The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Web] Interview avec Fearnet.com - Novembre 2011

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: [Web] Interview avec Fearnet.com - Novembre 2011   Sam 12 Nov - 13:40

It is the beginning of the end for the Twilight series, but for Robert Pattinson’s vampire, Edward, it is the happiest he has ever been. The vampire doesn’t sparkle once in this film, but he also doesn’t brood or mope. Sure, that may not be a selling point for those who love the moody vampire figure, but Pattinson seems okay with it. As Breaking Dawn part 1 approaches, Pattinson talks about how Edward has evolved and how he said goodbye.

You’ve been playing Edward Cullen for nearly five years. Can you describe the journey he has taken, and the journey you have taken with him?

Right from the beginning, I ignored the fact that he was a vampire; I ignored the fact that he was 108 years old, except for in sort of metaphorical senses. You are left with a troubled teenager with a very simple story of him finding contentment with himself. He gets content by finding a woman and having a child, which I guess is how a lot of guys balance themselves out. At least, that’s the hope anyway.

Director Bill Condon mentioned that there was this self-loathing that you told him you had been playing with for the first three movies, that had never really been presented as a plot element.

Yeah. I thought that would be the key ingredient to Edward’s character. He’s 108 years old, but he’s never achieved anything he wanted to achieve. He’s been stuck in adolescence. When you are in adolescence, you think nothing is fair – he’s been living with that for 100 years. You’d eventually get to the point of desperation. It is very difficult to portray that and a love story at the same time, unless you want to make a very different movie. So I was trying to push for that angle. Breaking Dawn is probably the happiest Edward has ever been in the whole series.

Can you talk about the scene where the baby is born, and you turn Bella?

I read the script [for Breaking Dawn] before I read the book – that was the first time I had ever done that. I was astonished when I read that scene – I couldn’t believe we were actually going to do it. I was terrified going into it. It ended up being one of the most incredible scenes in this movie. There is definitely an R-rated – or even NC-17 rated – version of it – of a few scenes in this movie. Because of the violence, it gave a lot of freedom, and having every character so desperate, it became something very, very different. Especially for Edward, who has always been a pacifist, who is always very logical and objective. Suddenly I was playing edward, stuck between an emaciated dummy’s legs, chewing through a placenta, cream cheese and strawberry jam all over your face, and then pulling out this three-week-old baby with a wig on… it’s like something out of a Bunel movie.

What were your last moments playing Edward like?

The very last moments I was in St. Thomas in the Caribbean, on the beach, and it was incredible. It was the only time I had ever experienced anything like that in a Twilight movie. The last scene with everyone [the wedding scene] was actually kind of horrible, because it was cold, it was after two weeks of night shoots. It was five in the morning, it was freezing cold, pouring rain… it was kind of symbolic of how a lot of the movie was shot. It doesn’t really feel like the end of it yet though, because the press tour is so huge and you are always being asked about it, so this just feels like part of the process of making the movies. So until the last one is released, I don’t really feel like it’s over.

Do you prefer doing big franchise films or little indie films? What’s next for you?

I don’t really know. I honestly approach [roles] the same way. Smaller movies are great because you don’t have to argue with so many people all the time, but then again, I kind of like arguing, so there is a balance either way. With independent films, it’s nice to see a director who… I just worked with David Cronenberg, and he’s left alone by everyone – obviously, he’s proved himself time and time again, but I’ve never really worked with anyone with absolutely no pressure from anyone else beside themselves. It’s nice to know that the pressure isn’t caused by compromises or anything like that, it’s just because they have taken the responsibility upon themselves and it’s up to them to get what they want. People get a lot more pleasure out of it that way.

You have mentioned in the past wanting to get back into music. Have you been recording anything? Is music still a priority to you?

I record stuff a lot. There is something about doing movies… I can handle the criticism because you can always blame someone else. But with music, as soon as you put something out there, it is there for people to judge it. And I don’t necessarily wan’t people to judge it; I don’t care what they say. But I know that if I did release it, the day it came out I would be on the internet looking at [reviews] and I’d probably shoot myself. So I don’t know if its worth shooting myself.

Any chance of you putting it out under an alias or a false name?

I like that idea, but it’s very embarrassing if you get caught.

How do you feel about having your handprints and footprints immortalized in the courtyard of Graumann’s Theatre?

I stayed at the Magic Castle the first few times I came to Los Angeles – I was about 17. I used to walk down to [Graumann's] all the time, and I had no idea Hollywood Blvd would look the way it does. I was totally unemployable back then. It wasn’t even in the realm of [possibility] or any kind of understanding. I don’t even really felt like I’ve even done it. There is just this wave that happened, and I’m on it. I was kind of embarrassed when I did it because I messed it up and stepped on my own handprint. It’s incredible; it represents something amazing.

source : fearnet.com via spunk-ransom

_________________
Revenir en haut Aller en bas
babe
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 7292
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 34
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Fearnet.com - Novembre 2011   Sam 12 Nov - 13:59


_________________
Revenir en haut Aller en bas
babe
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 7292
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 34
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Fearnet.com - Novembre 2011   Sam 12 Nov - 19:13

Traduction

C'est le début de la fin pour la saga Twilight, mais pour le vampire de Robert Pattinson, Edward, c'est la plus heureuse qu'il n'ait jamais eu. Le vampire ne scintille pas une seule fois dans ce film, mais il ne rumine pas ni ne broye du noir non plus. Evidemment, ce n'est sans doute pas un bon argument pour ceux qui aiment le vampire maussade, mais Pattinson semble d'accord avec ça. Alors que la sortie de BD Part1 approche, Pattinson parle de l'évolution d'Edward, et de la façon dont il a dit au revoir.

Vous avez joué Edward Cullen pendant presque 5 ans. Pouvez-vous nous décrire son aventure, et l'aventure que vous avez traversée avec lui?

Dès le début, j'ai ignoré le fait qu'il était un vampire; j'ai ignoré le fait qu'il avait 108 ans, excepté dans un sens plus ou moins métaphorique. Vous avez un adolescent troublé avec une histoire très simple: se trouver satisfait de lui-même. Il l'obtient en trouvant une femme et en ayant un enfant, ce que je devine être la façon dont beaucoup de mecs s'équilibrent. Du moins, c'est l'espoir en tout cas.

Le réalisateur Bill Condon a mentionné que vous lui avez parlé de ce dégout de soi que vous avez joué pendant les 3 premiers films, et qui n'a jamais été présenté comme un élément de l'intrigue.

Ouais. Je trouvais que c'était l'ingrédient-clé du personnage d'Edward. Il a 108 ans, mais il n'a jamais rien réalisé de ce qu'il voulait atteindre. Il est coincé dans l'adolescence. Quand vous êtes adolescent, vous pensez que rien n'est juste – il a vécu avec ça pendant 100 ans. Vous finissez par atteindre le désespoir. C'est difficile de décrire ça et une histoire d'amour en même temps, à moins que vous ne vouliez faire un film très différent. J'ai donc essayé de faire pression pour cet angle de vue. Le Edward de BD est probablement le plus heureux de toute la saga.

Pouvez-vous parler de la scène où le bébé nait, et que vous transformez Bella?

J'ai lu le script [de BD] avant de lire le livre – c'était la première fois que je faisais ça. J'étais stupéfait quand j'ai lu la scène – je ne pouvais pas croire que nous allions réellement faire ça. J'étais terrifié d'aborder ça. Il s'est avéré que c'est une des scènes les plus incroyables de ce film. Il y a clairement un rated-R – ou même rated NC-17 – de quelques – versions de – scènes dans ce film. A cause de la violence, ça donne beaucoup de liberté, et avoir chaque personnage tellement désespéré, ça devient quelque chose de très, très différent. Spécialement pour Edward, qui a toujours été un pacifiste, qui est toujours très logique et objectif. D'un seul coup, je jouais Edward, coincé entre les jambes décharnées d'un mannequin, machant un placenta, du fromage blanc et de la confiture de fraises partout sur le visage, et ensuite sortir ce bébé de 3 semaines qui porte une perruque...ça semble sortir tout droit d'un film de Bunuel.

Comment étaient vos derniers moment dans la peau d'Edward?

Les tous derniers moments j'étais à St Thomas aux Caraïbes, sur la plage, et c'était incroyable. C'était la seule fois où j'ai expérimenté un truc comme ça dans un film Twilight. La dernière scène avec tout le monde [la scène du mariage] était en réalité plutôt horrible, parce qu'il faisait froid, c'était après 2 semaines de tournage de nuit. Il était 5h du matin, il faisait un froid glacial, il pleuvait averse...c'était plutôt symbolique de comment a été tournée une bonne partie du film. Cependant, ça ne ressemble pas encore vraiment à la fin, parce que la tournée promotionnelle est tellement énorme et on vous pose toujours des questions là-dessus, donc, ça ressemble plutôt à une partie du processus de faire les films. Donc jusqu'à ce que le dernier soit sorti, je n'ai pas vraiment l'impression que ça soit fini.

Préférez-vous faire une grosse franchise ou de petits films indépendants? Quelle est la suite pour vous?

Je ne sais pas vraiment. Honnêtement, je considère [les rôles] de la même manière. Les films plus petits sont super parce que vous ne devez pas tout le temps débattre avec autant de personnes, mais il faut dire que j'aime débattre, donc il y a un équilibre de toute façon. Avec les films indépendants, c'est bien de voir un directeur qui...je viens juste de travailler avec David Cronenberg, et tout le monde le laisse tranquille – évidemment, il a fait ses preuves maintes et maintes fois, je n'avais jamais vraiment travaillé avec quelqu'un qui ne subit absolument aucune pression de qui que ce soit. C'est bon de savoir que la pression n'est pas causée par des compromis ou autre, c'est simplement parce qu'ils ont pris sur eux la responsabilité et c'est à eux d'obtenir ce qu'ils veulent. Les gens prennent beaucoup plus de plaisir de cette façon.

Vous avez mentionné par le passé vouloir retourner à la musique. Avez-vous enregistré quelque chose? La musique est-elle toujours une priorité pour vous?

J'enregistre beaucoup de trucs. Il y a quelque chose à propos de faire des films...je peux supporter la critique parce qu'on peut toujours rejeter la faute sur quelqu'un d'autre.Mais avec la musique, dès que vous sortez quelque chose, c'est là pour que les gens le juge. Et je ne veux pas nécessairement que les gens le juge; je me fiche de ce qu'ils disent. Mais je sais que si je le sors, le jour de sa sortie, je serai sur internet à regarder [les commentaires] et je me fusillerai probablement. Et je ne pense pas que ce soit mieux que je me fusille.

Y a t-il une chance pour que vous le sortiez sous un pseudonyme ou un faux nom?

J'aime cette idée, mais c'est très embarrassant si vous vous faîtes prendre.

Qu'est-ce que ça vous fait d'avoir vos empreintes de mains et de pieds immortalisés sur le trottoir du Graumann's Theatre?

Je me suis rendu au Magic Castle les quelques premières fois où je suis venu à Los Angeles – j'avais environ 17 ans. J'avais l'habitude de m'y promener tout le temps, et je ne savais pas qu'Hollywood Boulevard ressemblerait à ça. J'étais totalement inemployable à l'époque. Ce n'était même pas du domaine du possible ou compréhensible. Je n'ai même pas vraiment l'impression que j'ai déjà fait ça. Il y a juste cette vague qui est arrivée, et je suis dessus. J'étais plutôt embarrassé quand je l'ai fait parce que je l'ai foiré et j'ai marché sur mes propres empreintes de mains. C'est incroyable; ça représente quelque chose d'extraordinaire.



c'est du déjà lu dans le texte lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Fearnet.com - Novembre 2011   Sam 12 Nov - 19:31

Babe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Fearnet.com - Novembre 2011   Sam 12 Nov - 19:32

Babe

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Fearnet.com - Novembre 2011   Sam 12 Nov - 19:39

Babe

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
Jel
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Fearnet.com - Novembre 2011   Lun 14 Nov - 1:27

Babe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Web] Interview avec Fearnet.com - Novembre 2011   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Web] Interview avec Fearnet.com - Novembre 2011
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2011 :: Novembre 2011-
Sauter vers: