The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012   Mer 22 Aoû - 9:10



Written-off Robert Pattinson as just another fleeting tween sensation? Then listen up. Because Cosmopolis, David Cronenberg's smart adaptation of Don DeLillo's futurist novel, is about to announce the 26-year-old Brit's true arrival. LWLies met up with Pattinson recently to chat about the making of Cosmopolis and why he'll always be up for a challenge.

LWLies: We were in Cannes when Cosmopolis first screened. How was that whole experience for you?

Pattinson: It was kind of terrifying, but mainly because I've never been to a premiere with potentially a hostile audience. It's a film which could potentially be quite divisive because it's quite wordy and in Cannes there's the added complexity with the language barrier. I remember sitting there and looking around at all these blank faces. No one was laughing. I genuinely thought it was going to get booed. I was so grateful it wasn't savaged.

The whole Cannes booing thing is kind of a carnival, you can't take it too seriously.

I know, I know. But then David [Cronenberg] was telling me about when Crash screened and people were screaming in the audience. Like, actually going wild during the movie. And I was speaking to Gaspar Noé the other day and he was saying that with Irreversible everyone was yelling 'How would you like it?!' and all this nonsense. He was sitting next to the guy who plays the rapist [Jo Prestia] thinking, 'Fuck, I'm going to get killed after this'.

Did it put you at ease being in David's company?

Yeah, totally. He was really relaxed. The thing is, normally when you go to a premiere you don't often stay for the whole movie, but in Cannes you sit through it wondering if you're going to get clapped or booed afterwards. It's a pretty terrifying experience and a strange environment to watch a film in. But I'd seen the film before Cannes and I knew I loved it, which is a pretty rare thing for me because I don't normally like the stuff I'm in.

Was Cosmopolis something you chased or were you approached?

I read the script about a year before we made it. Someone sent it to me on the basis that it was just a really well-written script. I really liked it then but we didn't act on it right away because initially Colin Farrell had been cast, but he dropped out and suddenly I was in a position to go for it.

What was it like working in an environment where you're in a small closed set, in the back of a limo for most of the film, and you only share a few minutes of screentime with the other actors?

I worked with everyone for about two or three days, but actually the further we got into the shoot the less time the scenes took. So where the early scene with Jay Baruchel took, like, three or maybe four days, a the others were generally much shorter. After two weeks of shooting a movie you normally just relax into the routine of the work, but with Cosmopolis we had big names coming in every few days shooting their scenes and then going. It really keeps you on your toes and in many ways it's like shooting loads of different, or smaller movies. But you get used to it and actually you get quite comfortable because you're so familiar with the set.

Was it difficult having David direct you remotely from outside the limo?

It was a little odd a first. But you know I did this Harry Potter movie where we filmed a lot underwater, so I was kind of experienced in not having the director standing next to you. It was similar in some ways to that because you can't see anything apart from what's inside the limo and a camera that's mounted on this remote-controlled crane. David always had the camera positioned incredibly close to your face as well, with a really wide lens on it. So you have a totally different relationship with the camera because normally you're trying to communicate with the guy behind the camera, you ignore the camera. Here you're doing everything for the camera, but it's like no one's watching, like no one's ever going to see it. It's like you're close friends with this little machine.

Do you see this as a significant juncture in your career?

Not really because the film is so obscure. It's not like everyone's going to get it. But yeah, it's definitely a good step in terms of my career and where I'd like to end up.

Having done a lot of mainstream films are smaller, more out-there films now more appealing to you?

Um, I mean... Sometimes. But it's not like I went out looking for the highest risk project. To be honest what attracted me was working with David and the quality of the writing, which was just insane compared to some of the garbage I'd been reading around the time. I'd never read any Don DeLillo before, so it was a bit of an eye-opener. But I'm not looking for obscurities the whole time. The movies I've signed on to do after this aren't quite as odd as this but they're certainly artistically ambitious.

So few actors ever receive the level of exposure you have right now, do you feel a pressure to try to maintain that by taking on bigger roles?

I don't really know. If I could stay at a level where I was consistently working then I'd be happy. But I can't predict the way the industry is going to go. Things change so quickly, there are so many people who were huge a few years ago and now can't even get a film made. Right now people seem to care about me, but I'm sure that won't last. Frankly I find it all a bit absurd. I'm just trying to do as much interesting stuff as I can for as long as I can.

What do you love about movies?

I think it's the easiest was to educate people about, like, a million things. I remember watching Godard movies when I was younger and being introduced to Henry Miller and from there discovering Tom Waits and suddenly you've learned so much. Cool movies taught me so much more than books in school ever did. I didn't even realise I was interested in working in movies when I was watching them when I was younger. Now I can't imagine doing anything else.

source LittleWhiteLies

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Loralys
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 672
Date d'inscription : 22/07/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012   Mer 22 Aoû - 10:42

lili
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 48
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012   Mer 22 Aoû - 16:32

lili

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Jel
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012   Mer 22 Aoû - 23:57

lili
Revenir en haut Aller en bas
babe
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 7292
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 34
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012   Sam 25 Aoû - 12:38

lili

Traduction

Robert Pattinson révoqué au rang de simple fugace sensation pour pré-ados ? Ecoutez-bien. Parce que Cosmopolis, adaptation du roman futuriste de Don DeLillo par David Cronenberg, est sur le point d'annoncer la véritable apparition du britannique de 26 ans. LWLies a récemment rencontré Pattinson pour discuter du tournage de Cosmopolis et pourquoi il est toujours partant pour un challenge.

LWLies: Nous étions à Cannes quand Cosmopolis a été porté pour la première fois à l'écran. Comment avez-vous trouvé toute cette expérience?

Pattinson: C'était plutôt terrifiant, mais surtout parce que je ne suis jamais allé à une première avec une audience potentiellement hostile. C'est un film qui peut potentiellement diviser parce que c'est plutôt bavard et à Cannes il y a en plus la complexité de la barrière de la langue. Je me souviens être assis là et regarder tous ces visages impassibles autour de moi. Personne ne riait. J'ai sincèrement pensé qu'il y allait y avoir des huées. J'étais soulagé que ça n'ait pas été féroce.

LWL: Les huées à Cannes font partie du folklore, il ne faut pas les prendre au sérieux.

P: Je sais, je sais. Mais ensuite David [Cronenberg] m'a dit que quand Crash est passé, les gens hurlaient dans le public. Genre, c'était vraiment sauvage pendant le film. Et l'autre jour, je discutais avec Gaspar Noé et il me disait que pour Irreversible, tout le monde hurlait 'Comment peux-tu aimer ça?!' et toutes ces absurdités. Il était assis près du gars qui jouait le violeur (Jo Prestia] et pensait, 'Putain, je vais me faire tuer après ça'.

LWL: Cela vous a détendu d'être en compagnie de David?

RP: Oui absolument. Il était très détendu. Le truc c'est que, en général quand vous allez à une première, vous ne restez pas souvent jusqu'à la fin du film, mais à Cannes, vous assistez à ça en vous demandant si vous allez être applaudi ou hué à la fin. C'est une expérience plutôt terrifiante et une drôle d'ambiance pour regarder un film. Mais j'avais vu le film avant Cannes et je savais que je l'aimais, ce qui est une chose plutôt rare parce qu'en général, je n'aime les trucs dans lesquels je suis.

LWL: Cherchiez vous à faire Cosmopolis ou avez-vous été approché?

RP: J'ai lu le script environ un an avant qu'on le fasse. Quelqu'un me l'avait envoyé parce que c'était juste un script vraiment vraiment bien écrit. J'avais vraiment aimé mais nous n'avons pas travaillé dessus parce qu'à la base, Colin Farrell avait été choisi, mais il a abandonné et soudain, j'étais en position pour le faire.

LWL: Comment est-ce de travailler dans un environnement où vous êtes sur un petit plateau fermé, à l'arrière d'une limousine dans la plupart du film, et où vous partagez seulement quelques minutes à l'écran avec les autres acteurs?

RP: J'ai travaillé avec chacun environ 2 ou 3 jours, mais en réalité, plus on avançait dans le tournage, moins les scènes prenaient de temps. Là où la toute première scène avec Jay Baruchel a pris, genre, 3 ou peut-être 4 jours, les autres étaient en général plus courtes. Normalement, après 2 semaines de tournage d'un film, vous entrez dans une routine apaisante, mais avec Cosmopolis nous avions de grands noms qui arrivaient à chaque jour de tournage pour leurs scènes et qui s'en allaient. Ça vous fait rester sur le qui-vive et de bien des façons vous donne l'impression de tourner des tas de différents ou de plus petits films. Mais vous vous y habituez et vous devenez plus confiant parce que vous êtes habitué au plateau.

LWL : Etait-ce difficile de vous faire diriger par David via oreillette depuis l'extérieur de la limousine ?

RP : C'était un peu étrange au début. Mais vous savez, j'avais fait ce Harry Potter où nous étions beaucoup filmés sous l'eau, j'avais donc déjà fait l'expérience de ne pas avoir le réalisateur juste à mes côtés. C'était similaire d'une certaine façon parce que vous ne voyez rien en dehors de ce qu'il y a à l'intérieur de la limousine et une caméra dirigée par télécommande. David avait toujours la caméra positionnée incroyablement près de mon visage, avec un drôle d'objectif dessus. Alors vous avez une relation complètement différente avec la caméra parce que en général, vous essayez de communiquer avec le type derrière la caméra, vous ignorez la caméra. Ici vous faites tout pour la caméra, mais c'est comme si personne ne regardait, comme si personne ne regardera jamais. C'est comme si vous et la petite machine êtes des amis proches.

LWL : Le voyez-vous comme une étape significative dans votre carrière ?

RP : Pas vraiment parce que le film est si obscure. Ce n'est pas comme si tout le monde allait le comprendre. Mais, oui, c'est certainement un grand pas pour ma carrière et vers où j'aimerais aller.

LWL : Après avoir fait beaucoup de films traditionnels, êtes-vous maintenant plus attiré par de plus petits films moins communs ?

RP : Euh, parfois. Mais ce n'est pas comme si je recherchais le projet le plus risqué. Pour être franc, ce qui m'a attiré c'était de travailler avec David et la qualité de l'écriture, qui était juste insensée comparée à certaines nullités que j'ai lues de temps en temps. Je n'avais jamais lu de DeLillo avant, donc c'était une sorte de révélation. Mais je ne recherche pas l'obscurité tout le temps. Les films pour lesquels j'ai signé pour plus tard ne sont pas aussi bizarre que celui-ci mais ils sont franchement artistiquement ambitieux.

LWL : Tellement peu d'acteurs reçoivent le degré d'exposition que celui auquel vous faites face actuellement, ressentez-vous la pression de devoir maintenir ça en prenant de plus grands rôles ?

RP : Je ne sais vraiment pas. Si je pouvais rester à un niveau où je travaillerais constamment alors je serais heureux. Mais je ne peux pas prédire la direction dans laquelle l'industrie du cinéma va aller. Les choses changent tellement vite, et il y a tellement de personnes qui avaient beaucoup de succès il y a quelques années et qui maintenant ne peuvent plus faire de films. Actuellement, les gens ont l'air de faire attention à moi, mais je suis sûr que ça ne va pas durer. Sincèrement, je trouve tout ça un peu absurde. J'essaie juste de faire le plus possible de choses intéressantes tant que je peux.

LWL : Qu'est-ce que vous aimez dans les films ?

RP : Je pense que c'est le meilleur moyen d'apprendre un million de choses. Je me souviens avoir regardé des films de Godard quand j'étais plus jeune et d'avoir découvert Henry Miller et de là, Tom Waits et d'un seul coup, vous apprenez tellement. De bons films m'ont appris tellement plus que les livres d'école ne l'ont jamais fait. Je n'avais même pas réalisé que je voulais travailler dans le cinéma quand je les regardais plus jeune. Maintenant, je ne peux pas m'imaginer faire autre chose.

source LittlewhiteLies

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 69
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012   Sam 25 Aoû - 12:43

babe

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 48
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012   Sam 25 Aoû - 12:45

babe
Sympa pour Aurélie , elle va avoir un retour plus serein

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012   Sam 25 Aoû - 13:00

babe

Je lirais plus tard

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jak
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 2627
Date d'inscription : 25/04/2012
Age : 74

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012   Sam 25 Aoû - 15:39

pour la traduction, bonne interview qui ne part pas en vrille, Rob s'explique bien, j'aime bien la fin : "Maintenant, je ne peux pas m'imaginer faire autre chose".
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012   Sam 25 Aoû - 15:51

babe

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jel
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012   Lun 27 Aoû - 1:14

babe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Web] Interwiew avec Little White Lies - Août 2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2012 :: Août 2012-
Sauter vers: