The RPattz Club, Forum du site

Partagez | 

 [Web] Interwiew avec Scotsman - Novembre 2011

Aller en bas 

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: [Web] Interwiew avec Scotsman - Novembre 2011   Lun 14 Nov - 11:03

Robert Pattinson is bewildered by just how famous he is. As the Twilight saga draws to a close, the actor, a curious mix of charm and awkwardness, offers a glimpse into his surreal world

“I was on the 209 bus last week,” I blurt to Robert Pattinson by way of an introduction. He looks wary. It’s fair enough. We’re in Los Angeles, in a room on the 10th floor of the Four Seasons hotel and the 209 is a bus that trundles through south west London. The reason I mention it is because it stops in Barnes, the leafy suburb where Pattinson grew up and where his parents still live. It’s a village, really, quaint and terribly English, peppered with ye olde pubs patronised by older gents in red socks and corduroys, the casual attire of the retired banker. It’s most definitely not Beverly Hills.

“That’s the bus that goes to where my parents live,” he says, looking confused. “And it’s the bus I took to my prep school in Sheen.”

I didn’t mention the 209 to freak Pattinson out, although I’m quickly learning how skittish he is. I wasn’t trying to be quirky, or to ingratiate myself; I was aiming to just say something ordinary, something simple and real, because it’s not difficult to work out that simple and real are not major features of Pattinson’s life. After all, he’s Edward Cullen, brooding vampire hero of the Twilight Saga, the cinematic juggernaut that started in 2008 and, with a release each year since, draws to a close with Breaking Dawn, the first part of which is out this month, followed by the second and final part, already shot but to be released in November 2012.

Before Twilight, Pattinson, 25, was anonymous. Now, there isn’t really anywhere he can go without being recognised. Pie shops in Yorkshire, karaoke bars in Texas – there’s no escape from Edward Cullen and the millions of fans who want their necks nibbled, mothers who’d like their daughters signed (really) or at the very least a photograph to put on Facebook.

It’s the reason Pattinson lives in hotels, to stay one step ahead.

“It’s good to be able to escape,” he says. “But I’ve started to feel recently that having a home would be good. You do kind of lose yourself when you’re living out of bags the whole time. But if I had a home I’d worry about it too much. And I hate spending money. If I could find a house for free that’d be amazing.”

He laughs and then looks serious again. It’s typical Pattinson delivery, a kind of subdued stream of consciousness in which he talks himself in and out of things, then relies on humour to lighten things up, not always convincingly.

“I rented a house in LA last year,” he says. “It was great for ages and then people found out about it and so there were people outside all the time. I had to go away for work and people were going up to it and taking pictures of themselves beside the house. People are crazy.”

You don’t really have to have seen any of the Twilight movies to know what they’re about. Based on Stephenie Meyer’s blockbuster novels, the movies tell the tale of the fated romance between Edward, a 110-year-old vampire who looks forever 17, and Bella (Kristen Stewart) who is human. The first three parts that have been released since 2008 have made nearly $2billion. They’ve also made Pattinson into a global star.

The hotel corridor is dotted with more women with clipboards than I can count. They stand in pairs, marking things down (what I wonder?). Outside the room in which I find Pattinson, sitting in a corner, looking as inconspicuous as a six foot movie star can possibly look, dressed down in jeans and Converse, with a scuzzy looking T-shirt underneath a canvas jacket, there are two burly security guards with inscrutable facial expressions and jackets that are slightly straining at the button.

“There are more organisers here than we have on the set,” Pattinson says. “Having security walking up and down the corridor as if something’s going to happen is freaking me out.”

It’s no wonder he’s nervous. He’s had some dicey experiences. The last time he was in London (promoting Water for Elephants, in which he starred with Reese Witherspoon) he was followed by one particular photographer for the whole week. It was odd, he says, and it got dangerous.

“In America there are loads of people who follow me around at the same time but this was just one guy who was just on me the whole time I was there. He was obsessed. I got in a taxi and he jumped off his motorbike and got in. He just opened the door and jumped in but he had a motorbike helmet on and I literally thought I was going to be assassinated.”

I check to see if he’s joking. He kind of is, but not entirely.

“It was the craziest thing, the weirdest thing that’s ever happened. And the cab driver just drove off because he was so freaked out as well. The guy fell out. It was like an action movie.”

It’s not hard to understand then why Pattinson is circumspect. You would be if you were the subject of an app called “Where’s Robert?”, which details your every move for fans to follow. But there’s something else too. In every interview Pattinson’s ever given, at least as much attention is focused on his meteoric rise to fame and all its trappings as the acting that actually got him there. It’s impossible not to dwell on it, partly because it’s so extreme and partly because he seems so bewildered by it, so genuinely uncomfortable and ill-suited to the whole thing.

The question is: how someone as self-conscious, awkward and self-deprecating has ended up starting his movie career in one massive movie franchise (Pattinson was Cedric Diggory in two Harry Potter films) and the leading man in another?

The way Pattinson tells it, it’s all been a bit of an accident. He started going along to Barnes Theatre Club because his dad told him he’d meet girls there. Then there was a stint as a model (his mum worked for a modelling agency) but he was “rubbish” and didn’t get any jobs. He was 17 when he landed the role of Diggory in The Goblet of Fire after having fallen asleep in the queue outside the audition room. (Being very relaxed seems to work for Pattinson. He took half a Valium before his audition for the first Twilight movie.) There was a slight blip after the Potter films when he landed a role in a play at the Royal Court but was fired before the opening night, but not long after Twilight came along and that was that.

There’s no doubt he feels lucky, if slightly incredulous, that things have worked out the way they have, but he reckons that having “fallen into” his career makes it harder for him to cope with all the scrutiny and attention that goes with his level of fame.

“At least if you’ve been striving for it your whole life then you’ve got that justification – this is what it is and this is what I’ve wanted. Maybe then you wouldn’t feel disillusioned with it. I guess the people who really work for it have this part of their persona which is just ready to go when they become famous. When they walk into a room and everyone turns round they’re like ‘yeah, they should be looking at me’. When I walk into a room and everyone turns round I feel exactly as I did before Twilight, which is like ‘what’s happening? This is weird.’ ”

But surely he must’ve wanted it a bit?

“I wanted something,” he says with a shrug.

Pattinson may be unsuited to being a heartthrob temperamentally, but when it comes to how he looks, it’s a different story. His cheekbones jut from his face in an almost unseemly way. Heavy brows give him a brooding intensity (his looks were described as Byronic by a producer of the first Twilight movie) and his mouth sits in a permanent, natural pout. Vanity Fair dubbed him the most handsome man in the world. How funny then that when Pattinson was announced as Edward Cullen, there was outrage. Fans of the books went crazy – they thought he was too ugly, “repulsive” they shrieked on internet fansites. Then he appeared, all pale and intense and they melted. Actually, that makes them sound a bit too passive. They didn’t melt as much as coalesce into a baying mob who couldn’t get enough of tragic, tortured Edward.

“I guess I got accepted, sort of,” he says squirming. “The reason people like it is because it’s in their imaginations. It means that the performances don’t really matter, it’s more about whether the face looks right. That warrants a certain degree of acceptance, even reluctant acceptance. It’s just a kind of brainwashing.” He laughs nervously.

Pattinson always has an explanation that deflects attention away from him. He takes modesty, ramps it up with inconsistent eye contact, an endless supply of self-effacing anecdotes and an air of utter bafflement that creates a genuine awkwardness. I don’t care about the £12million pay cheque (the amount he’s reportedly earned for the Twilight movies) it’s hard not to sympathise.

But not everyone does. Some people find the awkwardness off-putting. In a group or being interviewed on camera his body language is a study in self-consciousness, he folds himself up as if he’s trying to disappear. His chat can be similarly tricky. He sometimes laughs a little longer than he should and his stories have a tendency to peter out. One to one, he’s more relaxed, but it’s not easy.

And, of course, there’s also resentment. Either people are angered by the popularity of Twilight or they’re annoyed that someone could just stumble into a career like Pattinson’s. Earlier in the day, before I meet him one on one, I overhear a plump Italian journalist with Kevin Keegan curls demand of him, “What happened to your hair?”

It’s true, Pattinson’s hair was looking a bit odd, shaved on one side with long strands on the other. It looked homemade. But, still, the question was rude. And yet Pattinson’s reaction couldn’t have been more meek.

“It was for the last movie [Cosmopolis] I did,” he explained. “I had to have loads of bits randomly cut into so then I was going to shave my head and then I just shaved that bit and decided I kind of liked it.” He shrugged and laughed awkwardly. “I decided to just leave it.”

You’d think at some level Pattinson’s success might have made him a little big headed. In a way, it’s hard not to wish it had. Isn’t that at least part of what being a movie star is about – ego?

Pattinson says he was cockier before Twilight, when he could be who he wanted, say whatever he wanted because no one knew who he was.

“When no one knows who you are you can walk into a room and say anything. You can say you’re the greatest person in the world and no one can say you’re not because they don’t know you. But now they can say ‘I know you, why are you trying to be this? Why are you trying to be that?’ The best thing you can do is stay hidden.”

But how do you stay hidden from 30,000 fans who turn up to hear a 10-minute Q&A as they did at the Olympic Stadium in Munich? Or when you have to appear at Comic-Con and the queues are round the block? I wonder if he feels that people come to see him, or whether they want to see Edward?

“In some ways it helps to think that they’re coming to see Edward. But in other ways it’s saddening. It depends what mood I’m in. It’s a funny thing to see a crowd of people looking at you and knowing that they’re not actually seeing you at all, they’re just seeing whatever it is they imagine you to be.

“You can’t change. You can’t just suddenly decide to be different. I remember coming to LA before and I’d be a totally different person to who I was in London. I always used to look forward to coming over for three months of castings because I could just bullshit the whole time and feel really great about myself even though I wasn’t getting any jobs.” He laughs at the absurdity. “I got to meet all these really interesting people. But now, people have immediate preconceptions about me. I end up having the same conversation a lot. People assume there’s only one talking point.”

Suddenly you start to understand at least a part of the bond between Pattinson and his co-star Stewart: they’re Twilight survivors. Pattinson speaks about Stewart affectionately and he’s clearly full of admiration for her as an actor. Neither of them has ever said a word publicly about whether they are in a relationship despite endless speculation and photographs of them together all over the world. But why would they? Why would they give up something which, so far, they’ve managed to keep for themselves?

It’s a similar story with music. Pattinson is a talented musician and for a while he thought that music might be his career. He had a track on the first Twilight soundtrack. But ask him how it’s going now and he looks like he’d rather pull out his own teeth than talk about it.

“Erm, I’m just writing stuff. I don’t really know. It’s very easy to get labelled. I don’t really know how to go about the music stuff just now.”

Maybe his success as an actor has got in the way?

“Completely,” he says, looking sheepish. “For some reason everyone wants to shit on actors more than anyone else.”

To be fair, there can’t be much time for music. Since Pattinson finished shooting Breaking Dawn, he’s made Cosmopolis with David Cronenberg and Bel Ami, an adaptation of a Guy de Maupassant story of the same name, with Uma Thurman. Didn’t he want to have a break?

“The world moves so quickly now,” he says. “You’ve always got to have stuff lined up. Especially me. Anyone who got big in the last few years, the Twitter age, your shelf life is so short because people’s opinions change so quickly. You’ve got to give constant updates or announcements, even if the movie doesn’t exist, just to have something to announce.

“You’ve got to constantly change people’s perceptions. It’s like, ‘yeah, I’m playing a lesbian robot’ so that people don’t know what to think. If you leave it then it’s like ‘oh, it’s just that guy from Twilight’; it fossilises.”

But the problem for Pattinson is that with the work comes the promotion and even more attention and that’s when things get tricky. There’s no point fighting it, it’s just not his thing.

“The thing I’m most afraid of, because everything is pushing in that direction, is literally just making myself a product. As soon as you start doing Twitter and adverts and straying away what you started out doing and just being a personality, that’s when you get huge money but it’s also when you go crazy.”

Time’s up and to be honest, I almost feel relieved on Pattinson’s behalf. He’s survived another interview and now he can get on with trying to be invisible.

“I’ll think of you the next time I’m on the 209,” I tell him.

“You’ll probably see my mum,” he says. And laughs.


Revenir en haut Aller en bas

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 59
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Scotsman - Novembre 2011   Lun 14 Nov - 17:53

lili à celle qui va traduire

banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Scotsman - Novembre 2011   Mar 15 Nov - 0:55

Revenir en haut Aller en bas

Nombre de messages : 7292
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 34
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Scotsman - Novembre 2011   Jeu 17 Nov - 20:13


Citation :
Robert Pattinson est dérouté par à quel point il est célèbre. Alors que la saga Twilight prend fin, l'acteur, curieux mélange de charme et de maladresse, offre un aperçu de son monde surréel.

« J'étais dans le bus 209 la semaine dernière, » lâchai-je à Robert Pattinson en guise d'introduction. Il semble prudent. Ça me paraît normal. Nous sommes à LA, dans une chambre au 10è étage de l'hôtel Four Season et le 209 est un bus qui roule à travers le sud-ouest de Londres. La raison pour laquelle je l'ai mentionné est qu'il s'arrête à Barnes, la banlieue boisée où a grandi Pattinson et où ses parents vivent toujours. C'est un village, vraiment pittoresque et terriblement anglais, parsemé de vieux pubs dirigés par de vieux messieurs en chaussettes rouges et en velours côtelés, le costume familier du banquier à la retraite. Ce n'est très certainement pas Beverly Hills.

« C'est le bus qui va là où mes parents vivent, » dit-il, paraissant confus. « Et c'est le bus que je prenais pour l'école primaire à Sheen. »

Je n'ai pas mentionné le 209 pour faire paniquer Pattinson, bien que je vais vite apprendre à quel point il est inquiet. Je n'essayais pas d'être original, ou de me faire bien voir; J'avais juste l'intention de dire quelque chose d'ordinaire, quelque chose de simple et concret, parce que ce n'est pas difficile de remarquer que le simple et le concret ne sont pas des caractéristiques majeures de la vie de Pattinson. Après tout, il est Edward Cullen, le troublant héros vampirique de la saga Twilight, le mastodonte cinématographique qui a commencé en 2008, et avec une sortie une fois par an, qui prend fin avec BD, dont la première partie sort ce mois-ci, suivie de la deuxième et dernière partie, déjà tournée mais qui sortira en novembre 2012.

Avant Twilight, Pattinson, 25 ans, était anomyme. Maintenant, il n'y a plus vraiment d'endroit où il peut aller sans être reconnu. Patisserie à Yorkshire, bar-karaoké au Texas – il ne peut pas échapper à Edward Cullen et aux millions de fans qui veulent se faire mordiller le cou, aux mères qui veulent faire signer leurs filles (pour de vrai) ou au minimum à une photo postée sur facebook.

C'est pour cette raison que Pattinson vit à l'hôtel, pour garder une longueur d'avance.

« C'est bon d'être capable de s'échapper, » dit-il. « Mais j'ai commencé récemment à penser qu'avoir une maison serait bien. Vous avez plutôt tendance à vous perdre quand vous vivez dans vos sacs tout le temps. Mais si j'avais une maison je m'en inquièterais trop. Et je déteste dépenser de l'argent. Si je pouvais trouver une maison gratuitement, ce serait merveilleux. »

Il rit et puis est de nouveau sérieux. C'est l'élocution typique de Pattinson, une sorte de dialogue interne contenu dans lequel il se parle de choses et d'autres, puis il s'appuie sur l'humour pour éclaircir les choses, pas toujours de façon convaincante.

« J'ai loué une maison à LA l'année dernière, » dit-il. « c'est super pendant longtemps et ensuite des gens l'ont trouvée et donc il y avait des gens à l'extérieur tout le temps. Je devais m'en aller pour travailler et les gens y montaient et prenaient des photos d'eux devant la maison. Les gens sont fous. »

Vous n'avez pas vraiment besoin de voir un des films Twilight pour savoir de quoi ils parlent. Basés sur les nouvelles blockbuster de Stephenie Meyer, les films parlent du conte de la romance destinée entre Edward, un vampire de 110 ans qui en paraît 17 pour toujours, et Bella (Kristen Stewart) qui est humaine. Les premières parties qui sont sorties depuis 2008 ont fait presque 2 milliard de dollars. Ils ont aussi fait de Pattinson une star mondiale.

Le hall de l'hôtel est ponctué de plus de femmes avec des porte-documents que je ne peux en compter. Elles vont par deux, ecrivant des trucs (je me demande ce que c'est?). Hors de la pièce où j'ai trouvé Pattinson, assis dans un coin, paraissant aussi discret qu'une srar de ciné de 1m83 peut l'être, habillé d'un jean et de Converse, avec un tee-shirt qui paraît crasseux sous une veste en toile, il y a deux agents de sécurité aux expressions faciales insondables et des vestes légèrement tendues au niveau du bouton.

« Il y a plus d'organisateurs ici qu'on n'en avait sur le tournage, » dit Pattinson. « Avoir la sécurité qui fait les cent pas dans le couloir comme si quelque chose allait se passer ma fait paniquer. »

On ne se demande pas pourquoi il est nerveux. Il a eu quelques expériences risquées. La dernière fois qu'il était à Londres (pour la promo de WFE, dans lequel il joue au côté de R.Witherspoon) il a été suivi par un certain photographe pendant toute la semaine. C'était bizarre, dit-il, et c'est devenu dangereux.

« En Amérique il y a des tas de personnes qui me suivent au même moment mais là c'était juste un gars qui était sur moi tout le temps que j'étais là. Il était obsédé. Je suis monté dans un taxi et il a sauté de sa moto et est monté aussi. Il a juste ouvert la porte et a sauté à l'intérieur mais il avait son casque de moto et j'ai littéralement cru que j'allais être assassiné. »

Je vérifie s'il est en train de plaisanter. En quelque sorte, mais pas complètement.

« c'était juste la chose la plus folle, la chose la plus bizarre qui ne soit jamais arrivé. Et le chauffeur de taxi a chassé parce qu'il était paniqué lui aussi. Le gars est tombé en dehors. C'est comme dans un film d'action. »

Ce n'est pas dur de comprendre alors pourquoi Pattinson est prudent. Vous le seriez si vous étiez sujet à une application appelée « où est Robert », qui détaille tous les mouvements pour que les fans suivent. Mais il y a également autre chose. A chaque interview que Pattinson ait donné, au moins autant d'attention est focalisée sur sa fulgurante ascension vers la célébrité et tous ses pièges que sur le rôle qui l'a réellement amené ici. Il est impossible de ne pas s'attarder là-dessus, d'une part parce que c'est tellement extrême et d'autre part parce qu'il semble si déroûté, si sincèrement inconfortable et mal-taillé pour toute cette chose.

La question est: comment quelqu'un d'aussi timide, maladroit et plein d'auto-dérision a fini par commencer sa carrière cinématographique dans une énorme franchise (Pattinson était Cedric Diggory dans deux films Harry Potter) et être le personnage principal dans une autre?

De la manière dont Pattinson le dit, tout ça c'est un peu par accident. Il a commencé à aller au Barnes Theatre Club parce que son père lui a dit qu'il y rencontrerait des filles. Puis il y a eu un passage comme mannequin (sa mère travaillait pour une agence de mannequin) mais il était « nul » et n'a pas eu de travail. Il avait 17 ans quand il obtient le rôle de Diggory dans La Coupe de Feu après s'être endormi dans la file d'attente en dehors de la salle d'audition (être très détendu semble fonctionner pour Pattinson. Il a pris la moitié d'un Valium avant son audition pour le premier film Twilight.) Il y a eu un léger écart après les films Potter quand il a eu un rôle dans une pièce au Royal Court mais fut renvoyé avant le soir de la première, mais peu de temps après Twilight est arrivé et ça y était.

Il n'y a pas doute qu'il se sent chanceux, sinon légèrement incrédule, que les choses aient fonctionné comme elles l'ont fait, mais il estime qu'être « tombé » dans sa carrière rend plus difficile pour lui de faire face à l'examen approfondi et l'attention qui vont avec son niveau de célébrité.

« Au moins, si vous vous êtes battu pour ça toute votre vie alors vous avez cette justification – c'est comme ça et c'est ce que je voulais. Peut-être alors vous ne vous sentitirez pas désabusé par ça. Je pense que les gens qui travaillent vraiment pour ça ont une partie d'eux qui est préparée à ça quand ils deviennent célèbre.Quand ils entrent dans une pièce et que tout le monde se retourne, ils sont genre 'ouais, ils devaient faire attention à moi'. Quand j'entre dans une pièce et que tout le monde se rtetourne sur moi je me sens exactement comme je me sentais avant Twilight, genre 'qu'est-ce qu'il se passe? C'est bizarre.' »

Mais il l'a surement voulu un peu?

« Je voulais quelque chose, » dit-il en haussant les épaules.

Le tempérament de Pattinson ne convient peut-être pas pour être un bourreau des coeurs, mais quand on en vient à son apparence, c'est une autre histoire. Ses pommettes saillent de son visage d'une façon presque indécente. Ses sourcils épais lui donnent une intensité songeuse (ses regards étaient décrit comme byronien par un producteur du premier film Twilight) et sa bouche garde une permanente et naturelle moue. Vanity Fair l'a adoubé l'homme le plus beau du monde. Quelle ironie alors que quand Pattinson a été annoncé pour le rôle d'Edward Cullen, il y a eu outrage. Les fans du livre sont devenus folles – elles pensaient qu'il était trop affreux, « repoussant » ont-elles clâmé sur des sites internet de fans. Puis il est apparu, tout en pâleur et intensité et elles ont fondu. En réalité, ça sonne un peu trop passif. Elles n'ont pas fondu dans la mesure où elles se sont rassemblées en une foule hurlante qui n'en a jamais assez du tragique et torturé Edward.

« Je pense que j'ai été accepté, en quelque sorte, » dit-il en se tortillant. « La raison pour laquelle les gens aiment ça c'est que c'est dans leur imagination. Ça signifie que la performance n'importe pas vraiment, c'est plutôt si le visage est beau. Ça garantie une certaine forme d'acceptation, même peu enthousiaste. C'est juste une sorte de lavage de cerveau. » Il rit nerveusement.

Pattinson a toujours une explication qui détourne l'attention de lui. Il prend la modestie, l'élève avec un contact visuel contradictoire, une incessante distribution d'anecdotes modestes et un air de perpléxité absolue qui créent une authentique maladresse. Je me fiche du chèque de 12 millions£ (le montant qu'il a soit-disant touché pour les films Twilight) c'est dur de ne pas compatir.

Mais tout le monde ne le fait pas. Certaines personnes trouvent la maladresse rebutante. En groupe ou étant interviewé par caméra son langage corporel est une étude en manque d'assurance, il se replie sur lui-même comme s'il essayait de disparaître. Sa conversation peut être tout aussi difficile. Parfois, il rit un peu plus longtemps qu'il ne le devrait et ses histoires ont tendance à se perdre. En tête à tête, il est plus détendu, mais ce n'est pas facile.

Et, bien entendu, il y a de la rancoeur. D'autres personnes sont énervés par la popularité de Twilight ou sont ennuyés que quelqu'un puisse aterrir dans une carrière comme celle de Pattinson. Plus tôt dans la journée, avant que je ne le rencontre en tête à tête, j'ai surpris un journaliste italien potelé avec les boucles de Kevin Keegan lui demander, « Qu'est-il arrivé à vos cheveux? »

C'est vrai, les cheveux de Pattinson semblait un peu étranges, rasés sur un côté avec de longues mèches de l'autre. Ça semblait fait-maison. Mais, tout de même, la question était dure. Et pourtant, la réaction de Pattinson n'aurait pas pu être plus humble.

« C'était pour le dernier film [Cosmopolis] que j'ai fait, » explique-t-il. « Je devais avoir des endroits coupés de façon aléatoire donc ensuite j'allais me raser le crane et j'ai juste rasé un peu et j'ai décidé que j'aimais plutôt ça. »Il hausse les épaules et rit maladroitement. « J'ai décidé de juste laisser comme ça ».

On penserait qu'à un certain niveau le succès de Pattinson aurait pu lui monter à la tête. D'une certaine façon, il est difficile de ne pas espérer que ce soit le cas. N'est-ce pas au moins une partie de ce que c'est que d'être une star de cinéma – l'égo?

Pattinson dit qu'il était plus insolent avant Twilight, quand il pouvait être qui il voulait, dire ce qu'il voulait parce que personne ne savait qui il était.

« Quand personne ne sait pas qui vous êtes vous pouvez entrer dans une pièce et dire n'importe quoi. Vous pouvez dire que vous êtes la personne la plus géniale au monde et personne ne peut dire que vous ne l'êtes pas parce qu'il ne vous connaissent pas. Mais maintenant ils peuvent dire 'Je te connais, pourquoi essayes-tu d'être ceci? Pourquoi essayes-tu d'être cela?' La meilleure chose que tu puisses faire et de rester caché. »

Mais comment rester caché de 30 000 fans qui viennent pour entendre un Q&A de 10 minutes comment ils l'ont fait à l'Olympic Stadium de Munich? Ou quand vous devez apparaître au Comic Con et que les files d'attente font le tour du quartier? Je me demande si il pense que les gens viennent pour le voir lui, ou s'ils viennent pour voir Edward?

« D'une certaine façon, ça aide de penser qu'ils viennent pour voir Edward. Mais d'un autre côté, ça m'attriste. Ça dépend de quelle humeur je suis. C'est une chose amusante de voir une foule de personnes vous regarder et savoir qu'en réalité ils ne vous voient pas du tout, ils voient juste ce qu'il vous imagine être.

« Vous ne pouvez pas changer. Vous ne pouvez simplement décider soudainement d'être différent. Je me souviens d'être allé à LA avant et d'avoir été une personne totalement différente de celle que j'étais à Londres. J'étais toujours impatient d' y aller pour trois mois de castings parce que je pouvais juste déconner tout le temps et me sentir bien même si je n'obtenais aucun boulot. » Il rit à l'absurdité. « J'ai rencontré toutes ces personnes vraiment intéressantes. Mais maintenant, les gens ont des a priori immédiats sur moi. Je finis par avoir souvent la même conversation. Les gens supposent qu'il n'y a qu'un seul sujet de conversation. »

Soudainement vous commencez à comprendre une partie du lien entre Pattinson et sa partenaire Stewart: ce sont des survivants de Twilight. Pattinson parle de Stewart de façon affectueuse et il est clairement plein d'admiration pour elle en tant qu'actrice. Aucun d'entre eux n' a jamais dit un mot en public à propos de si ils ont une relation en dépit d'une incessante spéculation et de photos d'eux ensemble partout dans le monde. Mais pourquoi le feraient-ils? Pourquoi abandonneraient-ils quelque chose qu'ils ont, jusqu'ici, réussi à garder pour eux?

C'est la même histoire pour la musique. Pattinson est un musicien talentueux et pendant un moment il pensait qu'il pourrait faire carrière dans la musique. Il a eu un morceau sur la BO du premier Twilight. Mais demandez-lui ce qu'il en est maintenant et on dirait qu'il préfèrerait s'arracher une dent plutôt que d'en parler.

« Euh, j'écris juste des trucs. Je ne sais pas vraiment. C'est très facile d'être étiqueté. Je ne sais pas vraiment quoi faire de la musique actuellement. »

Peut-être que son succès en tant qu'acteur y fait obstacle?

« Complètement, » dit-il, l'air penaud. « Pour une certaine raison tout le monde veut emmerder les acteurs plus que quiconque. »

Pour être honnête, il ne peut pas y avoir beaucoup de temps pour la musique. Depuis qu'il a fini de tourner BD, il a fait Cosmopolis avec Cronenberg et Bel Ami, une adaptation de la nouvelle du même nom de Guy de Maupassant, avec Uma Thurman. Ne veut-il pas prendre une pause?

« Le monde bouge tellement vite maintenant, » dit-il. « Vous devez toujours avoir des trucs d'organisés. Spécialement moi. Pour n'importe qui devenu grand ces dernières années, l'époque Twitter, votre durée de vie est si courte parce que les gens changent si vite d'opinion. Vous devez donner sans cesse des mises à jour ou des annonces, même si le film n'existe pas, juste pour avoir quelque chose à annoncer.

« Vous devez constamment changer la perception des gens. Genre 'ouais, je joue un robot lesbien' de manière à ce que les gens ne sachent pas quoi penser. Si vous abandonnez ça alors c'est juste comme 'oh, c'est juste ce gars de Twilight'; ça vous fossilise. »

Mais le problème pour Pattinson c'est qu'avec le travail vient la promotion et encore plus d'attention et c'est à ce moment que les choses se corsent. Inutile de le combattre, ce n'est juste pas son truc.

« La chose qui me fait le plus peur, parce que tout pousse vers cette direction, c'est litérallement de juste faire de moi un produit. Dès que vous commencez à faire Twitter et des publicités et que vous vous éloignez de ce que vous aviez commencé à faire et d'être juste une personnalité, c'est à ce moment là que vous faites beaucoup d'argent mais c'est aussi à ce moment là que vous devenez fou. »

C'est terminé et pour être honnête, je me sens presque soulagé au nom de Pattinson. Il a survécu à une autre interview et maintenant il peut continuer à essayer d'être invisible.

« Je penserai à vous la prochaine fois que je prendrais le 209, » lui dis-je.

« Vous verrez probablement ma mère, » dit-il. Et rit.

Revenir en haut Aller en bas

Nombre de messages : 1104
Date d'inscription : 15/10/2011
Age : 37
Localisation : Franche Comté

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Scotsman - Novembre 2011   Ven 18 Nov - 9:39

lili & Babe pr cette longue traduction....

ça fait peur l'histoire du journaliste qui l'a suivit partt.... c'est clair qu'il ne doit pas être tjrs à l'aise mais comme la machine est lancée maintenant, il n'y a plus qu'à faire avec !! et heureusement qu'il y a Kristen, sa famille et ses amis pr le soutenir !!!

Comme certains diraient, c'est le jeu ma pauvre Lucette !!

on ne peut être que touché par ses paroles qd même.....
Revenir en haut Aller en bas

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Scotsman - Novembre 2011   Ven 18 Nov - 10:39


Revenir en haut Aller en bas

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Scotsman - Novembre 2011   Sam 19 Nov - 3:01

Babe pour cette longue traduction
Revenir en haut Aller en bas

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Scotsman - Novembre 2011   Dim 20 Nov - 19:16


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Scotsman - Novembre 2011   

Revenir en haut Aller en bas
[Web] Interwiew avec Scotsman - Novembre 2011
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2011 :: Novembre 2011-
Sauter vers: