The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Web] Interwiew avec Los Angeles Daily News - Novembre 2011

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: [Web] Interwiew avec Los Angeles Daily News - Novembre 2011   Mer 16 Nov - 17:30


Could it be possible that "The Twilight Saga: Breaking Dawn - Part 1" might actually be ... adult?

The fourth film adapted from a Stephenie Meyer novel about a teenage girl/vampire/werewolf romantic triangle goes places where the first three blockbusters in the series didn't dare.

Like the bedroom.

Yup, Kristen Stewart and Robert Pattinson's achingly chaste Bella and Edward finally get hitched and take a honeymoon in this one.

New-to-the-franchise director Bill Condon - whose frank approach to sexuality was prominently displayed in "Gods and Monsters" and "Kinsey" - doesn't shy away from passionate expressions of young marital love. And it's really kind of beautiful in its bed-breaking way.

But then, oh my.

Pattinson, who shot to fame playing the courtly, lovestruck bloodsucker, is still trying to wrap his head around where the tween-adored, carnally toothless fantasy has gone this fourth time around.

"This series has an incredibly strange mind-set about sexuality," observed the 25-year-old English actor. "You spend three movies setting up the absolute, terrifying fear of sex. Then in this one, you have sex, and there are devastating consequences. I don't really know what it's supposed to be saying."

Whatever it is, it ain't wolf cub love anymore. Millions have read what happens, but if you still want to be surprised, better skip the next couple of paragraphs.

Bella gets pregnant. Quick. With something that no one - not even her wise and good new vampire in-laws - can predict. They didn't even know an undead and a living person could conceive.

Whatever Bella's carrying, she wants to keep it, even though it's growing so fast and voraciously that it's clearly destroying her from within.

The movie, which opens Friday, crescendoes with perhaps the ickiest birth scene ever filmed. And it's pretty much just Pattinson and Stewart left to play the ghastly scenario out. (Taylor Lautner's lycan third wheel Jacob, as ever, protectively lurks nearby.)

"That was the first time I've been nervous since the first movie in the series, really," said Pattinson, who still hasn't officially copped to dating Stewart for the past three years. "There was no easy way, at all, that you could hide from the reality of it. Basically, it was Kristen lying there. It was her head with this emaciated dummy; it just looked so authentic lying there, covered in blood. You just realized human beings' frailty, and there's no way not to feel that when you're looking at it.

"There were basically two takes, but we shot the entire sequence in one go. That was actually kind of nice, got it over with fairly quickly."

Other than that, Pattinson appeared quite pleased with the emotionally, as well as physically, more mature "BD1."

"What made the first one connect with people in specific ways was that the story was so small," he observed. "There was no adventure or anything, just a small cast in a small town. And it kind of came back to that in this. It wasn't going all around the world, there was no huge army or anything.

"It was a completely personal story. And it's always more interesting to play that, especially if you're doing a fantasy movie. There's less and less to play, really, if you keep introducing characters and just having battles. And this was, like, the biggest spectrum of emotions you could possibly have."

Pattinson was also impressed with the new director, who shot Part 2 of "Breaking Dawn," which will hit theaters a year from now, simultaneously.

"Bill didn't freak out!" Pattinson marveled. "Before we started shooting, he really made an effort to get on the same page as the whole cast. He came around and visited with each of us individually when the script wasn't even finished, and he just wanted our notes for it. Which is nice, especially for a big studio movie. That normally doesn't happen.

"When we first started, we were in Rio for only one day to shoot quite a bit of stuff," he added. "Two cameras broke, the crane broke, there was no crowd control, it was completely crazy. Bill didn't freak out at all and very smoothly went on with his job. It was such a huge movie with so many potential disasters and an enormous amount of pressure, but he stayed very good-natured."

Now the question is, how will Pattinson cope with the end of the franchise that's made him a superstar? Before getting cast as Edward Cullen in the 2008 movie "Twilight," the actor's main claim to fame was playing Cedric Diggory in a Harry Potter film, "The Goblet of Fire."

The rest of his screen credits were obscure at best. He was even seriously considering dropping acting for a music career shortly before landing the Edward gig.

"There's still another one coming out," he cautioned, well aware of the promotional insanity that accompanies every "Twilight" film's release. "I still feel like there's a lot to do. It felt like I stepped on this runaway train on the first one and I haven't really had any time for reflection.

"But it's been nice to know, just in terms of doing jobs, that I've been doing a `Twilight' film and then been able to fit in another movie every single time for the last 3 1/2 years."

In the other films he's made since 2008 - "Remember Me," "Water for Elephants," the yet-to-open "Bel Ami" - Pattinson has evinced a thirst for adult drama that's been missing, until now, from the "Twilight" series.

And for a real change of pace, there's the just-filmed "Cosmopolis," based on a novel by literary giant Don DeLillo and directed by David Cronenberg.

Pattinson feels the new "Twilight" handles the transition to a more candid approach as tastefully, and maybe even elegantly, as could be expected with all of those monsters hanging around.

"Even if we don't want the fans to know that this series is about abstinence - I mean, it was not even about that, but that was the thing that people picked up on - and then this is the one where they have sex, it's tricky," the actor noted. "We were a little bit afraid of it being a kind of puerile, voyeuristic thing.

"But Bill went out of his way to share every thought that he had about the direction he was taking. It was kind of amazing, just thinking of interesting ways to do it rather than just doing something soft-core porny."


source Daily News via RPlife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
babe
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 7292
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 34
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Los Angeles Daily News - Novembre 2011   Mer 16 Nov - 17:32

qui a posté ça?? lol!
lili

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Los Angeles Daily News - Novembre 2011   Mer 16 Nov - 17:35

lol! moi ,pas taper lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Los Angeles Daily News - Novembre 2011   Ven 18 Nov - 20:06

traduc dans la soirée Smile lili

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Los Angeles Daily News - Novembre 2011   Ven 18 Nov - 22:16

Traduction :

Serait-il possible que 'Breaking Dawn - Part 1" soit en fait... adulte ?

Le 4ème film adapté du roman de Stephenie Meyer à propos d'un triangle amoureux entre une adolescente, un vampire et un loup-garou va là où les trois premiers films de la saga n'ont pas osé.

Comme la chambre à coucher.

Ouaip, les personnages de Kristen Stewart et Robert Pattinson, Edward et Bella chastes à en pleurer passent finalement le cap et partent en lune de miel dans celui-ci.

Le nouveau réalisateur dans la saga Bill Condon - dont l'approche franche de la sexualité a été mise en évidence dans "God et Monsters" et Kinsey - n'a pas peur de montrer les sentiments passionnées d'un jeune couple marié. Et il est assez beau quand il casse le lit.

Mais ensuite, oh punaise.

Pattinson qui a connu la gloire en jouant le courtois, le suceur de sang éperdument amoureux, essaye toujours de de faire profil bas alors que le fantasme des adolescents se poursuit pour la 4ème fois.

"Cette saga à une mentalité incroyablement étrange à propos de la sexualité", observe l'acteur anglais de 25 ans. "Vous passez 3 films à mettre en place une peur absolue et terrifiante du sexe. Puis dans celui-ci, vous faites l'amour, et il y a des conséquences désastreuses. Je ne sais pas vraiment ce que c'est supposer dire."

Quoiqu'il en soit, ce n'est plus un amour de louveteau. Des millions de personnes ont lu ce qu'il se passe, mais si vous voulez encore être surpris, il vaut mieux éviter les paragraphes suivants.

Bella tombe enceinte. Rapidement. De quelque chose que personne - même pas sa sage et nouvelle belle famille de vampire - ne peut prédire. Ils ne savaient même pas qu'un mort-vivant et une personne en vie pouvaient concevoir.

Quoi qu'il en soit, Bella le porte, elle veut le garder, même s'il grandit si vite et qui clairement la détruit de l'intérieur.

Le film, qui sort vendredi, monte crescendo avec peut être la scène d'accouchement la plus poisseuse jamais filmé. Et c'est Pattinson et Stewart qui ont eu la lourde tâche de jouer ce scenario glauque. (Le personnage de Taylor Lautner, la troisième roue, le loup-garou Jacob, comme toujours se cache protecteur, pas loin.)

"C'était la première fois que j'étais nerveux depuis le premier film de la saga," raconte Pattinson, qui n'a pas encore officiellement avoué qu'il sortait avec Stewart depuis ces 3 dernières années.
"Il n'y avait pas façon facile de le faire, que vous puissiez cacher la réalité. Basiquement c'était kristen qui été allongé là. C'était sa tête avec des jambes de mannequin émaciés ; Ça semble tellement authentique quand elle est allongée là, couverte de sang. Vous réalisez simplement la fragilité de l'être humain, et on ne peut pas rien ressentir quand on la regarde.

Il y avait surtout deux prises, mais nous avons tournés la séquence entière en une fois. C'était assez sympa, d'en finir avec ça assez rapidement."

En dehors de ça, Pattinson paraît plutôt content du côté émotionnel, et également physique, plus mature de "BD1"

"Ce qui a fait le premier contact avec les gens, de façon spécifique a été que l'histoire était si petite," observe t-il. "Il n y avait pas d'aventure ou quoi que ce soit, juste un petit casting dans une petite ville. Et on retourne un peu à ça dans celui-ci. On ne fait pas le tour du monde, il n y a pas d'énorme armée.

"C'était une histoire complètement personnelle. Et c'est toujours plus intéressant de jouer ça, surtout si vous faîtes un film fantastique. Il y en a de moins en moins à jouer, vraiment, si vous continuez à présenter les personnages et simplement avoir des batailles. Et c'était, comme, le plus grand éventail d'émotion que vous pouvez avoir."

Pattinson a également été impressionné par le nouveau réalisateur, qui a filmé la 2ème parte de "Breaking Dawn" qui sera dans les cinémas dans un an.

"Bill n'a pas eu peur !" s'émerveille Pattinson. "Avant que nous commencions à tourner, il a vraiment fait un effort pour se mettre au même niveau que tout le casting. Il est venu voir chacun d'entre nous individuellement quand le script n'était même pas encore fini, et il voulait seulement nos notes. Ce qui est sympa, surtout pour un gros film. Ça ne ce passe pas comme ça normalement.

"Quand nous avons commencé, nous étions à Rio pour seulement un jour pour tourner quelques trucs," ajoute t-il. "2 caméras étaient cassées, la grue aussi, personne ne contrôlait la foule, c'était complètement fou. Bill n'a pas paniqué et a facilement fait son travail. C'était un film tellement énorme avec beaucoup de possibilité de désastres et une énorme quantité de pression, mais il est resté très enjoué."


Maintenant la question est : comment pattinson va s'en sortir avec la fin de la saga qui a fait de lui une superstar ? Avant d'être embauché pour le rôle d'Edward Cullen en 2008 pour le film "Twilight", l'acteur principal était connu pour avoir joué Cedric Diggory dans un film d'Harry Potter, "La coupe de feu".

Le reste de ses apparitions au cinéma étaient obscures. Il a même sérieusement pensé à arrêter de jouer au profit d'une carrière musicale pas longtemps avant d'endosser le rôle d'Edward.

"Il en reste encore un à sortir," averti t-il, bien conscient de la folle promotion qui accompagne chaque sortie de film "Twilight". "J'ai encore le sentiment qu'il y a beaucoup à faire. J'ai l'impression que je suis monté dans ce train fou pour le premier et je n'ai pas vraiment eu le temps d'y réfléchir."

"Mais c'est agréable de savoir, juste en terme de boulot, que j'ai fait un film "Twilight" et que j'ai été capable de faire d'autres films à chaque fois durant ces 3 ans et demi."

Dans les autres films qu'il a fait depuis 2008 - 'Remember Me', 'Water For Elephants', 'Bel Ami' qui attend de sortir - Pattinson a manifesté une soif pour les drames d'adultes qui manquaient, jusqu'à maintenant, dans la saga Twilight.

Et pour un vrai changement de rythme, il vient juste de tourner "Cosmopolis" basé sur le roman du géant littéraire Don DeLillo et réalisé par David Cronenberg.

Pattinson sent que le nouveau "Twilight" gère la transition vers une approche plus franche, et peut être même plus élégante, comme peuvent s'y attendre tous ces montres qui traînent.

"Même si nous ne voulons pas que les fans sachent que cette saga est sur l'abstinence - je veux dire, ce n'était même pas à propos de ça, mais c'est sur ça que les gens se sont arrêtés - et ensuite dans celui-ci où ils font l'amour, c'est délicat." note l'acteur "Nous avions un peu peur d'être en quelque sorte puéril, et voyeuriste."

"Mais bill voulait le faire à sa manière, il partageait chaque pensée qu'il avait sur la direction qu'il prenait. c'était en quelque sorte incroyable de seulement penser aux manières intéressantes de le faire plutôt que faire un porno soft."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jel
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Los Angeles Daily News - Novembre 2011   Sam 19 Nov - 3:08

Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Los Angeles Daily News - Novembre 2011   Dim 20 Nov - 19:09


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jel
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Los Angeles Daily News - Novembre 2011   Mar 22 Nov - 2:02

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Los Angeles Daily News - Novembre 2011   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Web] Interwiew avec Los Angeles Daily News - Novembre 2011
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2011 :: Novembre 2011-
Sauter vers: