The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  [The Rover] Revue de presse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37  Suivant
AuteurMessage
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 43
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Mer 20 Aoû - 14:56

Interwiewe avec Belfast Telegraph

Robert Pattinson quietly enters a plush hotel room, stifling a yawn and clutching a pair of expensive-looking shades.

"I can't wait to get to a level where I can wear sunglasses during Press junkets," he says, before breaking into a laugh.

The 28-year-old Twilight star has reached – and surpassed – the level of fame at which most Hollywood stars start wearing dark glasses indoors, but it doesn't seem like he'll be adopting a diva-like attitude anytime soon.

Six years since the hugely successful vampire franchise first hit screens, the actor, known to millions of young fans as RPatz, still doesn't seem entirely comfortable being the centre of attention.

Heading to the remote Australian outback to make his new film The Rover last year, was a welcome change of scene for the star, who had faced months of speculation over his relationship with Twilight co-star Kristen Stewart, after photos of the actress embracing a married director were splashed around the world in 2012.

"It was incredibly peaceful," London-born Pattinson says of his stint Down Under, cracking his knuckles as he speaks. "You really realise the value of your anonymity again and how priceless it is.

"But also, it was an unusual place as well. There was a mysticism to the area. It's not like being out in nothingness; there's an intensity to it."

Since his eventual split from Stewart, Pattinson's love life has still been generating headlines, with reports linking him to everyone from singer Katy Perry to Elvis Presley's granddaughter Riley Keough.

And while he proved his acting chops post-Twilight, in David Cronenberg's 2012 drama Cosmopolis and the period romp Bel Ami, he looks set to shed his teen idol image for good with his role in The Rover.

Set in a dystopian world, a decade after global economic collapse, he plays Rey, a petty criminal who is wounded in a botched heist as his fellow gang members make off in a stolen car. The car's owner Eric (former Neighbours star Guy Pearce), is determined to get his only remaining possession back, and forces simple-minded Rey to join him and help hunt down the gang.

The ruffled hair and chiselled good looks which made Pattinson such a hit with Twilight fans are replaced with a deep Southern drawl, shaved head and brown teeth, modelled on "the kids at school who didn't brush them".

The actor – who landed his first big role playing Cedric Diggory in 2005's Harry Potter And The Goblet Of Fire – laughs as he recalls how he initially wanted the physical transformation to go even further.

"I'd read this thing about how thieves in the Wild West had the tops of their ears snipped off as a punishment to show you were a thief. "I was like, 'That would be so great!'. He'd be the type of person who'd get caught stealing something."

As it happened, the director decided against it – which, in hindsight, Pattinson realises was probably for the best. "Thank God I didn't have to have a prosthetic ear thing on the entire time."

He describes Rey as "a little slow, and very, very needy ... he feels like he needs people to look after him all the time". So how did he get into character?

"I didn't realise I was doing it, but all the guns were controlled by an armourer, who's obviously very serious about guns," he explains. "He got so p***** off when I started playing with them. And I realised that was getting me into character, annoying the armourer, breaking the guns. That's exactly what Rey would be doing; constantly being told off."

Pearce's character gets frustrated with Rey, and even physically attacks him. But as their journey continues, a subtle bond develops between the pair.

Pattinson, who jokingly refers to the rather bleak film as "a buddy road trip movie", enjoyed working with the "amazing" Pearce.

"Neither one of us knew exactly what the movie was about when we started, and so we were kind of figuring it out," he adds.

"It's not like one of us had a really set idea of how to do something and clashed with the other person. We were really trying to find it together, which doesn't happen that often."

Next up for the actor is the Werner Herzog film Queen Of The Desert, a biopic of the British explorer, archaeologist and writer Gertrude Bell.

Pattinson, who plays Lawrence of Arabia in the film, says landing the role was "just crazy".

"I've been a fan of Herzog since I was 16. I met him for that job three years ago; I thought it was never going to happen and when it finally did, it was amazing. Riding around Morocco on a camel, it was pretty great."

As for how indie films compare with blockbusters like Twilight, Pattinson admits The Rover was "an extreme one", with the cast sleeping in makeshift accommodation on location.

"When you have a big budget, it creates expectations of how you're supposed to be treated as an actor. And when you're there (in the outback), there is literally no other option than staying in the shipping container. It's kind of nice. Everyone's on a totally equal footing, and it doesn't give your vanity a chance to take hold."

   The Rover is in cinemas now

From teen star to screen hunk

Douglas Thomas Pattinson was born in London on May 13, 1986, the youngest of three children.

While still at school, he joined a local drama club, "because I fancied this girl who went to it!"

After performing in productions like Guys And Dolls and Tess Of The D'Urbervilles, he caught the attention of an acting agent.

Post-Harry Potter, he successfully auditioned to play vampire Edward Cullen in Twilight, which propelled him to global heart-throb status.

Pattinson once confessed: "You get girls like, 'I want to have your babies!' It's like, seriously, I don't even want to have my babies."

His performance in Cosmopolis required him to get steamy in a car with French actress Juliette Binoche. He said the scene was "so funny – we had just met one another before we had to shoot it".

His older sister Lizzy is a singer who recently auditioned for the new series of The X Factor.

"I'm ridiculously proud of her. I would never have the (guts) to do that, never in a million years," he's previously said.
A real ladies man...

Hollywood rumour has it that Twilight co-stars and former lovers Kristen Stewart and Robert Pattinson are back together once again.

The two on-again, off-again lovers have not confirmed or denied the rumours, but reports from eyewitnesses continue to spot them together.

Since they met on the set of Twilight in 2008, Pattinson has been continually linked to Stewart.

For a long time, however, the two refused to confirm a relationship, but paparazzi photographs and eyewitness accounts drove intense media and fan speculation and attention.

Eventually, though, Stewart officially acknowledged her relationship with Pattinson for the first time in July 2012, when Us Weekly published affectionate photos of Stewart with her Snow White and the Huntsman director, Rupert Sanders.

The day the photos were released, Stewart issued a public apology to Pattinson, saying, "I'm deeply sorry for the hurt and embarrassment I've caused to those close to me and everyone this has affected.

"This momentary indiscretion has jeopardised the most important thing in my life, the person I love and respect the most, Rob. I love him, I love him, I'm so sorry."

Since their 2012 split, Pattinson has been seen out with a string of beautiful women.

These include singer Katy Perry, actresses Elle Fanning and Isla Fisher and Hollywood agent Stephanie Ritz.

Last week, they revealed that they will both attend this year's Toronto International Film Festival.

Pattinson's Maps to the Stars and Stewart's Still Alice will both be screened during the festival.

sourceBelfast Telegraph

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 68
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Mer 20 Aoû - 17:33

lili 

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 47
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Sam 23 Aoû - 10:23

lili 

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Sam 23 Aoû - 12:31

Traduction de l'interview avec The Hollywood News


Après avoir traversé un long chemin jonché d'embuches dans la chaleur de la gare, on peut dire que j'étais dans le bon état d'esprit pour parler de The Rover. Le réalisateur David Michôd et les stars Guy Pearce et Robert Pattinson étaient présents dans un endroit fort heureusement opulent et sans stress pour une rapide discussion avec la presse internationale. Décontracté, souvent drôle et surtout entouré d'eau gratuite, ils nous on donné un aperçu de la fabrication du road movie australien le plus intense depuis Mad Max.

Guy Pearce : Qu'est ce que vous faites ici ? (Rires).

Robert Pattinson : (Mettant ses lunettes sur la table), j'ai hâte d'en arriver à un niveau ou je peux porter des lunettes de soleil...

Journaliste : Durant la journée ?

RP : Durant les interviews. (Rires).

David Michod : Si jamais j'ai à nouveau un film à Cannes je vais le faire, vous avez ce grand photocall et ils vous disent tout de suite de...

GP : D'enlever vos lunettes.

DM : D'enlever vos lunettes... Les flashs sont si intense, la prochaine fois si j'ai à nouveau un film qui se joue à Cannes je serai ce branleur qui porte des lunettes de soleil. (Rires)

David, après Animal Kingdom et The Rover, quand allons nous vous voir faire une comédie romantique ? Vous restez dans des endroits sombres.

DM : Ouais. Je ne sais pas pourquoi. Quand je vais au cinéma j'aime avoir des expériences puissantes et pour certaines raisons la noirceur et la tristesse sont, pour moi, une expérience puissante. Ce sont durant ces moments, aussi bizarre que cela puisse paraître, que je suis le plus euphorique quand je suis dans la salle de montage...C'est dans ces moments-là que ça me donne des frissons. Cela dit, j'adorerai avoir l'expérience d'être assis dans le public entrain de regarder un film que j'ai fait et qui ferait rire les gens hystériquement. Je ne sais pas si j'en suis capable mais j'adorerai essayer. Cela dit...les gens continuent de penser que je suis facétieux quand je dis que je pense que The Rover est très drôle. Tout ce que Rob fait en particulier, face à la violence continuelle de Guy...

THN : Je devrais vous dire, durant la projection à laquelle j'étais, il y a eu un rire et c'était quand le petit homme se fait tirer dessus. (Rires)

Journalist : J'ai trouvé que votre chanson dans la voiture était très drôle Rob.

RP : Non...

Journalist : Comment c'était ?

RP : J'ai pensé que c'était très drôle dans le script.

DM : As-tu trouvé cela drôle quand tu le faisais ?

RP : Non. Je veux dire, en fait... j’essayais de visualiser la scène suivante. J'ai trouvé que c'était très courageux d'avoir cette scène dans le script. C'était en fait une chanson différente au départ, à l'origine c'était les Pussycat Dolls.

David, l'avez-vous choisi (Pretty Girl de Keri Hilson) car elle correspondait bien ?

DM : Je voulais qu'il y ait à ce moment là, dans le film, un moment particulièrement sombre pour le personnage de Rob, pour qu'il y ait un moment qui rappelle au public le fait que son personnage n'était qu'un gamin qui dans des circonstances différentes serait simplement entrain d'écouter de la musique et penserait aux filles. Ça me semblait très important d'avoir ce moment. Je peux aussi le sentir dans le film, juste un moment de légèreté, parce que le film peut être un peu... (rires) sombre, sans relâche.

Rob, comment avez-vous trouvé le fait de travailler dans le désert australien ? Était-ce un choc culturel ?

RP : En quelque sorte. Il n'y avait personne là bas...

DM : Il n'y a pas de culture...

RP : Il y avait un pub. Avec un anglais qui y travaillait. C'était incroyablement calme. Vous réalisez la valeur de l'anonymat à nouveau et à quel point c'est inestimable. Mais c'est aussi un endroit insolite. Une région mystique. Ce n'est pas seulement être dans le néant, il y a également une intensité.

DM : C'est bête à dire mais on y ressent une spiritualité étrange et bizarre. Juste parce que vous êtes entourés par un vaste néant... Et c'est drôle d'être là bas aussi. Quand vous tournez dans une ville, vous quittez le travail, vous prenez une douche car vous avez probablement un dîner de prévu. Être là bas, c'était drôle de ne pas se soucier de votre saleté...des vêtements que vous portiez.

GP : On était tous dans le même bateau.

THN : Guy, en parlant de vêtement, l'apparence de votre personnage est très 'intéressante'. Il y a certaines scènes où vous avez l'air d'un cadavre exhumé. Comment l'apparence d'Eric est venue et qu'avez-vous apporté à son image ?

GP : Eh bien, David avait une idée assez claire de ce qu'il voulait, mais nous en avons aussi discuté...Je pense que la description des vêtements était dans le... à un certains degré n'est-ce pas ?

DM : Chemises, shorts et chaussures de sport.

GP : J'étais excité rien que de porter un seul costume pour tout le tournage. Il n'y a rien de pire que de devoir se changer rapidement.

THN : Est-ce qu'ils vous salissaient un peu avant de tourner, ou vous veniez... ? (Guy indique qu'il à l'air comme ça naturellement).

GP : Il y a eu beaucoup de discussions à propos de la coupe de cheveux et nous avons essayé quelque chose et ensuite David disait, "On y est presque, mais pas encore." J'essaye de me rappeler le processus au studio d'Adelaide. A un moment David a dit : "Je veux vraiment que tu es l'air d'avoir trouver une vieille paire de ciseaux et que tu viens de les couper toi même." Donc j'ai trouvé une paire de ciseaux et je les ai coupé moi-même. Je pense que j'étais saoul.

THN : Eh bien, ça a été très efficace.

GP : Absolument. Et parfois vous devez sauter le pas, pour vraiment aller où...vous avez ces idées sur la façon dont ça doit être et peut-être que c'est ceci ou cela et vous réalisez que vous agissez avec une certaine sorte de conformité. Et finalement vous vous dites, "Non, merde", et vous espérez que les gens ne seront pas effrayés le lendemain quand vous irez au travail. Nous avons rigolé en nous demandant ce que les gens penseraient de nos apparences.

L'atmosphère était-elle étouffante entre les prises ou était-elle légère ?

GP : Ça dépendait de ce que nous faisions, mais nous nous sommes amusés. Nous avons bien rigolé ensemble sur le tournage. Je veux dire, si nous faisions une scène très lourde ce n'était pas approprié de ruiné l'atmosphère. (Rob mime, interrompant Guy au milieu d'une scène) "Je vais juste tuer quelqu'un, attendez une seconde..."

On ne connaît pas beaucoup le passé de vos personnages. Vous êtes vous assis pour en parler ?

RP : Je me souviens soudainement... Vous vous rappelez cette conversation qu'on a eu où je voulais qu'il ait le bout de ses oreilles coupées ? (Rires) J'avais lu quelque chose sur les voleurs dans le Far West... et j'ai trouvé que ce serait un petit truc en plus super.

GP : Quoi, pour être plus aérodynamique ?

RP : Non, c'était une punition.

GP : Oh je vois.

Robert y avait-il quelque chose de spécifique que vous deviez faire pour entrer dans votre personnage ?

RP : Il y avait une chose...Je l'ai compris plus tard, je n'avais pas réalisé que je le faisais, mais toutes les armes étaient contrôlées par un armurier, qui était évidemment très sérieux à propos des armes et il s'est tellement énervé quand j'ai commencé à jouer avec les flingues... et j'ai réalisé que c'était un moyen de rentrer dans mon personnage, d'ennuyer l'armurier (Rires).

The Rover est sorti dans les salles britanniques le 15 Août.

Source


Pour information je ne traduirai pas l'interview avec Live for Films car c'est presque la même que celle-ci Smile (même question, même réponse, une des seules différences étant que dans Live for Films c'est David qui veut porter des lunettes de soleil dans la journée et plus rob lol ).


_________________
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 61
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Sam 23 Aoû - 14:26

  
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 43
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Sam 23 Aoû - 15:13

 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Sam 23 Aoû - 15:30

ptiteaurel a écrit:
Dans Time Out London

imagebam.com

source @gossipgyal via Rplife

La traduction : certaines questions sont nouvelles d'autres sont du déjà vu Smile

'Je ne peux pas vivre à Londres'

Hélas, plus de R-Patz. Alors que le premier film de Robert Pattinson depuis Twilight sort dans les cinémas, il a parlé à Cath Clarke à propos de son anxiété paralysante, du fait de survivre à son passé de vampire et de pourquoi la célébrité l'a transformé en ermite.

Depuis le dernier 'Twilight", R-Patz (nous devons arrêter de l'appeler comme cela) s'est éloigné de la célébrité, a rompu avec Kristen Stewart et il travaille avec ces auteurs préférés de films comme David Cronenberg, Werner Herzog et bientôt, il l'espère, avec Harmory Korine (qui lui a écrit un film). Et ça paie. 'Le gamin sait jouer,' voila le verdict d'un critique de film sur sa performance dans 'The Rover' qui redéfinit sa carrière, un road movie australien post-apocalyptique. Pattinson interprète Rey, une âme troublée, tatouée et balbutiante, laissé pour mort par son frère dans l'Outback.

Est-ce que l'intrusion constante des paparazzis qui est arrivée avec 'Twilight' vous a déjà dégouté du métier d'acteur ?

"Non. Jouer c'est une chose que vous pouvez contrôler. Si vous laisser tomber cela vous êtes juste un pion dans le jeu de quelqu'un d'autre. Mais je suis sans aucun doute devenu un ermite. Je déteste être photographié. Donc ma vie s'est beaucoup réduite. Je vais seulement dans des endroits qui ont un parking souterrain. Ça à l'air stupide, mais ça veut dire que je n'ai pas à gérer cette anxiété.'

Keira Knightley a parlé des paparazzis essayant de commencer une bagarre avec son frère pour avoir une réaction. Est-ce votre expérience ?

'C'est assez effrayant. Si vous sortez et que vous êtes un peu saoul, c'est la loi des probabilités...C'est juste une question de temps avant que vous ne frappiez quelqu'un au visage et c'est un million de dollars. C'est pour ça que je ne peux pas vivre à Londres. J'adorerai y vivre, mais cela ne sert à rien. Vous avez des gens devant votre maison tout le temps. A L.A, j'ai déménagé dans un quartier fermé.'

Le réalisateur de votre nouveau film 'The Rover', David Michôd, a dit que sa plus grande inquiétude était que les acteurs meurent sous les 45° du désert australien. Était-ce difficile ?

'Non ! Tout le monde me questionne pour savoir à quel point les conditions étaient horribles. Mais c'était assez sympa. J'ai aimé. Le paysage est incroyable et beau. La ville était à 9 h d'Adelaide dans le désert. Il n'y avait rien à faire. Un pub, c'était tout. J'ai littéralement mangé du pain et de la sauce barbecue durant 6 semaines, chaque jour.'

Avez-vous eu une audition ?

'Oui. Mon principal problème avec le fait de jouer c'est l'anxiété paralysante, surtout durant les auditions. Depuis 'Twilight' j'ai essayé de les éviter, j'ai du en faire 3. L'idée d'être en compétition est trop pour moi. Mais David m'a donné 45 minutes pour calmer mes nerfs avant que nous ne commencions. Je me suis calmé après la première heure.'

Où sont les femmes dans le film ? C'est tellement macho.

'Il n'y a pas de femmes ! Mais, dans toutes ces villes minières, ou au Canada sur les plates-formes pétrolières, il n'y a pas de femmes. Ça devient un environnement très étrange car les mecs deviennent un peu dingues.'

Récemment, quelqu'un vous a décrit comme étant 'terriblement normal'. Est-ce correct ?

'Est-ce une demie insulte ? 'Terriblement normal' c'est nul !'

Je suppose qu'ils veulent dire que la célébrité ne vous a pas transformé en monstre ?

'Eh bien, je suis tombé dans 'Twilight', donc j'ai toujours été un peu détaché. Et vous avez un peu peur de vous perdre, donc vous vous accrochez à certains aspects de votre vie. J'ai grandi avec de très bons amis. Je pense que les gens qui se perdent vraiment sont des personnes qui ne connaissent leurs amis que depuis qu'ils sont célèbres. C'est un genre d'ami différent.'

The Rover sort vendredi 15 Août.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 68
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Sam 23 Aoû - 15:59

 

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Sam 23 Aoû - 18:17

Traduction de l'interview avec Metro News UK pas forcément beaucoup de nouveautés dans celle-ci mais je l'a trouvé sympa et surtout très rapide à traduire lol alors voila la traduction totale :

Robert Pattinson est bien plus que Twilight et son nouveau film The Rover le prouvera

Les réalisateur le flattent. Les filles crient pour lui. Mais Robert Pattinson peut vivre sans le traitement réservé à l'élite - du moins à en juger par le tournage de son nouveau film, The Rover, un thriller Post-apocalyptique dans lequel il est la vedette au côté de Guy Pearce.

Tourné dans le désert Australien, il n'y avait pas de loge de 9 mètres de long et pas de cantine 5 étoiles. 'J'étais assez content de vivre de pain et de sauce barbecue durant deux mois et demi,' dit-il. Non, ce n'est pas un nouveau régime farfelu, Pattinson ne voulait simplement pas avoir une intoxication alimentaire.

'Il y avait tant de mouches là-bas... et je ne voulais pas manger de la merde de mouche.'

Heureusement R-Patz a survécu pour raconter l'histoire. Aujourd'hui, nous le rencontrons dans un environnement plus salubre, dans un hôtel chic de Londres. Habillé en denim, avec une barbe de quelques jours, il est arrivé en portant des lunettes de soleil et une casquette, les deux outils essentiels pour se soustraire des regards indiscrets.

La veille, il a fait la promotion de The Rover au BFI Southbank de Londres. '90% des personnes à l'extérieur étaient des vendeurs d'autographes,' dit-il. 'Je me suis dis : "Vous savez que ces choses ne valent rien." J'en ai signé tellement.'

C'est une réponse typiquement modeste de Pattinson, natif de Barnes, dont la carrière a été lancé en interprétant Edward Cullen dans Twilight, mais qui semble mal à l'aise avec la notoriété que ça lui a apporté. L'acteur de 28 ans sait combien la saga de vampire l'a éclipsé.

'Les personnes qui ont seulement vu Twilight... Je ne sais pas ce qu'ils pensent de moi,' soupire t-il. Ce qu'il veut, c'est de la crédibilité.

'Rob se bat pour être vu comme un acteur plutôt qu'une star de cinéma' a raconté le réalisateur Anton Corbijn quand il a travaillé avec lui sur le film à venir Life. 'Il essaye vraiment de prouver ce qu'il vaut.'

C'est pourquoi Pattinson a accepté The Rover, dans lequel il joue Rey, un survivant dans un monde, 10 ans après l'effondrement de l'économie mondiale.

'Je n'ai jamais autant travaillé pour une audition,' dit-il en parlant de son entrée dans la salle d'audition 'en quelque sorte dans le personnage', il était même habillé pour le rôle. 'Ça m'a vraiment obsédé.'

Vous pouvez voir pourquoi : Pattinson s'est délecté de l'isolation du tournage dans l'Outback. Demandez lui ce qu'il faisait pour traîner un samedi soir et tout ce qu'il fallait c'était une pièce de monnaie et une voiture. Vous mettez juste un pied à terre, allez sur la prochaine route, tirez à pile ou face et vous prenez une décision sur l'endroit où aller... J'ai fini au milieu de nulle part.'

Cela doit être une perspective attrayante quand vous êtes habitués à être pourchassé par une armée de fans et de photographes. Pattinson s'en ai apparemment sorti indemne, mais, il en attribue le mérite au fait d'avoir un bon groupe d'ami qu'il connaît depuis sa jeunesse.

'Quand votre vie sociale tourne autour de gens que vous avez rencontré après être devenu célèbre, ça devient un peu bizarre,' dit-il. 'De plus, je gère mieux ma vie depuis quelques années.'

Avoir déménagé de la maison qu'il partageait avec sa collègue de Twilight Kristen Stewart a aidé (ils se sont séparés une première fois en 2012, après qu'elle l'ait trompé avec le réalisateur Rupert Sanders).

'J'avais des paparazzi devant ma maison tous les jours et ça m'aurait rendu fou. Ça m'a pris longtemps pour réaliser que : "Ça vous rend dingue, vous devez vraiment arrêter ça."'

Tourner dans des endroits exotiques qui l'ont emmené loin de l'attention du public semble faire parti du plan de Pattinson. Il vient juste de jouer T.E Lawrence - alias Laurence D'Arabie - dans Queen Of The Desert avec Nicole Kidman, ce qui l'a conduit au Maroc.

Ensuite, il va aller en Colombie pour The Lost City of Z, pour jouer l'assistant du célèbre explorateur britannique Percy Fawcett, joué par Sherlock, Benedict Cumberbatch. 'Ca va être un tournage impossible' dit-il. Eh bien, ça le sera si les fans de ces deux là parviennent à aller dans la jungle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 36
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Sam 23 Aoû - 18:44


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Sam 23 Aoû - 19:25

Traduction de l'interview avec The Establishing Shot

Guy et Rob, pouvez-vous nous parler un peu de la différence entre travailler sur un gros film comme les franchises Marveil et la série Twilight et un film comme The Rover qui est bien plus petit et indépendant ?

Guy Pearce : Nous en discutions hier. Souvent, la vraie différence c'est les gens avec qui vous travaillez, donc il peut y avoir une grande différence entre un film et un autre - simplement parce qu'ils viennent de pays différents ou que ce sont des personnes différents mais les budgets sont les mêmes. Je pense qu'au fond quand vous êtes devant la caméra, que vous jouez et que vous avez un réalisateur qui veut une chose particulière, vous essayez simplement de réussir ce que vous faites - il n'y a pas vraiment de différence. Mais si vous prenez du recul, il y a beaucoup de cadres, qui vous tournent autour et qui sont nerveux car il y a beaucoup d'argent, sur un film comme The Rover ou Iron Man 3, même s'ils n'étaient pas particulièrement nerveux à cause de leur argent et qu'ils étaient plutôt confiant, toute l'équipe de Marvel je pense. Mais vous êtes conscient que c'est plus gros, dans un sens, je préfère les situations plus intimes, vous obtenez les réponses directement des personnes que vous voulez, plutôt que de devoir trouver à qui je dois parler dans la hiérarchie pour voir si nous pouvons changer ce mot.

Robert Pattinson : Je pense que The Rover est un exemple plus extrême aussi. Quand vous avez un gros budget ça crée des attentes sur la manière dont vous êtes supposés être traités. Quand nous étions là-bas, il n'y avait littéralement pas d'autres options que de rester dans un conteneur maritime. C'est assez sympa, tout le monde est sur un pied d'égalité. Ça ne laisse pas de place pour votre vanité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Sam 23 Aoû - 20:33

Traduction de l'interview avec RTE

Avec The Rover dans les cinémas Vendredi 15 Août, Robert Pattinson parle de son travail avec son collègue Guy Pearce dans l'Outback.

Comment était-ce de tourner dans l'Australie rurale ?

Robert Pattinson : Pour moi c'était vraiment marrant. C'était en quelque sorte relaxant. J'ai adoré tourné là-bas. Il n'y avait pas de pression, et personne dans les environs.

Était-ce un soulagement de s'éloigner des gens ?
Ouais, juste en termes de performances. J'aime faire des petites choses avant une prise, pour rester un peu dans le personnage et si vous avez tout un tas de gens qui essayent de prendre une photo de vous entrain de faire une tête stupide ou quelque chose, alors vous l'avez constamment en tête et vous n'êtes pas vraiment dans ce que vous faites. Là-bas vous pouviez faire n'importe quoi. Ils peuvent penser que vous êtes bizarres, ce mec faisant tous ces trucs bizarres (rires), mais c'était très libérateur.

Avez-vous apprécié jouer un personnage moins beau ?

Ouais, je veux dire, ça enlève les contraintes. Si quelqu'un dit, 'Vous devez avoir l'air joli!' pour une chose vous avez l'air un peu idiot, car vous êtes un gars et ensuite vous pensez à des choses qui ne veulent pas dire grand chose - vous ne faites que poser. Aussitôt que vous faîtes disparaitre votre vanité, alors c'est une sorte de soulagement.

Comment décririez-vous les thèmes de The Rover ?
Je pense que c'est juste une histoire sur des survivants. Je pense que ce sont des gens simples dans des circonstances extraordinaires. Ils essayent de trouver comment vivre quand il ne semble plus y avoir beaucoup d'espoir. Il n'y a pas l'air d'avoir de chose à faire demain, donc qu'est ce que vous êtes supposés faire durant votre journée ? Même le gang dans lequel je suis, ils volent l'argent et il n'y a rien pour l'utiliser (rires). Eric [Guy Pearce] dit, 'Ça n'a pas de valeur, c'est juste du papier.' C'est très difficile de savoir pourquoi on doit continuer à vivre si tout semble totalement inutile, et pourtant les gens le font.

Avez-vous aimé travaillé avec Guy sur ce film ?
Ouais c'était génial. Car toute l'équipe restait au même endroit et il n'y avait rien d'autre à faire, nous vivions dans un pub (rires). C'est ennuyeux - Si vous êtes dans une ville inconnue et que tout les gens avec qui vous travaillez viennent de cette ville, ils rentrent tous à la maison, donc vous êtes coincés dans votre hôtel. Lorsque vous pouvez sortir avec un tas de nouvelles personnes, vous vous rapprochez d'eux très rapidement, surtout quand il n'y rien d'autre à faire. C'est vraiment amusant. Je n'avais pas fait ça depuis longtemps. J'ai eu une expérience fantastique en faisant ce film.

Diriez vous que le film à une lecture politique ? Ça se passe après un effondrement de l'économie...
Ouais, je veux dire, il y a sans aucun doute un message qui ressort du film. Il y avait des manifestations physiques bizarres à ce sujet quand nous tournions. Si vous regardez certaines prises, il y avait ces mines massives bizarres, qui sont encore enfouies, mais ils ont surtout dévasté le paysage. Vous êtes la, à regarder et il n'y a plus de faune sauvage - rien ne sera en mesure de pousser dans ces endroits durant des centaines d'années. Et ce n'est pas seulement ce petit morceau de terre : tout est détruit autour, même si ça n'en a pas l'air. Vous vous dîtes, 'Pourquoi ? - pour que nous puissions nous assoir et jouer aux jeux vidéos ?'

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 43
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Sam 23 Aoû - 21:58

 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 61
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Dim 24 Aoû - 1:55

Very Happy Very Happy Very Happy  
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 68
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Dim 24 Aoû - 5:17

 

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 57
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Dim 24 Aoû - 10:28

  

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Dim 24 Aoû - 15:04

Traduction de l'interview avec The Guardian

Il y a un moment dans The Rover, le western futuriste de David Michod qui se passe dans l'Outback australien, dans lequel le personnage de Robert Pattinson se trouve dans la cabine d'un camion, dans la nuit, écoutant à la radio la chanson Pretty Girl Rock de Keri Hilson. La nuit est noire et la radio peu forte et doucement Pattinson commence à chanter en même temps. "Don't hate me' cause I'm Beautiful," chante t-il, sa voix est forte et geignarde, les paroles étouffées par ses lèvres qui s'accrochent à des dents sales. 'Don't hate me cause I'm beautiful."

C'est un moment crucial pour Rey, le jeune homme lent, en manque d'affection et incertain que joue Pattinson, mais on dirait également une référence à un tournant dans la carrière de l'acteur lui-même; un petit rappel pour le public de son parcours depuis l'époque où il était le beau gosse d'Hollywood.

Le Pattinson qui arrive à notre interview ce matin semble jouer un tour similaire, soulignant, après avoir fait deux pas dans la pièce, que le tapis de l'hôtel "ressemble à une image 'Magic Eye'". Et c'est effectivement le cas - un motif vif et flou en bande de couleur crème et noir. Mais Pattinson fait aussi cette remarque pour attirer l'attention loin de lui, comme s'il était las d'être le centre d'attention, le visage que tout le monde regarde.

Pattinson avait 22 ans quand il a été choisi pour le rôle d'Edward Cullen dans la saga Twilight, l'adaptation en 5 films des romans sur des vampires adolescents de Stephenie Meyer. Du jour au lendemain il est devenu l'une des jeunes stars d'Hollywood les plus adorées, poursuivi partout où il va par des paparazzis et des fans en délire. Il a été nommé "l'homme le plus beau du monde" par Vanity Fair et l'une des 100 personnes les plus influentes par le Time. Parmi toute cette agitation et cette folie il s'est engagé dans une relation tortueuse avec sa collègue, Kristen Stewart, ce qui signifiait que le jeune couple était souvent dans les rubriques à potins.

Il a 28 ans maintenant. Le dernier Twilight est fini, la romance avec Stewart est finie, il fait finalement de l'effet en tant qu'acteur sérieux.

Les rôles principaux du début (Remember Me; De l'eau pour les éléphants) ont laissé la place à des personnages plus difficiles - il a reçu des critiques impressionnantes pour son portrait d'un jeune milliardaires dans l'adaptation du roman de Don Delillo par David Cronenberg, Cosmopolis, et il sera bientôt vu dans un autre projet de Cronenberg, Maps to the stars - ainsi qu'au côté de Nicole Kidman dans le biopic sur Gertrude Belle, Queen of the desert.

Mais pour l'instant il est dans The Rover de Michôd, une histoire brillamment sombre sur un solitaire (Guy Pearce) à la poursuite d'un gang d'escrocs délabrés qui a volé sa voiture. En route, il rencontre Rey (Pattinson), le frère d'un des voleurs, qu'ils ont laissé pour mort sur les lieux du vol bâclé et ensemble ils parcourent le désert australien, qui est maintenant un monde terrible, sans loi, 10 ans après l'effondrement de l'économie mondiale.

"J'ai simplement pensé que c'était très original," dit Pattinson à propos de sa première lecture du scénario de Michôd. "Même sur la façon dont ça rendait à l'écrit."

"David a eu une manière très spécifique d'écrire les dialogues. C'est très fonctionnel, l'écriture est très dure, c'est sauvage, mais ça n'avait pas seulement l'air d'être écrit d'une manière stylisée - il y avait de l'émotion aussi. Ça avait l'air si naturel comparé à quelque chose comme No Country for Old Men. J'ai toujours eu l'impression que c'était plus qu’un scénario de film. Et ça n'a pas vraiment l'air d'un scénario de film - c'était comme un rêve."


Pattinson a une manière très particulière de parler : il va parler doucement, intensément des sujets qui signifient beaucoup pour lui - l'écriture de Michôd, par exemple, ou le métier d'acteur - pour ensuite le balayer avec un "C'était dingue!" ou avec un éclat de rire. Ça donne l’impression de quelqu'un qui n'est pas encore tout à fait à l'aise dans sa peau.

Il a dû passer une audition pour The Rover - un processus qu'il déteste. "Je suis plutôt bon pour faire des entretiens," dit-il. "Si je rencontre simplement quelqu'un pour un travail je suis comme un chien, surtout si mon agent me dit : 'Beaucoup de personnes veulent ce travail.' Ensuite je me dit : 'Ah ouais ? Alors je vais tout faire pour l'avoir !'" Quelle est sa technique ? "Je ne sais pas, je deviens juste un spécialiste en connerie !" rigole t-il. "C'est quand je commence à jouer ! Je suis vraiment meilleur quand les caméras ne tournent pas..."

Mais les auditions le pétrifient. Il a parlé de 45 bonnes minutes où il souffrait de "névroses" avant qu'une audition ne commence. "Je ne peux simplement pas... Je ne peux littéralement pas le faire," essaye t-il d'expliquer. "J'ai juste l'air mal à l'aise, essayant de faire un accent américain... ou étant assis dans un coin, me faisant vomir ou me frappant au visage." Qu'est ce qui l' aide à surmonter ses nerfs, que ce passe t-il après ces atroces 45 minutes qui l'aide à jouer. "Vous pensez juste que quelqu'un croit vraiment que pouvez faire quelque chose," dit-il. "Ça me fait passer pour un idiot. C'est dingue."

Mais la joie de jouer l'emporte sur ces moments.

"Pour une raison quelconque, je pense qu'il a quelque chose de profondément satisfaisant sur le fait d'être capable de regarder quelque chose que vous avez fait par la suite, ou simplement de faire une scène et de se dire : 'Oh, j'ai juste eu une expérience de hors-corps pendant une seconde !'"

Il s'arrête. "Juste pour une seconde," dit-il doucement. "Et généralement les gens ne le remarquent même pas. On à l'impression que vous vous êtes endormi pour une seconde." Il se rappelle d'un tel moment durant le tournage de ce film. "Ce n'est pas la plus grosse scène, ce n'est même pas dans le film, c'était lors d'une répétition. Et Guy et moi on est devenu dingues - on était dehors dans le désert et on est devenu comme ces sans-abris fous. Et je tournais en rond, je le regardais et j'ai réalisé qu'en faite nous ne jouions plus." rigole t-il. "Et pourquoi c'était si agréable ? C'est tellement bizarre."

Il est facile de supposer que d'être attaché à la saga Twilight l'a retenu de vivre de tels moments, de grandir en tant qu'acteur, mais il argumente que le rôle demandait plus de ressources que la plupart. "Je pense que Twilight est probablement la chose la plus dure que j'ai faite," dit-il, "car de le faire pour 5 films, c'est vraiment dur de penser aux choses qui ne sont peut-être pas ennuyeuses. Surtout si vous ne mourrez pas. Parce que quel est le drame ? Vous n'avez peur de rien ! Et c'est toute l'essence du drame : la vie et la mort."

Pattinson est né et a grandi à Londres, mais beaucoup de ses rôles ont nécessité qu'il ait un accent américain. Dans The Rover, Rey vient d'Amérique du Sud et comme beaucoup de personnes il a déménagé en Australie pour chercher du travail dans les mines. C'était la voix, dit-il, qui l'a conduit dans le personnage.

Il se rappelle "perdre la tête" durant son premier jour sur le tournage. "Ça ne collait pas pendant un moment," dit-il. "Et ensuite il y a eu une petite chose - j'ai eu ce maquillage sur mes dents et ça déteignait tout le temps. Ça me déconcentrait vraiment - ça voulait dire que je devais refaire les scènes. Donc j'ai commencé à essayer de faire ce truc où je recouvrais mes dents avec mes lèvres. Et ça change un peu votre voix, mais je me suis dis : 'Oh, c'est vraiment cool ! ' Et après ça j'ai commencé a parlé comme ça 'ouhhggghhh...'" il refait le style puis rigole. "C'est tellement bête, c'est tellement stupide ! J'étais entrain de faire l'accent, je ne me rappelle même pas de quel état c'était vraiment."

Mais pour Pattinson, avoir l'opportunité de jouer un marmonneur aux dents sales venant d'un coin non identifié d'Amérique du Sud s'est avéré libérateur, comme le fait que son personnage joue un un second rôle à celui de Pearce. "Il y a quelque chose chez Rey et il y a quelque chose sur le fait de ne pas avoir à diriger l'histoire," explique t-il. "Vous pouvez simplement être le condiment. C'est vraiment libérateur de juste être l'acolyte bizarre."

Il est plein d'éloge à propos de Pearce, pour sa capacité physique à se transformer pour le rôle. Il parle de la façon dont, sur la majorité du tournage, il pensait que Pearce était plus grand physiquement et de son étrange surprise quand le film s'est terminé et qu'il l'a trouvé non seulement rasé mais aussi d'une stature plus petite.

"Et j'ai aimé voir ce Guy, même après avoir fait des tonnes et des tonnes de films, c'est toujours effrayant," ajoute t-il. "J'ai travaillé avec des acteurs qui, après avoir fait tant de films, ils savent exactement ce qu'ils vont faire. Peut importe ce que je faisais dans une scène ils auraient déjà joué leur rôle devant un mirroir et c'était tout, alors que Guy essaye vraiment de se trouver encore. Donc c'est pour ça que c'était plus amusant - car aucun de nous ne savaient vraiment ce que le film était quand nous avons commencé. Mais il n'a pas peur de laisser cela arriver. Et il y a très peu d'acteurs qui le font depuis aussi longtemps que lui  et qui approche leur rôle comme ça, qui ont encore cet élément de danger."

Comment ont-ils trouvé de quoi parlait le film ? "Je pense que c'est à propos de la sensation," dit Pattinson. "Je pense qu'après avoir fait Cosmopolis j'ai réalisé qu'essayer de psychanalyser les rôles et qu'essayer de tout savoir dessus... eh bien, ça n'a vraiment commencé qu'avec les acteurs des années 50 et depuis des milliers d'années c'était juste au sujet de la voix et d'utiliser votre corps comme un instrument..." il rit légèrement embarrassé. Donc je pense que tout ce qui à l'air agréable en général est probablement correct. "

Ce qui avait l'air agréable dans ce rôle c'était le langage, dit-il. "C'était tous ces petits langages. C'était comme une chanson - si vous chantez une chanson d'une certaine manière vous n'essayez pas de la rendre triste ou autre, c'est juste ça." Il fronce des sourcils. Je continue d'essayer de faire ça dans les films, mais c'est très dur d'essayer de trouver des scénarios qui permettent ça, cela veut dire que vous n'avez pas à faire un thème spécifique."

Parfois il essaye d'écrire quelque chose lui-même. "J'ai essayé d'écrire une pièce l'autre jour et je l'ai montré à mon assistant et je n'avais pas réalisé à quel point c'était mauvais." Il rigole. "Je l'écrivais totalement pour moi au milieu de la nuit et je me suis dit : 'C'est comme ça qu'il faut faire ! Vous restez debout toute la nuit et continuez d'écrire !' Elle est venue le matin suivant et j'avais écrit toute la nuit. Je lui ai dit : 'Tu dois lire ça ! C'est génial !'" Il pouvait dire que ça ne l'était peut-être pas, dit-il, de part son expression quand elle l'a lu. "Et ensuite elle a dit : 'Ce n'est pas en anglais... et la moitié du temps tu n'as même pas mis le nom des personnages, c'est juste un flux de conscience...'"

Mais il voudrait jouer dans une pièce, dit-il. "Quelque chose dans un tout petit théâtre. Je ne pense pas que je pourrais faire quelque chose à Broadway... Mais j'aimerai assez faire quelque chose d'un peu choquant."

Il aime choqué, dit-il, et son prochain rôle le satisfait. En vedette aux côtés de Robert De Niro dans Idol's Eye d'Olivier Assayas, il va jouer un petit criminel rattrapé par la mafia de Chicago. "Mon personnage est comme un enfant perdu, déconnecté de la réalité," dit-il. "Tout le monde fait l'apologie des criminels - ça semble inévitable dans les films - mais dans celui la ce n'est pas vraiment le cas. C'est assez dense. C'est très sérieux. Très politique."

Je pense à quelque chose qu'il m'a dit plus tôt, sur la manière dont, selon lui, Twilight a influencé sa carrière et sur la façon dont il parie que la plupart du public au cinéma le juge avant qu'il n'ait prononcé un mot à l'écran. Je voyais sa frustration, l'effort de toujours essayer de se débarrasser de ce rôle célèbre, mais au contraire a-t-il expliqué, il aime les possibles tensions que cela apporte.

"C'est assez drôle," a t-il dit. "Car les gens ont des idées préconçues sur vous et parfois ça vous offre l'opportunité de plus choquer les gens."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 36
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Dim 24 Aoû - 16:07


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 68
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Dim 24 Aoû - 19:18

  

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Dim 24 Aoû - 19:40

Pour info l'interview avec The Belfast Telegraph ne sera pas traduite, ça reprend les mêmes citations que les interviews que j'ai traduite hier Smile Rien de neuf dedans Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 36
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Dim 24 Aoû - 19:45

pour cette mise à jour express

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 57
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Dim 24 Aoû - 20:45

  

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 43
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Dim 24 Aoû - 21:37

 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 61
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Lun 25 Aoû - 1:25

 
Revenir en haut Aller en bas
Rnath
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 1528
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 44
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Lun 25 Aoû - 19:41

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [The Rover] Revue de presse   Aujourd'hui à 19:21

Revenir en haut Aller en bas
 
[The Rover] Revue de presse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 36 sur 37Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Silence... Moteur... And action... :: Filmographie :: The Rover-
Sauter vers: