The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 2:46



source : @Ella via RPlife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
belladeludo
Uploadeuse
Uploadeuse
avatar

Nombre de messages : 13333
Date d'inscription : 05/06/2010
Age : 56
Localisation : Trop loin de lui

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 9:58

Rob et sa caquette et son encolure

Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 9:59


_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 10:27



Transcript of part of the Q&A - Just Rob's answers - thanks to Red Carpet News TV

Rob your character in Cosmopolis is very dark and considerably troubled was it a deliberate decision to move away from things you’d already done?
No not really. I never tried to move away from anything in particular. With Bel Ami I read it after the first Twilight and liked it then. I thought it was kind of funny; it’s the only job I’ve ever done where I’ve been worried about the audience perception. To go from playing one character who’s supposed to be the ideal boyfriend, ten you go to playing a guy who’s preying on people. Who’s basterdizing people loving him. Then I ended up doing it well after, I felt differently when I’d done like two more Twilight films at the point. With Cosmopolis I just found it… this just seemed really really new it wasn’t just good. It had something that I don’t think I’d seen before. Also not just in the writing but some of the subject matter, I don’t think you’re going to see a six minute long prostate exam in any other film anytime soon!

David Cronenberg is such a unique talent is he a Director you sought out to work with?
David is an adjective. You don’t really think about being able to work with adjectives. The thought never really came into my head. It came completely out of the blue and it took me a while to really process it. And still when I saw the final film, I like the movie there’s something very foreign about it. Then it gets to Cannes and it’s so bizarre! I was thinking at the time that I got offered it that I was oversaturated and I was looking to do ensemble pieces. In this one my character is almost sort of obnoxiously present. He’s incessantly speaking and even the way David shot it, the camera was like 8 inches away from my face the whole time. It was not what I thought I was going to end up doing but it was something that was very hard to say no to.

How did you find your character, he seems to be so full of disgust with himself and the world he lives in? He does seem desperately unhappy and increasingly self-destructive.
I don’t necessarily know if he’s unhappy. I think if the film has any type of comment it’s that…. You know I always feel really comfortable saying the film means this or that when I’m by myself, but when I’m sitting here next to David I’m like arrgh! It’s about the absurdity of the world. When I first read it I took it as an absurd comedy. Then when people saw the film in Cannes, hardly anyone was laughing and I was like… hey I thought this was funny. It’s not so much about trying to destroy yourself I think he thinks that if you look at everything and the world doesn’t make sense then you have to start again. It happens again and again and again. To me you don’t have to be prophetic to see that it’s going to completely fall apart. He just suddenly sees it for the first time and ocne you really see the world it all crumbles.

How does it feel to be in amongst such an amazing cast?
I just spent the whole movie in a perpetual terror. It wasn’t like I could just spend the first few weeks getting used to the world. There were new people coming in every day. But at least having the limo remain the same. It was a weird environment to work in. There’s no one even behind that camera that you can see. Normally how I try to work is that you try to connect with the eye of the guy who’s behind the camera. In this you start having a relationship with a camera, which is just an inanimate object. It’s really odd. A lot of the actors who came in said it’s not a really nice feeling to begin with. So you had all these talented actors coming in and I felt at least far more comfortable with the environment.

Did the scenes where you were outside the car provide you with some relief from that?
Sort of. I noticed that when I got out of the limo my walk changed. It’s not my walk. It’s this weird thing, there’s this scenes near the end where I’m walking up to an apartment and I watched it the other day and was like “My walk seems really weird”. I think there’s something about being Canadian, I was so comfortable. I hate that. I read this thing about James Gandolfini that no matter what’s happening in a scene he’ll always figure out a way to sit down. Clearly for different reasons from why what I wanted to. It is a great thing to sit down if you can figure out some way to sit down. It’s so much easier. When I finally did stand up I was like I want to sit down on the floor!

You took the film to Cannes how was that?
It was amazing. I was in Cannes just to promote it and I felt like I was piggybacking a little on the credibility of the festival. I felt like an imposter. To have a film in Cannes much sooner than I ever thought it was amazing yeah.

Your character is looking for thrills, what kind of thrills do you look for in roles?
I really like the idea of people getting frightened of me. I don’t quite know what that means but I like the idea of it. I don’t know it’s so difficult to get anything that is dangerous made. However Comopolis is, it’s almost ridiculous that it’s a relatively dangerous movie to get made. Everyone’s been saying like there’s too much talking but I would love to try and do anything which fees fresh and new. It’ the only thing that interest me, I don’t like repeating myself or other people.

You mentioned the extended prostate exam, the film has quite a few challenging scenes in it, were there any awkward moment on set? How do you cope with being naked in front of your fellow actors and of course your lovely parents here tonight?
Are my parent’s here?! Were they giving speeches? I mean I don’t think I’ve been more afraid in my whole career than I was sitting in the Limo for the first camera test. It wasn’t even a scene and I felt like I was going to throw up. I felt like I had so many ideas about how to play it that I just completely overwhelmed myself. Literally up until I said that first line. After that point I was fine, but I couldn’t have started at a lower point. But there are certain bits. The prostrate scene we were intending to do completely naked and I remember going to David’s trailer saying “I don’t know.. I haven’t worked out enough”. Then I was sitting there and I got all paranoid about it. I didn’t care during the actual prostate exam scene because then I could sit up and suck my gut in. The thing sitting on the couch I was worried about. The Emily Hampshire was saying “It looks sweet it looks like you haven’t got a belly button” I was like “That’s not helping! Not at all”.
I like David’s comeback afterwards to her when she did her own monologue. She does this whole thing in like one take and she was terrified about it. David told her she was going to replace her whole head anyways and he just cast her for her body. She totally believed him for the rest of the take.
But I don’t know, with awkward stuff it’s like none of it is awkward if you feel like it’s going to be good afterwards. Once you get to a certain point you think that it’s going to be good. You just trust and then it doesn’t feel awkward. Besides I’ve done way more awkward stuff in my real life!

source vidéo youtube channel veronikaspuffy via RPLife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
belladeludo
Uploadeuse
Uploadeuse
avatar

Nombre de messages : 13333
Date d'inscription : 05/06/2010
Age : 56
Localisation : Trop loin de lui

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 13:17

Shocked la traduction
bon courage
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 14:26

L'intégralité du Q&A (Audio)



source : youtube LondonFilmFanatiq via Rplife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 14:32

Shocked 33 minutes

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 14:37

J'ai intérêt à être loin quand ptiteaurel va voir ça lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 14:54

oui je crois aussi lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
belladeludo
Uploadeuse
Uploadeuse
avatar

Nombre de messages : 13333
Date d'inscription : 05/06/2010
Age : 56
Localisation : Trop loin de lui

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 15:19

33 mn Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 18:10

Aurélie s'est trouvé un co- traducteur je crois , peut être va-t-il pouvoir l'aider sur ce coup là sinon on va toutes raser les murs !!!

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 18:30

33 minutes oh p*******

Je te dis pas lol!

Ouiç ben je la ferais quand je pourrais hein. J'espère que le son est bon au moins Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
vavounette
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 8932
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 43
Localisation : dans un trou lorrain lol

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 18:41

et prends le temps Ptiteaurel, y a pas le feu au lac Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 18:44

Oh oui Aurel !!! prends le temps !!! çà ne bougera pas de toute façon

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 19:57

Voici les 10 premières minutes

Présen: Ok, ils sont finalement arrivés . Ok, allons y. Merci de nous avoir rejoint. J'ai cru comprendre que vous aviez un souci avec votre hôtel.

Rob: Oh non, j'ai oublié quelque chose là bas.

Prés: Vous aviez oublié de payer votre note. C'était ça. Ok, commençons par parler du livre. Ce sera notre introduction car à l'évidence il a des choses que beaucoup de vos fans reconnaissent comme la finance, la corporation , le désir. Qu'est ce qui vous a attiré dans le roman Cosmopolis par Don DeLillo.

David: Ah c'est pour moi.

Prés: Oui , vous pouvez commencer.

David: La psychologie. A vrai dire, je n'ai pas pensé à mes autres films quand je fais un autre film car en fait , ça ne m'aide pas à faire le nouveau film. Penser à ce que j'ai déjà fait avant. Les gens ont tendance à penser que j'ai une liste de thèmes: l'horreur du corps, l'identité etc... avant que je ne fasse un film. Mais en fait , tout n'est que spontanéité. Quand j'ai lu le roman de Don DeLillo, Cosmopolis, ce fut les dialogues qui m'ont attiré. Je me suis dit que c'était des dialogues incroyables que je voulais entendre débiter par de merveilleux acteurs car je pensais que ça révélerait des tas de choses. Donc , j'ai ensuite écrit le script en 6 jours car je venais juste de transcrire tous les dialogues et je les avais mis sous forme de script et je les avais complété par d'autres petites choses. C'est ce qui m'a parlé. Rien de plus compliqué que cela.

Prés: Parlons un peu de Paulo Branco qui est le producteur. Il a dit en plaisantant qu'il avait dû négocier pour avoir ce roman et qu'il vous avait convaincu lors d'un déjeuner. Cosmopolis a des difficultés. Comment avez vous fait pour faire les changements et les adaptations pour le script.

David: Paulo avait l'expérience pour l'adaptation de romans , parmi lesquels le roman Dead Zone de Stephen King celui de J. G Ballard Crash et biens d'autres qui l'a inspiré. Cette fois ci, j'avais bien conscience que des tas de choses ne sont pas filmables. En d'autres mots, il y a des choses que vous pouvez faire dans un roman mais que vous ne pouvez pas tenter de faire au cinéma et vous faites autre chose. Et vous devez accepter le fait que vous faites de nouvelles choses, que vous ne transposez pas réellement le roman sur écran mais que vous faites des choses complétements nouvelles. Et on a déjà vu des films avec une voix off où une personne lit le roman comme vous le feriez avec vos enfants pour les endormir le soir. Je pense que cela est voué à l'échec car on ne pourrait comprendre l'équivalent cinématographique de ce qu'est le livre. Donc vous essayez de combler avec ce que vous avez ressenti en lisant le livre. Donc la raison pour laquelle j'ai pu écrire le script aussi rapidement est parce que je savais parfaitement quelles parties ne pourraient aller et je les ai mises de côté. Il y avait des choses tellement littéraires qu'il n'y avait aucun équivalent. Je peux vous donner un exemple.

Prés: Vous voulez?

David: Dans le livre, Benno, le personnage incarné par Paul Giamatti, écrit un journal intime et dans celui ci , il parle de tous les articles sur Packer qu"il a et ça c'est dans le livre. Il continue... et on entre dans la tête de Benno Levin. Quand j'ai rencontré Don DeLillo au Portugal , il m'a dit qu'il se demandait comment j'allais gérer le journal de Benno et en fait, je l'ai laissé de côté. Je lui ai dit oui car je ne pouvais faire cela dans le film mais ce que je te propose à la place , c'est Paul Giamatti, son espace, sa vois, son regard, sa façon de bouger. Donc ce fut ma décision. Je lui ai dit que je lui donnais ça au lieu du journal de Benno car c'était la seule cinématographique que je pouvais faire. C'est donc ainsi que j'ai procédé pour faire le film.
Prés: Robert, on a vu votre dernier film Bel Ami. J'ai été impressionné car c'est un peu une tragédie mais dans ce film , vous avez vraiment relevé un défi personnel en jouant ce rôle. Dans Bel Ami, vous incarnez un goujat qui utilise les femmes pour parvenir à ses fins. Votre personnage, Eric Packer est plus complexe. Il a de nombreux problème et il a un côté sombre. Etait ce une décision délibérée de vous éloigner des choses que vous aviez déjà faites?
Non pas vraiment. Ah désolé (le micro ne marche pas) . Je n'ai jamais essayé de m'éloigner de quelque chose en particulier. Avec Bel Ami, je l'ai lu après le 1er Twilight et je l'ai aimé. J'ai trouvé ça assez marrant; c'est le seul rôle où je me suis inquiété de ce que penserait le public. Passer d'un personnage qui est censé être le petit ami parfait à incarner un mec qui est un prédateur. Qui est un bâtard avec tous ceux qui l'aiment. Puis, j'ai fini par faire le film, j'ai eu un ressenti différent après avoir fait deux autres films Twilight à cette époque. Avec Cosmopolis , je l'ai simplement trouvé… ça semblait tellement novateur et pas simplement bon. Il avait un truc que je n'avais jamais vu avant. Mais pas seulement dans l'écriture mais aussi sur les thématiques. Je ne pense pas que vous risquez de voir de nouveau un examen de la prostate qui dure 6 minutes dans un autre film !

David: je te jure qu'il y a cette scène dans d'autres films. Je te montrerai plus tard.

Prés: et aussi pour moi, je pense que faire un film avec David Cronenberg est quelque chose d'important. Etait ce un réalisateur que vous aviez vu, que vous connaissiez , une personne avec qui vous vouliez travailler ou est ce ce projet qui vous amener à vous décider de travailler avec lui?

Rob: David est un adjectif. Vous ne pensez pas vraiment pouvoir travailler avec des adjectifs. Je n'y avais jamais pensé. C'est arrivé par le plus grand des hasards et ça m'a pris un moment pour vraiment assimiler cela. Et même quand j'ai vu le montage final du film , j'ai aimé le film car il y a quelque chose d'étranger au film. Puis il a été présenté à Cannes et c'est vraiment bizarre! Je repensais au moment où on me l'a proposé et j'étais en overdose et je cherchais à faire de petits rôles dans d'autres films . Dans ce film, mon personnage est en quelque sort odieusement présent.

Prés: Dans chaque scène

Rob: Il parle sans cesse et même la façon dont David l'a filmé , la caméra était constamment à 15 centimètres de mon visage. Ce n'était pas quelque chose que je pensais faire mais ce fut quelque chose auquel il était dur de dire non.

Prés: Comment avez vous trouvé votre personnage car c'est la 2ème fois que je le dis mais vous vous rendez compte de la complexité et il semble dégoûté de lui même et du monde dans lequel il vit. Il semble désespérément malheureux à cause de ce qu'il est devenu. Et c'est parce qu'il est devenu ainsi qu'il est de plus en plus auto-destructeur

Rob: oui, je ne sais pas nécessairement s'il est malheureux. Je pense qu'il est incroyablement ...Je pense que le film n'a pas ce genre de commentaire sur ce sujet... C'est juste que... J'ai toujours été très à l'aide pour dire que le film signifie ceci ou cela quand je suis seul mais quand je suis assis à côté de David , je dis juste ahhh! Il s'agit de l'absurdité du monde. Quand j'ai lu le script pour la 1ère fois, je l'ai pris pour une comédie burlesque. Puis quand les gens ont vu le film à Cannes, presque personne ne riait et je me disais … euh je pensais que c'était marrant.

David: Tu sais , c'était des français.

Rob: Il ne s'agit pas tant de tenter de se détruire . Je pense qu'il croit que si on regarde tout et que le monde n'a pas de sens, alors il faut recommencer à zéro . Ca arrive encore et encore. C'est là toute l'histoire et on pense à la crise financière. Les gens disent que ça parle de cela. Pour moi, il ne faut pas être prophète pour voir que tout va s'écrouler . Il le voit juste tout à coup pour la 1ère fois et une fois que vous voyez vraiment le monde tel qu'il est, il s'écroule.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
vavounette
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 8932
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 43
Localisation : dans un trou lorrain lol

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 20:15


_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Sam 2 Juin - 20:28


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Dim 3 Juin - 12:50

Vidéos de fan





source : @ohmy50shades

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Dim 3 Juin - 13:01


_________________
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 48
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Dim 3 Juin - 14:39


_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Dim 3 Juin - 14:46


_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Dim 3 Juin - 16:54

ptiteaurel a écrit:
Voici les 10 premières minutes

Présen: Ok, ils sont finalement arrivés . Ok, allons y. Merci de nous avoir rejoint. J'ai cru comprendre que vous aviez un souci avec votre hôtel.

Rob: Oh non, j'ai oublié quelque chose là bas.

Prés: Vous aviez oublié de payer votre note. C'était ça. Ok, commençons par parler du livre. Ce sera notre introduction car à l'évidence il a des choses que beaucoup de vos fans reconnaissent comme la finance, la corporation , le désir. Qu'est ce qui vous a attiré dans le roman Cosmopolis par Don DeLillo.

David: Ah c'est pour moi.

Prés: Oui , vous pouvez commencer.

David: La psychologie. A vrai dire, je n'ai pas pensé à mes autres films quand je fais un autre film car en fait , ça ne m'aide pas à faire le nouveau film. Penser à ce que j'ai déjà fait avant. Les gens ont tendance à penser que j'ai une liste de thèmes: l'horreur du corps, l'identité etc... avant que je ne fasse un film. Mais en fait , tout n'est que spontanéité. Quand j'ai lu le roman de Don DeLillo, Cosmopolis, ce fut les dialogues qui m'ont attiré. Je me suis dit que c'était des dialogues incroyables que je voulais entendre débiter par de merveilleux acteurs car je pensais que ça révélerait des tas de choses. Donc , j'ai ensuite écrit le script en 6 jours car je venais juste de transcrire tous les dialogues et je les avais mis sous forme de script et je les avais complété par d'autres petites choses. C'est ce qui m'a parlé. Rien de plus compliqué que cela.

Prés: Parlons un peu de Paulo Branco qui est le producteur. Il a dit en plaisantant qu'il avait dû négocier pour avoir ce roman et qu'il vous avait convaincu lors d'un déjeuner. Cosmopolis a des difficultés. Comment avez vous fait pour faire les changements et les adaptations pour le script.

David: Paulo avait l'expérience pour l'adaptation de romans , parmi lesquels le roman Dead Zone de Stephen King celui de J. G Ballard Crash et biens d'autres qui l'a inspiré. Cette fois ci, j'avais bien conscience que des tas de choses ne sont pas filmables. En d'autres mots, il y a des choses que vous pouvez faire dans un roman mais que vous ne pouvez pas tenter de faire au cinéma et vous faites autre chose. Et vous devez accepter le fait que vous faites de nouvelles choses, que vous ne transposez pas réellement le roman sur écran mais que vous faites des choses complétements nouvelles. Et on a déjà vu des films avec une voix off où une personne lit le roman comme vous le feriez avec vos enfants pour les endormir le soir. Je pense que cela est voué à l'échec car on ne pourrait comprendre l'équivalent cinématographique de ce qu'est le livre. Donc vous essayez de combler avec ce que vous avez ressenti en lisant le livre. Donc la raison pour laquelle j'ai pu écrire le script aussi rapidement est parce que je savais parfaitement quelles parties ne pourraient aller et je les ai mises de côté. Il y avait des choses tellement littéraires qu'il n'y avait aucun équivalent. Je peux vous donner un exemple.

Prés: Vous voulez?

David: Dans le livre, Benno, le personnage incarné par Paul Giamatti, écrit un journal intime et dans celui ci , il parle de tous les articles sur Packer qu"il a et ça c'est dans le livre. Il continue... et on entre dans la tête de Benno Levin. Quand j'ai rencontré Don DeLillo au Portugal , il m'a dit qu'il se demandait comment j'allais gérer le journal de Benno et en fait, je l'ai laissé de côté. Je lui ai dit oui car je ne pouvais faire cela dans le film mais ce que je te propose à la place , c'est Paul Giamatti, son espace, sa vois, son regard, sa façon de bouger. Donc ce fut ma décision. Je lui ai dit que je lui donnais ça au lieu du journal de Benno car c'était la seule cinématographique que je pouvais faire. C'est donc ainsi que j'ai procédé pour faire le film.
Prés: Robert, on a vu votre dernier film Bel Ami. J'ai été impressionné car c'est un peu une tragédie mais dans ce film , vous avez vraiment relevé un défi personnel en jouant ce rôle. Dans Bel Ami, vous incarnez un goujat qui utilise les femmes pour parvenir à ses fins. Votre personnage, Eric Packer est plus complexe. Il a de nombreux problème et il a un côté sombre. Etait ce une décision délibérée de vous éloigner des choses que vous aviez déjà faites?
Non pas vraiment. Ah désolé (le micro ne marche pas) . Je n'ai jamais essayé de m'éloigner de quelque chose en particulier. Avec Bel Ami, je l'ai lu après le 1er Twilight et je l'ai aimé. J'ai trouvé ça assez marrant; c'est le seul rôle où je me suis inquiété de ce que penserait le public. Passer d'un personnage qui est censé être le petit ami parfait à incarner un mec qui est un prédateur. Qui est un bâtard avec tous ceux qui l'aiment. Puis, j'ai fini par faire le film, j'ai eu un ressenti différent après avoir fait deux autres films Twilight à cette époque. Avec Cosmopolis , je l'ai simplement trouvé… ça semblait tellement novateur et pas simplement bon. Il avait un truc que je n'avais jamais vu avant. Mais pas seulement dans l'écriture mais aussi sur les thématiques. Je ne pense pas que vous risquez de voir de nouveau un examen de la prostate qui dure 6 minutes dans un autre film !

David: je te jure qu'il y a cette scène dans d'autres films. Je te montrerai plus tard.

Prés: et aussi pour moi, je pense que faire un film avec David Cronenberg est quelque chose d'important. Etait ce un réalisateur que vous aviez vu, que vous connaissiez , une personne avec qui vous vouliez travailler ou est ce ce projet qui vous amener à vous décider de travailler avec lui?

Rob: David est un adjectif. Vous ne pensez pas vraiment pouvoir travailler avec des adjectifs. Je n'y avais jamais pensé. C'est arrivé par le plus grand des hasards et ça m'a pris un moment pour vraiment assimiler cela. Et même quand j'ai vu le montage final du film , j'ai aimé le film car il y a quelque chose d'étranger au film. Puis il a été présenté à Cannes et c'est vraiment bizarre! Je repensais au moment où on me l'a proposé et j'étais en overdose et je cherchais à faire de petits rôles dans d'autres films . Dans ce film, mon personnage est en quelque sort odieusement présent.

Prés: Dans chaque scène

Rob: Il parle sans cesse et même la façon dont David l'a filmé , la caméra était constamment à 15 centimètres de mon visage. Ce n'était pas quelque chose que je pensais faire mais ce fut quelque chose auquel il était dur de dire non.

Prés: Comment avez vous trouvé votre personnage car c'est la 2ème fois que je le dis mais vous vous rendez compte de la complexité et il semble dégoûté de lui même et du monde dans lequel il vit. Il semble désespérément malheureux à cause de ce qu'il est devenu. Et c'est parce qu'il est devenu ainsi qu'il est de plus en plus auto-destructeur

Rob: oui, je ne sais pas nécessairement s'il est malheureux. Je pense qu'il est incroyablement ...Je pense que le film n'a pas ce genre de commentaire sur ce sujet... C'est juste que... J'ai toujours été très à l'aide pour dire que le film signifie ceci ou cela quand je suis seul mais quand je suis assis à côté de David , je dis juste ahhh! Il s'agit de l'absurdité du monde. Quand j'ai lu le script pour la 1ère fois, je l'ai pris pour une comédie burlesque. Puis quand les gens ont vu le film à Cannes, presque personne ne riait et je me disais … euh je pensais que c'était marrant.

David: Tu sais , c'était des français.

Rob: Il ne s'agit pas tant de tenter de se détruire . Je pense qu'il croit que si on regarde tout et que le monde n'a pas de sens, alors il faut recommencer à zéro . Ca arrive encore et encore. C'est là toute l'histoire et on pense à la crise financière. Les gens disent que ça parle de cela. Pour moi, il ne faut pas être prophète pour voir que tout va s'écrouler . Il le voit juste tout à coup pour la 1ère fois et une fois que vous voyez vraiment le monde tel qu'il est, il s'écroule.

Suite : 10.20 à 21.23

Prés: David a mentionné le formidable cast . Ca vous a fait quoi d'être parmi aux car veuillez m'excuser de cette remarque qui peut semblait pompeuse , mais c'était comment d'être parmi un cast si incroyable et qu'avez appris d'eux?

Rob: J'ai passé tout le film en ressentant cette terreur perpétuelle. Ce n'était pas comme si je pouvais passer les premières semaines à m'habituer au film et à ce monde qui va avec. Il y avait de nouvelles personnes qui arrivaient chaque jour . Mais au moins avoir la limousine était une habitude. C'était un environnement bizarre dans lequel travailler. Il n'y avait personne même pas derrière la caméra que vous pouvez voir. Normalement quand je travaille, j'essaie d'établir un contact avec le regard du mec qui est derrière la caméra . Dans ce film, vous commencez à avoir une relation avec une caméra qui est un objet inanimé. C'est vraiment bizarre. Beaucoup d'acteurs qui sont venus ont dit que ça donnait un sentiment pas vraiment sympa pour débuter la scène. Vous aviez donc tous ces acteurs talentueux qui arrivaient et je me sentais au moins bien plus à l'aise avec l'environnement surtout pour la scène avec Juliette. C'était génial car je me sentais moi seul dans ce cas.

Prés: C'était mieux de ne pas faire de scène en extérieur je suppose plutôt que celles en intérieur. Je sais que Don DeLillo est très fan de ce procédé. Il y des scènes qui se déroulent en dehors de la limousine comme celle chez le coiffeur et au restaurant, la scène avec Mathieu Almaric qui vous a entarté. Est ce que ces scènes vous ont apporté une sorte de soulagement car elles étaient en dehors de la limousine?

Rob: En quelque sorte . J'ai remarqué que quand je sortais de la limousine, ma démarcce changeait. Ce n'est pas ma démarche. C'est une chose bizarre. Il y a une scène vers la fin du film où je me dirige vers l'appartement de Benno et je l'ai regardée la dernière fois et je me suis dit “Ma démarche semble vraiment bizarre”.

David: Il y a aussi la scène où tu vas attaquer les photographes, après t'être fait entarté, tu as une démarche que je n'ai jamais vu à l'écran. Très bizarre comme démarche. J'ai adoré ça et j'ai trouvé cela génial. Tu le savais.

Rob: Je crois qu'il y a un truc quand on est Canadien, j'étais tellement à l'aise. Je déteste ça. J'ai lu un truc sur James Gandolfini qui disait que peu importe ce qui se passe dans une scène, il trouverait toujours une façon de s'asseoir. C'était clairement pour des raison différents de ce que je voulais faire . C'est génial de s'asseoir si vous pouvez déterminer une façon de le faire. C'est bien plus simple. Quand enfin, je me tenais debout, je me demandais ce que je faisais et c'était comme si je voulais m'asseoir par terre!

Prés: Quand vous le voulez, vous pouvez le faire ici. En regardant de plus prés le film, j'ai remarqué que vous aviez travaillé avec votre cinématographe habituel qui est Peter Suschitzky . Je trouve que vous avez bien travaillé car j'ai toujours l'impression de retrouver les mêmes sensations qu'au début de votre collaboration avec vous. Quelles étaient les instructions pour ce film car en le voyant ce soir, il commence avec des plans très pristines, très clairs et c'est assez métalliques. Puis quand on sort de la ville, on voit cette saleté . Pourriez juste nous parler du l'apparence que vous avez tenté de donner?

David: Une fois de plus, je dois dire que par exemple, je ne fais pas de storyboards. Nous ne ... On s'est préparé en développant et en choisissant nos lieux de tournages. Nous avons aussi fait le design de l'intérieur de la limousine. Par exemple, on a parlé de quelles chaussures Eric devait porter et pourquoi. Mais finalement , vous commencez le film . L'important est la 1ère prise. On ne sait pas. On ne sait pas quelle lentille on va utiliser , on ne sait pas où va être la lumière ou d'autres idées. Pour Peter aussi, c'est assez spontané. On a l'habitude de suivre notre coeur. Peut être une lumière rouge ou peut être une autre. Puis on regarde et on se dit qu'on peut le faire car il est comme moi, on sait quel concept on va pouvoir imposer au film pour un rendu dramatique ou visuel. J'ai vraiment besoin d'être à l'aise. C'est ainsi, c'est physique. J'ai besoin de ressentir, d'entendre, de toucher le mec, et au fur et à mesure on développe là où on va tourner le film. Donc, nous n'avions pas de plan de cette façon, organiquement pour le film , de l'intérieur ou de l'extérieur la façon dont on allait le tourner. Comme le réalisateur dit à Eric: on le laisse s'exprimer car je ne sais pas faire de films où il y a un examen de la prostate. C'est.....Le fait que la limousine s'occupe d'elle même, j'ai laissé faire car on voit les fenêtres se fermer toutes seules. Je voulais vraiment rester sous le point de vue d'Eric. Je voulais vraiment que tout le film soit vu selon sa perspective. Quand il est dans la limousine, nous y sommes aussi et s'il sort, nous aussi. Dans Cosmo, il entre dans la voiture et vous savez si vous devez tirer la limousine dans un sens ou un autre. On ne l'a pas vu mais lui si. C'est al seule façon pour nous de voir. Je me suis dit "Oh mon dieu", il a vraiment des poubelles et toutes sortes d'équipement. Donc , ça s'est résolu tout seul. Quand vous êtes dans la rue, vous êtes bien à New York , au niveau de la 47ème rue dans le West End et cela suggère tout immédiatement et comment on va évoluer donc , comme je l'ai dit, ça fait longtemps qu'on l'affirme mais il y a le côté organique du matériel. Il y a aussi les concepts technologiques qu'on a développés pendant le film mais aussi en post production.

Prés: Vous avez mentionné le fait que vous ne vous êtes jamais ennuyé. Il y a aussi des références aux oeuvres de Pollock. Je dois aussi vous avouer que je n'ai pas lu les oeuvres originelles. Vous avez continué de parler de catholicisme et du fait que tout peut être purgé. Ca attire les gens et ces derniers commencent à avoir de la tolérance envers ce qu'ils aimeraient faire ou entendre. Pourriez vous nous parler un peu des références.

David: Eric va les choses à part et particulier avec la cathédrale Rothko, un beau bâtiment spécialement créé pour abriter ses derniers tableaux (...) Il voit ici une espèce de tranquillité, de paix et une sorte de sérénité. Il veut ça. Mais il ne sait qu'acheter , il ne voit pas d'autres façons d'atteindre cela. Il ne se rend pas compte qu'il eut avoir ce standard en générant des choses en lui. Pour lui, il suffit de l'acheter. Il veut non seulement les peintures mais aussi la chapelle car cette dernière est une chose religieuse. Donc quand je décidais quel serait le générique, on a un super designer pour le générique qui a suggéré de mettre Jackson Pollock au début. Je n'ai pas mentionné le film mais vous avez l'idée que Eric est fan de l'art moderne américain et qu'on aurait sans doute un ou deux Pollock. On a donc montré un Pollock qui n'est pas un authentique car on ne pouvait pas se le permettre et ça devient un spectacle (...) On est dans l'esprit d'Eric dès le début très rapidement en un temps très minime ce dont Benno se plaint et qu'il ne peut pas suivre. C'est dond=c Eric dès le début. Et ensuite vers la fin du film, et ce sera sans doute atteint avec la mort, on a cette espèce de sérénité. Ca m'est venu à l'esprit récemment, il n'y a pas longtemps ces deux peintres Pollock et Rothko. C'est parfait pour Eric de les avoir.

Prés: On a des questions . En voyant le film pour la 2ème fois, et on va encourager les gens à le voir deux fois mais c'est un film vraiment dense et complexe. Quand je l'ai vu la 1ère fois, c'était à Cannes en fait, j'ai aimé mais ça m'a pris du temps à le comprendre. Et le voir une 2ème fois ce soir, j'ai compris des choses et vous pensez aux dialogues qui sont presque , pour moi, une barrière. C'est comme un dialogue dans le dialogue, parfois ils parlent et ce sont des choses que vous pouvez reconnaître mais il y a une sorte de code. Le film semble aussi parfois être un code à déchiffrer et c'est agréable de le faire. Avez vous apprécié le fait que le film ait ces multiples codes. D'habitude, vous aimez le film et vous partez mais là vous y réfléchissez et vous allez le voir peut être une 2ème fois.

David: Les films qui m'ont toujours le plus excités sont les films que vous ne comprenez pas tout de suite. On aime tous les films à Hollywood mais ils sont créés pour vous satisfaire immédiatement comme une bonne dose de sucre. Je ne vais pas parler des films qui suscitent une réponse immédiate. Vous mangez quelque chose de sucré et vous êtes aux anges mais c'est tout, c'est fini. Vous savez que vous n'avez pas besoin de le revoir mais vous pouvez aussi. Mais ce n'est pas nécessaire. Mais j'aime les films qui en général sont complexes, provocateurs et qui sont vraiment plus que ce que vous auriez cru pouvoir absorber. Pas que vous deviez les revoir mais que vous ayez envie de les revoir. Ca devient un film différent. Et les discussions qui en découlent sont vraiment sensés. C'est en fait génial. Il n'y a pas moyen d'assimiler tout ce que Eric dit, notamment avec son chef de la théorie. C'est complexe de parler du futur et de la technologie. Donc vous allez peut être le revoir et se faisant, vous verrez qu'Eric comprends. Ca a du sens pour lui et c'est aussi intéressant qu'un maître du capitalisme puisse être intéressé par la théorie de l'Evolution et qu'il engage une personne pour le coacher tous les jours pour le nourrir de théories de l'esprit et du capitalisme. Vous n'avez pas vraiment besoin de comprendre de quoi elle parle pour comprendre le film. C'est mon avis. Si vous revoyez le film, ces choses deviennent de plus en plus compréhensibles et j'aime ça, donner au public beaucoup de réflexions. Ils en prennent plus la 1ère fois

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Dim 3 Juin - 17:54

Fin

Prés: vous allez devoir revoir le film. Nous allons prendre des questions dans le public. On va commencer par les premiers rangs. Il nous reste plus ou moins 15 minutes donc on va faire vite. Si vous pouviez prendre le micro. Oui, la dame là bas.

Dame: Bonjour, je voulais vous féliciter pour le film . Je l'ai vraiment beaucoup aimé. Je voudrais que vous nous en disiez un peu plus sur comme était Cannes. Ca vous a fait quoi de le lancer là bas. Surtout pour vous David car votre fils a aussi fait ses débuts là bas. On a aussi entendu dire que vous travaillez tous les deux sur un nouveau projet et je voudrais que vous nous en disiez plus.

Prés: en fait, ça fait 3 questions. La 1ère question était sur votre expérience d'être à Cannes, c'est ça. Avez vous apprécié Cannes? La 2ème question concerne votre fils qui a présenté Antiviral, qui était aussi très bien mais 1ère partie de la question concerne votre éventuelle collaboration future. Est ce vrai? La 1ère partie de la question: est ce vrai que vous allez retravailler ensemble.

David: Euh Cannes était incroyablement excitant pour moi car au départ, ça devait être les vacances des Cronenberg à Cannes. Mon fils avait son long métrage là bas dans la catégorie Sélection Officielle. C'était la 1ère fois à Cannes de toute son histoire qu'on avait le père et le fils en sélection officielle du festival. Ma fille Caitlin avait aussi une chose à faire pour le New York Times pour couvrir le festival donc elle était aussi là et vivait à l'hôtel avec nous. Cannes fut un peu une affaire de famille. J'ai vraiment adoré. Rob , ton expérience à Cannes?

Rob: Oh, euh. C'était génial. J'étais à Cannes une fois en 2009 juste pour la promotion et j'avais l'impression d'enlever un peu de crédibilité au festival. J'avais l'impression d'être un imposteur. Avoir.... ça ne marche pas.... désolé.... avoir un film à Cannes plus tôt que je ne le pensais a été génial. Oui.

Prés: Et qu'en est il de l'autre partie de la question concernant une nouvelle collaboration future?

David: j'ai écrit ce film il y a longtemps et vous travaillez avec certains acteurs comme Viggo Mortessen. J'ai l'impression qu'on a pas fini et il y d'autre projets à venir. Et en particulier, j'aimerais vraiment voir Viggo et Rob ensemble dans un film. Je pense que ce serait vraiment fantastique. Je les connais tous les deux et ça serait vraiment sensationnel. On est en train de parler de ce que ça pourrait être. Il n'y a rien d'officiel pour le moment, rien qu'une possibilité, on n'a pas encore eu le feu vert. Mais je veux retravailler avec Rob à nouveau et je pense que ce sera le cas.

Prés: Prenons la dame. Si vous pouviez vous en tenir à une question afin qu'on puisse y répondre tout de suite.

Dame2 : Bonjour je suis de Fascinated Films et je voudrais demander à Robert. Dans le film Eric Packer recherche des sensations. Quelles sensations recherchez vous dans les rôles? Dans votre futur projet, qu'aimeriez vous faire?

Rob: J'aime vraiment l'idée de faire peur aux gens .

David: Oh mais tu m'a fais peur.

Rob : Je ne sais pas ce que ça veut dire mais j'aime cette idée. Je ne sais pas mais c'est tellement difficile d'avoir quelque chose de dangereux porté à l'écran. Cependant, c'est le cas avec Cosmopolis. C'est presque ridicule que ce soit un film relativement dangereux à faire. Tout le monde dit qu'il y a trop de discussions et les gens sont fous de ça. Mais j'aimerais tenter de faire des choses complétement nouvelles. C'est la seule chose qui m'intéresse. Je n'aime pas me répéter ou répéter ce que les autres ont déjà fait . C'est ce qui m'intéresse.

Stop à 26.25
Reprise à 29,35

Prés: J'ai bien peur que David et Rob doivent y aller. On aurait dû faire plus longtemps. C'est terrible mais ils vont devoir y aller. Auriez vous une dernière question? La personne avec la chemise noire.

Homme: Je savais que ça paierait. Merci à vous d'être là ce soir et de nous parler. Félicitations pour le film et Rob , je voudrais vous féliciter pour votre formidable performance. Vous avez mentionné la scène version longue de l'examen de la prostate. Le film contient quelques scènes qui sont assez un défi. Y a t-il eu des moments délicats sur le plateau? Et vous en tant qu'acteur comment avez vous gérer les fait d'être nu en face d'autres acteurs et de vos adorables parents qui sont là ce soir?
Mes parents sont là ?! Ont t-ils fait des discours? Des choses délicates? Je ne pense pas que j'ai été aussi effrayé de toute ma carrière que quand j'étais dans la limousine pour le 1er test caméra. Ce n'était même pas pour une scène mais j'avais l'impression que j'allais vomir. J'avais l'impression d'avoir tellement d'idées pour le jouer que je me suis déboussolé tout seul. C'était vraiment jusqu'à ce que je dise la 1ère réplique . Après ce moment là, j'allais bien mais je n'aurais pas pu commencer plus bas. Mais il y a certains passages. La scène de la prostate, on devait le faire complétement nu au début et je me souviens être allé dans la loge de David pour lu dire “Je ne sais pas. Je n'ai pas encore assez fait de musculation”.

David: C'est dur de trouver un beau corps.

Rob: Puis je me suis assis là et je suis devenu parano. Je m'en fichais pendant la véritable scène de l'examen de la prostate car je pouvais m'asseoir et prendre mon courage. Mais le truc quand j''étais assis sur la canapé et je m'inquiétais. Emily Hampshire disait “C'est mignon, on dirait que tu as un petit nombril ” . Je lui disais “Ca ne m'aide pas! Pas du tout”. J'aime le fait que David soit revenu avec elle pour une prise pour laquelle elle était nerveuse. Une prise où elle fait son propre monologue. Elle a fait ce truc en une prise et elle était terrifiée. David lui a dit qu'il allait remplacer sa tête de toute façon et qu'il l'avait juste choisie pour son corps. Elle l'a cru pour tout le reste de la prise. Mais je ne sais pas , avec ces moments délicats, ils ne vont pas être délicats si vous pensez qu'ils seront bons à la fin. Une fois que vous êtes arrivés à un certain point, vous savez que ça va être bon. Vous faites juste confiance et ça n'est plus délicat. D'ailleurs , j'ai fait des choses plus délicates dans ma vraie vie!

Prés: N'oubliez que vos parents sont là aujourd'hui. Nous devons arrêter. Cosmopolis sort le 15 juin. Merci d'être venus ce soir. David Cronenberg et Robert Pattinson.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Dim 3 Juin - 18:05


_________________
Revenir en haut Aller en bas
vavounette
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 8932
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 43
Localisation : dans un trou lorrain lol

MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    Dim 3 Juin - 20:42


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Vidéos] Session Q&A au Curzon de Mayfair - Londres - 01.06.2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Into the move :: Apparitions publiques :: Archives 2012-
Sauter vers: