The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Dim 6 Nov - 4:46

Robert Pattinson interview: Reality bites

One minute Robert Pattinson was an out-of-work musician, then Twilight turned him into Britain's second-highest paid actor. As the hugely successful vampire saga approaches its end, he tells Sanjiv Bhattacharya how frightening it is to emerge back into the daylight.

When asked about the pressures of fame, Emma Watson (Hermione in the Harry Potter series) said she was thankful she wasn't Robert Pattinson. "I can't even imagine what that kind of fame must be like," she said. "So many people must wish they were in his position and think he has the best life, but actually there are prices you pay. Don't interpret that from my perspective. It's not so bad for me. I'm not in Rob's position: I don't have people screaming and crying and clawing at me. I'm so grateful for that."

It says something when the star of Harry Potter thinks that you're the one who's too famous. But Pattinson – aka R Patz – seems to have taken it in his stride. He greets the screaming hordes with humour and charm and a willingness to pose for pictures. There have been no drugs or fights with paparazzi. Even the romance he struck up with Twilight co-star Kristen Stewart two years ago has survived breathless coverage in the gossip magazines, a testament to the 25-year-old's sangfroid.

So today ought to be a breeze. He's at the Four Seasons Hotel in Beverly Hills to talk about Breaking Dawn – Part 1, the fourth instalment of the Twilight franchise that has been his life for the past four years. When he shows up, however, he's a mess. His famous hair is ungroomed and his T-shirt has a gaping hole all down one side. It's not even a fashionable tear – the stitching has just gone. He looks as though he's just been mobbed by a gang of rabid Twihards.

Happily, Pattinson doesn't seem to care. In the twilight years of the Twilight juggernaut, his thoughts have turned to what life might be like afterwards. "It's like being compared to people who've been in massive movies who just sort of disappear afterwards, even though they probably had incredibly fulfilling and successful lives," he says, nibbling on a fingernail. "Like Luke Skywalker." He scratches his head. "What the fuck's his name?"

Mark Hamill.

"Yes! People are like: 'Oh, the Mark Hamill curse.' And poor Mark Hamill. Jesus Christ." He tilts back in the chair and laughs, apparently oblivious to the state of his T-shirt. "I mean, I'm sure he did fine."

It's easy to forget that this charming shambles of a man commands at least $12m a movie. The cheekbones are a clue, but his eyes seem further apart than you expect – it's a model's face, more attractive in 2D. And Pattinson doesn't have any swagger or strut about him. As tall as he is, he doesn't impose. His body language is loose, approachable, self-effacing. He's not at the summit admiring the view so much as peering down and hoping he doesn't fall off. "I think of impending doom all the time," he says with a shrug.

This apocalyptic fear stems from the way his career started. One minute he was a complete unknown. And then, out of a clear blue sky, Twilight happened, and he turned into Elvis. Girls on every continent went bananas, as did their mothers. In 2010 Time magazine declared Pattinson one of the World's Most Influential People. And now the end is nigh.

Breaking Dawn is the last book of the series, but Summit Entertainment, determined to milk the fans down to their last shrieking dollar, has pulled the Harry Potter trick and split it into two parts (the second instalment comes out next year). How they manage to get two movies out of the final book will be interesting to see. The plot of Breaking Dawn, in which the vampire-human romance between Edward [Pattinson] and Bella [Stewart] finally reaches the marriage altar, doesn't offer quite the all-out action climax of, say, Harry Potter and the Deathly Hallows.

"In career terms Twilight was like a security blanket," Pattinson continues. Then he furrows his brow for a moment and corrects himself. "Not a blanket – a safety net. I had a three- or four-month window between each one during which I could do another job. But whatever I did I knew that I'd have another Twilight movie on the way, which is theoretically guaranteed to make a lot of money. So I could always afford to fail."

Now the net is gone. The stakes have been raised. He once described choosing roles as "crippling".

"After the last one comes out, you can kind of have two failures – and they'd better be low-budget failures. Because if you have one big-budget failure you're pretty much done in this environment."

It's an odd thing to say, given the circumstances. After all, he's the second-richest actor in Britain behind Daniel Radcliffe, with a fortune of some £32m. He's an international sex symbol who need never work again, yet he's leading the charge of a young Hollywood Brit pack that includes Andrew Garfield, Tom Sturridge, Henry Cavill and Alex Pettyfer. If there's anyone who should not be nervous about the future, it's Robert Pattinson. And yet he is.

"It's different for Kristen, for example," he continues, warming to his theme. "She doesn't think about it like that at all, because she grew up gradually, doing independent movies and stepping up the ladder, whereas I was doing progressively smaller movies in England, after Harry Potter… to the point where I was doing nine-day shoots for, like, 20p and a packet of Space Invaders. And then this happened. So I'm not just another actor who's around and jobbing. When you hire me for a job, you're hiring…"

Twilight guy?

"Yeah. I'm now this 'thing' that's supposed to be something. And if you then don't fulfil that expectation, what the fuck are you?"

It's a fair QUESTION. In some respects, he's just a nice middle-class boy from a vaguely bohemian household in Barnes, west London. His father imported vintage cars from America and his mother was a booker at a model agency. He had two older sisters, who would dress him up as a doll and call him Claudia (Pattinson has always been subject to the madness of young girls). He started modelling at the age of 12, putting those cheekbones to use – shortly after he was expelled from school for being a bit of a truant. But Pattinson never thought of acting back then. His passion was music, and still is. Those scenes in Twilight where he's playing the piano? They're actually Pattinson's hands.

Then his father persuaded him to join the local amateur dramatic society. A casting agent happened to see him in a production of Tess of the D'Urbervilles, and before long he was screen testing as Reese Witherspoon's son in Vanity Fair (the scenes never made it into the movie). Pattinson, however, wanted to finish school and go to university to do a degree in international relations – he'd toyed with the idea of becoming a political speechwriter – until he landed the part of Cedric Diggory in Harry Potter and the Goblet of Fire, which came out in 2005.

It was a huge break in a global movie franchise, but even though he shone in the role, it didn't pave the way for better things: the parts he was offered afterwards were smaller; his career went into reverse. There were a few minor indies and made-for-TV features – a shell-shocked war pilot in The Haunted Airman and a depressed musician in How To Be, not to mention an abysmal Catherine Tate vehicle, The Bad Mother's Handbook, in which the future Sexiest Man in the Cosmos tried to pass himself off as a nerd in bottle glasses and tank tops.

By now Pattinson was living with a friend in Soho, and a career in music had started to seem more likely. He had a rock band called Bad Girls, then started playing solo acoustic guitar gigs under the stage name Bobby Dupea. When he did fly out to LA, to give Hollywood a shot, he spent his days playing music in bars or going to the movies; his agent, Stephanie Ritz, let him sleep on her couch. He felt bad that Ritz had represented him for three years but he'd never nailed an audition. Then the part of Edward Cullen came up. Director Catherine Hardwicke was having a hard time filling the role. She'd tried Orlando Bloom and Hayden Christiansen. She liked Henry Cavill for the role, but he looked too old. She'd auditioned 5,000 boys for the part before Pattinson.

"The audition was at Catherine's house in Venice," he recalls of the moment that was to change his life, and his lifestyle, forever – which involved messing about on Catherine's bed with Kristen, to see if they had any chemistry. "It was me, her and Kristen, and her assistant videotaping it. I was the last one of the day and I was in there for four hours, which was longer than anyone else before me. So I kind of knew. I was like: 'Hmmm, something's happened.'

"And it was the first time I'd ever sent an email afterwards, as well. Like: 'I had a really great experience in the audition.' You know, kissing the director's arse. I always thought that was, like, the cheesiest, most pathetic thing to do. But it worked!"

Apparently he had the X-factor Hardwicke was looking for: as far as Pattinson was concerned, that X stood for Xanax. "I'd never had a Xanax before," he says, looking guilty for a moment. "But I'd started getting so paranoid about messing up auditions all the time that I would actually mess them up. So I took like half a Xanax. And it went really well, so when I had to go and meet the producers I thought: I'm just going to take another Xanax!" He laughs and rocks his chair. "And then I went in and almost fell asleep."

The producers were not impressed. They thought Pattinson looked scruffy and too old for the part. But Hardwicke pleaded and got him another meeting – this time minus the pharmaceuticals.

"I shaved, like, 50 times before I showed up," says Pattinson. "I made myself look all neat and tidy, wearing a white crew-neck T-shirt. It was almost not to be. Not a single person wanted me at that thing, only Catherine and Kristen."

He's said that he expected Twilight to be a "really serious" indie film – "I had no idea it was going to be this big thing you'd get on Burger King hats" – and as well as mass acclaim, it has, of course, had its critics. (A quote attributed to Stephen King says it best: "Harry Potter is about confronting fears, finding strength and doing what is right in the face of adversity. Twilight is about how important it is to have a boyfriend.") But you suspect that Pattinson recognised the limits of Twilight long ago. The director of Breaking Dawn, Bill Condon, describes him as supersmart: "That's the first thing you notice. He's very thoughtful and analytical. And he's a cineaste, you know? He loves a lot of genres and actors, so he seems like someone who can't wait to go explore."

His choice of roles in the past year bears this out. In May he starred in the Depression-era romance Water for Elephants, as a dashing vet who joins a circus after his parents die. Next year he'll appear in an adaptation of Guy de Maupassant's Bel Ami, which will involve him being a thoroughly bad egg and sleeping with Christina Ricci, Uma Thurman and Kristin Scott Thomas. And then there's David Cronenberg's adaptation of the Don Delillo novel Cosmopolis, a Joycean story about a cheating Manhattan billionaire who loses his fortune in a single day. He has described the script as "insane and difficult"; the cast includes Samantha Morton, Paul Giamatti and Juliette Binoche. It's the big league, by any standard. More the choice of an actor seeking a challenge than a pretty boy looking for safe harbour.

"I think he's made really smart choices," says Twilight producer Wyck Godfrey. "He has a deep desire to earn the status he has, and those films both have hardcore directors and quality material. I think it speaks more to who Rob is than the Twilight series, because he comes from a literary background. He shows up to set reading Molière."

Godfrey has also seen Pattinson's "crafty and determined" side. During one typically crazed week he had to shoot two days on Water for Elephants prior to the Golden Globes and then return to shooting Twilight. The trouble was, his hair needed to be a lot shorter for Water for Elephants. "I said, you're going to need a hairpiece [for the 1930s film]," says Godfrey. "You can't come back with completely different hair. And both he and his agent said: 'OK, I get it.' But then he had it cut short anyway. And when he saw me, he said: 'Oh my gosh, I don't know what happened!' It was pretty infuriating, but it tells you about the kind of dedication he brings to the movies he works on."

He inspires affection and admiration among co-stars, who marvel at the way he has handled his sudden superstardom. "He comes to set with no expectations or attitude," Ricci said after shooting Bel Ami, "none of those things you worry someone of his level of fame is going to have." Michael Sheen, who stars with him in the Twilight movies, has offered the avuncular verdict that he "seems to have a good head on his shoulders".

Pattinson has always said he admires Leonardo DiCaprio's career – he's even asked DiCaprio for advice on career longevity. At the Four Seasons, his eyes remain fixed on that horizon. "If I do decide one day to stop acting, I just hate the idea of people going: 'Oh, did you ever do anything else besides that Twilight thing?'"

Breaking Dawn – Part 1 is released on 18 November

source : guardian.co.uk via Robstenation

_________________
Revenir en haut Aller en bas
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Dim 6 Nov - 4:54

Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Dim 6 Nov - 10:49

je crois qu'on verra çà un peu plus tard !!!!

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 1104
Date d'inscription : 15/10/2011
Age : 37
Localisation : Franche Comté

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Dim 6 Nov - 11:41

Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Dim 6 Nov - 12:42

En effet, on verra ça plus tard lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
babe
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 7292
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 34
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Dim 6 Nov - 13:45

Shocked Shocked Shocked (c'est mon défi lol! )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Dim 6 Nov - 15:29

comme vous ,plus tard

_________________
Revenir en haut Aller en bas
vavounette
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 8932
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 44
Localisation : dans un trou lorrain lol

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Lun 7 Nov - 3:02

Smile oui plus tard

_________________
Revenir en haut Aller en bas
babe
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 7292
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 34
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Lun 7 Nov - 3:12

Traduction

A un moment, Robert Pattinson était un musicien au chômage, puis Twilight l'a propulsé au deuxième rang des acteurs britanniques les mieux payés. Alors que la saga à l'immense succès touche à sa fin, il a expliqué à Sanjiv Bhattacharya à quel point il est effrayant de retourner à la lumière du jour.

Interrogée au sujet de la pression due à la célébrité, Emma Watson (Hermione dans Harry Potter) a répondu qu'elle était ravie de ne pas être Robert Pattinson. "Je n'arrive même pas à imaginer à quoi peut ressembler ce genre de popularité" dit-elle. "Tellement de personnes aimeraient être à sa place et pensent qu'il a la meilleure des vies, mais en réalité, il y a un prix à payer. Ne le prenez pas comme mon point de vue. Ce n'est pas mauvais à ce point pour moi. Je ne suis pas à la place de Rob : je n'ai personne qui crie et pleure et s'agrippe à moi. Je suis très reconnaissante pour ça."

Ca veut dire quelquec hose quand la star d'Harry Potter pense que vous êtes celui qui est trop célèbre. Mais Pattinson - alias R Patz - à l'air de prendre ça avec sérénité. Il accueille les foules hurlantes avec humour et charme et est plein de bonne volonté pour prendre la pose pour des photos. Il n'y a jamais eu de drogue ou de bagarre avec des paparazzis. Même la romance qui le lie à sa partenaire de Twilight, Kristen Stewart, depuis 2 ans a survécu au battage médiatique dans la presse à potins, une preuve du sang froid du jeune homme de 25 ans.

Donc ça devrait être un jeu d'enfant aujourd'hui. Il est à l'hôtel Four Season à Beverly Hills pour parler de Breaking Dawn part. 1, le quatrième volet de la franchise Twilight qui représente les 4 dernières années de sa vie. Quand il est apparu, cependant, il n'était pas vraiment présentable. Ses célèbres cheveux sont désordonnés et son tee-shirt a un trou béant sur tout un côté. Et ce n'est même pas un effet de style - la couture est partie. On dirait qu'il a été assailli par une bande de Twihards enragés.

Heureusement, Pattinson a l'air de s'en moquer. Avec les derniers instants de la déferlante Twilight, ses rêves se sont tournés vers ce que sa vie pourrait être par la suite. "C'est comme être comparé à des personnes qui ont joué dans des films énormes et qui ont pour ainsi dire disparu ensuite, même si ils ont probablement eu une vie pleine de succès et d'accomplissements" dit-il, en se rongeant un ongle. "Comme Luke Skywalker". Il se gratte la tête. "Bon sang, c'est quoi son nom ?".

Mark Hamill.

"Oui! Les gens font : 'Oh, la malédiction Mark Hamill'. Et pauvre Mark Hamill. Bon sang". Il se jette en arrière dans son siège et rit, visiblement inconscient de l'état de son tee-shirt. "Je veux dire, je suis sûr que ça s'est bien passé pour lui".

Il est facile d'oublier que cet homme charmant et débraillé demande au moins 12 millions de dollars par film. Les pommettes sont un repère mais vous ne vous attendez pas à ce regard lointain - c'est un visage de mannequin, plus attirant en 2D. Et Pattinson ne se vante pas et ne se pavane pas du tout. Aussi grand soit il, il n'en impose pas. Son langage corporel est détaché, abordable et effacé. Il n'est pas sur un piedestal, admirant la vue tant qu'il la surplombe en espérant ne pas tomber. "Je pense à la fin imminente tout le temps" dit-il avec un haussement d'épaules.

Cette peur apocalyptique est due à la manière dont a débuté sa carrière. Un instant il était complètement inconnu. Et ensuite, sans prévenir, Twilight est arrivé et il s'est transformé en Elvis. Des filles de tous les continents ont perdu la tête, tout comme leurs mères. En 2010, Time magazine a déclaré Pattinson comme l'une des personnes les plus influentes au monde. Et maintenant, la fin est proche.

Breaking Dawn est le dernier film de la saga, mais Summit Entertainment, bien déterminé à plumer les fans jusqu'au dernier centime, a piqué l'astuce de Harry Potter et l'a coupé en deux parties (le second volet sort l'année prochaine). La manière dont ils ont réussi a extraire deux films du dernier livre sera intéressante à voir. L'intrigue de Breaking Dawn, dans lequel la romance vampire/humaine entre Edward (Pattinson) et Bella (Stewart) atteint enfin l'autel, n'offre pas le niveau suprême d'action de, disons, Harry Potter et les reliques de la mort.

"En terme de carrière, Twilight était comme une garantie" continue Pattinson. Puis il fronce les sourcils un moment et se corrige. "Pas une garantie - un filet de sécurité. J'avais un créneau de trois - ou quatre - mois entre chaque film durant lequel je pouvais travailler sur autre chose. Mais peu importe ce que je faisais, je savais que j'avais un autre Twilight derrière, ce qui garantissait en théorie de faire beaucoup d'argent. Donc je pouvais me permettre d'échouer".

Maintenant, il n'y a plus de filet. Les enjeux sont montés d'un cran. Il a décrit le choix des rôles comme étant "paralysant".

"Une fois que le dernier est sorti, vous pouvez avoir genre deux échecs - et il vaudrait mieux que ce soit sur des petits budgets. Parce que si vous échouez sur un film à gros budget, vous êtes plutôt fini dans ce milieu."

Ce sont des propos étranges, au vu des circonstances. Après tout, il est le deuxième plus riche acteur en Angleterre derrière Daniel Radcliffe, avec une fortune d'environ 23 millions de dollars. C'est un sex-symbol international qui n'a plus besoin de travailler, maintenant qu'il est le chef de file d'un clan de jeunes Anglais à Hollywood incluant Andrew Garfield, Tom Sturridge, Henry Cavill et Alex Pettyfer. Si il y a quelqu'un qui n'a pas à s'en faire pour le futur, c'est Robert Pattinson. Et pourtant il l'est.

"C'est différent pour Kristen, par exemple" continue-t-il, rougissant à ce sujet. "Elle ne pense pas du tout à ça, parce qu'elle a évolué petit à petit, en faisant des films indépendants et en gravissant les échelons, alors que moi je faisais des films plus petits en Angleterre, après Harry Potter... à tel point que je faisais des tournages de 9 jours pour, genre, 20 pences et un paquet de Space Invaders. Et puis c'est arrivé. Et je ne suis plus juste un acteur parmi tant d'autres et qui fait des petits boulots. Quand on m'engage pour un travail, on engage..."

Le gars de Twilight ?

"Ouais. Je suis maintenant cette "chose" qui est supposé être quelque chose. Et si tu ne réponds pas à cette attente, alors qu'est-ce que tu es, bordel ?"

C'est une bonne question. A certains égards, il est simplement un gentil garçon de classe moyenne, issu d'une famille légèrement bohème de Barnes, dans l'ouest de Londres. Son père importait d'Amérique des voitures anciennes et sa mère était agent dans une agence de mannequin. Il avait deux soeurs ainées, qui voulaiten le déguiser en poupée et l'appeler Claudia (Pattinson a toujours été sujet à la folie des jeunes filles). Il a commencé le mannequinat à l'âge de 12 ans, mettant à profit ces pommettes - peu de temps après s'être fait renvoyer de l'école pour avoir fait un peu l'école buissonnière. Mais Pattinson n'a jamais pensé à faire acteur à l'époque. Sa passion était la musique, ça l'est toujours. Ces scènes dans Twilight où il joue du piano ? Ce sont réellement les mains de Pattinson.

Puis son père l'a convaincu de rejoindre la troupe amateur d'art dramatique locale. Un agent de casting l'a repéré dans une production de Tess of the D'Ubervilles et, rapidement, il a fait les essais pour le rôle du fils de Reese Witherspoon dans Vanity Fair (les scènes ne sont jamais apparues dans le film). Pattinson, cependant, voulait terminer l'école et aller à l'université pour passer un diplôme en relations internationales - il avait en tête de devenir rédacteur de discours politiques - jusqu'à ce qu'il débarque dans le rôle de Cedric Diggory dans Harry Potter et la coupe de feu, sorti en 2005.

Ce fut une énorme révélation dans une franchise mondiale, mais même si il a brillé dans ce rôle, ça n'a pas ouvert la voie à mieux : les rôles qu'on lui a proposés par la suite était plus mineurs, sa carrière tendait à s'inverser. Il y a eu quelques apparitions dans des petits films indépendants et dans des téléfilms - un pilote de guerre traumatisé dans The Haunted Airman et un musicien dépressif dans How To Be, pour ne pas mentionner le catastrophique The Bad Mother's Handbook de Catherine Tate, dans lequel le futur Homme le plus sexy selon Cosmo tente de se faire passer pour un geek en lunettes cul-de-bouteille et col roulé.

A ce moment-là, Pattinson vivait à Soho avec un ami et une carrière dans la musique commençait à paraître plus probable. Il avait un groupe de rock appelé Bad Girls, puis a commencé à faire des concerts de guitare acoustique sous le nom de scène Bobby Dupea. Quand il s'est envolé pour Los Angeles, pour tenter sa chance à Hollywood, il passait ses journées à jouer de la musique dans des bars ou à aller au cinéma. Son agent, Stephanie Ritz, l'a laissé dormir sur son canapé. Il se sentait mal que Ritz l'ait représenté pendant 3 ans mais qu'il n'ait jamais remporté une audition. Puis le rôle d'Edward Cullen s'est présenté. La réalisatrice Catherine Hardwicke avait des difficultés à trouver quelqu'un pour le rôle. Elle avait essayé Orlando Bloom et Hayden Christensen. Elle aimait Henri Cavill, mais il paraissait trop âgé. Elle a auditionné 5.000 gars pour le rôle avant Pattinson.

"L'audition avait lieu dans la maison de Catherine à Venice" se remémore-t-il au sujet du moment qui allait changer sa vie, et son mode de vie, pour toujours - ce qui impliquait de se tripoter sur le lit de Catherine avec Kristen, pour voir s'ils avaient une alchimie. "C'était moi, elle et Kristen et son assistant qui filmait. J'étais le dernier de la journée et j'étais là depuis quatre heures, ce qui était plus long que n'importe qui avant moi. Donc, en quelque sorte je le savais. Je me sidais : 'Humm, quelque chose s'est passé.'

"Et c'était la première fois que j'envoyais un e-mail par la suite, aussi. Genre : 'J'ai vraiment passé un super moment à l'audition.' Vous savez, lécher les bottes du réalisateur. J'ai toujours pensé que c'était la chose la plus mielleuse et la plus pathétique à faire. Mais ça a marché !"

Apparemment, il avait le facteur X que recherchait Hardwicke : en ce qui concerne Pattinson, ce X signifie Xanax. "Je n'avais jamais pris de Xanax avant" dit-il, paraissant fautif un instant. "Mais j'ai commencé à être tellement paranoïaque à l'idée de foirer mes auditions tout le temps que je les foirais vraiment. Donc j'ai pris une moitié de Xanax. Et ça s'est réellement bien passé. Quand j'ai dû aller rencontrer les producteurs, je me suis dit : "Je vais juste prendre un autre Xanax !". Il rit et se balance sur sa chaise. "Et ensuite, j'y suis allé et me suis presque endormi".

Les producteurs n'ont pas été impressionnés. Ils trouvaient Pattinson peu soigné et trop âgé pour le rôle. Mais Hardwicke a insisté et lui a obtenu une autre rencontre - cette fois sans les médicaments.

"Je me suis rasé, genre, 50 fois avant de me montrer" dit Pattinson. "Je me suis fait tout beau, tout propre, je portais un tee-shirt blanc ras-de-cou. C'était presque un 'non'. Pas une seule personne ne me voulait pour ça, uniquement Catherine et Kristen".

Il a dit qu'il s'attendait à ce que Twilight soit un film indépendant "très sérieux" - "Je ne savais pas que ça allait être ce truc énorme qu'on retrouverait sur les emballages Burger King" - et pour autant qu'il ait été acclamé par le plus grand nombre, il a, bien entendu, ses critiques. (une citation attribué à Stephen King le dit le mieux: "Harry Potter parle de se confronter à ses peurs, trouver la force et faire ce qu'il faut face à l'adversité. Twilight parle de l'importance d'avoir un petit-ami."). Mais on suppose que Pattinson avait identifié les limites de Twilight bien avant. Le réalisateur de Breaking Dawn, Bill Condon, le décrit comme hyper-futé: "C'est la première chose que l'on remarque. Il est très réfléchi et a l'esprit d'analyse. Et il est cinéphile vous savez. Il aime beaucoup de genres et d'acteurs. Il semble être quelqu'un qui ne peut pas attendre pour aller explorer".

Ses choix de rôles ces dernières années le confirment. En Mai, il joue dans Water for Elepehants, une romance à l'époque de la Dépression, le rôle d'un audacieux vétérinaire qui rejoint un cirque après la mort de ses parents. L'année prochaine, il apparaîtra dans l'adaptation de Bel Ami de Guy de Maupassant, ce qui le mènera à être une personne tout à fait abjecte et à coucher avec Christina Ricci, Uma Thurman et Kristin Scott Thomas. Et puis il y a l'adaptation de la nouvelle de Don Delillo, Cosmopolis, par David Cronenberg, une histoire Joycéenne* au sujet d'un milliardaire fourbe de Manhattan qui perd sa fortune en un seul jour. Il a décrit le scénario comme "démentiel et difficile". Le casting comprend Samantha Norton, Paul Giamatti et Juliette Binoche. C'est la grande classe, à tous les niveaux. Plus le choix d'un acteur à la recherche d'un défi que d'un joli garçon cherchant un refuge.

"Je trouve qu'il fait des choix très intelligents" dit Wyck Godfrey, producteur de Twilight. "Il a un désir profond d'atteindre le statut qu'il a et ces films ont à la fois des réalisateurs confirmés et une substance de qualité. Je pense que ça en dit plus long sur Rob que la saga Twilight, parce qu'il vient d'un milieu littéraire. Il arrive sur le tournage en lisant Molière".

Godfrey a également vu le côté "rusé et déterminé" de Pattinson. Pendant une semaine particulièrement folle, il devait tourner 2 jours de Water for Elephants avant les Golden Globes, puis retourner tourner Twilight. Le problème était que ses cheveux devaient être un peu plus courts sur Water for Elephants. "J'ai dit, tu vas devoir porter une perruque [pour le film des années 30]" dit Godfrey. "Tu ne peux pas revenir avec des cheveux complètement différents. Et lui et son agent ont dit : 'Ok, compris'. Mais ensuite, il avait quand même cette coupe courte. Et quand il m'a vu, il a dit 'Oh mon dieu, je ne sais pas ce qu'il s'est passé !'. C'était plutôt rageant, mais ça en dit beaucoup sur l'espèce de dévouement qu'il porte aux films sur lesquels il travaille".

Il inspire attachement et admiration à ses partenaires, qui s'étonnent de la façon dont il a géré son soudain statut de superstar. "Il est arrivé sur le tournage sans exigence ni arrogance" a dit Ricci après le tournage de Bel Ami, "fien de ce qu'on redoute de trouver chez des personnes de son niveau de célébrité". Michael Sheen, qui joue avec lui dans Twilight, a déclaré, sur un ton paternaliste, qu'il semblait "avoir la tête bien posée sur les épaules".

Pattinson a toujours dit qu'il admirait la carrière de Leonardo DiCaprio - Il a même demandé à DiCaprio des conseils pour une longue carrière. Au Four Seasons, ses yeux restent fixés sur cet horizon. "Si un jour je décide d'arrêter de faire acteur, je déteste l'idée que des personnes puissent dire 'Oh, as-tu seulement fait autre chose que ce truc de Twilight ?'"

*Joycéenne: fait référence à James Joyce, auteur de Ulysse dont l'action se passe également sur une seule journée Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
vavounette
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 8932
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 44
Localisation : dans un trou lorrain lol

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Lun 7 Nov - 3:21

Babe je lirais demain

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Lun 7 Nov - 14:10

Babe pour cette très longue traduction

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 69
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Lun 7 Nov - 15:37

Babe

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Lun 7 Nov - 17:48

babe
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Lun 7 Nov - 18:08

pour cette longue ITW que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
nicolisandra
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 9405
Date d'inscription : 16/03/2009
Age : 44
Localisation : ici et ailleurs

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Lun 7 Nov - 20:12

Babe!
Très bonne interview!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Lun 7 Nov - 20:13

Babe. Cette ITW rejoint la longue liste des choses à lire quand le temps me le permettra

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Lun 7 Nov - 23:21

T'as raison Ptiteaurel parce qu'après on risque d'avoir la traversée du désert !!!

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
vavounette
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 8932
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 44
Localisation : dans un trou lorrain lol

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Mar 8 Nov - 0:30

bien interessante à lire oui Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jel
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Mar 8 Nov - 3:03

les filles
Je me mets la lecture de côté Smile
Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 1104
Date d'inscription : 15/10/2011
Age : 37
Localisation : Franche Comté

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   Mar 8 Nov - 16:59

Babe,

moi aussi , j'ai pris bcp de plaisir à lire ton ITW !! je trouve également que ce n'est pas le genre de ttes les autres, pas seulement axée sur Edwrad et BD mais sur le monde de Rob !
vous me direz, normal, c'est un magazine anglais, dc ils se démarquent...
vraiment intéressant à lire ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Web] Interview avec The Guardian (Angleterre) - Novembre 2011
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2011 :: Novembre 2011-
Sauter vers: