The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Web] Interview avec Glamour Magazine ( UK) 29 Juillet 2010

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: [Web] Interview avec Glamour Magazine ( UK) 29 Juillet 2010   Jeu 29 Juil - 16:04


Q: What made you say yes to Remem­ber Me; you are in the posi­tion to say yes or no to a direc­tor to choose which movie you want to be in or which movie you don’t want to be in?

A: Kind of. You get cer­tain offers and stuff, but with this, it was before Twi­light came out, and I read the script and I wanted to do another job before Twi­light came out. I didn’t end up doing one, but that was one of the things I read. So with this, usu­ally every sin­gle young guy who is a lead is often such a stock char­ac­ter. But Tyler wasn’t really com­ing from an obvi­ous place and wasn’t end­ing up in an obvi­ous place either, so it gave you much more to work with, and it could be more of a char­ac­ter piece. There are cer­tain things about generic films where you have to do cer­tain things and per­form in a cer­tain way, and it doesn’t really make sense. I think that’s why this is kind of a lit­tle bit weird in that respect, it doesn’t really fit what you’d expect from this kind of drama.

Q: With Remem­ber Me, were there cer­tain aspects of the char­ac­ter you could empathize with? He’s a guy who likes to do his own thing…

A: Yeah, in a lot of ways, I saw right from the begin­ning that he was quite sim­i­lar to me, and I kind of tried to tai­lor it to be even more sim­i­lar, but then the more I tai­lored it, the more it became a fic­tional cre­ation. But yeah, I’ve been say­ing there’s a kind of moment where, I think it’s the end of the ado­les­cent period, where you think that you have to be an indi­vid­ual so much and you want to stamp your iden­tity on every­thing. I mean, you get to your early 20s and you are much more accept­ing of being part of the world, and not want­ing to drive every­thing away from you all the time, and I kind of had that when I was in my early 20s.

Q: Would you ever stand up for your­self to the point where you are going to fight with author­ity, like the character?

A: I know, that’s what one of the main things I liked about it; there are cer­tain things which are like fan­tasy scenes of mine. It was quite sat­is­fy­ing, even the way he fights. It was all in the script, it said he fights like a pit­bull, and I was just like, ‘Yeah, I want to fight like a pitbull!’

Q: Were you at all intim­i­dated by Pierce Bros­nan in real life?

A: I went to meet him for din­ner just before we started shoot­ing, and he’s a really nice guy. He’s kind of suave and he does look exactly the same all the time. He has great pos­ture. He does this funny thing when we’re out at a restau­rant and there are peo­ple look­ing over at him, and it’s a kind of posh French restau­rant so there are a lot of older, banker type look­ing peo­ple and they obvi­ously had no idea who I was, and they were obvi­ously just look­ing at him and mak­ing a lit­tle joke or what­ever, and he goes up to their table and intro­duces him­self to every­body at that table, and you can see that they all really like him — I don’t know what he said. He was intro­duc­ing me as his son to peo­ple. (laughter)

Q: Did this role feel very dif­fer­ent from the other roles that you have played?

A: Yeah, def­i­nitely, there’s cer­tain things about it; you can impro­vise quite a lot more, espe­cially in com­par­i­son to the Twi­light films. The whole point of the Twi­light films is that there are so many hin­drances as to what you can do, whereas with Tyler, it’s kind of, it’s the first time I played some­body who is just the kind of nor­mal guy, with­out any­thing fancy, or with­out a period ele­ment, or with­out some kind of social inad­e­quacy. He is lit­er­ally just a nor­mal guy, with no spe­cific hand­i­caps, and it was fun.

Q: How did you regard Tyler’s rela­tion­ship with Car­o­line; they kind of need each other, don’t they?

A: Yeah, but it’s like, at the same time, she’s the kind of key or some­thing. It’s not like they’re going to meet up and every­thing changes in their lives or what­ever. It’s not say­ing people’s lives com­pletely change, just hav­ing a cou­ple of days of hap­pi­ness, or a cou­ple of min­utes of hap­pi­ness, can lit­er­ally turn around your entire life, and you just have to be aware of it, you just have to make them sort of see things just a lit­tle bit more.

Q: When will you shoot the last Twi­light movie?
A: I think I’m going to have to do “Break­ing Dawn” at the end of this year, so I’m not sure when.

Q: What’s your best dis­guise in order to be able to walk down Oxford Street?

A: Bit­ing your nails works quite well! Actu­ally, I was in HMV on Oxford Street on Christ­mas Eve buy­ing Christ­mas presents, and not a sin­gle per­son noticed. And here were posters [Twi­light and New Moon] every­where! It’s been years since I’ve done any­thing like that, and I think peo­ple just aren’t look­ing in the same way in London.

Q: How do you deal with fame?

A: I just try to keep work­ing. Even ten years ago, Leonardo DiCaprio always talked about being able to take a break away from every­thing, but I don’t think you can do that any­more. I think you need to cap­i­tal­ize and steer your career at the same time, because I think that, espe­cially with a thing like Twi­light, where it is lit­er­ally such a huge universe…

Q: Is it a bur­den to you, but it opens doors?

A: It opens doors and it closes oth­ers, like any­thing does. You can say, ‘Oh if I was still unknown, then no one would judge me’, but at the same time, nobody would give a shit either (laugh­ter). It’s a weird lit­tle bal­ance. And most of the time, you are just com­pletely guess­ing what you should do, so I guess I’m just doing scripts that I think are good.

Q: Did the Twi­light fans make shoot­ing Remem­ber Me in New York quite difficult?

A: The fan sit­u­a­tion, com­pletely, hon­estly, they were lovely. They would com­pletely respond to peo­ple say­ing — “Please go and wait over there or some­thing”, even when there were tons and tons of them, but it was like the paparazzi who were unbe­liev­able. They were like jackals.

Q: You said that you never asked a girl on a date like Tyler does. Is that more dif­fi­cult now you’re famous?

A: Yeah, I would imag­ine. I’m much more self con­scious now because you can’t afford to like fail. You’re kind of afraid of suc­ceed­ing too so you just kind of, you know, any­way you look at it…

Q: In what ways has this suc­cess changed things for you?

A: It changed more in Amer­ica. I always thought it was going to be like this. I came out last Christ­mas and it was kind of… it was all pretty low key again and I always thought it would’ve changed by now in Lon­don but it hasn’t really. Peo­ple just don’t look for the same stuff, but in Amer­ica, I guess it is different.

Remem­ber Me is out on DVD / Blu-ray 26 July 2010


source glamourmagazine.co.uk via ToR

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Glamour Magazine ( UK) 29 Juillet 2010   Jeu 29 Juil - 16:05

Traduction en cours.....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Glamour Magazine ( UK) 29 Juillet 2010   Jeu 29 Juil - 16:47

Pourquoi avoir accepté de jouer dans Remem­ber Me ? Vous pouvez dire oui ou non à un réalisateur et faire les films que vous voulez ou non faire ?

Rob : Oui. Vous avez certaines offre ,mais pour ce film, c'était avant la sortie de Twi­light et j'avais lu le script et je voulais faire autre chose avant que Twi­light ne sorte. Je n'ai pas pu le faire mais c'était un de ces scripts que j'avais lus. Mais d'habitude les personnages principaux masculins sont des personnages stéréotypés. Tyler n'était pas dans une position commune et ne terminait pas à une place pré-définie, donc ça me laissait l'occasion de travailler sur lui , et sur la construction de son personnage. Parfois avec des films, il faut jouerd'une certaine façon et ça n'a pas de sens. Je pense que c'est d'ailleurs pour çà que c'est parfois un peu étrange, ça ne fonctionne pas dans ce type de film dramatique.

Avec Remem­ber Me, y a t il certains aspects de votre personnage que vous comprenez ? C'est un mec qui aime faire ce qu'il a envie de faire...

Rob : Oui et de nombreuses façons. Dès le début, j'ai vu qu'il me ressemblait et j'ai essayé de le rendre encore plus semblable à moi, mais plus je le façonnais, plus il devenait une création artistique, un personnage fictif. Mais oui, il y a un moment où, je pense que c'est à la fin de l'ado­les­cence, vous pensez en tant qu'individu et vous voulez mettre votre marque partout. Vous arrivez à 20 ans et vous acceptez de faire partie du monde et vous ne voulez plus éloigner les choses de vous et j'ai ressenti ça à mes 20 ans.

Pourriez vous défendre vos idées au point de vous battre avec autorité, comme le fait votre personnage ?

Rob : C'est une des choses que j'ai aimées. Certaines scènes sont un fantasme pour moi. C'était assez satisfaisant, même la façon dont il se bat. C'était dans le script, il était dit qu'il se battait comme un pit­bull et je me suis dit "Oui, je veux me battre comme un pitbull !".

Avez vous été intimidé par Pierce Bros­nan dans la vraie vie ?

Rob :Je suis allé le rencontrer pour diner avant que nous ne débutions le tournage et il est très sympathique. Il est assez suave et il agit différemment à chaque fois. Il a fière allure. Il a fait cette chose marrante dans un restau­rant où des gens le regardaient, c'était dans un restaurant Français raffiné donc il y avait des gens d'un certain âge qui ressemblaient tous à ces banquiers et ils ne savaient pas qui j'étais, et ils le regardaient et faisaient des blagues et là il s'est levé, est allé à leur table et s'est présenté et vous auriez du voir leur réaction — je ne sais pas ce qu'il leur a dit. Il me présentait comme son propre fils. (rire)

Ce rôle est il différent de vos précédents rôles ?

Rob : Oui car j'ai pu plus improviser, surtout en comparaison avec Twi­light. Dans les films de la saga, il y a des entraves, alors qu'avec Tyler, c'est la 1ère fis que j'incarne un mec normal sans pouvoir ou qui ne vit pas dans une période historique donnée ou qui n'a pas de soucis sociaux. C'est un mec normal, qui n'a aucun handicap et c'était marrant.


Comment considérez vous la relation de Tyler avec Ally, ils ont besoin l'un de l'autre, non ?

Rob : Oui mais en même temps, c'est elle qui est la clé de tout. Ce n'est pas comme si ils se rencontrent et que ça change leur vie. Ca ne dit pas que la vie des gens change, c'est juste avoir quelques moments de bonheur ou quelques minutes qui peuvent changer votre vie et vous devez en prendre conscience, il faut qu'ils arrangent les choses et qu'ils en aient conscience.

Quand allez vous tourner le dernier film de la saga Twi­light ?

Rob : Je pense que je ferais “Break­ing Dawn” en fin d'année mais je n'en suis pas sûr.

Quel est votre meilleur déguisement pour vous balader dans Oxford Street?

Rob : Se ronger les ongles ça fonctionne bien ! En fait, j'étais au HMV de Oxford Street la veille de Noël pour acheter des cadeaux et personne ne m'a reconnu. Et il y avait des posters partout [de Twi­light et New Moon] Ca fait des années que je n'avais pas fait une chose pareille et je pense que les gens me voient différemment à Londres.

Comment gérez vous la célébrité ?

Rob : J'essaie de travailler constamment. Il y a 10 ans, Leonardo DiCaprio parlait toujours du fait qu'il lui était possible de faire un break, mais je ne pense pas que ce soit possible de nos jours. Je pense que vous devez capitaliser et diriger votre carrière car je pense qu'avec des choses comme Twi­light, c'est un univers largement immense...

Est ce un poids pour vous ? Mais ça vous a ouvert des portes ?

Rob : Ca ouvre des portes mais ça en ferme aussi, comme tout film. Vous pouvez dire "Oh si j'étais encore inconnu, personne ne me jugerait" car si vous n'étiez pas connu, tout le monde se ficherait de savoir qui vous êtes (rires). C'est un équilibre étrange. Et la plupart du temps, vous devinez ce que vous devriez faire donc je pense que je choisis des scripts que je trouve bien.

Les fans de Twi­light ont ils rendu le tournage de Remem­ber Me à New York difficile ?

Rob : Les fans étaient franchement adorables. Ils écoutaient ceux qui leur disaient "allez s'il vous plait attendre là bas", même si leur nombre était important, mais les paparazzi étaient incroyables. De vrais chacals.

Vous dites n'avoir jamais demandé à une fille de sortir avec vous comme le fait Tyler. Est ce plus difficile maintenant que vous êtes célèbre ?

Rob : Oui j'imag­ine. J'ai plus conscience des choses car je ne veux pas échouer. Vous avez aussi peur de réussir donc en fait vous ne faites que jeter un coup d'oeil...

En quoi le succès a changé votre vie ?

Rob : C'est plus visible en Amérique. J'ai toujours pensé que ce serait comme ça. Je suis sorti à Noëll dernier. J'ai fait profil bas car je pensais que ce serait différent à Lon­dres mais ce ne fut pas le cas. Les gens ne s'intéressent pas à certains trucs mais en Amérique, je suppose que c'est différent.

source glamourmagazine.co.uk via ToR

Bon y'a rien de neuf dans cet article lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Glamour Magazine ( UK) 29 Juillet 2010   Jeu 29 Juil - 17:06



punaise, j'espère qu'ils ne vont pas trop sortir de vieux trucs vus et revus sous prétexte que le DVD du film est sorti.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
nicolisandra
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 9405
Date d'inscription : 16/03/2009
Age : 44
Localisation : ici et ailleurs

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Glamour Magazine ( UK) 29 Juillet 2010   Jeu 29 Juil - 17:24


_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Glamour Magazine ( UK) 29 Juillet 2010   Jeu 29 Juil - 17:34

Valeriane a écrit:


punaise, j'espère qu'ils ne vont pas trop sortir de vieux trucs vus et revus sous prétexte que le DVD du film est sorti.

J'espère aussi lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Glamour Magazine ( UK) 29 Juillet 2010   Dim 1 Aoû - 14:54


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Glamour Magazine ( UK) 29 Juillet 2010   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Web] Interview avec Glamour Magazine ( UK) 29 Juillet 2010
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2010 :: Juillet 2010-
Sauter vers: