and Clark just arriving. And the werewolves are inexplicable. They look snarly enough, have vicious fangs and are larger than healthy ponies, but when they fall upon Newbies they never quite seem to get the job done. One werewolf is nearly squeezed to death, and another, whose identity I will conceal, hears "he has broken bones on one whole side." Luckily, repairing the damage is only a night's work for Dr. Carlisle Cullen (Peter Facinelli). The problem with the effects is that the wolves don't seem to have physical weight and presence.

Much leads up to a scene in a tent on a mountaintop in the midst of a howling blizzard, when Bella's teeth start chattering. Obviously a job for the hot-blooded Jacob and not the cold-blooded Edward, and as Jacob embraces and warms her, he and Edward have a cloying cringe fest in which Edward admits that if Jacob were not a werewolf, he would probably like him, and then Jacob admits that if Edward were not a vampire -- well, no, no, he couldn't. Come on, big guy. The two of you are making eye contact. Edward's been a confirmed bachelor for 109 years. Get in the brokeback spirit.

The audience watched this film with rapt attention. They obviously had a deep understanding of the story, which is just as well, because I doubt anyone not intimately familiar with the earlier installments could make head or tails of the opening scenes. The Twilight movies are chaste eroticism to fuel adolescent dreams, and are really about Bella being attracted and titillated and aroused and tempted up to the… very… brink!… of surrender, and then, well, no, no, she shouldn't.

via spunk-ransom.com

Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mar 29 Juin - 14:55

Traduction en cours....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mar 29 Juin - 15:31

Le prix pour offrir votre virginité dans " Eclipse" est si élevé que même Edward Cullen, l'objet prétendu du désir, le repousse . Comme lui, vous deviendrez un immortel. C'est le prix que Bella Swan, l'héroïne vertueuse, est prête à payer. Apparemment quand vous épousez un vampire, même s'il est aussi éduqué qu'Edward, il doit vous mordre.

Ce dilemme romantique est dans "Eclipse" ajoutant ainsi une complication supplémentaire. Jacob Black, le loup garou métamorphe, est amoureux de Bella (Kristen Stewart) et elle l'est peut être aussi. Jacob (Taylor Lautner) et sa tribu ont le sang chaud et ne portent jamais d'habits, inspirant des petits couinements dans la salle. Voici un fantasme pour intensifier encore plus les choses : une douce jeune fille est obligée de choisir entre deux grands et beaux hommes.

Rien n'est parfait. Il y a un problème. La vampire Victoria (Bryce Dallas Howard) sévit à Seattle initiant de nouveaux vampires ou nouveaux nés, qui jeunes ne veulent qu'une chose : du sang et ont une force surhumaine, si on peut dire. Victoria veut détruire Bella afin de venger la mort de son petit ami James. Edward et Jacob promettent de protéger la femme qu'ils aiment et les vampires et les loups sont prêts à mourir pour cette cause. C'est vraiment de l'amour.

Le film contient de la violence et des morts, mais pas trop. La plupart du temps, on écoute les conversations entre Bella et Edward, Bella et Jacob, Edward et Jacob, ainsi qu'Edward et Bella et Jacob. Cela aurait pu être bien s'ils avaient de meilleures conversations, mais leur idées se limitent simplement à leur désir. On nous rappelle que ces trois jeunes gens ne vont pas à l'école dans ces trois films. Et Edward a un discours noble où il dit à Bella qu'il ne veut pas faire l'amour avec elle jusqu'à leur mariage. C'est un déni de soi pour ce vampire de 109 ans et qui ajoute un peu de piquant à ce "célibataire endurci".

Sur la musculature de Taylor Lautner et ses abdominaux, les choses ont été mieux écrites. Oui il est bien bâti mais je vous rappelle que ces abdos ne sont visibles que 5 secondes avant qu'il ne se transforme. Le plus impressionnant, c'est la capacité d'Edward et Jacob à considérer Bella avec des regards pénétrants. Quand mes sourcils ressemblent à ceux d'Edward, mon barbier les coupent et ne demandent pas mon avis avant.

Il y a un problème avec les effets spéciaux. Les nombreuses montagnes,q ui disparaissent au loin en des sommets blancs ressemblent à des paysages peints par ce gars de la TV qui vous explique comment faire ce genre de peinture. Les forêts et les lacs sont si vierges qu'on dirait que Lewis et Clark viennent juste d'arriver. Et les loups sont inexplicables. Ils sont assez effrayants, ont des crocs acérés et sont plus grands que des poneys, mais quand ils tombent sur les nouveaux nés, on ne dirait pas qu'ils font leur job. Un loup est presque tué, un autre, dont l'identité vous sera caché, "s'est brisé les os d'un côté". Heureusement, le rétablissement ne prendra qu'une nuit pour le Dr. Carlisle Cullen (Peter Facinelli). Le problème avec ces effets spéciaux c'est que les loups ne semblent pas avoir de poids physique ou de présence.

Tout ça mène à la scène dans une tente en haut d'un sommet au milieu d'une tempête et les dents de Bella commencent à claquer. C'est là qu'arrive le chaud Jacob et non pas le froid Edward. Et tandis que Jacob l'enlace et la réchauffe, lui et Edward se parlent et Edward admet que si Jacob n'était pas un loup, il l'apprécierait peut être, et Jacob admet que si Edward n'était pas un vampire – et bien non , il ne pourrait pas l'apprécier. Allez le musclé. Vous vous défiez du regard. Edward est un célibataire endurci. Mettez vous dans l'esprit Brokeback Mountain.

Le public a regardé ce film avec attention. Ils ont une compréhension profonde de ce qui se passe, mais je pense qui quiconque ne connaît pas les précédents épisodes ne peut rien comprendre. Les films Twilight prônent l'érotisme chaste pour pimenter les rêves des adolescents qui sont là pour Bella qui est séduite, tentée et qui va céder... et puis non elle ne devrait pas !

via spunk-ransom.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mar 29 Juin - 16:15

Twilight: Hesitation, nous aussi on hésite

Par Juliette Goudot

Troisième volet de la saga Twilight (après Fascination etTentation), voici le temps de l'Hésitation.

Pour protéger Bella de la vengeance de Victoria, les vampires et les loups-garous acceptent de faire front commun contre une armée de nouveaux vampires particulièrement avides de sang. L'adolescente se trouve alors prise entre deux coups de crocs: va-t-elle devenir vampire pour enfin passer à l'acte avec le bel et froid Edward, ou va-t-elle succomber à la chaleur de Jack, son meilleur ami loup-garou ?

Bella hésite, et nous aussi. David Slade (remarqué avec Hard Candy, une version trash du Petit Chaperon rouge) signe une adaptation très chorégraphiée du troisième livre de Stéphanie Meyer (le phénomène littéraire Twilight a atteint les 100 millions d'exemplaires vendus dans le monde).

Le ballet des loups-garous et des vampires dans les décors humides et luxuriants de la forêt tropicale d'Oregon est convaincant, le charme de Robert Pattinson agit toujours comme un poison violent, et la bande-originale (Muse, Howard Shore, compositeur habitué de Scorsese, Cronenberg ou Peter Jackson) dégage une force étrange et romantique. Mais le film rate ce qu'il suggère, soit l'ambiguïté du triangle amoureux, et agace le spectateur à tant repousser le passage à l'acte pour des raisons morales. Pire que Britney Spears à ses débuts, le beau vampire a désormais décidé de rester vierge jusqu'au mariage - et le film tourne alors au ridicule.

L'unique scène à trois dans la tente perdue en montagne aborde avec un kitsch absolu l'attirance entre les deux jeunes hommes, et on se prend à rêver d'un Brokeback Moutain version vampires. Mais Twilight reste un film destiné aux adolescentes éthérées, et pour les morsures jusqu'au sang, on repassera.

Note : 1 étoile

http://www.telemoustique.be/tm/cinema/10902/twilight-hesitation-nous-aussi-on-hesite.html

je ne sais pas ce qu'elle a pris mais c'est de la bonne



Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mar 29 Juin - 16:29

mouarf, je viens de faire la relecture de la critique d'Erbet et la nana de télé-moustique elle a tout pompé sur lui, sauf qu'elle n'a même pas capté qu'il faisait du second degré avec le coup de "Brokeback Mountain" steu courge

c'est encore pire que je croyais, elle pompe mais elle pige que dalle
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mar 29 Juin - 16:33

il est pas mal moqueur Roger Erbert (arf les sourcils d'Edward, vaste débat lol)

ptiteaurel
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mar 29 Juin - 23:12

Une courte critique par Lepoint.fr :

Twilight, une romance hésitante

Par Suliane Favennec

Hésitation. C'est le titre du troisième chapitre de Twilight. Mais c'est aussi notre impression. Le Twilight du réalisateur David Slade (Cold Skin, 30 jours de nuit) - qui a donc repris le flambeau après ceux de Catherine Hardwick (chapitre I : Fascination) et Chris Weitz (chapitre II : Tentation) -, vacille entre des bluettes sans saveur qui satisferont sans doute un public d'adolescent(e)s conquis(es) d'avance, et des effets spéciaux, réussis mais encore trop timides.

La belle Isabella, jouée par une Kristen Stewart très convaincante, doit choisir entre son amour pour Edward Cullen, le vampire sexy interprété par le doucereux Robert Pattison, et son amitié pour Jacob, le loup-garou sauvage incarné par un Taylor Lautner hésitant. En toile de fond, et c'est bien là le plus attractif, se prépare un combat entre une armée de vampires, conduits par Victoria pour venger la mort de son compagnon, et le clan Cullen. Petit bémol : il se prépare 1 h 30 durant. Et alors, ouf ! on en prend pour son grade. C'est la seule action, certes, mais au moins elle est réussie.

http://www.lepoint.fr/culture/twilight-une-romance-hesitante-29-06-2010-471628_3.php

_________________
Revenir en haut Aller en bas
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 3:56

Pattinson-Twilight – Chapitre 3 : hésitation (Eclipse) Critique du film

Synopsis : Abandonnée par Edward, celui qu’elle aime passionnément, Bella ne s’en relève pas. Comment oublier son amour pour un vampire et revenir à une vie normale ? Pour combler son vide affectif, Bella court après le danger et prends des risques de plus en plus inconsidérés. Edward n’étant plus là pour la protéger, c’est Jacob, l’ami discret et indéfectible qui va la défendre et veiller sur elle. Mais peu à peu elle réalise l’ambigüité des sentiments qu’ils éprouvent l’un envers l’autre…

Une fois de plus je juge le film sur ses simples qualités “de films” . En effet je n’ai pas eu le « courage » de lire la saga en livre. L’expérience filmique étant déjà suffisamment « intense » dirons-nous…Après deux épisodes où il ne se passait pas grand-chose, allait-il enfin y avoir du changement dans ce 3e volet. La venue en place de réalisateur de David Slade allait-elle offrir du sang neuf a ce blockbuster aux allures de bluettes pour ados ? La réponse est oui et non…Pris au 1er degré le film est à l’image des deux autres. Alternant le soporifique, niais et consternant dans le côté puritain et bien pensant. Mais là où ce 3e volet devient plus intéressant est dans le cynisme et la moquerie sous jacente face à l’histoire dont o surprise, aussi bien les acteurs que le réalisateur semblent mettrent en avant. Oui à cause de cela, par moment Twilight Eclipse frôle les cimes de la comédie la plus drôle de l’année. Si,si je vous jure…La saga Twilight au cinéma c’est avant tout, 3 films qui trainent la patte pour être ni plus ni moins qu’une vague histoire d’amour a 3. Le genre de bluette pour ados a la sauce mormone puritaine. C’était encore à la limite du supportable dans les deux 1ers volets, mais le 3e numéro passe la 4e vitesse et enfonce le clou lors d’une scène hallucinante où Edward annonce à Bella qui a les yeux qui crient braguette, qu’il ne peut coucher avec elle car il ne veut rien faire avant le mariage. La scène est tellement 1er degré et consternante que l’on ne peut s’empêcher de finir par en rire. C’est alors que le second degré un brin sournois du film s’enclenche, car au-delà de la surprise de la teneur « idiote » de la séquence, c’est le côté ironique de la mise en scène et du jeu des acteurs qui sautent au visage. Pattinson et Stewart cabotinant comme des gosses.

Oui, car tout le long du film, on ne peut s’empêcher d’avoir en tête cette vague impression que les acteurs et le réalisateur devant la bêtise profonde de ce scénario ont pris la décision d’en rire et de le jouer à la sournoise. C’est sans doute ce qui sauve le film et le rend par moment affreusement drôle. Car malheureusement, l’humour est à peu tout ce qu’il y aura pour vous sortir de la torpeur profonde qui va vous envahir en regardant ce film. Pas qu’il soit mal mis en scène. Au contraire David Slade livre un film magnifiquement mis en scène et lisible (ce qui faisait un peu gravement défaut au 1er), malheureusement même si l’illusion fonctionne par moment au delà de la 2e heure on commence à trouver le temps diablement long et c’est ici que pour moi s’enclenche le plus gros problème. Dans le cas d’un Harry Potter par exemple, même s’il y a des coupes entre le roman et le film, je suis capable de faire la jonction entre ce qui était écrit et manque à l’écran. Hors ici, je ne connais que l’histoire via le film. Ce qui fait que pour moi en terme purement cinématographique, une fois de plus je suis dans l’obligation de dire qu’a force de faire dans la compression volontaire, le scénario aboutit à un truc indigeste. Les volturis font de la figuration, le personnage de Bree Tanner que l’on sent important un court instant, doit avoir 3 minutes max de présence à l’écran, Victoria ne sert a rien, je ne parle même pas de la partie avec son nouveau « Toy Boy » Riley…

Vient ensuite un point incompréhensible dans le scénario qui concerne le personnage de Jasper. Dans le 1er et 2e volet cinéma il est fait mention que ce personnage est un vampire nouveau né. Ce qui explique qu’il ne se contrôle pas face au sang. D’où la séquence où il manque de tuer Bella dans le 2e volet. Hors ici on nous le présente comme ayant été transformé en vampire pendant la guerre d’indépendance entre le nord et le sud chez l’oncle Sam…il y a quelques siècles. Quelques secondes avant le flash back un des personnages dit que la phase de métamorphoses de ces nouveaux nés dure dans les 3 mois… Ce qui contredit alors le flash back et les agissements de Jasper dans le 1er et 2e volet. En gros ce personnage a été un nouveau né, est devenu un vampire normal…pour repartir a zéro quelques siècles plus tard…Illogique et bizarre comme erreur. Où alors j’ai raté un épisode… Expliquez-moi…L’apparition de flash back montrant le passé des membres de la famille Cullen n’est pas une mauvaise idée. Cela aide à faire passer la pilule, celle qui remet en tête que malgré tout, ils ne servent pas a grand-chose. Triste a dire, mais c’est la vérité. En dehors du trio amoureux passez votre chemin pour un quelconque développement de personnages. Il en va de même pour le clan des loups garous. Ici le cœur du film est et reste le jeu du chat et de la souris que Bella / Jacob et Edward se font durant tout le film. Ca ne vole pas haut, mais cela devient drôle en particulier lors d’une séquence où les 3 protagonistes se retrouvent pris au piège d’une tempête de neige sous une tente et que Edward doit céder sa place dans la couchette à Jacob auprès de Bella. A partir de ce moment, la séquence prend l’allure d’un passage de Gossip Girl ou Beverly Hills shooté aux hormones de vampires. Le sous texte identifiable est une bataille de coq et d’égos entre un vampire d’une 100aine d’années et un gamin de 16 ans voulant tout les deux se taper une ado du même âge. C’est délicieusement puéril et tordue et c’est surement ce qui rend la scène aussi drôle.

David Slade à la réalisation livre la meilleure réalisation des trois films. En même temps ce n’est pas difficile. Mais on sent quand même qu’il a une laisse invisible autour du coup. Certes les combats sont beaucoup plus sadiques, on arrache des bras, décapite à tout va…mais, car il y a un mais cela ne saigne jamais. Même pas une goute (bizarre pour des bras arrachés et autres). On reste donc dans une ambiance un peu digne d’un paradoxe. Alors au final Twilight Eclipse mérite t-il la volée de bois vert qu’on lui réserve à l’avance ? Oui et non. Oui, car pour moi le succès de Twilight reste un mystère, d’un simple point de vue cinématographique les 3 volets ne mènent à rien et ce film confirme encore plus cette triste réalité. Mais en même temps David Slade réussit à mettre dans ce métrage un second degré sournois que je trouve assez rafraichissant. C’est pour moi la patte d’un bon réalisateur, faire en sorte de passer entre les gouttes et laisser sa marque, même si le scénario est en carton pâte…

Là où twilight 1 était mauvais, twilight 2 inodore, Twilight Eclipse réussit a jouer entre deux extrêmes, le diablement con et consternant et les petits éclairs de drôleries. Mais ne vous inquiétez pas je ne suis pas devenue fou et ne suit pas en passe de dire que ce Twilight Eclipse est un bon film à voir. Non c’est juste une arnaque de plus, bluette idiote pour jeune filles en fleurs. Cela fait trois films que cela cartonne en salle et que je ne comprends toujours pas pourquoi…. David Slade a vu l’occasion de prendre un bon chèque, j’aurais fait la même chose. Twilight Eclipse est au film de Vampires ce que la collection Arlequin est au romantisme, une belle arnaque qui est devenue un succès monstrueux. Va comprendre…

http://blog.landofthegeeks.com/?p=27927&cpage=1#comment-9549

encore un qui n'a rien compris vu les conneries qu'il raconte


Dernière édition par Valeriane le Mer 30 Juin - 6:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 4:00

Le soleil se lève sur Eclipse

Par Sonia Sarfati

Note : 3/5

D’un côté, il y avait les craintes : New Moon, réalisé par Chris Weitz, a déçu – en irait-il de même avec Eclipse? D’un autre côté, il y avait l’espoir : le roman à l’origine du film de David Slade est supérieur à celui qui l’a précédé et Melissa Rosenberg signe des scénarios très fidèles aux livres – cela se refléterait-il sur ce troisième long métrage inspiré de la saga de Stephenie Meyer?

Bonne nouvelle, c’est la «team Espoir» qui l’emporte : The Twilight Saga – Eclipse, qui prend l’affiche mercredi, se hisse au niveau de Twilight de Catherine Hardwicke, qui avait ouvert la franchise avec fracas. Le romantisme y est moins exacerbé et la dynamique entre ados, moins présente que dans le volet inaugural (normal, il en va ainsi du roman) ; mais les effets spéciaux sont plus réussis et les scènes d’action, d’une indéniable efficacité. Et, contrairement à ce qui se produit à quelques reprises dans New Moon, les rires que déclenchent Eclipse sont (pour la plupart) provoqués volontairement. Même ceux qui se déroulent sous la fameuse tente – que les fans des romans ont déjà visitée en imagination. N’en disons pas plus.

Triangle amoureux

Rappelons les «faits». À la fin de New Moon, Edward le sublime vampire (Robert Pattinson, ténébreux et romantique mais, ici, plus menaçant pour les ennemis et «trop-amis» de sa belle), demandait Bella (Kristen Stewart, qui partage avec Pattinson une belle chimie à l’écran) en mariage. Il est plus que centenaire et «dans son temps», c’est ainsi que les choses se faisaient – belle scène que celle de cette explication. Bella – qui, elle, n’a que 17 ans et est bien de notre époque – hésite mais ne renonce pas à son souhait d’être transformée en vampire – autre belle scène, la toute dernière, que celle où elle explique à Edward le pourquoi de ce désir. En ce sens, le scénario de Melissa Rosenberg met en relief certaines motivations des personnages, leur donnant un peu plus de profondeur et de chair.

Arrive alors la troisième pointe de ce triangle amoureux, Jacob le loup (Taylor Lautner, qui est aussi le maillon plus faible de la chaîne, son jeu – autre que celui de ses biceps – ne pouvant rivaliser avec celui de ses partenaires à l’écran). Bella éprouve un penchant pour lui, et devra explorer cette possibilité avant de faire certains choix. Ce, en ayant une épée de Damoclès sur la tête : la terrible Victoria monte une armée de vampires pour la tuer. Sous la crinière rousse de celle par qui le mal arrive, Bryce Dallas Howard a remplacé Rachelle Lefevre. Malheureusement, elle ne parvient pas à nous faire croire au côté implacable et terrifiant de l’ennemie jurée de Bella, Edward et Jacob.

David Slade (Hard Candy, 30 Days of Night) a su, chaque fois qu’il en a eu l’occasion, donner du nerf à cette histoire où beaucoup (trop) de choses passent par les dialogues. La scène d’ouverture, où un adolescent est attaqué par une «ombre» que l’on devine être Victoria, laisse d’ailleurs présager un long métrage plus sombre que les précédents. C’est le cas – mais sans excès, public oblige. Et, pour enrober le tout, la direction photo de Javier Aguirresarobe, toujours somptueuse. Bref, nous sommes de retour dans les eaux confortables qui avaient fait le succès de Twilight. C’est une bonne nouvelle.

http://moncinema.cyberpresse.ca/nouvelles-et-critiques/critiques/critique-cinema/11948-le-soleil-se-leve-sur-ieclipsei.html


Dernière édition par Valeriane le Mer 30 Juin - 4:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 4:05

Twilight 3, hésitation - la critique

Par Frédéric Mignard

Le réalisateur de Hard Candy et 30 jours de nuit prend la saga Twilight en main. Le résultat ressemble enfin a du cinéma, parfois même à du très bon.

L’argument : Des morts suspectes dans le environs de Seattle laissent présager une nouvelle menace pour Bella. Victoria cherche toujours à assouvir sa vengeance contre elle et rassemble une armée. Malgré leur haine ancestrale, les Cullen et les Quileutes vont devoir faire une trêve et s’associer pour avoir une chance de la sauver.
Mais Bella est obligée de choisir entre son amour pour Edward et son amitié pour Jacob tout en sachant que sa décision risque de relancer la guerre entre les deux clans. Alors que l’armée de Victoria approche, Bella est confrontée à la plus importante décision de sa vie.

Notre avis : L’ouragan Twilight a su parler aux jeunes filles de toute la planète, à travers son approche calibrée de la dépression adolescente. Pourtant si son langage unilatéralement naïf, en rupture avec le monde adulte, a provoqué l’adulation sans faille des nymphettes, la saga a aussi généré d’autre part le cynisme des plus âgés au grand désespoir des producteurs en manque de reconnaissance artistique.

Les adultes, peu réceptifs aux formules racoleuses et toujours prompts à se tordre de rire devant les platitudes véhiculées par la romance tarabiscotée (un trio amoureux noyé dans les notions de Bien et de Mal) n’accrochent guère à une approche dramatique essentiellement destinée aux teenagers où les protagonistes incarnent des lieux communs antagonistes. Le torse nu de Taylor Lautner, encore ici surexploité pour affirmer l’aspect charnel et bestial de son personnage, est opposé à la figure romantico-tragique qu’incarne le rachitique et blafard Edward Cullen, joué par l’éternel vampire malgré lui, Robert Pattinson. Les oppositions binaires du scénario abondent et, il est vrai, lassent par leur facilité : le chaud contre le froid, la vie contre la mort, la populace des hommes-loups contre l’aristocratie des vampires, l’animal contre l’humain racé... et tout simplement le sexe avant le mariage contre la retenue stoïque que représente Pattinson... Tout cela tient du précis métaphorique destiné à l’adolescent en phase de découverte narrative.

En 2010, les producteurs se sont décidés à changer les choses. Enfin ! Alors que les premiers fans de la saga commencent à s’endurcir et que l’on arrive à l’adaptation du troisième bouquin de Stephenie Meyer, considéré par beaucoup comme le meilleur opus de la quadrilogie, il s’agit désormais d’apporter une vraie crédibilité au mythe Twilight, de lui offrir une consécration qui dépasse le commercial pour aller vers le respectable. A l’instar de Harry Potter 3 qui marqua une rupture esthétique dans la franchise de l’apprenti sorcier et conquit un public de cinéphiles beaucoup plus matures, le nouveau volet de Twilight cherche à en finir avec les railleries systématiques pour s’orienter vers quelque chose qui ressemble enfin à du cinéma.

Aussi, et c’est le plus important, exit la mise en scène télévisuelle de Catherine Hardwicke pour Fascination ou les images sans style de Chris Weitz pour Tentation. Les producteurs ont fait le choix audacieux d’un spécialiste de l’épouvante sans concession pour redorer le blason de la saga. David Slade, l’auteur de Hard Candy et 30 jours de nuit, se retrouve ainsi dans un univers complètement opposé à ses précédentes oeuvres, même si, en cherchant bien, elles parlaient aussi, pour la première, d’adolescente obsédée par les manifestations du sexe et, pour la seconde, de vampires assoiffés de sang. Dans Hésitation, il n’est pas question d’insuffler de la subversion au récit, même si une scène de tempête de neige très drôle au demeurant rassemble sous une tente les 3 héros lors d’un rebondissement à la limite du voyeurisme, voire même du plan à 3 ! Slade semble là pour imposer un point de vue cinématographique à une oeuvre qui rapportait des milliards sans faire l’effort du paraître : la photo, les effets spéciaux, les décors, l’action... tout était si terne avant lui ! Car oui, il faut bien l’avouer, le cinéaste parvient à amender la franchise avec le talent qu’on lui connaît.

Sa grande victoire réside dans une vision infiniment plus sombre et plus photogénique de la saga. Tout est très beau, avec un filtre froid permanent qui pèse sur l’apparente inconséquence narrative. Les plans deviennent très élaborés, justifiant enfin le format scope qui était gâché dans les deux premiers épisodes. De la fluidité, des vues aériennes amples... le réalisateur pose l’intrigue romantico-tragique dans un ensemble indéniablement cinématographique, mais pousse encore plus loin la révolution en faisant vaciller le résultat dans des zones sombres, celles de 30 jours de nuit, le gore en moins.

La première scène sur le port de Seattle donne immédiatement le ton. Alors que l’on quitte le logo embrumé et pluvieux de Summit Entertainment, on se retrouve plongé dans une vraie séquence de thriller horrifique avec l’agression nocturne a priori gratuite d’un jeune homme (Xavier Samuel, en fait le futur méchant). Le Mal est là, dès l’introduction. Il fera sentir sa présence pendant tout le film, jusqu’à la promesse d’une séquence de combat entre les Cullen (associés aux loups) contre une armée de vampires déshydratés au service de la goule Victoria (changement de casting, Bryce Dallas Howard offre sa crinière rousse au personnage très fade incarné jusqu’alors par Rachelle Lefevre, c’est un vrai plus).

Twilight 3 repose presque entièrement sur la promesse d’un combat puissant entre ces trois types de créatures. L’association contre nature du clan des Cullen avec les hommes-loups et le conflit fratricide entre vampires laissent poindre des espoirs à peine amoindris par le résultat final. La bataille, aux réminiscences de Narnia dans la composition de l’armée, est probablement un peu courte, mais assez enthousiasmante. Contrairement à la production Disney précitée, Slade s’approche au plus près du fantastique violent et mortel (beaucoup tombent durant le combat), sans verser la moindre goutte de sang. Il fait fort. En tout cas beaucoup plus fort que Catherine Hardwicke et l’ultime scène du premier volet qui se déroulait dans un petit atelier de danse assez quelconque !

Vraiment très à l’aise avec la mythologie Twilight, David Slade ne s’arrête pas à la manifestation de violence. Il développe les conflits psychologiques et surtout permet une belle introspection des personnages secondaires lors de digressions justifiées qui expliquent l’origine du Mal chez les Cullen (viol collectif implicite, massacre douloureux durant la guerre de Sécession..). Malheureusement il est aussi à l’aise avec les formules de la saga et n’oublie pas d’assaisonner son film des mêmes dialogues sentencieux que ses deux prédécesseurs, ce qui plombe parfois ses efforts. Les élucubrations romantiques et la plastique des acteurs qu’il expose dès qu’il peut ont, après tout, assuré à la franchise gloire et milliards de dollars. Il n’allait évidemment pas tuer la poule aux yeux d’or. Au moins, l’a-t-il panaché et rendu plus charismatique à nos vieux yeux cyniques. Et maintenant on pourrait presque dire, vivement le 4...

http://www.avoir-alire.com/article.php3?id_article=13884
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 4:14

Twilight Chapitre 3 : Hésitation
Par Elodie Leroy

Note : 13/20

Adapter le tome 3 de Twilight n'était pas chose aisée puisqu'il s'agit du maillon faible de la série. Bonne nouvelle, le film contourne les défauts de rythme du roman en développant davantage sa part d'action sans toutefois négliger la romance, judicieusement condensée mais fidèlement restituée en dépit de quelques baisses de tension dramatique. Les fans se réjouiront par ailleurs du traitement réussi réservé à certains personnages secondaires (Jasper, notamment). En outre, si l'on reprochait au premier Twilight son style visuel trop lisse et au second de ressembler à un téléfilm de luxe, Twilight Chapitre 3 : Hésitation monte d'un cran les standards artistiques et techniques de la franchise. Epaulé par des effets spéciaux de qualité, David Slade confirme son sens esthétique aiguisé et délivre quelques séquences classieuses, à défaut d'améliorer le fond qui s'égare parfois dans des considérations en retard de plusieurs décennies. Les fans s'y retrouveront ; les autres se révèleront moins enthousiastes mais seront au moins convaincus par la qualité de la production.

On ne présente plus le phénomène Twilight, série de roman de Stephenie Meyer narrant les amours de Bella Swan et du Vampire Edward Cullen et vendue à des millions d'exemplaires à travers le monde. Un engouement qui s'explique en partie par la rareté des œuvres fantastico-gothiques s'adressant en priorité aux jeunes filles (en Occident du moins car les Japonais y avaient pensé bien avant dans leurs shojo mangas). Autour des deux personnages principaux, Stephenie Meyer a su créer son propre univers en reprenant de manière sélective les codes du genre pour y ajouter des éléments de son cru. Réalisé par Catherine Hardwicke et sorti début 2009, le premier volet de l'adaptation cinématographique parvenait à donner vie à cet univers grâce à une mise en place efficace mais décevait par des scènes d'action grandguignolesques. On lui reprochait en outre une esthétique certes soignée mais d'aspect trop lisse, trop papier glacé, en plus de quelques ratés dans les maquillages. Au contraire, le second film réalisé par Chris Weitz, Twilight Chapitre 2 : Tentation, jouait la carte d'un style visuel plus brut, davantage en accord avec le monde des Quileutes dont il était question à travers l'entrée en scène et la mutation de Jacob. C'est à David Slade (Hard Candy, 30 Jours de Nuit) qu'écope la tâche ardue de porter à l'écran le tome 3, certainement le plus difficile à adapter puisqu'il s'agit du maillon faible de la série. La bonne nouvelle, c'est que le réalisateur de l'excellent Hard Candy contourne la plupart des handicaps posés par le roman et monte d'un cran les standards artistiques et techniques de la franchise. Cependant, outre une tension dramatique inégale, certaines lignes de dialogues risquent de faire bondir...

Dans ce troisième volet, Bella (Kristen Stewart) a retrouvé son bel Edward (Robert Pattinson), plus amoureux que jamais et bien décidé à lui passer la bague au doigt. Le seul hic c'est que le père de la jeune fille n'a pas pardonné à son petit ami sa tentative de rupture. Un autre obstacle vient se mettre en travers du chemin d'Edward en la personne de Jacob Black (Taylor Lautner). Il faut dire que dans l'épisode précédent, ce dernier avait généreusement offert à la jeune fille son épaule musclée (et presque toujours nue) pour pleurer. Pendant que tout se beau monde tente de démêler l'affaire, la Vampire Victoria (Bryce Dallas Howard qui remplace au pied levé Rachelle Lefebvre) prépare sa vengeance... Disons le clairement, à moins d'être un fan inconditionnel de la série, le tome 3 de Twilight n'est pas très passionnant, avec ses 80% de bavardages plus ou moins utiles - sachant que l'écriture des dialogues n'est pas le point fort de Meyer - et son concentré d'action un peu confuse pendant les 20% restants. Sur le plan du rythme et du trop-plein de déclarations d'amour, le film Twilight Chapitre 3 : Hésitation s'en tire avec les honneurs grâce à l'écriture ingénieuse de Melissa Rosenberg. Respectueuse de l'œuvre mais consciente du déséquilibre du tome 3, la scénariste condense les échanges romantiques tout en conservant l'essentiel, et décide de montrer en parallèle certains événements censés se dérouler hors champ. Et ce dès la scène d'ouverture, à savoir le kidnapping de Riley (Xavier Samuel), une scène plutôt réussie qui flirte clairement avec le film d'épouvante grâce à la réalisation de David Slade. D'emblée, le cinéaste annonce ses intentions d'affirmer ses affinités avec le cinéma de genre. On assiste ainsi peu à peu à la montée en puissance de l'armée de vampires "nouveau-nés" que les héros combattront dans le climax, des séquences parfois très courtes mais efficaces grâce à un joli travail sur les ambiances, voire franchement classieuses lorsqu'ils font leur entrée dans la région de Forks.

David Slade nous avait déjà prouvé à travers son très inégal 30 Jours de Nuit l'importance qu'il accordait à l'esthétique de ses œuvres. Le cinéaste confirme cette qualité en redéfinissant de fond en comble le style visuel de Twilight : lisse dans le premier, fade dans le second, celui-ci devient tout simplement beau dans le troisième volet. Autant dire que David Slade insuffle enfin à la saga l'envergure qui lui faisait cruellement défaut, délivrant au passage quelques plans spectaculaires et bien dynamiques comme il faut dans l'action, le tout dans des décors somptueux et rehaussé par la composition de Howard Shore. A ce titre, il n'est plus question comme dans Tentation de faire reposer le montage sur les titres de la bande-originale. Les effets spéciaux ont eux aussi subi quelques réaménagements, notamment la meute de loups. Exit l'aspect peluche des grosse bébêtes constaté dans le second film : Jacob et sa meute bénéficient enfin d'une fourrure digne de ce nom. Avec de tels atouts dans son jeu, David Slade peut se lancer sans crainte dans des combats spectaculaires, révélant au passage un sens aigu du mouvement. Dommage que les effusions de sang présentes dans le climax du roman aient été évincées au profit d'un effet "bris de glace" lorsque les ennemis s'effondrent. C'est joli, certes, mais c'est trop propre.

Là où David Slade se montre moins convaincant, c'est lorsqu'il s'attarde sur le triangle amoureux formé par Bella, Edward et Jacob. L'humour fonctionne plutôt bien mais la tension dramatique n'est guère au rendez-vous, le final déchirant du roman ayant été évacué au profit d'un dénouement des plus niais. Sur ce plan, Chris Weitz montrait davantage de compréhension vis-à-vis des enjeux dramatiques. Cela dit, le jeu de Taylor Lautner surpasse une fois encore celui de ses deux camarades, dont les prestations s'avèrent comme toujours honnêtes mais finissent par révéler leurs ficelles. Plus que le triangle amoureux, ce sont les personnages secondaires qui valent le déplacement. A commencer par Jasper, un peu laissé à l'abandon dans les opus précédents et dont le passé se dévoile au travers un flash back morcelé et mis en scène avec élégance. Et lorsque Jasper entraîne ses troupes, Jackson Rathbone en volerait presque la vedette à Robert Pattinson. Xavier Samuel crée lui aussi la surprise dans le rôle de Riley, un personnage qu'il était si facile de faire sombrer dans la caricature et qui remportera sans mal l'adhésion des initiés. Toutefois, David Slade ne fait pas non plus de miracle : Twilight 3 ne parvient pas à redorer le blason des Volturi, décidément ratés, qu'il s'agisse de leur design manquant singulièrement de classe ou des répliques ridicules qui leur sont accordées (mention à Dakota Fanning).

Mais venons-en au sujet qui fâche. A la tirade que seuls les fans hardcore de Twilight pourront accepter sans broncher. Si passion il y a bel et bien entre Bella et Edward, force est de constater que nos héros se montrent pour l'instant extrêmement chastes. Le pompon arrive dans ce troisième épisode où Edward déballe ses théories réactionnaires sur le sexe avant le mariage. Au passage, on comprend mieux pourquoi Robert Pattinson, sans doute effrayé à l'idée de perdre en route une partie de son public, s'est dépêché avant la sortie de Twilight 3 de faire Remember Me, où il fume, boit et consomme avec sa copine ! Pour justifier les principes d'Edward, l'histoire présente le Vampire comme attaché aux idées de son époque - il est censé être né au début du siècle. La pilule a tout de même du mal à passer pour qui baigne dans une culture moderne. Cela dit, si l'on rejette Twilight pour cette seule raison, il faudra du même coup rejeter un grand nombre de productions Disney ou même de mangas pour ados. A ceci près que, dans Twilight, le sujet est abordé explicitement et c'est pourquoi on ne pourra s'empêcher d'y voir quelques relents moralisateurs. De manière complètement paradoxale, la franchise Twilight est aussi l'une des seules productions grand public pour ados où une jeune fille peut dire « je te désire » en toute simplicité à son homme. Consciemment ou non de la part de l'auteure du roman, Twilight pointe bel et bien du doigt que le désir sexuel féminin, même lorsqu'il est enfin exprimé, n'a pas fini de se heurter aux poids de traditions castratrices, toujours sous prétexte de danger. Et dans quelques décennies, lorsque l'on regardera Twilight comme le phénomène générationnel qu'il est, on y verra toutes les contradictions d'une jeunesse américaine en pleine crise de mœurs, tiraillée qu'elle est entre sa soif de modernité et les idéologies des militants pro-abstinence, très actifs depuis une dizaine d'années. Nous ne sommes pas obligés d'accepter cet aspect paradoxal de l'histoire, mais avouons au moins qu'il n'est pas dénué d'intérêt.

http://www.filmsactu.com/critique-cinema-twilight-chapitre-3-hesitation-10686.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 4:17

Twilight s’offre un trip à 3

par Martin Gignac

Note : 3/5

Le coeur de l'Amour bat encore plus fort dans «Twilight - Eclipse» où Bella hésite entre un vampire et un loup-garou. Plus satisfaisant que «New Moon», ce troisième épisode au romantisme exacerbé souffre encore d'un problème de rythme et de dialogues par moments risibles.

Bella (Kristen Stewart) ne sait pas encore qui elle aime vraiment. Même si son cœur penche nettement pour le vampire Edward (Robert Pattinson), sa raison n'écarte pas complètement le loup-garou Jacob (Taylor Lautner). Elle devra se brancher, car la méchante Victoria (Bryce Dallas Howard) est en train de monter une armée pour pouvoir venger la mort de son amoureux.

Cette populaire et lucrative franchise n'avait pas le choix de rebâtir à neuf après que Chris Weitz ait presque complètement détruit le charme développé par Catherine Hardwicke à partir des influents romans de Stephenie Meyer. En confiant les rennes du projet à David Slade, le pari pouvait être remporté haut la main (son «Hard Candy» était délicieux) ou croulé sous la pression (terriblement ordinaire «30 Days of Night»). Dans les faits, le résultat se trouve entre ces deux opposés.

Peu importe le cinéaste en celle, les codes de «Twilight» semblent plus forts que tout et il faut les suivre presque à la lettre. La palette de couleurs est cette fois plus sombre, ce qui offre la chance au réalisateur de l'exploiter convenablement en offrant de beaux paysages gothiques et une photographie particulièrement lustrée. Comme à son habitude, la trame sonore très présente laisse beaucoup de latitude à des formations recommandables, dont Metric, Beck, Bat for Lashes, The Black Keys, Unkle, Band of Horses et Muse.

En dehors de ces considérations plus esthétiques se retrouve un scénario en dent de scie, qui peut rappeler par moment les traditionnels feuilletons télévisuels. Le «je t'aime mais je ne suis pas sûr» émane toutes les dix minutes, avec cette héroïne un peu garce sur les bords qui cherche à obtenir le beurre, l'argent du beurre et le cul du fermier. Sans doute qu'il est normal d'être perdu à l'adolescence, mais de là à englober la majorité des dialogues de phrases douteuses? Au moins l'humour se veut plus présent que dans le précédent volet, ce qui est toujours ça de pris.

La progression, qui se veut captivante lors de moments plus musclés, peine à captiver pleinement lors des nombreux moments de blabla qui ne servent ni à développer le filon de l'histoire ni à épaissir la psychologie des personnages. Le metteur en scène a cependant eu la clairvoyance de leur donner un peu de chair, remontant le temps pour expliquer quelques failles des individus. Mieux dirigé, le trio en place se voit doter d'une meilleure chimie, ce qui permet à Kristen Stewart de voler la vedette à ses collègues masculins. Cela ne lui est pas trop difficile tant Robert Pattinson est complètement effacé. Pour Taylor Lautner, l'erreur de casting semble de plus en plus envisageable. Son Jacob passe la majorité du temps à harceler Bella (un peu plus et il l'oblige à l'aimer) et le comédien demeure beaucoup plus convaincant lorsqu'il est en mode loup! Le reste de la distribution va du passable (Dakota Fanning) au sans expres​sion(le nouveau venu Xavier Samuel), et le renvoi de Rachelle Lefevre pour la plus «connue» Bryce Dallas Howard s'avère injustifiée tant l'actrice ne s'approprie presque pas le rôle.

Plus intéressant que «New Moon», «Eclipse» n'en demeure pas moins une production un peu quelconque, qui reprend une formule déjà établie sans jamais la remettre en question ni la faire évoluer. Sélection prometteuse, David Slade n'est pas parvenu - mais en avait-il réellement la latitude? - à remettre complètement le train sur la bonne voie. Espérons que le plus expérimenté Bill Condon parvienne à le faire avec le diptyque «Breaking Dawn»... sinon il faudrait ramener au plus vite Catherine Hardwicke derrière la caméra.

http://www.lecinema.ca/critique/1860/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 5:14

Twilight - chapitre 3 : Hésitation

Par Louisa Amara

Note : 2,5/5

Le phénomène Twilight revient sept mois et demi seulement après le deuxième opus. Le délai d’attente raccourcit entre chaque film pour contenter les fans et faire marcher la machine à billets verts. Retour de Twilight donc avec l’obligation de ne pas décevoir. Le deuxième épisode s’enlisait dans des délires sentimentalo-dépressifs que même l’équipe de Dawson aurait refusés. Cette fois, le scénario nous réserve plus d’actions, de rebondissements, et un triangle amoureux des plus complexes.

Avec David Slade aux manettes, réalisateur de Hard Candy, thriller qui l’a fait remarquer des producteurs, on nous promet une atmosphère plus sombre et musclée. Et on n’est pas déçu, de l’action il y en a. D’abord avec la poursuite de la rouquine Victoria (Bryce Dallas Howard) toujours en quête de vengeance. Puis le duel annoncé entre new-borns vampires et les Cullen, aidés des Quileutes, les hommes-loups. Le combat attendu reste bien mené, mais ceux qui s’attendent à une scène tel l’affrontement de Gangs of New York se sont trompés de salle. Car Twilight est avant tout l’histoire des premiers émois d’une jeune fille en fleur, sur un fond fantastique. La plus grosse partie du film est donc consacrée aux hésitations de Bella : « Dois-je vraiment me couper de toute ma famille pour vivre mon amour avec un vampire ? Suis-je amoureuse de mon meilleur ami ? ».

Oui, c’est niais. N’oublions pas que l’histoire est écrite par une mormone dont le personnage de Bella est le total prolongement. La conception mormone de pureté avant le mariage est bien connue. Cela donne lieu à des scènes ridicules où Edward repousse les avances de Bella. Ce qui la fait douter d’autant plus… Le triangle amoureux initié dans le chapitre 2 prend toute son importance ici. Jacob dévoile ses sentiments et pousse Bella à admettre les siens avec un baiser en point d’orgue. On en ressentirait presque les frissons du premier baiser dans le Chapitre 1 !

Taylor Lautner s’est beaucoup entrainé et le gimmick de le voir apparaître torse nu quelle que soit la météo est désormais très apprécié du public. Et puis Taylor, c’est le fils spirituel de Dean Cain (Loïs et Clark, les nouvelles aventures de Superman) : un joli corps pour un jeu limité mais très photogénique. Plein d’humour et de testostérone, ce personnage nous touche finalement plus que celui d’Edward. Peut-être est-ce dû aux mimiques agaçantes de Robert Pattinson ? Les connaisseurs préfèreront les vampires sexy de True Blood. Mais ne comparons pas l’incomparable et sachons apprécier ce troisième volet en attendant un final qu’on espère éclatant.

http://www.ecranlarge.com/movie_review-read-14553-83081.php
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 5:17

Twilight Hésitation : la critique est certaine... ça manque de mordant! PDF

par Maxime Demers

Note : 2,5/5

Pardonnez le jeu de mots facile mais après avoir vu mardi Hésitation, le troisième volet de la saga Twilight, on continue sérieusement d’hésiter devant ce phénomène gigantesque. Une question nous taraude encore : mais qu’est-ce que les ados peuvent bien trouver à ces films banals, cucul et bourrés de clichés?

Après le terrible deuxième film de la série, Tentation, sorti en novembre dernier (lire notre critique ici), on pouvait pourtant espérer mieux avec l’arrivée derrière la caméra du réalisateur britannique David Slade (Hard Candy, 30 Days of Night), qui prend ainsi le relais de Chris Weitz qui a signé le second.

Sauf que… Oui, ce troisième film adapté de la populaire série de romans de Stephenie Meyer est mieux foutu (meilleure mise en scène, meilleure photographie, meilleurs effets spéciaux, etc.). Il reste que le tout manque de souffle et que l’intrigue générale de la série semble (déjà!) tourner en rond.

Alors donc, comme on avait pu l’entrevoir dans le film précédent, Bella (Kristen Stewart) hésite entre ses deux prétendants. Edward (Robert Pattinson) ou Jacob (Taylor Lautner)? Son vampire d’amour ou son meilleur ami devenu loup-garou? Le froid ou le chaud? Alors que la belle parle toujours de mariage avec Edward, Jacob revient dans le décor, décidé plus que jamais à la convaincre qu’il est «l’homme» pour elle.

Pendant ce temps, de nouveaux ennemis se profilent à l’horizon. Une mystérieuse armée de nouveaux vampires s’organise et fait déjà des ravages à quelques kilomètres de la petite ville de Forks. La vie de Bella est donc, une fois de plus, en danger, et les vampires du clan Cullen décident, exceptionnellement, de s’associer aux loups-garous de la tribu Quileute pour protéger la jeune femme.

Confrontation

Un film qui nous fait serrer des dents... Le triangle amoureux de Twilight : Bella (Kristen Stewart) entourée de ses deux prétendants Edward (Robert Pattinson) et Jacob (Taylor Lautner).

On l’a mentionné, ce nouveau film semble faire du sur-place par rapport au précédent. Tentation se terminait avec la demande en mariage d’Edward. Et à la fin d’Hésitation, Bella et Edward parlent (encore!) de mariage. La compétition entre Edward et Jacob monte bien d’un cran, mais il faudra attendre encore un peu avant de les voir en venir aux poings (ou aux crocs!). Pour l’instant, leur confrontation se limite à quelques échanges verbaux musclés et à quelques taquineries, notamment dans une scène, plutôt cocasse, où les deux jeunes hommes se partagent la même tente pour veiller sur Bella.

Si les tribulations de notre triangle amoureux nous donnent plus souvent qu’autrement le goût de bâiller et que les dialogues sont toujours aussi prévisibles (et parfois risibles), les scènes d’action sont, ici, nettement plus réussies que dans les deux premiers films. Les séquences de bagarres entre les nouveaux vampires et les Cullen et les loups-garous sont joliment chorégraphiées, tout comme les scènes de poursuites dans la forêt.

Risibles dans le premier et grandement améliorés dans le second, les effets spéciaux sont enfin au point et se fondent désormais harmonieusement dans l’histoire. Les loups-garous sont, pour la première fois, vraiment convaincants à l’écran. Hésitation est donc, de loin, le meilleur des trois films sur le plan technique.

En plus de faire profiter la franchise de son expertise, David Slade s’est assuré de donner aux «twilighters» de quoi les satisfaire (ou les faire hurler d’excitation). Ainsi, plusieurs scènes romantiques avec Edward sont au menu, et Jacob ne manque jamais une occasion de se promener torse nu pour exhiber ses pectoraux saillants… même quand il neige. Les fans adoreront, mais les autres risquent de s’ennuyer.

Hésitation met donc la table pour les deux derniers films de la saga qui seront adaptés du quatrième et dernier roman de la série de Stephenie Meyer et qui seront tous les deux pilotés par l’excellent Bill Condon (Dreamgirls, Kinsey, Gods and Monsters). Espérons que ce réalisateur de talent réussira à insuffler un peu de rythme à la série.

http://www.ruefrontenac.com/spectacles/cinema/24833-cinema-twilight-critique
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 6:56

J'adore les critiques de mecs qui sont ostensiblement contre l'histoire vu qu'ils la traite de débile d'entrée. ceci étant forcément la critique est à l'avenant

Et puis j'adore quand il dit qu'il attend du réalisateur des changements dans le scénario. encore un qui a tout compris du concept d'adaptation lol

tout comme il a tout compris comme son autre petit camarade (d'ailleurs ils ont dû écrire leurs conneries ensemble vu comment le fond voire la forme se ressemblent) du personnage de jasper looooooool

donc juste pour le fun (vu que ce sont d'obscurs bloggueurs n'ayant que peu pignon sur le net)

[Critique] Twilight – Chapitre 3: Hésitation (The Twilight Saga: Eclipse, 2010)

Par Niko

Twilight, le titre fait trembler des hordes de cinéphiles depuis quelques années tandis que le public très bien ciblé trépigne d’impatience depuis la fin de l’infâme second volet des aventures romantico-vampiro-débiles de Bella et Edward. Et voilà que le troisième film de la saga mormone va débarquer dans quelques semaines, catastrophe annoncée en amont pour nos yeux délicats avec une seule question qui taraude l’audience: vont-ils enfin passer à l’acte comme tout couple normalement constitué du XXIeme siècle? La fin de Tentation ne laissait pas de place au doute, la morsure (acte sexuel) n’aurait lieu qu’après un éventuel mariage! Logiquement on se dit que vu le regard criant de plus en plus braguette de Kristen Stewart dans les diverses bandes annonces, les adolescents vampires vont enfin adopter un comportement normal et la saga va enfin adopter un ton plus adulte. On avait d’excellentes raisons d’y croire, en particulier grâce au nouveau changement de réalisateur. Après la spécialiste des chroniques adolescentes Catherine Hardwicke et le tâcheron Chris Weitz, place à un spécialiste du cinéma de genre et de l’horreur, David Slade. Et là on est en droit de se dire « ça y est! Ils ont compris! ». Le bonhomme a déjà abordé le thème du vampirisme dans un 30 Jours de Nuit très intéressant et visuellement superbe, il est capable de faire des merveilles et de créer une véritable tension. Et le truc dingue c’est qu’en l’espace de cinq minutes, le temps d’une introduction de toute beauté, on y croirait presque. Sauf que les rênes de Twilight ne sont jamais vraiment tenues par les réalisateurs, et on déchante rapidement.

On retrouve donc toute la petite troupe des épisodes précédents qui vont continuer pendant près de deux heures à se tourner autour comme des chiens se reniflent le derrière. Sauf que cette fois on trouve quelque chose qui manquait cruellement aux films précédents et qui vient relativement sauver la chose, de l’action. Plusieurs séquences d’action plutôt bien torchées, bien shootées, avec une légère dose de violence presque surprenante. Il n’y a pas à dire, de ce côté là un bond en avant a été fait. Il en est de même pour les effets visuels qui semblent enfin être l’oeuvre de professionnels et non de stagiaires en animation. Il ne fait aucun doute qu’un réalisateur du calibre de Slade a pu apporter un minimum de noirceur dans une histoire qui partait comme une variation de Dracula chez les bisounours puceaux et qui deviendrait presque intéressante si elle ne se retrouvait pas plombée par les gros défauts habituels de la saga. Un romantisme à deux balles qui vient massacrer toutes les bonnes idées qui avaient été mises en place, c’est presque rageant.

Car niveau relations entre les personnages, ça vire au grand n’importe quoi. Bella ne sait plus où donner de la tête entre le vampire albinos et le loup-chippendale, à tel point qu’on s’imagine presque que tout cela va se terminer en partie à 3 un peu malsaine (2 monstres et une humaine, c’est presque de la série Z). Sauf que non bien sur! Et même si certaines lignes de dialogues semblent provenir tout droit de la pire production gonzo, tout ça reste tellement sage que ça devient navrant. On passera sur la première apparition des loups, muscles bandés et huilés, torses nus dans la forêt par -15°C (faut bien émoustiller les plus jeunes) qui ne peut rien provoquer d’autre qu’un éclat de rire. On nous sert deux séquences clés, dont David Slade est fier (et ça, ça fait peur) entre Bella et Edward qui sont juste à mourir de rire tellement on atteint des degrés de ridicule jamais vus. Mais au delà du second degré comique il y a toujours ce message aussi rétrograde que répugnant et qui va encore plus loin cette fois: non seulement le sexe avant le mariage il ne faut pas, mais en plus c’est dangereux! On applaudit la victoire de la préhistoire sur le monde moderne, c’est affligeant.

À la caméra Slade fait ce qu’il peut mais ne peut pas accomplir de miracle malgré toute la meilleure volonté du monde. En bon amateur d’horreur il parsème le film de quelques séquences de toute beauté (dont l’introduction), se fait plaisir en citant des maitres comme Romero, mais malheureusement il se vautre dans les séquences d’émotion qui prennent bien trop souvent le dessus. Niveau action, il assure bien comme il faut même si là aussi ça reste sage. Mais il a la possibilité de s’exprimer et d’imposer une certaine rage qu’on n’avait jamais pu apercevoir dans la saga, y compris dans les quelques scènes de combat lamentables des premiers films. Maladroit donc car de belles images ne peuvent pas rattraper complètement un scénario faiblard et même s’il manie sa caméra avec virtuosité on se demande pourquoi il s’est embarqué dans cette galère.

On ne va pas revenir en détails sur les acteurs car une fois n’est pas coutume, les prestations de l’ensemble du casting font peine à voir, à part peut-être Dakota Fanning qui a enfin l’occasion de s’exprimer. Mais les autres sont nuls, soyons francs, il n’y en a pas un pour sauver l’autre. On est dans du cliché dégueulasse, dans des purs produits marketings formatés à mort pour chauffer les adolescent(e)s alors que paradoxalement le message du film est tout à fait l’inverse. Au final, en voilà encore un difficile à défendre. La double histoire d’amour ne fonctionne jamais, le romantisme ne fonctionne pas non plus, on a droit à une bourde dans le scénario qui est juste honteuse (l’évolution du personnage de Jasper) pour une production de cette envergure, c’est très mal joué, très racoleur… on fait plus que friser le ridicule à plusieurs reprises et c’est bien dommage. Car on sent par intermittences qu’il y avait peut-être la possibilité de faire autre chose de plus adulte. Bien mis en scène, c’est bien la seule vraie qualité de ce troisième chapitre qu’on n’osera pas qualifier de meilleur opus mais de moins pire des trois.

http://www.filmosphere.com/2010/06/critique-twilight-chapitre-3-hesitation-the-twilight-saga-eclipse-2010/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 69
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 7:30

Il ne peux pas y avoir que de bonnes critiques " hélas "

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 7:44

non mais là on verse carrément dans la caricature, ça en est ridicule lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 10:28

Toujours la même rengaine, c'est mormon, ça prone l'abstinence et blablabla (mais bon ça vient de blogs de nerds qui sont même pas répertoriés dans google actus quand tu entres le mot "twilight", c'est dire lol)

à croire que c'est écrit par des mecs qui ne pensent qu'à tirer leur coup dès le premier soir loooooooooool

Critique : Twilight – Chapitre 3 : Hésitation

par Jean Victor

Après un premier volet particulièrement drôle et une suite totalement vide, la saga Twilight revient une 3e fois pour remplir les salles de cinéma de fans de la très mormonne Stephenie Meyer. Cette fois, ça s’appelle Hésitation.
Dans le volet précédent, on nous parlait de désir, de danger, de protection mais on ne voyait jamais rien à l’écran (et pas forcément parce qu’on s’était endormi !). Après 1h30 de rien, Edward demandait Bella en mariage.
On espère donc que ce 3e volet soit cette fois plus dense qu’un épisode des Feux de l’Amour et mieux réalisé, maintenant que le réalisateur a changé.

Verdict.

7 janvier 2009. Alors que je me rends au cinéma voir le premier chapitre du dyptique de Steven Soderbergh, je m’attends à voir une horde d’ados pseudo rebelles, qui abusent de l’image de Guevara sur leurs t-shirts ou autres, dans la salle. En arrivant devant le ciné, la horde d’ados est bien là mais elle est pseudo gothique et elle va voir autre chose. Elle va voir Twilight.

Il faut bien admettre que ce mois là, la stupéfaction la plus totale a pris le dessus pour pas mal de monde tant le phénomène Twilight a pris comme un feu de paille, pulvérisant tout sur son passage à coups de troupeaux de groupies hurlant « RROOOBBBBEEEERRRRTTTT ». La surprise se transforma en hallucination lorsque l’on découvrit le film, petit nanar très rigolo et digne d’un téléfilm avec un peu de budget bien que profondément naze, il faut bien le dire.
Enfin ça avait le mérite d’être drôle contrairement à l’insupportable New Moon qui nous a vite fait déchanté en dévoilant au grand jour sa morale nauséabonde et d’un autre âge.

Rejeton d’un puritanisme extrême, Twilight dévoilait sa nature de spot de propagande mormon et l’enrobage était trop vain pour tenter de glisser le tout avec un minimum de subtilité.
A peine un an et demi après la sortie du premier film que débarque déjà le troisième opus Eclipse, réalisé par un David Slade auquel on doit le dérangeant Hard Candy et le 30 jours de Nuit, survival bien foiré tant il était incapable de faire ressentir la durée de son calvaire quand bien même c’était la clé du récit. Avec un mec pareil derrière la caméra, on pouvait espérer voir un truc désormais un tant soit peu regardable.

Autant dire que pour le coup, l’objectif est rempli…

Pourtant, le premier quart d’heure replace comme il faut le contexte dans lequel on est, et rappelle immédiatement la fin ahurissante du deuxième épisode quand bien même cela n’était pas nécessaire tant tout le monde en était resté sur le derrière.
Mais quelque chose change déjà par rapport aux deux précédents opus. Dieu, que vois-je ? De la mise en scène ?! Et ouais.
Qui l’aurais cru, mais le film ouvre sur une séquence piochant clairement dans les codes de l’horreur et sans être transcendante, cette ouverture est suffisamment bien fichue pour éveiller l’intérêt et pour cause, il semblerait qu’il y ait enfin autre chose que du Amour, Gloire et Beauté saupoudré de fantastique destiné à cacher la morale de la chose.

Il se passe enfin quelque chose à Folks, ou du moins à Seattle, puisque la méchante Victoria (désormais interprétée par Bryce Dallas Howard, même si ça ne change absolument rien) élève une armée de vampires nouveaux nés pour aller casser la tête à ce cher Edward, en guise de vengeance suite au meurtre de l’amant de la belle à la fin du premier opus (vous suivez toujours ?).
Voilà donc que ça s’inquiète drôlement chez la famille Cullen et chez les Quileutes, ces bons vieux loups garous exhibitionnistes, qui vont devoir faire tomber leurs différents ancestraux pour combattre l’ennemi main dans la patte.
En l’état, le conflit en question occupera les 20 dernières minutes du film à l’image avec un combat dans lequel ca arrache des têtes et des bras à toute allure !
Rassurez vous mesdames, vos filles ne verront pas une goutte de sang puisque les victimes se cassent comme de la pierre dès qu’une micro fracture apparaît sur leurs corps.
Ceci dit, on ne manquera pas de remarquer que le dit passage est assez bien fichu pour ne pas être ennuyant, malgré des effets spéciaux… qui sont exactement les mêmes que dans le 2, que ce soit pour les loups ou les vampires qui courent très vite. Toujours aussi moche donc, mais les fans n’y vont pas pour ça, donc pourquoi tenter de faire mieux ?!

Pourquoi les fans y vont d’ailleurs ? Pour voir une grande histoire d’amour bien sûr !
Quand on regarde de plus près, on sait pertinemment que ce film en partie produit par l’Eglise Mormon (véridique) n’est là que pour leur dire que la chasteté, c’est la pureté, que la sexualité c’est uniquement dans un but de reproduction et d’amour véritable et que tout ce qu’elles tenteront de faire en dessous de la ceinture avec un garçon avec lequel elles ne seront pas mariées… Ce n’est pas bien, pardi !
D’ailleurs, le film excelle une fois de plus dans la démonstration de la chose, avec une scène de chambre qui provoqua il faut bien le dire l’hallucination générale dans la salle. Cela étant, si nous nous étions insurgés pour le second, nous étions désormais au courant et notre indulgence mêlée à de l’indifférence fait qu’on en a désormais plus rien à secouer, même si cela reste du bourrage de crâne pour jeune fille en fleur.
Le plus étonnant reste le traitement du sujet, puisque David Slade n’hésite pas une seule seconde à faire la chose frontalement et à balancer généreusement le lot de conneries mormonnes dans le film mais fait toujours preuve d’un second degré rassurant, avec à chaque fois une petite réplique qui l’air de rien désamorce un tant soit peu le sérieux de la chose, quand bien même c’est fait dans l’optique de nous rassurer alors qu’on sait pertinemment que le public visé en rira peut être mais en gobera tout autant le message.

Le plus dingue reste tout de même de voir qu’après 2 heures de film, les évènements soi disant majeurs de celui ci n’ont servi que de péripéties inutiles tant entre la deuxième et la dernière scène qui se répondent en écho, il ne s’est finalement quasiment rien passé, sauf un détail minuscule auquel il aura fallu 2 heures pour exister.
Evidemment, ces deux heures de film sont ni plus ni moins le temps qu’il faudra à cette chère Bella pour prendre une décision dont on sait depuis le premier film l’issue. Autant dire que pour avoir une once de tension dramatique, il faudra aller voir ailleurs, alors que le film porte excellemment bien son nom français, « hésitation ».
Certains journalistes bobos y verront une étude passionnante de la psyché de nos adolescentes d’aujourd’hui et quand on voit combien la représentation que Stéphanie Meyer en fait est molle et laborieuse, on prie pour que tout cela soit faux.

Et ce n’est pas cette pauvre Kristen Stewart qui dira le contraire, quoi que, puisque visiblement son rôle n’a pas du être très dur à jouer : elle affiche trois émotions au compteur et se révèle toujours aussi peu convaincante. Pendant ce temps là, Taylor Lautner montre toujours ses pectoraux, ce à quoi la gente féminine répond encore une fois gaiement (ce qui est assez consternant il faut bien l’admettre).
Mais en revanche, Robert Pattinson étend son jeu et commencerait presque à être bon, le bougre arrivant même (et là ça tient du miracle…) à être sympathique sur certaines scènes. Quand on voit hors du film comment il prend la chose avec légèreté, on peut parier que c’est le seul qui s’en sortira.
Pour les autres acteurs, rien à signaler de nouveau tant l’écriture générale est caricaturale et stéréotypée, ce qui est normal quand on voit combien leurs rôles sont finalement des pions dont le but est de complexifier en vain la chose.

Comme on s’adresse à des ados (et à un public féminin de 20-30 ans paraît il), faut bien donner à grignoter et finalement, tout peut se résumer à l’utilisation de la bande son : des noms prestigieux et de qualité (Howard Shore, The Dead Weather, UNKLE…) qui voient leurs musiques lynchées dans une utilisation clipesque limitant au grand maximum la diffusion de chaque titre à 30 seconde, sauf pour le thème et la chanson officielle de Muse, dont l’arrivée est soulignée par un « Oh, j’adore cette chanson » dans le film. (sisi, je vous jure…)

On dira une fois de plus qu’on est méchants ou qu’on y comprend que dalle mais rien n’y fait. Twilight reste Twilight et ce troisième épisode, qui contient en l’état le plus d’éléments, se révèle finalement toujours aussi vain quand on constate au final combien l’intrigue principale, la relation Bella/Edward, n’a avancé que d’un seul copec !
Ceci dit, force d’admettre que la chose est formellement correcte et que le film se révèle être le plus regardable de tous, réussissant même à être assez lambda pour ne pas être pointé du doigt comme le navet du moment, puisqu’il est sur un point de vue cinématographique ni trop mauvais ni bon, même si les 2 heures qui le composent semble être renforcées de 30 minutes en plus.

Les demoiselles seront donc en transe le 7 juillet et les autres regarderont la chose avec autant d’incompréhension que par le passé.

En ce qui nous concerne, on fait partie du second groupe.

http://www.cloneweb.net/critiques/critique-twilight-chapitre-3-hesitation/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 11:02

Twilight - Chapitre 3 : hésitation

par Christophe Hachez

Note : 5/10

La présence de David Slade aux manettes de ce troisième volet permet de remonter le niveau de la saga tout en restant conventionnel, histoire de ne pas déstabiliser son public.

Les deux premiers épisodes de la saga Twilight, inspirée des best-sellers de Stephenie Meyer, n'étaient guère convaincants, la faute revenant à des mises en scène trop sages (celle de Catherine Hardwicke) ou carrément illustratives (celle de Chris Weitz) mais aussi à un scénario qui ne dévoilait que les prémices d'un récit à venir, aux enjeux définitifs. Aussi, si Twilight – Chapitre 3 : hésitation apparaît meilleur que ses prédécesseurs c'est à la fois grâce à la réalisation de David Slade (le metteur en scène de Hard Candy et 30 jours de nuit) qui réussit à instaurer une atmosphère plus froide et donc plus angoissante et à un scénario qui multiplie les intrigues (les choix amoureux de Bella qui deviennent cruciaux, l'union des Cullen et des Quileute pour contrecarrer la soif vengeresse de Victoria, la cruelle vampire, le clan des Volturi qui veillent sur le devenir de Bella…) tout en développant des personnages jusqu'ici relégués au rang de silhouettes (ceux de Jasper et Rosalie).

Fort en enseignement (une partie de la légende des Quileute nous est ici dévoilée), le film de David Slade est nourri de flashs-backs informatifs qui tendent à diluer la bluette romantique et font le pont entre les différentes scènes d'action qui ponctuent le métrage jusqu'à la bataille, joliment chorégraphiée, qui unit les vampires et les lycanthropes contre les Nouveaux-nés, jeunes suceurs de sang dont la vitalité et la cruauté sont incomparables. Pour autant, Twilight – Chapitre 3 : hésitation n'arrive pas toujours à s'émanciper d'une réalisation standardisée dont l'extrême simplicité, ainsi que la répétition, agace (champs/contrechamps systématiques lors des trop nombreuses scènes de bavardages, gros plans sur les visages pour transcrire l'émotion, plans larges pour resituer les personnages dans leur environnement naturel, effets spéciaux numériques à gogo lors des scènes d'action qui restent, cependant, bien mieux utilisés ici que dans le médiocre épisode précédent). Dans cet univers sombre où le doute adolescent et la mort font figure de passage à l'âge adulte (ce qui explique probablement l'engouement des jeunes et en particulier des filles qui s'identifient à Bella), certains moments font preuve d'un humour salvateur qui fait mouche notamment lors de situations où les contraires s'affrontent (la scène sous la tente qui réunit Bella, Edward et Jacob).

Si le troisième volet de la saga s'avère donc plutôt réussi, il faut la recadrer dans une série de films dont les prises de risques formelles sont minimes, les producteurs préférant se reposer sur le récit de Stephenie Meyer ainsi que sur une narration simple et souvent classique ne prenant jamais le risque de dérouter son public qui, quoiqu'il en soit de la mise en images, voudra connaître la suite de l'intrigue. On espère, sans trop y croire, que Bill Condon (Dreamgirls) qui réalisera les deux parties du dernier épisode (Révélation) saura définitivement briser la routine jusqu'ici omniprésente, pour réussir à imposer un univers personnel dans une conclusion qui devrait logiquement être à la fois plus sanglante et plus charnelle si on s'en tient au dernier tome de la tétralogie de l'auteur américaine. Un dernier détail : si vous n'avez ni vu, ni lu les deux premiers volets, résignez-vous : vous ne comprendrez strictement rien à celui-là.

David Slade réussit un épisode plus noir, à la mise en scène hésitant entre le savoir-faire personnel et les conventions de la saga. Du point de vue narratif, le métrage arrive sans peine à être plus captivant puisqu'il développe des enjeux et des personnages jusqu'ici effleurés.

http://www.cinema-france.com/review4165_critique-twilight-chapitre-3-hesitation.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   Mer 30 Juin - 11:05

TWILIGHT : ECLIPSE

par Hugues Dayez

Rien ne sert de critiquer "Twilight" : les critiques aboient, la caravane du marketing passe, et les adolescentes énamourées se précipiteront comme de coutume pour aller voir le beau Robert Pattinson alias Edward Cullen, le vampire amoureux de la jeune Bella ( Kirsten Stewart). Le problème avec cette saga, c'est que "plus ça va, moins ça va" : chaque épisode est plus creux et plus poussif que le précédent.

Et on imagine le casse-tête des cinéastes pour tenter de donner du rythme à une intrigue dépourvue de suspense et de rebondissements. Mais le plus atterrant dans "Eclipse", c'est le message de puritanisme mormon véhiculé par la romancière Stephenie Meyer... En résumé, c'est "pas avant le mariage" : Edward refuse de toucher Bella si elle n'accepte pas de devenir sa femme. Ce n'est pas tant cet éloge vibrant de la chasteté qui pose problème, mais la manière pesante et solennelle avec laquelle il est asséné pendant les deux heures du film. Et les acteurs principaux masquent de plus en plus mal leur ennui à incarner des personnages inexpressifs, qui n'évoluent pas d'un pouce... La palme du ridicule revient sans conteste à Taylor Lautner, qui incarne Jabob, le rival loup-garou d'Edward, et dont l'unique talent consiste à exhiber par tous les temps son torse viril... Mon Dieu, que tout cela est crétin !

http://www.rtbf.be/info/societe/cinema/twilight-3-affligeant-tournee-flamboyant-232318

c'est dingue, y'a que des critiques de cinéma hommes proches de l'andropause sur cette terre lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Eclipse] Critiques Médias (attention spoilers)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Silence... Moteur... And action... :: Filmographie :: La saga Twilight :: Eclipse-
Sauter vers: