The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Cosmopolis] Les notes de Productions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 36
Localisation : Arras

MessageSujet: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 18:02

Voici les passages concernant Rob

CAST


David Cronenberg and long-time collaborator, casting director Deirdre Bowen, have assembled a remarkable cast, with talent from America, Canada, England, and France. The script is character-driven—much of the plot involves short, intense encounters between the protagonist and the secondary characters. The dialogue is central and often demanding. Eric Packer’s personality and psychological journey unfolds in a series of close interactions with the people of the cosmopolis—his employees, lovers and enemies. Choosing the lead actor was crucial, of course, and because the rest of cast would have to work briefly but intimately with the lead, supporting roles also required strong casting.

“Casting is a black art,” proclaims David Cronenberg. “You can kill your movie by making a mistake before you’ve even shot film.” When Robert Pattinson’s name was proposed for the lead role of Packer, Cronenberg watched much of his work—including the young actor’s role as Salvador Dali in Little Ashes—and he was sold: “Rob was the most interesting and exciting actor suggested for COSMOPOLIS, and I knew that he would bring something wonderful to the screen—maybe even something he didn’t know he had.” Under David’s direction, Robert delivers an edgy, understated performance. In fact, Robert notes that he has never felt “utilized to this degree as an actor,” and fellow cast member Paul Giamatti describes Robert’s casting as “genius.”

Robert Pattinson—Eric Packer

Eric Packer is a selfish young member of the ruling class, at the top of the super-rich 1%. He is an anti-hero whose privileged reality is decadent and isolated. Casting Robert Pattinson in this unsympathetic role wasn’t obvious. Robert’s super-stardom perhaps gives him some insight to the pressures of success, but his pressures include the attention of a zealous fan base that might expect him in a different role. And he is younger than Eric Packer was envisioned, an age difference that influences the rest of the casting process. On the other hand, young billionaires and tech-savvy traders are not unusual in today’s society. Plus, casting Robert presents an opportunity to attract a new generation to Cronenberg’s work.

Ultimately, the choice rested on Pattinson’s talent and experience, with or without celebrity. Cronenberg found Robert mature and willing to challenge himself: “...Rob is not deluded about his fame; he understands that popularity is not the essence of being a good actor, and recognizes the danger of taking projects to please others rather than himself.” Bringing the egomaniacal Eric Packer to life required Pattinson to forget being a sympathetic character.

Cronenberg observes, “Some actors worry about not being appealing or sensitive, but that was never an issue for Rob; it was always about finding the often unlikeable truth of who Eric is and what it means to be a 25-year-old billionaire.... Rob is incredibly likeable, but he doesn’t need to be liked.” So Eric Packer, a financial god, perhaps soulless but with feet of clay, is realized by the charismatic, modest Robert Pattinson.

Robert was surprised and excited by the COSMOPOLIS offer. He recounts receiving the screenplay about a year earlier and thinking it was “one of the most original scripts” he’d read. However, he doubted he’d get the part: “Then the offer came out of the blue and I was amazed!” Praising David’s consistently “thought-provoking” and innovative work, Robert says he was certain about taking the part; however, he admits, “I had no idea how I was going to play it.... I was scared at first, mainly because I could interpret the script and play it so many different ways....” He didn’t have much time with David before shooting, but he knew he was in good hands. His trust in the director, as well as David’s in Robert, was wellfounded. “I could feel David moulding it as we shot, and that made me really comfortable because it meant there was no specific right or wrong way. Eventually, I was very relaxed, especially for it being such an intense piece.”

Pattinson wanted a project that would take him to the edges of himself, and COSMOPOLIS provides the character to do it. Eric Parker is inscrutable and contradictory, both calculating and reckless. Robert had to find the emotional core of a man who is desensitized, a man who interprets the world in terms of numbers and acquisitions. Robert notes, “I think Eric has an all-consuming ego.” He lives an artificial existence, and Eric’s success seems a product of detachment and cold rationality. Yet his odd quest for a haircut is risky, irrational. He normally makes people come to him, including a physician for a daily exam, but he insists on seeing an old-fashioned barber on the opposite side of town, despite the risk to his personal safety.

Rob notes his character’s grasp of contemporary events, business and politics. Eric Packer’s knowledge of the world, however, comes primarily through technology, and he sees most things as mere information, “some kind of list or matrix,” Rob suggests, about which he is dispassionate. Rob describes Eric “Watching screens informing him of current data all the time. I think he ends up taking drastic measures just to feel something because he’s become so desensitized.” He knows, and somewhat owns, many people but seems to have no friends. Even his new wife feels distant, an acquisition, someone to use or ignore. He is the master of his cosmos, but is he lonely at the top? Does he care? The enigma of Eric’s character is central to the film, and his interaction with secondary characters both shapes that puzzle and perhaps gives clues to solving it.

Supporting Cast


Cronenberg assured Pattinson of his directorial support in creating an authentic Eric Packer. He also promised Rob “fantastic actors” to work with on COSMOPOLIS -- and delivered. In addition to the masterful Paul Giamatti, Robert performs with cast ranging from the fresh talents of Sarah Gadon and Jay Baruchel to French luminaries Juliette Binoche and Mathieu Amalric. Pattinson sums up the ensemble cast: “All the actors come from different backgrounds, have different personalities and have all done completely different kinds of movies. They didn’t know a lot about the film, but everybody wants to work with David and that’s why they’re here.”

DIRECTING STYLE


There are many ways to direct a film. Cronenberg’s way does not involve rehearsing, improvising dialogue or using story boards: “I want the actors to have input into how they move around on set; their body language is as important as dialogue.” Only after that time on set alone with the actors do they bring the crew on set and perform the scene like a piece of theatre.

With the episodic nature of COSMOPOLIS, and no rehearsal, actors would come in for a couple of days not knowing the stylistic tone. Pattinson appreciated Cronenberg’s method: “There was a natural process of getting to know each other which worked brilliantly, especially on this film where there are so many long scenes with so much dialogue, obscure tone and rhythm. Generally, he picked up on it when it felt right for me and he always liked those takes.”

Cronenberg clarifies: “Especially with an experienced actor like Paul Giamatti there are so many layers, so much depth, levels of emotion that he can convey in a line of dialogue – that’s fascinating – and gives me a sense of how to shoot it. Whether it should be a close up or a wider shot, to see a detailed view of body language.”

Giamatti found the experience on Cronenberg’s set “liberating.” He explains: “I’ve never worked with such a confident director who has the courage to take full responsibility for the film, which takes the pressure off as an actor, so you’re free to do whatever you want.”

Pattinson comments on David as an auteur: “It never feels like David’s taking notes from producers to make the movie appeal to a certain quadrant. It’s understandable when it does happen, but it’s really only because of David that a film like this can be made. I really felt like an actor on this film and felt like I was a part of a creation, rather than just a bunch of stuff strung together with music stuck on.”

A LIMO IN ELEVEN PIECES


Under the direction of Production Designer Arv Greywal, two pristine white limousines were purchased to create the main setting of the film. The first is seen in exterior shots of Eric getting in and out of the limo, driving through city streets, into a riot in Times Square. This car is eventually vandalized, beaten and burned, generally mirroring Packer’s own breakdown and descent into destruction.

The second car was promptly carved into eleven pieces. Each piece was customized and modular so it would come apart to facilitate shooting from various angles within in the limo against a green screen. In post-production, Mr. X. Visual effects team would transform the green screen into Manhattan streets all the way across town.

Space limitations meant that Cronenberg couldn’t be in there with the actors. So, he listened with headphones and communicated through an intercom system while watching the action on a monitor. Of course, he was only a few feet away from them and spoke to them personally a lot of the time.

Robert Pattinson found the system worked beautifully: “I was in a car for the majority of the time, and David was out by the monitors on an intercom, and yet he was incredibly sensitive to every little thing we did, even when we weren’t conscious of it. He always seemed to pick up on things when they were getting interesting, and that was very reassuring.”

In addition, Pattinson found shooting in the car helped his characterization of Eric: “I became familiar with the car and comfortable in my seat, while each of the other actors had to come in and figure it all out for themselves. Everyone else felt alien in ‘my’ domain.”

Given the nature of the story, this seems a fitting dynamic in which to work. There was however, a claustrophobic element that made shooting in the limo no easy task says Samantha Morton: “Truly the most challenging role I’ve ever had! So much dialogue in my head and the limo moving and people running around! Thank heavens for David’s comforting voice on the intercom!” Furthermore, most of the actors are only in the limo.

Cronenberg joked that this was his version of Das Boot and encouraged people to see Lebanon, which takes place in a tank.

After shooting mostly in the limo for over a month, Pattinson found it “refreshing” to get out and work with other actors experiencing a new set with him in Benno’s space and the barber shop, also meticulously created on set by Arv Greywal and his team.

WARDROBE


With a lead character in the same wardrobe for the duration of the film, costume designer Denise Cronenberg recognized the need for perfect choices – and several of them - from day one. Gucci delivered on both fronts: seven black slim cut suits, white shirts, and black ties, belts and shoes. Denise comments: “I needed multiple costumes for Rob's character so whatever creative choices and possible breakdown of clothing were made during shooting, we would be equipped.”



No Rob mention in this part, but very interesting about the movie

ADAPTATION


When asked how COSMOPOLIS came into his life, David Cronenberg smiles: “COSMOPOLIS is one of those gifts that come out of the blue,” the kind one hopes for, but which are rare. Paulo Branco—a recognized Portuguese producer whom Cronenberg knew of but had never met—approached him with the rights to DeLillo’s Cosmopolis. Branco thought David was perfect to adapt it: “I knew David’s artistry would balance the novel’s sensitivity and violence on screen.”

David knew DeLillo’s work but not Cosmopolis. Within two days he’d read it and agreed to write the adaptation and direct the film. David wrote the screenplay in an astonishing six days. “Adapting COSMOPOLIS went so beautifully because Don’s book has a cinematic core with the most amazing dialogue that stood on its own, so I spent the first three days transcribing dialogue and the next three days filling in the descriptions of the scenes. And that’s pretty much the script we shot with.”

However, Cronenberg acknowledges that in “reinventing the story for the cinema...in a strange way I think you have to betray the book in order to stay faithful to it.” David explains that some material in the novel wouldn’t translate to the screen: “Specifically, there is a lot that goes on inside the heads of certain characters, and that’s not something a movie can do without a voiceover, which to me is not the solution. I think the film should feel like the book, so I was quite prepared to be brutal in cutting things out to preserve the essence of the story.” Although David closely adheres to what Producer Martin Katz calls DeLillo’s “terrific concentration on thoughtful, clever, stagey, theatrical dialogue,” the story had to be altered for the screen. Because of the changes, David cautioned the actors against reading the novel. Nevertheless, DeLillo was supportive throughout the filmmaking process and told Cronenberg he approved of the script when they met at Paulo Branco’s Estoril

Don DeLillo’s Cosmopolis was published in 2003 and seemed to foretell events to come in 2008 and beyond—criminal activity on Wall Street, IMF scandals, the impact of technology on market fluctuations, and the crises of the American and European economies.

Cronenberg notes, “It was spooky, almost eerie working on COSMOPOLIS because so much has played out in reality.” For example, the anti-globalization protests in the novel parallel the global Occupy movements, one of which occurred just blocks from the Toronto studio while COSMOPOLIS was filming. The director calls DeLillo’s novel “prophetic—in that he pretty much predicted the economic crisis, yet it’s all absolutely fresh right now.” As for DeLillo, when he screened it for the first time, he declared COSMOPOLIS a “great film” of which he was “proud to be a part.”

source 2.telefilm.ca via Rplife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 36
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 18:09

Trad en cours...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
belladeludo
Uploadeuse
Uploadeuse


Nombre de messages : 13333
Date d'inscription : 05/06/2010
Age : 55
Localisation : Trop loin de lui

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 18:35

Shocked Aurel
Une petite pour te donner du courage
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 47
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 18:58

pour cette journée ou tu n'arretes pas ....

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 36
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 19:30

1ère partie

LE CAST

David Cronenberg et son collaborateur de toujours , le directeur de casting Deirdre Bowen, a regroupé un cast remarquable, avec des talents venant d' Amérique, du Canada, d'Angleterre et de France. Le script est étroitement lié aux personnages—et la plupart de l'intrigue implique de courtes mais intenses rencontres entre le protagoniste et les personnages secondaires. Le dialogue est central et souvent exigeant. La personnalité d'Eric Packer et son voyage psychologique offre une série d'interactions très proches avec les personnes de la ville —ses employés , ses maîtresses et ses ennemis . Choisir l'acteur principal était crucial, bien entendu , et comme le reste du cast devait travailler brièvement mais intimement avec lui, les rôles secondaires nécessitaient aussi de fortes personnes.

“Choisir des acteurs c'est comme de la magie noire,” proclame David Cronenberg. “Vous pouvez tuer votre film en faisant une erreur avant le début même du tournage.” Quand le nom de Robert Pattinson a été proposé pour le rôle de Packer, Cronenberg a regardé quelques uns de ses films —parmi lesquels son rôle de Salvador Dali dans Little Ashes—et c'était vendu “Rob a été l'acteur le plus intéressant et le plus excitant qu'on m'ait proposé pour COSMOPOLIS, et je savais qu'il apporterait quelque chose de merveilleux à l'écran —peut être même quelque chose qu'il ne pensait pas avoir en lui.” Sous la direction de David, Robert a offert une performance avant-gardiste et raffinée. En fait, Robert remarque qu'il n'avait jamais senti qu'il avait été “utilisé à un tel degré en tant qu'acteur,” et son collègue Paul Giamatti décrit le casting de Robert comme un trait de “génie.”

Robert Pattinson—Eric Packer

Eric Packer est une jeune homme égoiste, membre de la classe dirigeante , et qui représente les 1% des gens les plus riches au monde. C'est un anti-héros dont la vie privilégiée est décadente et esseulée. Choisir Robert Pattinson dans ce rôle antipathique n'était pas évident . La méga célébrité de Robert lui a déjà donné les prémices de ce qu'est la pression suite au succès et il connait aussi l'attention des fans zélés qui attendent de le voir dans un tout autre rôle. Et il est plus jeune que prévu pour être Eric Packer , une différence d'âge qui a influencé le reste du casting . D'un autre côté, un jeune milliardaire et des traders fanatiques de haute technologie ne sont pas si inhabituels que cela dans notre société actuelle De plus, choisir Robert donnait l'occasion d'attirer la nouvelle génération vers les oeuvres de Cronenberg.

Finalement , le choix de Pattinson s'est fait sur le talent et l'expérience, avec ou sans la célébrité. Cronenberg a trouvé Robert mature et désirant se mettre au défi: “...Rob n'est pas focalisé sur sa célébrité; il a compris que la popularité n'est pas l'essence même qui fait de vous un bon acteur et il a conscience des dangers à prendre des projets qui plairont à certains plutôt qu'à lui .” Donner vie à l'égo-maniaque Eric Packer a nécessité que Pattinson oublie d'être un personnage gentil.

Cronenberg observe, “Certains acteurs ont peut de ne pas être charmant ou sensible, mais cela n'a jamais été un souci pour Rob; il s'agissait toujours de trouver la vérité la plus détestable chez Eric pour savoir qui il est et ce que ça fait d'être un milliardaire de 25 ans.... Rob est incroyablement sympathique mais il ne ressent pas le besoin d'être aimé” Donc Eric Packer, un dieu de la finance , sans doute sans âme mais avec des pieds d'argiles, est personnifié par le charismatique mais modeste Robert Pattinson.

Robert a été à la fois surpris et excité par l'offre de COSMOPOLIS. Il se souvient avoir reçu le script un an plus tôt et s'être dit que c'était “un des scripts les plus original” qu'il ait jamais lu? Cependant, il doutait de pouvoir avoir le rôle: “Puis cette offre s'est présentée de manière inattendue et j'étais surpris!” . Faisant les louanges des oeuvres innovatrices et constamment provocantes de David , Robert dit qu'il était certain de vouloir prendre le rôle ; il admet toutefois, “Je n'avais aucune idée de comment j'allais jouer cela.... J'étais effrayé au début principalement car je pouvais interpréter le script et le jouer de manières si différentes....” Il n'a pas passé beaucoup de temps avec David avant le tournage ,mais il savait qu'il était entre de bonnes mains. Sa confiance en David, et celle de David en Robert, fut véritable “Je sentais que David donne forme au film alors que nous le tournions, et ça m'a mis vraiment à l'aise car ça voulait dire qu'il n'y avait pas de bonne ou mauvaise voie. En fin de compte, j'étais très détendu, surtout que c'était un film si intense.”

Pattinson voulait un projet qui la fasse se surpasser et COSMOPOLIS lui a donné le personnage pour le faire . Eric Parker est impénétrable et contradictoire , à la fois calculateur et tête brûlée. Robert a dû trouvé les émotions d'un homme qui est insensible , un homme qui voit le monde avec des chiffres et des acquisitions. Robert fait remarquer , “Je pense qu'Eric a un égo dévastateur .” Il vit une existence artificielle, et le succès d' Eric semble être le résultat d'un détachement et d'une rationalité froide. Pourtant cette quête étrange pour cette coupe de cheveux est risquée et irrationnelle. Normalement , il fait venir les gens à lu , parmi lesquels son docteur pour un examen quotidien, , mais il insiste pour aller voir un barbier démodé à l'autre bout de la ville, malgré le risque encouru pour sa propre sécurité..

Rob remarque la prise de son personnage sur les événements contemporains , les affaires et le politique. Les connaissance d'Eric Packer sur le monde cependant,viennent principalement de la nouvelle technologie et il voit les choses comme des simples informations, “une espèce de liste or de matrice,” Rob suggère que c'est pour cela qu'il manque de passion. Rob décrit Eric ainsi “Observer des écrans l'informe des données actuelles en temps réel. Je pense qu'il finit par prendre des mesures drastiques juste pour ressentir quelque chose car il est devenu tellement insensible” Il connaît, et d'une certaine manière possède , de nombreuses personnes mais ne semble pas avoir d'amis. Même sa nouvelle femme semble distante, une acquisition, une personne à utiliser ou à ignorer . Il est le maître de son univers , mais il est seul au sommet ? Ca lui fait quelque chose ? L'énigme que représente le personnage d' Eric est au centre du film, et son interaction avec les personnages secondaires donne forme à ce puzzle t lui donne peut être des indices pour le résoudre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 36
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 19:57

Les rôles secondaires


Cronenberg a assuré Pattinson de son soutien en tant que réalisateur en créant un authentique Eric Packer. Il a aussi promis à Rob de “fantastique acteurs” avec qui travailler sur COSMOPOLIS . En plus de l'impérieux Paul Giamatti, Robert a joué avec des acteurs à la fois tout nouveaux comme Sarah Gadon et Jay Baruchel mais aussi avec des pointures françaises telles que Juliette Binoche et Mathieu Amalric. Pattinson résume ainsi le cast au complet : “Tous les acteurs viennent d'univers différentes, ont des personnalités différentes et et ont fait des films complétement différents. Ils ne savaient pas grand chose du film, mais tout le monde voulait travailler avec David et c'est pour ça qu'ils étaient là.”

Le Style du Réalisateur



Il y a maintes façons de réaliser un film. La façon de faire de Cronenberg n'implique pas de répétitions , d'improvisations au niveau du dialogue ou l'utilisation de story boards: “Je veux que les acteurs aient leur mot à dire sur leur gestuelles sur le plateau , leur langage corporel est aussi important que le dialogue.” Ce n'est qu'après un moment seul avec les acteurs sur le plateau que j'implique l'équipe technique et je joue la scène comme une pièce de théâtre.

Avec la nature épisodique de COSMOPOLIS, et sans répétition, les acteurs venaient pour quelques jours ne sachant pas le ton stylistique. Pattinson a apprécié la méthode de Cronenberg: “Il y avait un processus naturel pour apprendre à se connaître mutuellement et ça a fonctionné à merveille, surtout sur ce film où il y a tant de longues scènes avec autant de dialogue, le ton et le rythme sont obscures . Généralement, il le saisissait quand ça allait pour moi et il aimait tout particulièrement ces prises.”

Cronenberg précise : “Surtout avec un acteur aussi expérimenté que Paul Giamatti , il n'y a pas tant de couches , tant de profondeur, de niveaux d'émotions qu'il pouvait donner à ses répliques – c'est ce qui est fascinant – et ça m'a donné une idée de comment tourner. Que ce soit un gros plan ou un plan plus large , pour avoir une vue détaillée sur le langage corporel.”

Giamatti a trouvé cette expérience sur le plateau de Cronenberg “libératrice .” Il s'explique “Je n'ai jamais travaillé avec un réalisateur qui a tellement confiance en lui , qui a le courage de prendre l'entière responsabilité du film, ce qui enlève la pression sur l'acteur, donc vous êtes libre de faire ce que vous voulez.”

Pattinson commente David en tant qu' auteur: “On dirait que David ne prenait jamais de notes venant des producteurs pour attirer le film vers un certain public. C'est compréhensible de voir ça , mais c'est vraiment grâce à David qu'un tel film peut être fait . Je me suis vraiment senti acteur sur ce film et j'avais l'impression de faire partie d'une création, plutôt qu'avoir des tas de trucs reliés entre eux avec une musique de fond .”

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 36
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 20:23

Une limousine en 11 morceaux

Sous la direction du designer de la production Arv Greywal, deux limousines blanches ont été achetées pour créer le lieu principal du film. On voit la 1ère dans un plan extérieur d'Eric montant et descendant de celle ci pour le conduire dans les rues de la ville, dans une émeute à Times Square. Cette voiture finit par être vandalisée, démolie et brûlée . Ce sera un écho de la propre chute de Packer et sa descente dans la destruction.

La 2ème voiture a été découpée en 11 morceaux. Chaque morceau a été customisé et moduler afin qu'il puisse facile le tournage sous divers angles à l'intérieur de la limousine contre un écran vert . En post-production, Mr. X. L'équipe des effets spécieux a transformé les écrans verts en rues de Manhattan dans toute la ville.

Les limites d'espace fait que Cronenberg ne pouvait être là avec les acteurs. Il écoutait donc avec des écouteurs et communiquait avec des interphones tout en regardant l'action sur un moniteur . Bien entendu, il était à quelques mètres d'eux et il leur parlait personnellement de nombreuses fois .

Robert Pattinson a trouvé que le système fonctionnait à merveille: “J'étais dans la voiture la majorité du temps et David était à côté des écrans de contrôles avec un interphone et pourtant il voyait tout ce que nous faisions dans le moindre détail et dont nous n'avions pas conscience Il semblait toujours saisir les choses quand elles devenaient intéressantes, et c'était très rassurant.”

De plus , Pattinson a trouvé que tourner dans la voiture lui a permis d'incarner Eric: “Je suis devenu familier avec la voiture et j'étais bien dans mon siège alors que les autres acteurs devaient venir et comprendre tout ça par eux mêmes. Tout le monde se sentait étranger dans "mon" domaine .”

Vu la nature de l'histoire, ça semble être une dynamique adéquate pour travailler. Il y avait cependant un élément de claustrophobie qui n'a pas rendu facile le tournage dans la limousine comme le dit Samantha Morton: “C'est vraiment le rôle qui fut le plus gros challenge! Tant de dialogue dans ma tête et la limousine qui avançait et des gens qui courrait autour ! Dieu merci il y avait la voix réconfortante de David dans l'interphone !”De plus certains acteurs n'apparaissent que dans cette limousine.

Cronenberg a dit en plaisantant que c'était sa version de Das Boot et il a encouragé les gens à voir Lebanon, où tout se passe dans un tank

Après avoir tourné quasiment tout dans la limousine pendant un mois, Pattinson a trouvé ça “rafraichissant” de sortie et de travailler avec d'autres acteurs et d'expérimenter un nouveau plateau comme l'espace de Benno et la boutique du barbier , qui a aussi été créé méticuleusement par Arv Greywal et son équipe.

Garde-Robe

Avec un personnage qui porte les mêmes vêtements pendant tout le film , la costumière Denise Cronenberg a reconnu la nécessité de faire les choix parfaits – et plusieurs – dès le 1er jour . Gucci leur a donné sept costumes bien taillés, des chemises blanches et des cravates noires mais aussi des ceintures et des chaussures. Denise dit : “J'avais besoin d'une multiple de costumes pour le personnage de Rob donc peu importe les choix créatifs et les possibles pénuries de vêtements, nous étions équipés pour le tournage”

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 36
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 20:23

Pour la dernière partie, comme ça ne parle pas de Rob en détail, je ferais ça demain Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
nicolisandra
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 9405
Date d'inscription : 16/03/2009
Age : 43
Localisation : ici et ailleurs

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 20:25

Un énorme

_________________
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 47
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 20:34

Fantastique Aurélie

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 43
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 21:03


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 57
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 21:57

je me garde çà sous le coude car je n'ai pas le temps ce soir mais tu as fait un véritable travail de titan et ce pendant tes vacances !!! tu mérites

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
Valoch
Rob'nubilé
Rob'nubilé


Nombre de messages : 388
Date d'inscription : 01/02/2012
Age : 50
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Jeu 3 Mai - 22:18

Patty a écrit:
je me garde çà sous le coude car je n'ai pas le temps ce soir mais tu as fait un véritable travail de titan et ce pendant tes vacances !!! tu mérites


+1 quel boulot!! bravo aurel!
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 68
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Ven 4 Mai - 5:33

Quel travail titanesque

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
babe
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 7292
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 33
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Ven 4 Mai - 9:04

beaucoup Ptiteaurel

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 36
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Ven 4 Mai - 15:00

L'ADAPTATION

Quand on lui a demandé comment il a donné naissance à COSMOPOLIS , David Cronenberg arbore un sourire “COSMOPOLIS est un de ces cadeaux qui vous arrive par pur hasard,”ceux qu'on espère mais qui sont rares, . Paulo Branco—un producteur portugais renommé que Cronenberg connaissait mais n'avait jamais rencontré— l'a approché pour les droits du roman de DeLillo. Branco pensait que David était parfait pour adapter ce film : “Je connaissais que l'art de David allait contre balancer la sensibilité et la violence du roman à l'écran .”

David connaissait les livres de DeLillo mais pas Cosmopolis. En deux jours, il l'a lu et a accepté d'écrire l'adaptation et de réaliser le film . David a écrit le script en à peine 6 jours . “Adapter COSMOPOLIS a été si merveilleux car le livre de Don a une dimension cinématographique avec des dialogues incroyables qui sont complétement à part, j'ai passé les trois premiers jours à transcrire les dialogues et les trois jours suivants à compléter les descriptions des scènes. Et c'est avec ce script que nous avons tourné”

Cependant, Cronenberg reconnaît que “ré-inventer l'histoire pour le cinéma...de manière étrange, je pense que j'ai dû trahir le livre afin d'y rester fidèle .” David explique que certains éléments du livre n'auraient pas passé à l'écran : “C'est très spécifique car de nombreuses choses se passent dans la tête de certains personnages, et on ne peut pas faire cela dans un film sans une voix off , et pour moi ce n'est pas la solution. Je pense que le film devait ressembler au livre , je m'étais donc préparé à être brutal en coupant des choses pour préserver l'essence de l'histoire .” Bien que David adhère à ce que le producteur Martin Katz appelle les dialogues " théâtralisés, intelligents , réfléchis et qui nécessitent un terrible concentration" de De Lillo, l'histoire devait être altérée pour l'écran. A cause des changements, David a prévenu les acteurs qu'ils ne devaient pas lire le roman. Néanmoins, DeLillo a apporté son soutien lors du processus de tournage et à dit à Cronenberg qu'il approuvait quand ils se sont rencontrés avec Paulo Branco à Estoril

Le roman Cosmopolis a été publié en 2003 et semble prédire les événements de 2008 et au delà—l'activité criminelle à Wall Street, les scandales entourant le FMI , l'impact de la technologie sur les fluctuations du marché , et les crises des économies Américaines et Européennes.

Cronenberg remarque , “C'était lugubre, presque irréel de travailler sur COSMOPOLIS car tant de choses étaient arrivées dans notre réalité.” Par exemple, les manifestations anti mondialiste font écho aux mouvements de Occupy , une de leur manifestation a eu lieu à quelques rues de leur studio à Toronto en plein tournage de COSMOPOLIS. Le réalisateur dit que le roman de DeLillo était une “prophétie—car il a prédit la crise économique et pourtant c'est encore rafraichissant de nos jours .” Quant à DeLillo, quand il a vu le film pour la 1ère fois, il a dit que COSMOPOLIS était un “film génial” et qu'il était “fier d'en faire partie”

source 2.telefilm.ca via Rplife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 43
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Ven 4 Mai - 15:11


_________________
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 47
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Ven 4 Mai - 16:50

Merci Ptiteaurel pour tout ce travail

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
belladeludo
Uploadeuse
Uploadeuse


Nombre de messages : 13333
Date d'inscription : 05/06/2010
Age : 55
Localisation : Trop loin de lui

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Ven 4 Mai - 16:58

pour toutes ces traductions
C'était intéressant et vivement le 25
Revenir en haut Aller en bas
babe
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 7292
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 33
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Ven 4 Mai - 19:14


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 57
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Ven 4 Mai - 21:44

passionnant

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 1104
Date d'inscription : 15/10/2011
Age : 35
Localisation : Franche Comté

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Ven 4 Mai - 22:40

quel boulot pr cette longue traduction très intéressante !
Revenir en haut Aller en bas
vavounette
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 8932
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 42
Localisation : dans un trou lorrain lol

MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Dim 6 Mai - 23:37

un grand

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Cosmopolis] Les notes de Productions   Aujourd'hui à 15:07

Revenir en haut Aller en bas
 
[Cosmopolis] Les notes de Productions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Silence... Moteur... And action... :: Filmographie :: Cosmopolis-
Sauter vers: