The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Web] Interview avec The Boston Globe - Août 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: [Web] Interview avec The Boston Globe - Août 2012   Dim 19 Aoû - 2:13

Robert Pattinson, David Cronenberg a well-suited pair

Cult hero filmmaker David Cronenberg and “Twilight” leading man Robert Pattinson rang the opening bell at the New York Stock Exchange last week to promote their new psychological thriller, “Cosmopolis.” Both men agree that their visit was a bit strange. After all, “Cosmopolis,” based on the book by Don DeLillo, is a capitalist critique that, while having been published in 2003, speaks to the Occupy Wall Street movement and creates a disturbing portrait of the emptiness of the 1 percent.

The English actor and the Canadian director, who called us shortly after Pattinson made a much-hyped appearance on “Good Morning America,” admitted that their “Cosmopolis” experience has been odd at times and, much like their film, uncomfortable with a bit of irony. There’s the strangeness of the movie itself. Then there are the “Twilight” fans who love Pattinson enough to expose themselves to an R-rated film about the economy that involves an eccentric millionaire getting a proctology exam in the back of a limo. Adding to the weirdness is Pattinson’s involvement in a very public cheating scandal; his longtime girlfriend Kristen Stewart recently apologized for being unfaithful with Rupert Sanders, the director of “Snow White and the Huntsman.” After Stewart went public, Pattinson disappeared for weeks, was rumored to be hiding out at Reese Witherspoon’s house, then resurfaced, to the delight of the paparazzi, to promote “Cosmopolis” on the red carpet and elsewhere.

It’s been a strange trip, but Cronenberg and Pattinson seem wonderfully comfortable — at least with each other — amid all the awkwardness.

Q. You both have said that you filmed this movie in chronological order, and I know that with many movies, the last scenes are shot first. Was that a luxury — to film from start to finish?

Cronenberg: One of the trickiest things that I had to learn as a director was exactly that. I mean, suddenly you’re forced to shoot the last scene of the movie first. And it’s hard for the actors because they don’t know who they are yet and they’re doing their death scene. As an actor myself, I was in Clive Barker’s movie “Nightbreed,” and the first thing we shoot was my character getting killed. And I said a typical actor thing. I said, “How can I know how to die when I haven’t lived yet?” So it is kind of a luxury. I think Rob can talk about that.

Pattinson: I agree. (Laughs) I don’t think I can add to that.

Q. You have both been very candid in interviews about the fact that you didn’t necessarily know how this novel would translate to film and what it meant to you. Do you have a different interpretation of the text now that you’re finished with the film?

Pattinson: Well, I like it. I don’t think that confusion is necessarily a bad thing. We’ve done hundreds of interviews now and I still find myself coming up with new things to say.

Cronenberg: Those statements that we made, which were very candid, can be misinterpreted as meaning we were inept, incompetent. But not at all. You know, I don’t do storyboards, for example. I don’t really know what I’m going to do at every set up and every shot. It’s all very spontaneous and of-the-moment, even what lens to use. That’s what we’re talking about. We don’t have it all mapped out. We’re trusting the script and trusting the dialogue that is all 100 percent Don DeLillo’s and taken from the novel directly. We know that if we respond directly to that . . . the movie will have its coherence.

Q. You just rang the opening bell at the New York Stock Exchange. What was that like? And what do you think the people there would think of this movie if they saw it?

Cronenberg: All through the halls of the stock exchange they have these monitors built into the walls, and they were all showing clips of “Cosmopolis.” All of the people there who were marshaling us were incredibly excited about the movie and really wanted to see it. And they were incredibly friendly and sweet, and I was suddenly thinking, “This is the wonderful, friendly face of capitalism. I don’t know why I’ve been fighting it for so long. I think I’m going to buy some stock.” [Pattinson laughs.] And the stock exchange is about marketing. To link the starting of the day with some product that’s being marketed was a no-brainer. And the fact that it might be rather ironic that we were opening the stock exchange; I don’t think it occurred to them.

Q. Mr. Pattinson, what did you think of the visit?

Pattinson: I’m so clueless about anything to do with that world. I was kind of just terrified that I was somehow going to mess it up. And also to see people’s enthusiasm. It’s so alien. Even people’s attitudes there. It seems so alien to me. I mean, I’ve met traders before, but in their own environment — everyone’s extremely happy, which is not what I expected. It doesn’t seem stressful at all. They were all excited about seeing who was going to ring the bell this morning. They had the American gymnastics team closing it that day. It looks like a really fun place to work.

Q. You guys seem like you like each other a lot. You seem so close during this publicity tour. I was thinking, when I looked at pictures from the stock exchange visit, that you actually look like relatives.

[Cronenberg and Pattinson laugh.]

Cronenberg: We get along pretty well and we were kind of wearing the same suit. They were Gucci suits that were connected with the movie — the character wears them — and so, we were Tweedledum and Tweedledee at that point.

Q. Mr. Cronenberg, where do you most enjoy promoting your films? You don’t have to say America.

Cronenberg: I have a huge enthusiastic fan base in France. My first films were horror films and genre films, and in France they never had any prejudice against them, whereas in North America, in the old days when I started especially, there was prejudice against them. They weren’t taken seriously as good cinema. So I suppose I feel more comfortable, weirdly enough, in France releasing a film. The level of discourse there is very intelligent, very intellectual, sometimes humorously so, but I like playing that game there.

Q. Mr. Pattinson, how have you taken to the Cronenberg fan base? I imagine that it’s strange to see “Twilight” fans with people who love David Cronenberg movies.

Pattinson: Absolutely. We were in London and we did a Q&A and it was two very diverse groups of people who suddenly came into contact with each other for I think probably the first time. And, I don’t know . . . David’s horror film fans . . . and general “Twilight” female fans . . . are actually quite a good pairing. I think both of them didn’t see anything in each other first of all, but they’re quite a good, odd couple. When you see a bearded guy with long hair, who absolutely will weep [for Cronenberg] . . . and then a “Twilight” fan who will weep at that, they actually look like a couple.

Q. Mr. Pattinson, I have to ask, in reference to all of the talk show hosts who are asking you personal questions right now: I’m always fascinated by the ability of celebrities to just disappear during a controversy. How do you do that? Is there a tunneling system? Where do you go to hide when you’re so watched?

Pattinson: There is a netherworld where celebrities go. They’re the only ones that have access to it. A mysterious little network of boroughs. (Giggles.)

source : bostonglobe.com via RPlife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Boston Globe - Août 2012   Dim 19 Aoû - 12:06

Trad en cours....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Boston Globe - Août 2012   Dim 19 Aoû - 13:00

Robert Pattinson, David Cronenberg , un bon duo

Le réalisateur culte David Cronenberg et la star principale de“Twilight”Robert Pattinson a sonné la cloche pour l'ouverture de la Bourse de New York la semaine dernière pour promouvoir leur nouveau thriller psychologique “Cosmopolis.” Les deux hommes s'accordent à dire que leur visite était un peu étrange . Après tout, “Cosmopolis,” adapté du roman de Don DeLillo, est une critique capitaliste qui , bien que publié en 2003, parle du mouvement Occupy Wall Street et crée un portrait perturbant du vide des 1%.

L'acteur anglais et le réalisateur canadien , qui nous ont appelé peu de temps après que Pattinson ait fait une apparition hautement médiatisé au “Good Morning America,” ont admis que leur expérience “Cosmopolis” a été parfois étrange et, tout comme leur film , inconfortable avec une pointe d'ironie. Il y a l'étrangeté du film même . Puis il y a les fans de “Twilight” qui adorent assez Pattinson pour aller voir un film R-rated sur l'économie qui implique que l'excentrique milliardaire subisse un examen de proctologie à l'arrière d'une limousine. Ajouter à cette étrangeté l'implication de Pattinson dans un scandale très public de tromperie sa petite amie de longue date Kristen Stewart s'est récemment excusée pour avoir été infidèle avec Rupert Sanders, le réalisateur de “Snow White and the Huntsman.” Après cette révélation publique de Stewart, Pattinson a disparu pendant des semaines, la rumeur disait qu'il était chez Reese Witherspoon, puis il a refait surface, pour le plaisir des paparazzi, pour promouvoir“Cosmopolis” sur les tapis rouges et ailleurs

Ca a été un voyage étrange, mais Cronenberg et Pattinson semblent merveilleusement à l'aise — du moins ensemble — parmi toute cette maladresse.

Q. Vous avez tous les deux dit que vous aviez tourné le film de manière chronologique et je sais que dans de nombreux films, les dernières scènes sont tournées en premier. Etait ce un luxe de tourner dans l'ordre ?

Cronenberg: Une des choses les plus difficiles était que je devais apprendre en tant que réalisateur ce que c'était exactement. Tout à coup vous êtes obligé de tourner la dernière scène du film en premier. Et c'est dur pour les acteurs car ils ne savent pas encore qui ils sont et ils tournent leur scène de mort. En tant qu'acteur, j'étais moi même dans le film de Clive Barker “Nightbreed,” et la 1ère chose que nous avons tourné était mon personnage se faisant tuer. Et j'ai dit une chose typique pour un acteur. J'ai dit "Comment puis je savoir comment mourir quand je n'ai pas encore vécu.?". C'était donc un luxe . Je pense que Rob peut en parler.

Pattinson: Je suis d'accord (Rires) Je ne pense pas que je puisse rajouter quelque chose.

Q. Vous avez été tous les deux sincères dans les interviews sur le fait que vous ne saviez pas nécessairement comment le roman se transcrirait en film et ce que ça signifiait pour vous. Avez vous une interprétation différente du texte après avoir fini le tournage du film?

Pattinson: Je l'aime. Je ne pense pas que la confusion soit nécessairement une mauvaise chose. On a donné des centaines d' interviews à présent et je me retrouve à dire de nouvelles choses.

Cronenberg: Ces affirmations que nous avons faites , qui étaient très sincères, peuvent être interprétées pour dire qu'on était inapte et incompétent. Mais pas du tout. Je ne fais pas de storyboards, par exemple. Je ne sais pas vraiment ce que je vais faire dans chaque scène et pour chaque prise. Tout est très spontané et sur le moment, même les caméras à utiliser. C'est e dont nous parlons. On n'a pas tout prévu. On fait confiance au script et aux dialogues qui son 100% issu de Don DeLillo et ris directement du livre. On sait que si on répond directement à ça.... le film aura sa cohérence.

Q. Vous venez juste de sonner l'ouverture de la Bourse de New York. C'était comment? Et que pensez vous que les gens qui travaillent là vont penser du film s'il le voit?

Cronenberg: Dans tous les couloirs de la Bourse, ils avaient ces moniteurs construits dans les murs et ils montraient tous des extraits de “Cosmopolis.” Tous ceux qui nous escortait étaient incroyablement excités par le film et ils voulaient vraiment le voir. Et ils étaient incroyablement amicaux et adorables et je me suis dit tout à coup “C'est le visage merveilleux et amical du capitalisme. Je ne sais pas pourquoi je combats cela depuis si longtemps. Je pense que je vais acheter des actions.” [Pattinson rit] Et la Bourse est du marketing. Lier le début d'une journée avec un produit qui est venu était une partie de plaisir. Et le fait que ça puisse être assez ironique , c'est qu nous ouvrions la bourse. Je ne pense pas que ça leur est arrivé

Q. Mr. Pattinson, qu'avez vous pensé de la visite?

Pattinson: Je suis nul sur toutes les choses en lien avec ce monde. J'étais assez terrifié à l'idée que je puisse faire perdre quelque chose. Et voir l'enthousiasme de ces gens. C'est tellement surréaliste. Même les attitudes des gens là bas. Ca me semblait vraiment étranger tout ça. J'ai déjà rencontré des traders , mais dans leur environnement — tout le monde est extrêmement heureux et je ne m'attendais pas à ça. Ca ne semble pas du tout stressant. Ils sont tous excités de voir qui allait sonner la cloche ce matin. L'équipe Américaine de gymnastique allait sonner le soir pour la fermeture . Ca semble vraiment être un endroit marrant où travailler

Q. Vous semblez beaucoup vous appréciez mutuellement. Vous semblez si proche pendant la tournée promotionnelle. Je me disais, quand je regardais les photos de votre visite à la bourse, que vous étiez des membres de la même famille.


[Cronenberg et Pattinson rient.]

Cronenberg: On s'entend vraiment bien et on portait le même type de costume. C'étaient des costumes Gucci pour faire le lien avec le film — le personnage en porte — et donc nous étions Tweedledum et Tweedledee ( Nota: personnages d'un conte pour enfants britanniques) à ce moment là.

Q. Mr. Cronenberg, où aimez vous le plus promouvoir vos films? Vous n'êtes pas obligé de dire en Amérique.

Cronenberg: J'ai beaucoup de fans très enthousiastes en France. Mes 1er films étaient des films d'horreur et des films de genre et en France , ils n'ont jamais eu de préjugés. Par contre, en Amérique du Nord, à l'époque, surtout quand j'ai débuté; on avait des préjugés . On ne les prenait pas au sérieux et ce n'était pas du bon cinéma. Donc je pense que je suis plus à l'aise, ce qui est assez étrange, en France pour sortir un film. Le niveau des échanges là bas est très intelligent, très intellectuel, et parfois plein d'humour donc j'aime jouer à ce jeu là bas.

Q. Mr. Pattinson, comment avez vous géré les fans de Cronenberg?J'imagine que c'est bizarre de voir les fans de “Twilight” avec des gens qui adorent les films de David Cronenberg.

Pattinson: Absolument. Nous étions à Londres et on a fait un Q&A et il y avait 2 groupes distincts de personnes qui tout à coup sont entrés en contact pour je pense la 1ère fois. Et, je ne sais pas . . . les fans des films d'horreur de David . . . et en général les fans féminines de “Twilight”. . . vont assez bien ensemble en fait. Je pense que les deux groupes n'ont rien vu de commun mais c'est un assez bon couple étrange. Quand vous voyez un barbu à long cheveu, qui pleurerait pour Cronenberg . . . et ensuite un fans “Twilight” qui pleure aussi, on dirait vraiment un couple.

Q. Mr. Pattinson, je dois vous poser une question, en référence à tous ces présentateurs de talk show qui vous posent actuellement des questions personnes : j'ai toujours été fasciné par la capacité des célébrités à disparaître pendant une controverse. Comment faites vous ? Il y a un système de tunnel? Où allez vous vous cacher quand on vous surveille autant?

Pattinson: c'est dans le monde des Ténèbres que les célébrités vont. Ils sont les seuls à y avoir accès. Un petit réseau mystérieux de quartiers. (Gloussements.)

source : bostonglobe.com via RPlife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 48
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Boston Globe - Août 2012   Dim 19 Aoû - 13:59


_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Boston Globe - Août 2012   Dim 19 Aoû - 18:11


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jel
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Boston Globe - Août 2012   Mar 21 Aoû - 0:24

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Web] Interview avec The Boston Globe - Août 2012   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Web] Interview avec The Boston Globe - Août 2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2012 :: Août 2012-
Sauter vers: