The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Presse] La revue de presse de Cannes 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Dim 10 Aoû - 12:46

Suite...

"Je choisi des choses si étrange, elles ne peuvent pas être jugées dans des termes normaux," dit-il. Les rouages de son cerveau se mettent en route ; sa voix, douce et fatiguée. "Si quelque chose parle à des tas de gens, je ne sais pas si je peux le faire. Ce n'est pas comme ça que je me lie aux choses. S'il y a certains critères pour les personnages , je ne vais pas pouvoir les atteindre. Donc j'aime faire mon propre jeu. Vous pouvez inventez un nouvel ensemble d'émotions qui ne font même pas vraiment sens pour vous."

Dans The Rover il joue Rey, un vagabond ensanglanté dans une future Australie, ravagée, sans foi ni loi, par un quelconque accident. C'est peut être un soldat et, comme Pattinson le dit, il est "handicapé". L'acteur est excellent, apportant son meilleur travail à un film sombre, sérieux - Sad Max, si vous voulez - qui l'oppose à Guy Pearce, le coléreux Eric. Le plus joli chante en même temps qu'une chanson qui dit : "Ne me détestez pas parce que je suis beau." Les dents de Rey sont horribles : pointues et tordues. Ils rappellent à Pattinson les "enfants à l'école qui ne se brossaient pas les dents." - Les "types bizarres", sourit-il. "C'est toujours ceux qui ont trop joué aux jeux vidéos."

C'est ce qui est amusant à propos de Pattinson - ou, du moins, sa version ayant la gueule de bois. Il n'y a pas de filtre. La plupart des grands pontes se retiendraient d'insulter les gens qui jouent aux jeux vidéos, vu que la plupart d'entre eux regardent aussi leur film. Mais pas lui. Je suppose qu'aussi mentalement et physiquement tordu que soit Rey, il est son moment "Miley Cirus", ruinant publiquement quelque chose d'innocent. "C'est comme ce que fait Miley Cirus," répète t-il, en grognant et souriant, mais je ne pense pas qu'il se voit déjà vu comme quelqu'un de pure. Il ne s'en soucie certainement pas. Il n'a même pas d'attaché de presse. Je pourrais lui demander avec qui il sort, mais toute réponse à cette question venant d'un jeune et beau globe-trotteur en Mai, pour un article en Août, ça aurait l'air désespérant. Sur le chemin du retour de Cannes, j'ai lu des choses sur sa vie amoureuse. Il y a des rumeurs sur le mannequin Imogen Kerr et Katy Perry et la styliste de Katy Perry.

Je lui demande ce qui, selon lui, va faire qu'on se souvient de lui, comment Google remplira automatiquement son nom dans le future. Stewart - sa partenaire dans Twilight, dont il a dit récemment, "Des merdes arrivent" - sera toujours là. Il y aura aussi Twilight. Quoi d'autres ? "Gay ?" rigole t-il. Mais ça n'est pas vraiment à vous de décider, j'ajoute. Votre image est contrôlée par des fans maniaques, ceux qui retweet toutes les informations sur tous les rôles des centaines de fois par minute. "Ils sont très proactif," dit il en hochant la tête. "Ce sont de bons publicitaires. Mais je n'aime pas les qualifier de "fans". Je pense que c'est grossier quand les gens disent 'J'aime mes fans !' Vous ne les connaissez même pas." continue t-il, disant qu'il pense que c'est probablement suspect car il est "peu sur de lui", avant de dire théâtralement d'une voix tonitruante : "'Comment pouvez-vous m'aimer ? Vous ne pouvez pas !'" Je n'ai aucune idée de ce qu'il se rappellera de cette conversation.

J'ai eu 5 minutes avec Pearce - qui a rompu avec son côté chéri des adolescents, Mike dans Neighbours, avec une série de rôle dans des films difficiles - pour voir s'il avait des conseils sur la manière d'échapper à son passé. Il n'envie pas son collègue, bien plus connu qu'il ne l'était dans les années 80. "Je suis heureux de ne pas avoir eu à gérer ça," dit-il franchement. "c'est assez intense. Rob a un bon sens de l'humour, mais ça lui va bien, complètement. Il voit les trucs Twilights et dit, 'Eurgh, peu importe...'" Pearce ne peut pas aider. C'est difficile de dépasser un passé pas si lointain. Pattinson a été dans la même école primaire que Tom Hardy, mais près d'une décennie plus tard, je pense qu'il envie la construction lente de la carrière de son ancien collègue.

"Les gens demandent toujours, 'Est-ce que vous pouvez jouer ?'" me raconte Pattinson. Il est frustré. "Et bien, qu'est ce que vous pensez que je faisais dans Twilight ? Bon ou mauvais, je jouais. C'est les mêmes articles à chaque fois."

...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Dim 10 Aoû - 15:18

Fin

Je lui demande si on lui a déjà refusé un rôle à cause de ce qu'il a fait avant. "Un travail. C'était qu'un travail, quand quelqu'un a dit, 'Je ne peux pas vous choisir à cause de Twilight.'" Et quel était le film ? "Oh, juste un film qui a fait un flop de toute façon."

Il a une liste de 20 réalisateurs avec lesquels il veut travailler. Il n'a pas de "plan de carrière", mais il veut "des gens avec qui passer du bon temps, pour en parler à vos amis". Dans les films que l'on n'a pas encore vu, il en a fini un avec Werner Herzog et Anton Corbjin. Il a tourné deux Cronenberg en deux ans, la satire sur Hollywood 'Maps to the stars'. Il tient sa parole.

"Votre dernier emploi est votre dernier emploi et il est possible que vous n'ayez jamais d'autre job à nouveau," dit-il. "Donc, vous savez, 'J'ai travaillé avec Werner Herzog' - c'est mieux que de dire, 'Je fais N'importe quoi n°3', pour lequel vous obtenez beaucoup d'argent, tournez pendant 11 mois et en faite la promotion pendant 8 mois et tous le monde dit que c'est de la merde. Je pense que faire un film pour une autre personne que soit c'est dingue."

Il divague longuement, comme le font les gens passionnés, à moitié un monologue, à moitié une conversation. Des petits bouts révélateurs fusent. "J'entends les acteurs dire qu'ils ne lisent pas les critiques ou qu'ils s'en fichent et je pense qu'ils mentent. Tout le monde s'en soucie." Ou, quand je l'interroge sur une vidéo Youtube qui s'appelle Robert Pattinson déteste Twilight, il hausse les épaules : "J'ai dit tellement de choses débiles." Il accuse ensuite les critiques de donner "plus de liberté d'action aux films grands publics qui sont fait pour divertir" et il pense que Cosmopolis, "le dingue", qui a souvent été tourné au ridicule trouvera son public avec une diffusion tardive à la télé. Je l'espère. C'est un film intelligent. "Quand les gens font des choses difficiles, c'est déjà assez difficile pour quiconque de le voir," dit-il. "Ils sont tributaires des critiques pour les soutenir un peu." Ça l'ennuie que ça ne soit pas souvent le cas.

Si The Rover - tourné dans une ville de 50 habitants, "qui y vivent pour s'échapper""a arrêté de porter du maquillage et avait juste l'air sale." Dans le dernier, il porte un costume pour les cérémonies et conduit à travers Bervely Hills dans une limousine avec une actrice connue. C'est nébuleux, avec Julianne Moore dans le rôle d'une diva dépassée, John Cusack et Olivia Williams dans le rôle d'un couple puissant terrifiant avec des enfants affreux et Carrie Fisher dans le rôle de Carrie Fisher. "J'ai trouvé ça drôle," dit Pattinson. "Subversif, Combatif. Mais c'est Cronenberg." Il a vu des gosses comme Benjie dans le film (Evan Bird), qui ont tout eu très jeune et perdent tout, mais il ne sait pas pourquoi les gens finissent comme ça.

Vers la fin, Pearce fait irruption de derrière un grand rideau et essaye de faire peur à Pattinson durant son photoshoot. Le jeune homme se recroqueville. "Je déteste me faire photographier. Je déteste ça," proteste t-il. Il est poussé. Il refuse. "J'ai trop conscience de moi-même." Il ne veut plus être le centre d'attention. Jouer des rôles principaux, dit-il, n'est pas marrant. Les gros films, dit-il, ne sont pas amusant. "Vous n'avez pas de rôle intéressant et vous devez aussi énormément vous entrainer pour un film que vous n'aimez pas. C'est ennuyant." Il veut juste faire des films bizarres et sa propre musique bizarre. Pas qu'il est l'intention de faire un album plus tard. " Je ne gère pas très bien les critiques," soupire t-il. "Je suis déjà critiqué d'un côté. Je n'ai pas besoin qu'on critique autre chose."

Toute la journée me rappelle la chose la plus vive que j'ai vu Pattinson dire, une blague sur une émission américaine qui le résume bien. C'était avec Jimmy Fallon, il y a deux ans, quand l'animateur a dit que des "millions de fans de Twilight" avaient le cœur brisé par la fin de la saga. "De l'amertume, pas vrai ?" demande t-il. Il fait une pause, regardant le moins possible dans les yeux comme il a fait avec moi. "Euh," répond-il "Pour eux." Après notre interview, je l'ai entendu se débattre avec des questions sur les super héros et sur le fait qu'il puisse survivre à une apocalypse. Plus tard, il sort pour une autre cigarette sous la pluie. "je suis assez bon dans le fait de rester seul" m'a t-il dit plus tôt et, alors que je le regarde, trempé, je le crois. En fait, quelque part dans son esprit, je pense qu'il est déjà seul, tout le temps.

La couverture de l'article

imagebam.com

source : @gossipgyal

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Dim 10 Aoû - 17:52


_________________
Revenir en haut Aller en bas
jak
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 2627
Date d'inscription : 25/04/2012
Age : 74

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Dim 10 Aoû - 18:02

 
Revenir en haut Aller en bas
Rnath
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 1528
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 45
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Dim 10 Aoû - 18:26

 
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Lun 11 Aoû - 17:34

 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jel
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Sam 16 Aoû - 2:12

Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Sam 20 Sep - 23:54

Nouvelle/Ancienne interview avec Yahoo Singapore

R-Patz: Being thrown about by Guy Pearce hurt

EN Interview 1 - It’s late afternoon in Cannes, and heartthrob, Robert Pattinson, 28, appears to be having a good time at the world’s most glamorous film festival promoting the Rover, starring alongside Guy Pearce, 46. He will also star opposite Julianne Moore, 53, in Maps to the Stars, both slated for release this summer.

His hair is short, he has a little facial stubble and he’s wearing a turquoise jacket, black shirt and dark jeans and sneakers.

Pattinson is of course best known for his role as Edward, a vampire who falls in love with a human, Bella, played by on again off again girlfriend, Kristen Stewart, 24, in The Twilight Saga.

Since then, Pattinson has taken on more serious roles such as Remember Me (2010) and Water for Elephants (2011) in which he starred alongside Reese Witherspoon.

Famous for his good looks, Pattinson is often seen topping the ‘hottest’ lists in many publications such as People (2008 and 2009) and Glamour UK, yet he remains humble. He is also the face of Dior Homme, which he took on after Jude Law.

THE INTERVIEW:

Q: Are you a fan of the Mad Max films?

PATTINSON: I have actually never seen them. I have been asked so many times this morning and I have never seen it. (laughter) I guess I have got to see it now.

Q: This whole genre, is it familiar to you?

PATTINSON: Yeah, but I think this one is kind of different. I mean, it’s not like everyone has gone crazy, and they are cannibals. There feels something more real about it, and also I think the world where the movie is set, it’s not that the entire world is like that, they are just in the middle of nowhere. The country has just become very unstable and anything could collapse at any second. It’s sort of like the new society is trying to be born again.

Q: Is the collapse of society a familiar fear to you that you can relate to?

PATTINSON: Not really. I think the world is quite resilient, but I don’t know I think it would be a bit of fun. But I am a bit of a nihilist. (laughter)

Q: Was it fun on the set with Guy Pearce? Was he intimidating?

PATTINSON: No, and he’s also really strong as well. So when you are being thrown around, it actually hurts quite a lot. (laughter) And he was really in it the whole time because he’s really not like that.

Q: So he’s a good actor like you. Is this something that’s really important to you when you work?

PATTINSON: Yeah, one hundred percent. I mean, I think, I always hear some actors saying they didn’t read reviews or care about it, and I just think they are making it up. (laughs) Everybody cares about it; whether people think it’s good.

Q: What was the most difficult thing for you to create this character, to make him special in a way?

PATTINSON: I mean a lot of it was just there in the script at the beginning and I just really connected to it. I mean the most difficult thing was getting the job. But I think once I was doing it, it was quite fun. It was an exciting part to play and David Cronenberg kind of let me sort of run with any idea as well.

Q: And the accent thing, was that your idea?

PATTINSON: He was supposed to be from the South, but literally only said he was from somewhere in the South, so I don’t know, that was the kind of voice I heard in my head when I was reading the script.

Q: And you said it was more difficult to get the job.

PATTINSON: I mean, I just hate auditioning and I am really, really bad at it. I get so nervous and mess it up for myself and so I have basically tried to avoid doing auditions at all costs. I read the script and I was like, I really, really, really have got to get this part. It’s weird though, preparing for a part that you are already cast and just actually doing it for real and just kind of hoping that your anxiety doesn’t get the better of you in the room.

Q: And you got a phone call? What happened?

PATTINSON: I got a second audition afterwards and then they told me at the end of it, and it was a kind of amazing feeling.

Q: And so was it the first time you went to Australia shooting?

PATTINSON: I have been to Sydney just a couple of times to work, but yeah, in that area definitely.

Q: Are you done with the blockbuster thing or are you possibly returning to that at some point in your career?

PATTINSON: Yeah, it’s waiting for the right director. Nothing has come up and I mean, that’s not saying I don’t want to do it, but blockbusters, big movies just take a really long time to shoot as well. So I think you have to really, really, really want to do it. There’s a lot of pressure and you just don’t get that many interesting parts in big movies, especially for young guys. It’s just the same thing every time.

Q: Lots of comic book adaptations. Is there some character that you would say, yeah, I would do it?

PATTINSON: Yeah maybe, I was never really that into comic books when I was a kid and stuff so I don’t really have that connection. You also have to work out like tons, (laughter) in potentially a movie you might not like. It’s just a big hassle. (laughs)

Q: Maps to the Stars was excellent. So when you first read the script, what did you make of it?

PATTINSON: I thought it was hilarious and I liked some of the lines (laughter) I am excited about seeing it with an audience. But that’s Cronenberg; he’s quite into being subversive and quite combative and stuff. It’s kind of amazing that he’s still doing that, he’s 72.

Q: Have you seen people who actually almost act like that?

PATTINSON: A lot of the young kids in it, I have seen a lot of them. I think they are the most honest. And Havana, there are lots of actresses who kind of go a little bit crazy. But the kids, that’s like quite a mainstream thing, this kind of hatred. There’s a lot of negative energy, I don’t know why, it’s just really odd.

Q: You played music on Twilight – will you release a record one day?

PATTINSON: I want to make one, I just don’t really know about releasing one. (laughs) I don’t know, I can’t really deal with criticism very well and I have already got criticism coming from one angle (laughs) and I don’t feel the need to get it from somewhere else.

Q: What would it sound like? What music would you make?

PATTINSON: I don’t know yet. I mean I always used to record kind of singer-songwriters stuff and I don’t really want to do that. I was trying to figure out something else, but yeah, I don’t know yet. Trying to figure out my new sound.

Q: Back in The Rover, you were singing, Don’t hate me because I am beautiful, and do you think it’s biographical in this?

PATTINSON: No. I thought it was really funny that Ray would know the lyrics of that song. (laughter)

Q: For Cronenberg you don’t have to do auditions anymore. Are you and he a good team? What is it like?

PATTINSON: Yeah, I didn’t audition for Cosmopolis either. I don’t know how that happened. But I mean, yeah, I would do anything with him. I said yes before I read the script, and I would do anything.

Q: Can you tell us anything about the new project with Olivier Assayas? I read somewhere that you were in it.

PATTINSON: It’s a gangster movie. It’s a true story about a bunch of thieves who rob a porn shop in Chicago without realising that it’s a front for the mafia. I mean it’s quite a simple story but it’s so densely written and it follows the real story incredibly well and that’s thing that Assayas can do really well. It’s late 70s, he gets the environment. It’s incredibly realistic and a real ensemble thing, like twelve amazing parts in it. It’s really cool, it’s really, really cool. (laughter)

Q: Are you hoping with that to be back here in Cannes? You come here every year, is it a goal for you?

PATTINSON: (laughs) Yeah hopefully. It kind of seems like a bit of a Cannes movie, but it’s cool though. It’s really brutal, but it feels like a totally un-cliché gangster movie, which is totally difficult to do.

Q: Do you also like the pressure that you feel in Cannes?

PATTINSON: Yeah definitely. Definitely at a screening, it’s definitely a different energy and not like a normal premiere where it’s just like friends of the studio or whatever. It’s kind of like there’s a very real chance people are going to be vocal about if they like it or not. It’s exciting. But I think people are more interested, and people talk about the movies afterwards and they are not just going to the screening so they can go to the party afterwards, they actually want to see it. (laughs)

Q: Can you watch yourself objectively on the screen?

PATTINSON: Yeah, I am quite good at doing that. I used to not be, and I only really watch anything I do once or twice, but it’s not like I hate everything, and I learn stuff afterwards. Like, I watch playback when I am doing a movie. I think it’s quite good, the technical things.

Q: For The Rover, your character learns shooting and defending himself, so what are your feelings about weapons? Is it something you were familiar with?

PATTINSON: Not really, I am not that big of a fan. (laughs) I don’t know, I grew up in England and I just think it’s weird, people having guns, it’s kind of silly. (laughs)

Q: But it’s an American thing too. They think they need guns?

PATTINSON: I mean, I think people should just get rid of them all together. (laughs)

Q: What are the personality traits that you have that would work in that world?

PATTINSON: I am quite good at being by myself, I would probably just go hide in the woods and stay there forever. (laughs)

Q: What about violence? Do you ever read the script and wonder that there might be too much violence or it might be too gory?

PATTINSON: Yeah, I have never really liked films that have kind of revelled in violence. I just think it’s kind of gross. I don’t know; I am just like, look how he cut his head off and things like the Saw movies and stuff like that. I thought the first one was pretty good, but sometimes I feel that you watch and it’s like, why are people liking this? I don’t want to see somebody being tortured. But it’s f**king weird. I don’t know, I guess you want to be scared or whatever. Maybe I am just a bit of a p*ssy. (laughs)

Q: Did you like the Australian landscape?

PATTINSON: Yeah, I loved it. It’s so strange and there’s nothing for miles and miles and it’s peaceful.

Q: Do you like loneliness and open spaces?

PATTINSON: Yeah, I like open spaces. And also incredible stars as well.

Q: Do you get to be alone as much as you want these days?

PATTINSON: Yeah. Well, yeah, but not like that, where it’s you are really alone. (laughter) Like, there’s no one.

Q: Thank you.

Source Via

_________________
Revenir en haut Aller en bas
nicolisandra
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 9405
Date d'inscription : 16/03/2009
Age : 44
Localisation : ici et ailleurs

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Dim 21 Sep - 13:14


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Dim 21 Sep - 13:41

Traduction de la première partie :

R-Patz : Être jeté par Guy Pearce fait mal

EN Interview 1 - C'est la fin d'après-midi à Cannes, et l’idole, Robert Pattinson, 28 ans, semble passer un bon moment au festival du film le plus glamour au monde pour promouvoir The Rover, au côté de Guy Pearce, 46 ans. Il jouera également au côté de Julianne Moore, 53 ans, dans Maps In The Stars, les deux films devant sortir cet été.

Ses cheveux sont courts, il a une petite barbe et il porte une veste turquoise, une chemise noire, un jean foncé et des baskets.

Pattinson est bien sûr plus connu pour son rôle d'Edward, un vampire qui tombe amoureux d'une humaine, Bella incarnée par Kristen Stewart, 24 ans, sa petite amie à la ville et à l'écran dans la saga Twilight.

Depuis, Pattinson a choisi des rôle plus sérieux comme Remember Me (2010) et De l'eau pour les éléphants (2011) dans lequel il joue aux côtés de Reese Witherspoon.

Célèbre pour sa beauté, Pattinson est souvent en tête des listes des "plus beaux" dans de nombreuses publications telles que People ( 2008 et 2009) et Glamour UK, mais il reste humble. Il est également le visage de Dior Homme, dont il a pris le relai de Jude Law.

L'INTERVIEW :

Q : Êtes vous un fan des films Mad Max ?

PATTINSON : En fait je ne les ai jamais vu. On m'a beaucoup posé la question ce matin et je ne les ai jamais vu (Rires). Je suppose que je dois les voir maintenant.

Q : Connaissez-vous bien ce genre de film ?

PATTINSON : Ouais, mais je pense que celui-ci est un genre différent. Je veux dire, ce n'est pas comme si tout le monde était devenu fou et qu'ils sont cannibales. Il y a quelque chose de plus réel à ce sujet et puis je pense que le monde où se déroule le film, ce n'est pas le monde entier qui est comme ça, ils sont juste au milieu de nulle part. Le pays est devenu très instable et tout peut s'effondrer à tout moment. C'est un peu comme la nouvelle société qui essaye de se régénérer.

Q : Est-ce que l'effondrement de la société est une peur que vous ressentez ?

PATTINSON : Pas vraiment. Je pense que le monde est assez résistant, mais je ne sais pas, je pense que ce serait un peu amusant. Mais un suis un peu nihiliste. (Rires).

Q : Est ce que le tournage était amusant avec guy Pearce ? Etait-il intimidant ?

PATTINSON : Non et il est aussi très fort. Donc quand ils vous jette, ça fait vraiment mal (Rires). Et il était vraiment dedans tout le temps car il n'est pas du tout comme ça.

Q : Donc il est un bon acteur comme vous. Est-ce que c'est quelque chose d'important pour vous quand vous travaillez ?

PATTINSON : Ouais, à 100%. Je veux dire, je pense, j'entends toujours certains acteurs dire qu'ils ne lisent pas les critiques ou qu'ils ne s'en soucient pas et je pense simplement qu'ils mentent (Rires). Tout le monde s'en soucie; si les gens pensent que c'est bon.

Q : Quelle a été la chose la plus difficile à faire pour créer ce personnage, pour le rendre spécial d'une certaine manière ?

PATTINSON : Beaucoup de choses étaient dans le scénario au début et ça m'a parlé. La chose la plus dure a été d'avoir le travail. Mais je pense qu'une fois que je l'ai fais, c'était assez marrant. C'était un rôle intéressant a jouer et David Cronenberg m'a laissé faire mes idées.

Q : Et l'accent, était-ce votre idée ?

PATTINSON : Il était supposé venir du Sud, mais c'était seulement dit qu'il venait quelque part dans le Sud, donc je ne sais pas, c'était le genre de voix que j'entendais dans ma tête quand je lisais le scénario.

Q : Et vous avez dit que c'était plus difficile d'avoir le travail.

PATTINSON : Je veux dire, c'est juste que je déteste auditionner et je suis vraiment vraiment mauvais pour ça. Je deviens si nerveux et je gâche tout, donc j'ai essayé à tout prix d'éviter de faire des auditions. J'ai lu le scénario et je me suis dis que je voulais vraiment, vraiment, vraiment avoir ce rôle. Bien que c'est bizarre de se préparer pour un rôle où vous êtes déjà choisi et vous le fait pour de vrai, en espérant que votre anxiété ne prenne pas le meilleur de vous dans la pièce.

Q : Et vous avez eu un appel ? Que c'est t-il passé ?

PATTINSON : J'ai eu une seconde audition après et ensuite ils me l'ont dit à la fin et c'était un sentiment incroyable.

Et c'était la première fois que vous êtes allés tourner en Australie ?

PATTINSON : J'étais déjà allé à Sydney à plusieurs reprises pour le travail, mais ouais, dans ce coin c'était la première fois.

Q : En avez-vous fini des blockbuster ou envisagez-vous d'en refaire à un certain moment dans votre carrière ?

PATTINSON : Ouais, j'attends le bon réalisateur. Rien ne s'est passé, ça ne veux pas dire que je ne veux pas en faire, mais les blockbusters, les gros films prennent vraiment longtemps à tourner. Donc je pense que vous devez vraiment, vraiment, vraiment avoir envie de le faire. Il y a beaucoup de pression et vous n'avez pas autant de rôle intéressants dans les gros films, surtout pour les jeunes hommes. C'est toujours la même chose à chaque fois.

Q : Il y a beaucoup d'adaptations de comics. Est-ce qu'il y a un personnage pour lequel vous diriez, ouais, je veux le faire ?

PATTINSON : Ouais, peut-être, je ne me suis jamais vraiment intéressé aux comics quand j'étais enfant, donc ça ne me parle pas vraiment. Vous devez aussi faire beaucoup de sport (Rires), pour un film que vous n'allez peut-ête pas aimer. C'est juste embêtant. (Rires).

Q : Maps To the stars était excellent. Donc quand vous avez lu le scénario pour la première fois, qu'en avez-vous pensé ?

PATTINSON : Je me suis dis que c'était hilarant et j'ai aimé certains dialogues (rires). Je suis excité de le voir avec un public. Mais c'est Cronenberg; il est du genre subversif et combattant. C'est fantastique qu'il continue à faire ça, il a 72 ans.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Dim 21 Sep - 16:11

Suite et fin

Q: Avez vous vu des gens qui se comportent en fait presque comme ça ?


PATTINSON: Des tas de jeunes gamins, j'en ai vus des tonnes. Je pense qu'ils sont les plus honnêtes. Et Havana, il y a beaucoup d'actrices qui deviennent un peu folles. Mais les gamins, je pense que c'est le phénomène le plus important, ce genre de haine. Il y a beaucoup d'énergie négative. Je ne sais pas pourquoi , c'est simplement vraiment bizarre.

Q: Vous avez joué des morceaux pour Twilight – allez vous sortir un album un jour?

PATTINSON: Je veux en faire un. Je ne sais pas vraiment si je vais en sortir un (rires). Je ne sais pas. Je ne gère pas très bien les critiques et j'ai déjà des critiques qui viennent d'un côté (rires) et je ne ressens pas le besoin d'en recevoir de l'autre.

Q: Ce serait quoi comme musique? Quelle musique feriez vous?

PATTINSON: Je ne sais pas encore. Autrefois j'enregistrais des trucs que j'écrivais et composais et je ne veux pas vraiment faire ça. J'essayais de découvrir quelque chose d'autre mais oui, je ne sais pas encore. Tenter de découvrir mon nouveau son.

Q: Revenons à The Rover, où vous chantiez "Ne me détestez pas car je suis beau", et vous pensez que ce titre est autobiographique?

PATTINSON: Non. Je trouvais ça vraiment marrant que Rey connaisse les paroles de cette chanson. (rire)

Q: Pour Cronenberg vous ne devez plus passer d'auditions Vous et lui vous formez une bonne équipe? Ca se passe comment?

PATTINSON: Oui je n'avais pas auditionné pour Cosmopolis non plus. Je ne sais pas comment ça se fait. Mais oui je ferais n'importe quoi pour lui. J'ai accepté avant même de lire le script, et je ferais n'importe quoi.

Q: Que pouvez vous nous dire sur le nouveau projet d' Olivier Assayas? J'ai lu quelque part que vous faisiez partie de ce projet.

PATTINSON: C'est un film de gangster. C'est une histoire vraie sur une bande de voleurs qui cambriolent un magasin de prêteur sur gages à Chicago sans se rendre compte que derrière tout ça il y a la mafia. C'est une histoire assez simple mais c'est écrit de manière si dense et on suit une histoire incroyablement vraie et c'est le genre de chose qu' Assayas peut vraiment bien faire. On est à la fin des années 70, il connaît l'environnement. C'est incroyablement réaliste et un vrai film d'équipe car il y a 12 rôles incroyables dedans. C'est vraiment, vraiment mais vraiment cool. (rire)

Q: Espérez vous revenir à Cannes avec ce film? Vous venez ici chaque année, est ce votre but?

PATTINSON: (rire) Oui je l'espère. Ca ressemble un peu à un film de Cannes mais c'est cool. C'est vraiment brutal, mais on ne dirait pas un film cliché de gangster, ce qui est carrément difficile à faire

Q: Est ce que vous aimez aussi la pression qu'on ressent à Cannes?

PATTINSON: Oh oui complétement. Totalement lors d'une projection, c'est une énergie réellement différente et ça ne ressemble pas à une autre avant première où il n'y a que des amis du studio ou autre. On a toujours l'impression qu'il est probable que les gens disent ouvertement s'ils ont aimé ou pas. C'est excitant. Mais je pense que les gens sont plus intéressés et ils parlent des films après et ils ne se contentent pas d'aller à la projection pour aller à l'after party ensuite, ils veulent vraiment voir le film (rires)

Q: Pouvez vous vous voir objectivement à l'écran?

PATTINSON: Oui je suis assez bon dans cet exercice. Autrefois ce n'était pas le cas et je ne regarde vraiment qu'une fois et ou deux mais ce n'est pas que je déteste tout et j'apprends des choses après. Par exemple, je regarde les rush quand je tourne un film. Je pense que c'est assez bien de voir les aspects techniques.

Q: Pour The Rover, votre personnage apprend à tirer et à se défendre, que pensez vous donc des armes? Est ce une chose qui vous est familière?

PATTINSON: Pas vraiment . Je ne suis pas un grand fan des armes. (rires) Je ne sais pas. J'ai grandi en Angleterre et je trouve ça étrange que les gens possèdent des armes. C'est assez stupide (rire)

Q: Mais c'est aussi un truc américain. Ils pensent qu'ils ont besoin d'armes?

PATTINSON: Je pense que les gens devraient s'en débarrasser (rires)

Q: Quels sont les traits de votre personnalité qui fonctionneraient dans ce monde?

PATTINSON: Je sais rester seul. J'irais sans doute me cacher dans les bois et j'y resterais éternellement (rires)

Q: Et la violence? Avez vous déjà lu un script et vous êtes vous déjà demandé s'il pourrait y avoir trop de violence ou que ce soit trop gore?

PATTINSON: Oui, je n'ai jamais vraiment aimé les films qui se complaisent dans la violence.je trouve ça assez vulgaire. Je ne sais pas. Je me dis juste 'regarde comment il le décapite ' ou des trucs comme dans la saga Saw ou des films de ce genre. J'ai trouvé que le premier était assez bien mais parfois j'ai l'impression que quand vous regardez ces films, vous vous dites 'Mais pourquoi les gens aiment ça'. Je ne veux pas voir quelqu'un être torturé. Mais putain comme c'est bizarre. Je ne sais pas. Je suppose que vous voulez vous faire peur ou un truc dans le genre. Peut être que je suis un peu trop trouillard (rires)

Q: Avez vous aimé le paysage Australien?

PATTINSON: Oui j'ai adoré. C'est tellement étrange et il n'y a rien de familier à des kilomètres à la ronde et c'est paisible.

Q: Aimez vous la solitude et les grands espaces ?

PATTINSON: Oui j'aime les grands espaces. Mais aussi les incroyables étoiles

Q: Pouvez vous rester aussi seul que vous le désirez ces temps ci?

PATTINSON: Oui. Oui mais pas comme ça. Pas comme quand vous êtes vraiment seul (rire) Quand il n'y a vraiment personne d'autre.

Q: Merci.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Dim 21 Sep - 16:28



Nous aussi on aimerai découvrir son "nouveau son" lol (découvrir son "son" actuel aussi d'ailleurs loool)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 62
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Dim 21 Sep - 17:22

Very Happy Very Happy Very Happy
je suis comme lui ... J'ai vu le premier "Saw" et ça m'a suffit ... brrr ... Quelle horreur !!!
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Dim 21 Sep - 19:46

Je crois qu'on peut rêver pour son son ancien ou actuel ou à venir lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Dim 21 Sep - 20:14


_________________
Revenir en haut Aller en bas
jak
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 2627
Date d'inscription : 25/04/2012
Age : 74

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Lun 22 Sep - 0:59

Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Lun 22 Sep - 6:18

 Les filles

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 62
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Lun 22 Sep - 10:55

Very Happy Very Happy Very Happy... Heu Heu Heu .....
MERCI SABINE trééééééés en retard pour l'Interview avec The Sunday Times
du mois d'août que je n'avais pas lu et j'ai beaucoup aimé !!!


Revenir en haut Aller en bas
Jel
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   Mer 24 Sep - 1:22

et
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Presse] La revue de presse de Cannes 2014   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Presse] La revue de presse de Cannes 2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2014-
Sauter vers: