The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Presse] Interview avec le Sunday Times

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 11:19

imagebam.com imagebam.com imagebam.com


The beauty of the beast

Robert Pattinson on swapping his vampire fangs for the dark arts of a serial seducer in his new film, Bel Ami.

"The world’s favourite vampire is in Berlin for a whirlwind visit and, true to bloodsucking type, Robert Pattinson isn’t eating. Tonight, he will do the red-carpet thing for the world premiere of his new film, Bel Ami, but in the private hotel lounge allocated for this interview — “This is classy,” he comments as he strolls in — he barely makes a dent in the chicken salad he has ordered, despite his professed hunger.

Pattinson isn’t known for playing characters who do much smiling or laughing, either, so the first thing to notice is how readily he does both in person. Decked out in a black-grey ensemble and sporting a new cropped haircut under his black cap, he has barely sat down, with a pack of Camels by his side, before he’s folded up in mirth, talking about the KitKatClub, a notorious Berlin sex joint, and his desire to ­patronise it with his family. Is he joking? I hope not. “I was telling my dad about it last night, and he sounded really into it. ‘I’m coming over — let’s go to the orgy club.’ ”

The 25-year-old actor has been to Berlin many times. One of the best holidays he ever had was a stay in the east when he was 17, “before it was so gentrified”, ­frequenting bars that took up illegal residence in abandoned buildings. Such footloose times are seemingly in the past for the star of Twilight, although his desire to hit the KitKatClub may indicate otherwise. The other observation to make is that Pattinson is a very handsome man, but his face is less wide and flat than the camera makes it appear. And there are enough imperfections to separate him from the standard Hollywood pretty boy.

Nobody wants to see a dickhead succeed — that’s why I wanted to do it
It is easy to see why he is ideal casting as a heart-throb vampire, but equally why he got the role of Georges Duroy, the ­insatiable money-and-lust monster at the heart of Bel Ami. This adaptation of Guy de Maupassant’s belle époque novel marks the directing debut of two of our most acclaimed theatre practitioners — Declan Donnellan and Nick Ormerod, the founders of Cheek by Jowl. Of the projects Pattinson has chosen with the Twilight safety net in place, the first two, Remember Me (2010) and Water for Elephants (2011), were unadventurous romantic excursions, unlikely to ­perturb even the most rabid Twihard. Bel Ami is where it gets interesting.

Georges Duroy is essentially the anti-Edward Cullen, an opportunistic cad who deploys sex for ruthless gain, screwing people — literally, in the case of the rich society wives played by Uma Thurman, Christina Ricci and Kristin Scott Thomas — on his rise from impoverished soldier to powerful Parisian. Cullen is the charming, soulful vampire who gets the girl; Duroy is the charming, soulless parasite who gets everything but his own comeuppance. Pattinson nails his repellent, empty charm, sneering as he seduces.

Sticking closely to the Maupassant source is one of the many strengths of Donnellan and Ormerod’s gorgeously ­realised vision, and Pattinson admits that tweaking Twilight-fuelled preconceptions was an original lure. “But my ideas about it changed as I was doing it,” he says. “Georges keeps getting beaten down by the world, but he never learns. He succeeds because of the bad points of his personality. Nobody wants to see a dickhead succeed — that’s why I wanted to do it.”

For their part, Donnellan and Ormerod are predictably effusive about their star: the former praises his “passionate attachment to us” during the film’s difficult financing, and credits him with “edge and intelligence”. “There’s a huge difference between Georges and Rob,” Donnellan says. “Georges rises to the top with no ­talent. Rob has masses of it.” (Donnellan sees Bel Ami as a parable on modern celebrity culture.) They also attribute the idea for a five-week theatre-style rehearsal process to the actor, a savvy move that allowed him to soak up their reservoir of knowledge about performance and period. He showed up every day for 10 or 11 hours. “I ended up doing mime and crazy improvisations, because you run out of stuff to do,” he says. “One day, Holliday [Grainger, his co-star] and I ran around screaming at each other for four hours.” Pattinson can’t articulate how the process fed into his performance, although when he arrived on set in ­Budapest in February 2010, he was ­worried he had overcooked it.

Meanwhile, Ormerod and Donnellan were taking the baby steps that come with being debut film-makers. The former focused on the design tapestry, the latter on the actors. Pattinson recalls them putting a row of audience heads at the bottom of the monitor, but the graceful story­telling they bring to Bel Ami bodes well for their move from stage to cinema. “We’re now rather bitten, I’m afraid,” Donnellan says.

Published in 1885, Maupassant’s masterpiece was shocking in its day. The author knew he was on borrowed time while writing this, his second novel — he eventually succum­bed to syphilis — and it is infected by a spirit of nihilistic hedonism, of indulging base instincts while you can because, as the antireligious Duroy puts it: “This is the only life; there’s nothing after.” Pattinson wishes they had kept a shot near the end where Georges turns to a crucifix and thanks God for his good fortune. “It was done in the most blas­phemous way,” he says, “thinking of God as Father Christmas, which was funny. There’s a lot of misery in the movie. It’s not as funny as I thought it was going to be.”"

"There is plenty of sex, though, with Pattin­son indulging in numerous clinches, mostly with Ricci’s sweetly amorous ­Clotilde. What does he think die-hard Twilight fans will make of Georges? “I’m curious to find out,” he says. “He doesn’t come across as [being] as bad as I wanted him to, so I don’t think anyone will be offended.” Pattinson is right about that — Georges is worse in the novel. As for Twihards, he credits them with more complexity than most, explaining that they are a literary-minded bunch who mostly hadn’t seen a film in years before the ­Twilight series. They are always giving him books, apparently; today, one handed him the works of a 1950s Greek poet. Having witnessed a Twilight premiere in action, I profess amazement that people able to unleash such unearthly shrieks could be that bookish. “Maybe they read a book in the same way,” he grins, as he mimes holding an open paperback. “ ‘He takes his shirt off...’” He widens his mouth into a muffled scream, then creases up with laughter.

Pattinson once claimed he expected ­Twilight to be a “serious indie” film, rather than a blockbuster franchise with fast-food tie-ins. He has also expressed a sort of ­ben­evolent envy at the way his co-star, ­Kristen Stewart — widely assumed to be his girlfriend, although he won’t discuss it — rose up through the indie ranks before her ­casting in Stephenie Meyer’s angst-soaked saga, whereas he is having to fit in his indies while already famous. “Nobody ever believes me about it, but I just didn’t see it as being this huge thing,” he insists. It’s the sequels he has found most difficult. “The whole point of the character is that he doesn’t change, but, after a while, you’re, like, ‘I’m running out of ideas here.’ There was one bit in the last film where he and Bella had their first argument, and I almost didn’t know how to play it, because it’s not like they’re going to break up.”

Bizarrely, our conversation is interrupted when the hotel starts pumping a dreadful pop song into the room. “That’s from the Twilight soundtrack,” Pattinson smiles wanly, not that amused. Mercifully, the sulky track is terminated in time for Pattinson to reflect on where he wants his career to go after Breaking Dawn — Part 2 draws the curtains on the series. Last ­summer, he shot David Cronenberg’s ­Cosmopolis, playing an egocentric billionaire who seeks meaning in his wealth (“One of the weirdest scripts I’ve read”), and he is currently weighing up three projects, none of which he will talk about, although the cropped head is for a tryout.

He seems unsure where to go next, explaining that, without a definable screen persona, “Nobody’s going, ‘Get me Pattinson’. I always find the best scripts have been written with people in mind, but I don’t really know who I am yet in terms of cinema, and I haven’t done enough work to have an audience perceive something. “It’s still, ‘Oh, there’s the Twilight guy trying to do something else.’ I’m very conscious of what I think people would believe me as, which drives my management crazy”. Where does he draw the line? “I’ve turned down playing a marine, because I don’t want marines to go, ‘This is a disgrace.’ ” His laughter sounds hollow this time. “I want to do something where I have a gun, get to run around a little bit.”

For the past five months, he has been living in Los Angeles, his longest stretch in the industry town, splitting his time between three houses and the occasional hotel — a nomadic reality forced on him by the rarefied nature of his celebrity. Does one of those houses belong to Stewart? “Ummm...” he hesitates. “I just think it’s best never to talk about that stuff.” When I tell him that George Clooney said recently he longed for the days when he could walk into a park and read a book undisturbed, Pattinson reveals that he was driving through LA a few days ago when someone pointed out the house Clooney lived in “when he had his pet pig and stuff”. He was shocked to see it was right on the street, unshielded.

“It reminded me that, 10 years ago, even being the most famous person in the world, you could still have a house where people wouldn’t go and camp outside. I do everything to hide because, if someone finds out where I am, there are people outside 24 hours a day. And that’s what drives you crazy, because you can’t escape. It makes you not want to go out — then you don’t meet anyone and just get insanely bored.”

He hates complaining, though: “The pros outweigh the cons by a significant margin.” But it’s hard to think of another actor his age in a similar predicament — Zac Efron, maybe. To his credit, Pattinson doesn’t show his frustration in public, and is yet to succumb to Sean Penn-style meltdowns. When the pressure valve needs releasing, as surely it must, he rings up his parents, who still reside in Barnes, the riverside enclave of southwest London where he grew up. “They think I’m insane,” he says. “They are the only people I really let rip on — ‘I’m going to kill myself!’ My family all think I hate my job so much, but it’s just the boredom that gets to you.”

A couple of hours later, in a far smarter black-grey ensemble, Pattinson roams the Bel Ami red carpet. There is squealing, but it doesn’t reach violent levels — ­Germans are so restrained — although one teenage girl has to be lifted out of the ­autograph mosh pit to safety. Tears stream down her face, which might simply be anguish at being whisked out of her idol’s orbit. The film plays to a warm reception, but a German hostess abandons all ­decorum on stage afterwards, ignoring Donnellan, Ormerod and Ricci, and hauling Pattinson out of the line-up to coo: “Ladies, I’m touching him.”

The actor smiles patiently — he can’t escape, even if he’d like nothing more. He does better at the afterparty, hiding away from prying eyes with his parents and two sisters in an inner sanctum. If he didn’t, he’d be facing similar encounters all night. Pattinson was last spotted venturing into the Berlin night with his family, on their way, he said, to the KitKatClub.  

Bel Ami opens on March 9

source the sunday times via Rplife

_________________


Dernière édition par ptiteaurel le Dim 26 Fév - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 11:19

Trad en cours....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 14:53

La beauté de la bête

Robert Pattinson échange ses crocs de vampire pour les arts sombres d'un séducteur en série dans son nouveau film, Bel Ami.

"Le vampire préféré du monde entier est à Berlin pour une visite éclair et fidèle à son compère buveur de sang , Robert Pattinson ne mange pas. Ce soir , il foulera le tapis rouge pour l'avant première mondiale de son nouveau film, Bel Ami, mais dans le salon privé de son hôtel, alloué pour cette interview — “C'est très classe” dit il alors qu'il se ballade — il croque à peine dans la salade de poulet qu'il a commandé, malgré sa soit-disante faim.

Pattinson n'est pas connu pour incarner des personnages qui rient ou sourient beaucoup et donc la première chose qu'on remarque c'est qu'en vrai, il est tout le contraire. Portant un ensemble gris foncé et arborant une nouvelle coupe de cheveux très courte sous sa casquette noire , il est à peine assis , un paquet de Camel à ses côtés , qu'il se met à se marrer ,en parlant du KitKatClub, un célèbre sex shop de Berlin , et de son désir de le fréquenter avec sa famile. Plaisante t-il? J'espère que non “J'en parlais à mon père la nuit dernière et il semblait vraiment partant. ‘J'arrive — Allons au club des orgies.’ ”

L'acteur de 25 ans est venu de nombreuses fois à Berlin. Une de ses vacances préférées furent lors d'un séjour à Berlin alors qu'il avait 17 ans “avant , il y avait tant d'insouciances”, ­fréquenter des bars qui avaient élus domicile illégalement dans des bâtiments abandonnés. De tels moments de liberté font partie du passé pour la star de Twilight, bien que son désir d'aller au KitKatClub soit un indicateur contraire. Une autre observation que l'on peut faire c'est que Pattinson est un homme très beau mais son visage est moins large et plat que ne le font paraître les caméras. Et il y a assez d'imperfections pour le distinguer des belles gueules traditionnelles d' Hollywood.

Il est aisé de voir pourquoi il est le choix parfait pour incarner ce beau vampire, mais aussi pourquoi il a eu le rôle de Georges Duroy, le monstre insatiable d'argent et de sexe au coeur de Bel Ami. Cette adaptation du roman de la Belle Epoque de Guy de Maupassant marque les débuts de réalisateur des deux plus acclamés directeurs de théâtre — Declan Donnellan et Nick Ormerod, les fondateurs de Cheek by Jowl. De tous les projets choisis par Pattinson avec le filet de sécurité qu'était Twilight, les deux premiers Remember Me (2010) et Water for Elephants (2011), étaient des excursions romantiques sans aventures, qui ne pouvaient pas perturber les fans les plus enragés de Twilight. Avec Bel Ami, c'est là que ça devient intéressant.

Georges Duroy est à l'antipode d'Edward Cullen, un goujat opportuniste qui utilise le sexe pour obtenir des gains en baisant de manière impitoyable les gens — de manière littérale , en ce qui concerne les riches femmes de la société incarnées par Uma Thurman, Christina Ricci et Kristin Scott Thomas — et on le voit passer de pauvre soldat à Parisien puissant. Cullen est le vampire charmant et mélancolique qui séduit la fille, Duroy est un parasite sans âme et charmant qui obtient tout mais sans mérite. Pattinson a réussi à incarner ce séducteur repoussant, sans aucun charme et méprisant.

Rester très proche de la source première qu'est Maupassant est une des nombreuses forces de la vision réalisée merveilleusement par Donnellan et Ormerod et Pattinson admet que tordre le coup aux idées pré conçues de Twilight a été une des raisons de faire ce film. “mais j'ai changé d'avis alors que je tournais le film,” dit il “Georges ne cesse d'être mis plus bas que terre par le monde mais il ne tire jamais de leçons . Il réussit grâce aux mauvais points de sa personnalité. Personne ne veut voir un connard réussir— C'est pour ça que je voulais faire ce film”

De leur côté, Donnellan et Ormerod sont très volubiles sur leur star: ce dernier dit qu'il avait un “attachement passioné pour nous” alors que le film rencontrait des difficultés de financement et il reconnaît sa“vivacité et son intelligence”. “Il y a une différence énorme entre Georges et Rob,” dit Donnellan . “Georges atteint le sommet sans aucun talent. Rob en a à revendre.” (Donnellan voit Bel Ami comme une parabole de la culture moderne de la célébrité.) Ils parlent aussi des 5 semaines de répétitions avec l'acteur , un geste futé qui lui a permis de s'imbiber complétement dans leur puit sans fond de connaissances sur la performance et l'époque.Il est venu tous les jours 10 à 11 heures. “J'ai fini par faire des mimes et des improvisations folles, car on avait épuisé tous les sujets,” dit il. “Un jour, Holliday [Grainger, sa collègue] et moi on s'est couru après pendant 4 heures.” Pattinson ne peut dire à quel point cela a affecté sa performance, bien que lorsqu'il est arrivé sur le plateau à Budapest en février 2010, il s'inquiétait d'en avoir trop fait.

Pendant ce temps là , Ormerod et Donnellan faisaient leur premier pas de réalisateur. Ormerod s'occupait des costumes et Donnellan des acteurs. Pattinson se souvient qu'ils ont mis un rang complet de personnes au bout du moniteur mais aussi de la gracieuse narration qu'ils ont apporté à Bel Ami . Cela est un bon présage pour leur passage de la scène au cinéma. “On a attrapé le virus , j'en ai peur” a dit Donnellan.

Publié en 1885, l'oeuvre de Maupassant était choquante à l'époque. L'auteur savait qu'il ne lui restait plus longtemps à vivre quand il a écrit son deuxième roman — il finira par succomber à la syphilis — et c'est infecté par un esprit nihiliste d'hédonisme, il faut suivre ses instincts les plus bas tant qu'on peut car l'athéiste Duroy le dit : “On n'a qu'une vie et il n'y a rien après.” Pattinson aurait souhaité qu'ils gardent un plan vers la fin où Georges se tourne vers un crucifix et remercie Dieu pour sa bonne étoile. “C'était fait de manière très blasphématoire,” dit il, “il voit Dieu comme une espèce de Père Noel, ce qui était marrant. Il y a beaucoup de misère dans le film. Ce n'est pas aussi marrant que je le pensais.”"

"Il y a énormément de sexe cependant avec Pattinson impliquant de nombreux corps à corps, principalement avec la douce Ricci qui incarne sa maîtresse Clotilde. Selon lui que vont penser les fans les plus passionnés de Twilight de Georges? “Je suis curieux de le découvrir” dit il. “Il ne s'avère pas être aussi mauvais que je l'aurais voulu, donc je pense que personne ne sera offensé.” Pattinson a raison de dire cela— Georges est bien pire dans le roman. Quant aux Twihards, il leur accorde plus de complexité , en expliquant que ce sont un groupe obsédé par la littérature qui n'avait vu un film depuis des années avant la saga Twilight. Ils lui offrent sans cesse des livres,. Apparemment aujourd'hui, quelqu'un lui a donné les oeuvres d'un poète grec de 1950. Ayant vu en direct une avant première Twilight , je suis surpris que des personnes capables de s'époumoner puissent être des rats de bibliothèques. “Peut être lisent ils ces livres de la même manière,” il sourit en mimant une personne tenant un livre de poche ouvert. “ ‘Il retire sa chemise...’” Il ouvre grand la bouche et pousse un cri étouffé puis éclate de rire.

Pattinson avait autrefois déclaré qu'il s'attendait à ce que Twilight soit un film “indépendant sérieux” , plutôt qu'une saga à succès . Il a aussi exprimé une envie bienveillante vis à vis de Kristen Stewart — dont on assume largement qu'elle est sa petite amie mais dont il ne discutera pas — qui est passée par les films indépendants avant d'être choisie pour jouer dans la saga à l'eau de rose de Stephenie Meyer, alors que lui doit se faire une place dans les films indépendants tout en étant déjà célèbre. “Personne ne me croit jamais, mais je ne vois pas ça comme un truc énorme,” insiste-il. Ce sont les suites qu'il a trouvées plus difficile. “Le truc avec le personnage, c'est qu'il ne change jamais, mais au bout d'un moment, vous dites ‘je suis à court d'idée là.’ Il y a un passage dans le dernier film où lui et Bella ont leur 1ère dispute, et je ne savais presque pas le jouer car ce n'est pas comme s'ils allaient rompre.”


Bizarrement, notre conversation est interrompue quand l'hôtel commence à diffuser un horrible chanson pop dans la pièce. “C'est sur la BO de Twilight,” Pattinson sourit avec lassistude, pas du tout amusé. Heureusement ce morceau se termine à temps pour que Pattinson réfléchisse sur le chemin qu'il veut donner à sa carrière après Breaking Dawn — Partie 2 qui mettra un terme à la saga. L'été dernier , il a tourné avec David Cronenberg dans Cosmopolis, incarnant le milliardaire égocentrique qui cherche du sens à sa richesse (“Un des scripts les plus bizarrez que j'ai jamais lus”), et en ce moment il pèse le pour et le contre de 3 projets, dont il ne parlera pas, même si la coupe courte est pour un essai.

Il ne semble pas sûr de ses prochains pas, expliquant que sans une personne bien définie à l'écran “Personne ne viendra dire ‘Je veux Pattinson’. Je trouve toujours que les meilleurs scripts sont ceux écrits avec des personnes en tête mais je ne sais pas encore vraiment qui je suis en terme de cinéma, et je n'ai pas encore assez fait de film pour que le public perçoive quelque chose. “C'est toujours , ‘Oh, il y a le mec de Twilight qui tente de faire quelque chose d'autre.’ Je suis très conscient de ce que je pense être la conception des gens et cela rend fou mon management ”. Où trace t-il la limite? “J'ai refusé d'incarner un mec de la Marine, car je ne veux pas que les mecs de la Marine se disent, ‘C'est une honte’ ” Son rire sonne creux cette fois ci. “je veux faire un film où j'ai un flingue , où je dois courir un peu.”

Ces cinq derniers mois, il a vécu à Los Angeles, sa plus longue période de repos dans cette ville de l'industrie du cinéma , partageant son temps entre trois maisons et de temps en temps un hôtel— une réalité de nomade que lui a imposé sa célébrité d'une nature très rare. Une de ces maisons appartient-elle à Stewart? “Euuh ...” il hésité . “Je pense qu'il est mieux de ne jamais parler de ces trucs là.” Quand je lui dit que George Clooney a dit récemment qu'il attendait avec impatience les jours où il pourrait se balader dans un parc et lire un livre sans être embêté, Pattinson révèle qu'il conduisant dans LA il y a quelques jours quand une personne a montré du doigt la maison où Clooney habitait “quand il avait son cochon domestique et tout le reste”. Il était choqué de voir que c'était en plein sur la rue, sans protection.

“Ca me rapelle qu'il y a 10 ans , même en étant la personne la plus connue au monde, vous pouviez encore avoir une maison devant laquelle les gens ne campaient pas. Je fais tout pour me cacher car si on trouve où je suis, il y a des gens devant 24h sur 24. Et c'est ce qui vous rend fou, car vous ne pouvez y échapper. Ca ne vous donne pas envie de sortir—et donc vous ne rencontrez personne et vous vous ennuyez profondément”

Cependant, il déteste se plaindre: “le pour l'emporte sur le contre avec une grande marge.” Mais c'est dur de penser à un autre acteur qui a son âge et qui est dans la même position— Zac Efron, peut être. On doit reconnaître que Pattinson ne montre pas sa frustration en public, mais pourtant il pourrait succomber aux pétages de plomb à la Sean Penn. Quand la pression a besoin de redescendre, comme il se le doit , il téléphone à ses parents, qui résident toujours à Barnes, une enclave au bord de la rivière au sud ouest de Londres où il a grandi. “Ils pensent que je suis fou,” dit il “ce sont les seules personnes que j'embête vraiment — ‘Je vais me suicider!’ Toute ma famille pense que je déteste tant mon boulot , mais c'est juste l'ennui qui vous ronge.”

Quelques heures plus tard, dans un ensemble gris foncé bien plus élégant, Pattinson est sur le tapis rouge de Bel Ami. Il y a des cris mais ça n'atteint pas des niveaux violents — ­les allemands sont tellement modérés , bien qu'une adolescente a dû être portée au dessus des barrières pour sa sécurité. Des larmes sur le visage, qui pourraient être dues à l'angoisse d'être éloignée de l'orbite de son idole. Le film a reçu un accueil chaleureux mais une hôtesse allemande a sur la scène ignorer Donnellan, Ormerod et Ricci, et a tiré vers elle Pattinson pour s'extasier “Les filles, je le touche”

L'acteur a souri avec patience— il ne peut y échapper, même si c'est ce qu'il souhaite le plus. Il était bien mieux à l' afterparty, se cachant des regards indiscrets avec ses parents et ses 2 soeurs dans ce sanctuaire d'intérieur. S'il ne l'avait pas fait ; il aurait fait face aux mêmes rencontres toute la nuit Pattinson a été vu pour la dernière fois s'aventurant dans Berlin la nuit avec sa famille, en route, a t-il dit , vers le KitKatClub.  

Bel Ami sort le 9 mars

source the sunday times via Rplife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 69
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 15:39


_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 16:19

J'ai ajouté les scans Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 16:29


_________________
Revenir en haut Aller en bas
clarys
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 596
Date d'inscription : 06/07/2009
Age : 41
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 17:03

Revenir en haut Aller en bas
Karinou
Rob'nubilé
Rob'nubilé
avatar

Nombre de messages : 257
Date d'inscription : 26/12/2011
Age : 43
Localisation : dans L'ain

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 18:57

quel boulot
Revenir en haut Aller en bas
babe
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 7292
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 34
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 19:39

un grand et sacré Rob!!!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 20:02

Il y a quand même un truc qui m'interpèle dans cette ITW: le fait qu'il est refusé un rôle du peur du "Qu'en dira t-on?" s'il fait ça, il n'avancera jamais.

Je me demande d'ailleurs si ce n'est pas le film Child 44 dont Val' avait mis dans le topic rumeur Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
babe
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 7292
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 34
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 20:14

ptiteaurel a écrit:
le fait qu'il est refusé un rôle du peur du "Qu'en dira t-on?"
oh, j'avais plutôt compris qu'il pensait ne pas avoir la carrure, ne pas être suffisamment en forme pour le faire, qu'il aurait l'air ridicule, et pas le fait que Pattinson joue un Marine. C'est pour ça que ça m'a pas choqué. Si c'est ça, effectivement, il n'avancera pas

_________________
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 48
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 20:24


Sympa cette ITW, il aurait 3 possibilités de projets.... Affaire à suivre . Je peux comprendre qu'il doit en avoir marre d'être présenté comme Edward et pas comme Rob. Quand la saga sera terminée le tri des fans se fera tout seul . J'aimerais tellement le voir dans un film d'action, un genre qu'il n'a pas encore essayé .

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 20:46

babe a écrit:
ptiteaurel a écrit:
le fait qu'il est refusé un rôle du peur du "Qu'en dira t-on?"
oh, j'avais plutôt compris qu'il pensait ne pas avoir la carrure, ne pas être suffisamment en forme pour le faire, qu'il aurait l'air ridicule, et pas le fait que Pattinson joue un Marine. C'est pour ça que ça m'a pas choqué. Si c'est ça, effectivement, il n'avancera pas

Moi, je l'ai compris comme "Si c'est Pattinson qui joue un Marine ce sera une honte". Mais ensuite il dit vouloir faire un film où il a une arme et court. S'il met tout en oeuvre pour le faire, il peut y arriver

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Valoch
Rob'nubilé
Rob'nubilé
avatar

Nombre de messages : 388
Date d'inscription : 01/02/2012
Age : 51
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Dim 26 Fév - 22:07


Superbe boulot!
Moi je le vois bien dans un rôle genre Di Caprio dans Blood Diamond!!
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Lun 27 Fév - 0:48


_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 1104
Date d'inscription : 15/10/2011
Age : 36
Localisation : Franche Comté

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Mar 28 Fév - 10:03

pr cette traduction...

affaire à suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Jel
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   Mer 29 Fév - 0:48


J'espère qu'on saura bientôt quels sont ces futurs projets.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Presse] Interview avec le Sunday Times   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Presse] Interview avec le Sunday Times
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2012 :: Février 2012-
Sauter vers: