The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 9:34

Rob est à la une de The Hollywood Reporter de cette semaine

On peut donc espérer une nouvelle interview  cheers 

imagebam.com

#RobertPattinson nous parle de son après 'Twilight' -- oui vraiment -- sa quête des réalisateurs et la réduction de sa vie

crédit couverture @austinhargrave via RPLife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 9:43

J'adore la photo Smile J'aime les couleurs

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 69
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 9:45

 trés belle photo   

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 14:20

oui elle est superbe cette photo  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 16:57

 j'espère qu'elle sortira en HQ cette photo   

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
nicolisandra
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 9405
Date d'inscription : 16/03/2009
Age : 44
Localisation : ici et ailleurs

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 17:04


_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 19:17

At the apex of his fame, the star of June's "The Rover" sold his $6 million house ("too big") and began sidling up to top directors, two of whose movies he starred in at Cannes: "I don’t need anything. I don't want anything at all."

On April 21, 2012, Robert Pattinson slipped into a rented Toyota Camry and set out on the 10-minute drive from his home in L.A.'s Los Feliz to Koreatown. The actor was anxious; he was about to audition for a role he desperately wanted, and auditions are hardly his forte. "I hate auditioning," he says. "I just can't do it. I get so nervous, like cripplingly nervous. I'm bad at them, and I feel awful afterward." Nor were his nerves soothed by his recent forays into indie film. Such pictures as Bel Ami and Little Ashes had come and gone with more of a fizzle than a bang, and Cosmopolis would sputter out soon -- all mere squibs compared to the supernova Twilight, which earned $3.3 billion at the box office and brought Pattinson $20 million for its final installment alone.

He wanted this part -- needed it, even -- to prove he no longer was just a dark, brooding, iridescent, slightly humorless, 100-year-old vampire named Edward Cullen. So he arrived at his destination young, handsome, famous and worried as hell. "It was terrifying," he says. "It's kind of rare that I really, really want stuff."

He shouldn't have stressed (though maybe that helped). "He came through with flying colors," says David Michod, the Australian director of 2010's Animal Kingdom, who put the actor through his paces in a marathon three-hour meeting that included lengthy conversations, scene readings and improvisation, all to see if he could play a slow-witted gang member who sets out on a road trip with Guy Pearce across a dystopian Australia in search of the latter's stolen car. "He came the closest of any actor to walking into the room with a beautiful, fully realized version of the character that was not dissimilar to mine. It was exhilarating because I could suddenly see the movie."

Now Pattinson is hoping audiences will be exhilarated, too, when The Rover opens June 20, a month after its debut at the Cannes Film Festival. "Fusing a hybrid of quasi-apocalyptic influences into a work with a pungent character of its own, The Rover suggests something like a Cormac McCarthy vision of Australia halfway between today and The Road Warrior times," wrote THR's chief film critic Todd McCarthy.

Rover is one of two pictures that Pattinson is counting on to propel him to the next phase of his career, along with David Cronenberg's Hollywood satire Maps to the Stars, which opens in the fall. Both are art house films, both labors of love, both as different from Twilight as any picture can be, and both equally important to defining Pattinson as a grown-up.

The actor galvanized a generation of teenagers (and their mothers) with a vampire franchise, became impossibly famous and now, at age 28, is asking, what's my second act?

That's a question facing several of Pattinson's contemporaries, from Harry Potter's Daniel Radcliffe and Emma Watson to Transformers' Shia LaBeouf, all of whom have struggled to break free of career-defining franchises at the very time so many other actors are chasing them.

Radcliffe has had modest success in film and has turned to Broadway with acclaimed productions like The Cripple of Inishmaan; Watson remains a fashion cynosure who had little to do in Noah but next works for Guillermo del Toro in Beauty and the Beast; and LaBeouf, following some public adventures in plagiarism, revealed himself in Lars von Trier's Nymphomaniac.

Pattinson has chosen his own clear path: to work with the best directors he can find, from Cronenberg to Werner Herzog (who cast him as T.E. Lawrence in Queen of the Desert, out this year) to James Gray (for whom he'll star opposite Benedict Cumberbatch in The Lost City of Z).

He isn't averse to calling the filmmakers he admires out of the blue, as he did Spring Breakers' Harmony Korine. "We went to have dinner. He was really nice. But it took me a long time to realize I could do that," says Pattinson of making cold calls to directors. Korine now is writing a script for him, shrouded in mystery. "He won't even tell me what it's about," grins Pattinson.

Sitting over lunch May 14 at West Hollywood's Soho House, where he has arrived in his battered, black, 1989 BMW convertible, he seems remarkably unperturbed by the challenges ahead. Dressed in black pants and a white T-shirt, he's light, bright and eager to please and not remotely like the haunted character who made him famous. "I did some interview a while ago, and it sounds like I'm a manic-depressive about to kill myself," he says. "And I'm like, 'No I'm not!' "

Nothing much troubles him -- not the sweltering heat where we sit, nor the distant acquaintances who keep interrupting to say hello, nor my endless questions about Twilight, the five-picture saga whose muscular release at times overwhelmed him.

"Everything changed when they did the marketing, and the general public started to view [the films] in a different way when they started to push the 'team' aspect of it," he says of an otherwise positive experience. "It was like, 'I'm on Team Edward or Team Jacob.' That saturated everything, and suddenly there was a backlash. Whereas with the first [film], there wasn't a backlash at all."

The backlash turned personal when Pattinson's relationship with co-star and girlfriend Kristen Stewart soured after she was caught with her Snow White and the Huntsman director Rupert Sanders, making Pattinson "a cuckolded vampire," as one blog put it. He won't talk about any of that. But are they still in contact? "Oh, yeah," he says blithely.

He largely is indifferent to money (somewhat easier when you have oodles of it) and has little of material worth beyond his collection of around 17 guitars. "I buy nice guitars, and that's about my only expense," he says, singling out "an acoustic Gibson J100 from 1943 or something."

He recently sold the 1922 Los Feliz mansion that he bought for $6.27 million about three years ago because he felt engulfed by its sheer size. "It was too big a house," he says. "It was incredible, like Versailles. It was absolutely, completely crazy. It had this incredible garden, but you just stay in one room, anyway. I could basically live in a cell as long as I had a window."

Since then, he has shacked up in a rented place within a gated community in Coldwater Canyon. His decor is decidedly bare-bones: He moved in with just three inflatable mattresses and "this one kind of shitty chair that was left from the previous tenants [in Los Feliz]," he says, laughing. "I would move my mattresses into different rooms according to the occasion. It was very odd for a while."

Since the move, he has been unable to locate many of his possessions, including some much-needed clothes. "I don't understand how I don't have any clothes," he groans. "I've basically stolen every item of clothing that anyone's ever given me for a premiere, but in my closet there's literally about three things."

He can't even find his beloved DVD collection. A movie buff, he favors films from One Flew Over the Cuckoo's Nest to Breathless to the recent Smashed. Still, with typical self-deprecation, he swats away any hint he's a connoisseur. "I was so into [film history] when I was a teenager; I thought it would impress people," he says. "But then you get older, and no one gives a shit."

Cronenberg takes that with a grain of salt. "He is incredibly knowledgeable about cinema, almost academically," he says. "I remember coming across him on the set of Cosmopolis as he was talking to Juliette Binoche about obscure French films, and that surprised me. But as I got to know him better, I found he has a very European sensibility. He has a highly functioning intellect, which might be surprising given the characters he is playing."

In the pre-Twilight era, Pattinson barely scraped together a living.

He was down and out in London, sharing an apartment with actor Tom Sturridge and still licking his wounds after being fired from a production of Roland Schimmelpfennig's The Woman Before at the Royal Court Theatre. ("I don't know why I was fired. They probably said something, but I was so furious I wasn't even listening," he says.)

He'd stumbled into acting as a teenager, drawn by the cute girls who hovered around, taking part in productions with the local Barnes Theatre Company, near his parents' home outside London. His father often was busy with his vintage-car business, leaving Pattinson with his mother and two older sisters. While manning a paper route, he got occasional work as a model (his mom was a booker for a modeling agency), then as a teenage actor he had a well-regarded small role in 2005's Harry Potter and the Goblet of Fire. He wasn't entirely sure he wanted to act and thought for a while of going into politics in some capacity. But at age 21 he came to Los Angeles -- sleeping in the home of his WME agent, Stephanie Ritz -- to audition for the rom-com Post Grad.

"I was so into the script of it and thought I knew exactly what I was doing," he says. "And then I went in and just completely blew it. And honestly, I remember talking to my family afterward and going, 'I'm done. I can't handle how gut-wrenching it is.' And I kind of knew that I was messing it up. It was my own fault."

While in L.A., almost as an after-thought he auditioned for Twilight, based on the young-adult novel by Stephenie Meyer about a teenage girl who moves to a small town in Washington and falls in love with a vampire, a scion of the immortal Cullen clan. He'd done an audition tape when he was at home in London, "with Tom [Sturridge] playing Bella." After that, director Catherine Hardwicke called him at 2:30 in the morning, when they had "this ridicu­lous conversation, and I hadn't read the books or the script or anything and I just bullshitted on the phone."

Now he went to Hardwicke's home in Venice, Calif., where he met Stewart, already cast in the lead role, for the first time. "They were doing screen tests with four people," he recalls. "In one of the scenes, I [was meant] to take my shirt off, and I think I was the one guy who didn't."

Lionsgate wasn't immediately sold on him, and some of the producers wondered whether he was too old for the role of an eternal high-schooler (he was 21 at the time), but his agent kept pushing. "Stephanie was like, 'You've got to go and meet the producers and just shave 20 times before you go,' " he says.

The big shave worked, and Pattinson got the part: "It was basically the last-chance saloon when I got Twilight."

The franchise's five films changed his life, to his surprise. He'd thought this would be "like [Hardwicke's previous film] Thirteen but with vampires. I genuinely had no idea it was going to be a [blockbuster]." He says the role of Edward was unexpectedly challenging: "It was quite a constricting character, in a way. You want to make [him] as dramatic as possible, but you have someone who never loses his temper, and so it's like, 'How the f-- do you do this?' I think that was one of the hardest jobs I've ever done."

Pattinson spent the next four years in the Twilight zone and barely has stopped working since. He hasn't had a vacation in years, partly because fame makes it hard for him to travel. "I don't think I've been anywhere other than for work," he says. "I have a fear of missing out."

The $12 million Rover, which A24 is releasing, took him to Australia, where he faced a grueling shoot spread across five locations, including the town of Marree (population 90). It was shot "absolutely in the middle of nowhere," he says. "There's a road that goes from the east to the west of Australia, through the Outback, and we were at the point where it turns into a dirt track. It was the end of the tarmac, in this town of 90 people."

He shot there for 41 days, living in what looked like "a shipping container with windows," in the midst of a heat wave with temperatures soaring past 100 degrees and "a trillion flies. As soon as the light came up, you'd have flies trying to crawl into your eyes the entire day."

Despite the harshness, "There was something so [great], just being able to look for absolutely miles to the horizon," Pattinson says. "There's something really calming about it."

A friend gave him an audiotape on meditation while he was working on Maps in Toronto, and he has stuck with it. "I'm easy with most things," he adds, noting the one exception is the paparazzi, who still hound him. He remembers being pursued for hours as he tried to avoid leading them to his home. "It was like eight cars following me. And this went on for 10 hours, this thing. I literally didn't know what to do. [But] you figure out ways to deal with it. It's been such a long time now, it just becomes what your life is. I can't even really remember what my life was like before."

Now he says his life is defined more by being alone or hanging out with a few friends than by the trappings of celebrity.

He's "a relatively solitary person," though for a loner he's strikingly affable and equally loyal. He retains many of the friends he grew up with, the same manager (3 Arts Entertainment's Nick Frenkel) and agent (Ritz). "She still has a bag I left there [at her house]," he jokes, "probably filled with my dirty washing."

Two days before our meeting, he celebrated his May 13 birthday with about 20 friends at the Chateau Marmont, over a dinner "that just went on way too long." He says he's still recuperating. "I've been in L.A. for five years, so I know a bunch of people here now. It was nice."

He keeps up with some of his Twilight pals, too, and occasionally plays poker with Kellan Lutz, who's considerably better than he is, to his chagrin. "It's ridiculous!" he says. "It's like they basically just ask, 'Do you want to spend $500 to hang with us?' 'Oh, great!' "

Such escapades aside, he admits to being somewhat ascetic and says his greatest pleasure recently was floating on an inflatable chair in a pool with a bottle of rosé. "I literally felt, 'This is absolute heaven. This is all I require out of life,' " he says.

He's almost frighteningly normal -- an anti-star, an actor who has stumbled into celebrity despite himself, who doesn't want it or need it any more than the superfluous mansion he abandoned in Los Feliz. "He could grab that brass ring and keep doing big-budget studio movies," says Cronenberg. "But it's not his desire to be a big Hollywood star."

Just what his desire is remains unclear. Improving himself is part of it: "I don't know if I've really particularly found my feet as an actor yet -- I have to prove certain things," he says. But beyond that, he's that rarest of creatures, a young man who seems largely content. "I have extremely simple desires. I don't need anything. I don't want anything at all."

source hollywoodreporter.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 19:34

Trad en cours ....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 20:10

Partie 1

Au summum de son succès, la star de "The Rover qui sortira en juin, " a vendu sa maison de $6 million ("trop grande") et a commencé à s'associer avec de grands réalisateurs, deux des films dans lesquels il joue sont à Cannes: "Je n'ai besoin de rien. Je ne veux rien du tout."

Le 21 avril 2012, Robert Pattinson s'est glissé dans une voiture de location, une Toyota Camry et s'est lancé dans un trajet de 10-minute depuis sa maison à L.A.dans le quartier de Los Feliz jusque Koreatown. L'acteur était anxieux; il devait auditionner pour un rôle qu'il voulait désespérèment et les auditions ne sont pas son point fort. "Je déteste auditionner," dit il. "Je n'y arrive pas. Je suis tellement nerveux, ça me paralyse. Je suis mauvais et je me sens affreusement mal après". Ses nerfs n'ont pas été apaisés lors de ses récentes incursions dans le monde des films indépendants.. Des films comme Bel Ami et Little Ashes sont passés un peu inaperçu , alors que Cosmopolis a fait parler de lui – mais rien de bien comparable à la folie Twilight, qui a rapporté $3.3 milliard au box office et qui a permis à Pattinson de toucher $20 million rien que pour le dernier épisode.

Il voulait ce rôle – en avait même besoin – pour prouver qu'il n'était plus le vampire sombre, mélancolique, irisé , sans humour , Edward Cullen , âgé de 100 ans. Il est donc arrivé à destination jeune, beau, célèbre et port de trouille. "C'était terrifiant," dit il "C'est assez rare que je veuille vraiment faire un truc."

Il n'aurait pas dû stresser (même si ça l'a peut être aidé). "Il s'en est sorti haut la main," dit David Michod, le réalisateur australien du film de 2010 Animal Kingdom, qui a mis son acteur au pas dans une rencontre marathon de trois heures qui incluait des longues conversations, la lecture de scènes et des improvisations, tout ça pour voir s'il pouvait incarner le membre beunet d'un gang qui se lance dans un road trip avec Guy Pearce pour traverser l'Australie en quête de la voiture volée de ce dernier . "Ce fut l'acteur à entrer dans la pièce avec une belle version complète du personnage qui n'était pas semblable à la mienne. C'était palpitant car tout à coup je pouvais voir le film"

A présent Pattinson espère que le public sera lui aussi conquis, quand The Rover sortira le 20 juin, un mois après son avant première à Cannes "Fusionner des influences quasi apocalyptiques dans un projet avec un personnage caustique, The Rover suggère une vision à la Cormac McCarthy de l'Australie à mi chemin entre aujourd'hui et l'époque des Road Warrior," a écrit le responsable des critiques cinémas de THR, Todd McCarthy.

Rover est l'un des deux films sur lesquels Pattinson compte pour propulser la prochaine phase de sa carrière , avec la satire sur Hollywood de David Cronenberg', Maps to the Stars, qui sortira à l'automne. Tous les deux sont des films indépendants, tous les deux le fruti de l'amour , tous les deux différents de Twilight autant que possible et tous deux importants pour définir la maturité de Pattinson

L'acteur a galvanisé une génération d'adolescentes ( et leurs mères) avec la saga de vampire , il est devenu incroyablement célèbre et , à 28 ans, se demande qu'elle est la suite?

C'est une question qui concerne aussi les contemporains de Pattinson, des stars de Harry Potter Daniel Radcliffe et Emma Watson à celle de Transformer Shia LaBeouf, tous ont lutté pour se défaire de sagas qui avaient défini leur carrière au même moment où tant d'acteurs les recherchent ardemment .

Radcliffe a eu des succès modestes au cinéma et s'est tourné vers Broadway avec des productions acclamées par la critique comme The Cripple of Inishmaan; Watson est resté une figure de la mode qui n'avait pas grand chose à faire dans Noah mais qui va travailler prochainement avec Guillermo del Toro dans La Belle et la Bête et LaBeouf, suivant quelques aventures publiques dans le plagiat, s'est révélé dans le film de Lars von Trier Nymphomaniac.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 20:39

Partie 2

Pattinson a choisi son propre chemin : travailler avec les meilleurs réalisateurs qu'il peut trouver, de Cronenberg à Werner Herzog (qui l'a choisi pour incarner T.E. Lawrence dans Queen of the Desert, qui sortira cette année) en passant par James Gray (pour qui il jouera aux côtés de Benedict Cumberbatch dans The Lost City of Z).

Il n'est pas rebuté à l'idée de téléphoner comme ça aux réalisateurs qu'il admire, comme il l'a fait pour celui de Spring Breaker, Harmony Korine. "Nous sommes sortis diner. Il a été vraiment sympa. Mais ça m'a pris un long moment avant de me rendre compte que je pouvais faire ça," dit Pattinson au sujet des coups de films impromptu aux réalisateur. Korine est actuellement en train d'écrire une script pour lui, entouré d'un voile de mystère. "Même à moi il ne me dira pas ce dont il s'agit," dit en sourian tPattinson.

Lors d'un déjeuner le 14 mai dans le West Hollywood' à la Soho House, où il est arrivé dans sa décapotable BMW de 1989, abîmée et noire, il semble remarquablement ne pas être perturbé par les défis qui l'attendent.  Vêtu d'un pantalon noir et d'un T shirt blanc, il est léger, lumineux et il veut plaire et il n'est pas du tout comme le personnage qui le hante et qui l'a rendu célèbre. "J'ai fait des interviews il y a un petit moment, et on dirait un peu que je suis un maniaco dépressif sur le point de se suicider," dit il "Et je me suis dit :  'Non je ne le suis pas!' "

Peu de choses le perturbent – pas la chaleur étouffante qui nous entourent , ni les connaissances qui ne cessent de nous interrompre pour lui dire bonjour , ni les question incessantes sur Twilight, la saga de 5 ans donc les sorties musclées à l'époque l'avaient dépassé.

"Tout a changé quand ils ont fait du marketing, et que le public a commencé à voir les films d'un autre oeil quand ils ont commencé à mettre en avant les différentes 'team' ," dit il d'une expérience globalement positive. "Je disais, 'Je suis Team Edward ou Team Jacob.' Ca a tout saturé et tout à coup il y a eu le retour du bâton.  Alors que pour le premier film , il n'y en avait pas eu du tout."

Le retour du bâton fut personnel quand la relation de Pattinson avec sa co-star et petite amie Kristen Stewart a tourné vinaigre quand elle a été surprise avec le réalisateur de Blanche Neige et le Chasseur, Rupert Sanders, faisant de Pattinson "le vampire cocu," comme l'a dit un blog. Il ne parlera pas de ça. Mais sont ils toujours en contact? "Oh, oui," dit il avec insouciance

Il est grandement indifférent à l'argent (chose aisée quand vous en avez plein) et n'est pas matérialiste si ce n'est sa collection d'environ 17 guitares. "J'achète des guitares sympas,et c'est bien là ma seule dépense," dit il en distinguant "une Gibson J100  acoustique de 1943 ou quelque chose comme ça."

Il a récemment vendu sa maison datant de 1922 à  Los Feliz qu'il avait acheté pour $6.27 million il y a 3 ans car il se sentait engouffré par sa taille  "C'était une maison trop grande," dit il. "C'était incroyable , comme Versailles. C'était absolument fou. Elle avait cet incroyable jardin mais vous ne restez que dans une pièce de toute façon. Je pourrais vivre juste dans une cellule tant qu'elle a une fenêtre."

Depuis lors , il s'est installé dans un maison de location dans une communauté protégée de Coldwater Canyon. Son décor c'est des murs blancs: il a emménagé avec simplement 3 matelas gonflable et "cette espèce de chaise miteuse que les anciens propriétaires avaient laissé [à Los Feliz]," dit il en riant. "Je bouge les matelas dans les différentes pièces selon l'occasion. Ce fut un peu bizarre pendant un certain temps."

Depuis le déménagement, il a été incapable de localiser pas mal de ses possessions, parmi lesquelles ses vêtements dont il avait besoin. "Je ne comprends pas que je n'ai pas de vêtements," râle t-il. "J'ai volé tous les vêtements possibles que tout le monde m'a offert pour les avant première, mais dans mon placard, il y a juste 3 trucs."

Il n'arrive même pas à trouver sa collection de DVD adorée . Cinéphile, il favorise les films tels que Vol au dessus d'un nid de coucou en passant par Breathless ou le tout récent Smashed. Pourtant avec l'auto-dérision qui le caractérise, il nie toute évidence qu'il est connaisseur. "J'étais passionné par l'histoire du cinéma quand j'étais adolescent ; je pensais impressionner les gens," dit il. "Puis vous vieillissez et plus personne n'en a rien à foutre."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 20:59

Citation :
Depuis le déménagement, il a été incapable de localiser pas mal de ses possessions, parmi lesquelles ses vêtements dont il avait besoin. "Je ne comprends pas que je n'ai pas de vêtements," râle t-il. "J'ai volé tous les vêtements possibles que tout le monde m'a offert pour les avant première, mais dans mon placard, il y a juste 3 trucs."

J'ai bien une petite idée d'où ils peuvent être  lol! 

Merci aurél pour la traduction de ces deux premières parties Smile Vraiment sympa cette interview Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 48
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 21:25

 un grand  

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
jyca
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 1098
Date d'inscription : 16/09/2011
Age : 38
Localisation : Valenciennes

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 21:29

 pour cette lonnnnnnnnnnnnnnnnnnngue interview    
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 21:45

Partie 3

Cronenberg prends ça avec des pincettes. "Il a une connaissance incroyable du cinéma,presque académique," dit il. "Je me souviens d'être tombé sur lui sur le plateau de Cosmopolis lorsque qu'il parlait avec Juliette Binoche des films français obscures, et ça m'a surpris. Mais quand j'ai appris à mieux le connaître, j'ai trouvé qu'il a une sensibilité Européenne. Il a un intellect hautement fonctionnel, ce qui pourrait être surprenant étant donné le personnage qu'il incarne."

A l'époque avant Twilight , Pattinson parvenait à peine à joindre les deux bouts

Il vivait ici et là à Londres, partageant un appartement avec l'acteur Tom Sturridge et il pansait encore ses blessures après avoir été renvoyé de la production de Roland Schimmelpfennig The Woman Before au théâtre Royal Court . ("Je en sais pas pourquoi j'ai été viré. Ils ont sans doute dit quelque chose mais j'étais tellement furieux que je n'ai même pas écouté," dit il.)

Il est tombé dans la comédie adolescent , attiré par les belles filles qui trainaient là bas , prenant part à des productions dans la compagnie de théâtre locale de Barnes près de la maison de ses parents en banlieue de Londres. Son père était souvent occupé avec son entreprise de voiture ; laissant Pattinson avec sa mère et ses deux soeur aînées. Tandis qu'il devenait un homme, il a travaillé à l'occasion comme mannequin (sa mère travaillait dans une agence de mannequin), puis adolescent et acteur, il a eu un petit rôle en 2005 dans Harry Potter et la coupe de feu. Il n'était pas complétement sûr de vouloir jouer la comédie et pensait pendant longtemps aller vers la politique. Mais à l'âge de 21 ans il est venu à Los Angeles – dormant dans la maison de son agent pour la WME , Stephanie Ritz – pour auditionner pour la comédie romantique de l'année.

"J'étais tellement pris par le script et je pensais que je savais exactement ce que je faisais," dit il. "Et ensuite je suis arrivé et j'ai complétement merdé. Et à vrai dire , je me souviens en avoir parlé avec ma famille après et dire 'J'en ai marre. Je ne peux pas supporter le niveau merdique de ça .' Et je savais en quelque sorte que je merdais. C'était ma faute à moi.."

Toujours à L.A., comme une arrière pensée après avoir auditionné pour Twilight, adapté des romans Jeunesse de Stephenie Meyer sur une fille qui déménage dans une petite ville de l'état de Washington et qui tombe amoureuse d'un vampire, un membre du clan immortel Cullen. Il avait fait une cassette pour une audition quand il était rentré à Londres, "avec Tom [Sturridge] jouant Bella." Après ça, la réalisatrice Catherine Hardwicke lui a téléphoné à 2h30 du matin, quand on ils eu cette "conversation ridicule, et je n'avais pas lu les livres ni même le script et je disais des conneries au téléphone."

C'est alors qu'il est allé chez Hardwicke à Venice, en Californie, où il a rencontré Stewart, déjà choisie pour le rôle principale, pour la 1ère fois. "Ils faisaient des tests caméra avec 4 personnes ," se souvient . "Dans une des scènes, je devais ôter ma chemise et je me suis dit que je n'étais le genre de mec qui ne le ferait pas"

Lionsgate n'a pas été immédiatement convaincu, et certains des producteurs se demandaient s'il n'était pas trop âgé pour le rôle d'un éternel lycéen (il avait 21 ans à l'époque), mais son agent ne cessait de le pousser. "Stephanie me disait, 'Tu dois y aller et rencontrer les producteurs et te raser 20 fois avant d'y aller,' " ajoute t-il.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 69
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 21:57

   

Citation de Rob
Depuis le déménagement, il a été incapable de localiser pas mal de ses possessions, parmi lesquelles ses vêtements dont il avait besoin. "Je ne comprends pas que je n'ai pas de vêtements," râle t-il. "J'ai volé tous les vêtements possibles que tout le monde m'a offert pour les avant première, mais dans mon placard, il y a juste 3 trucs."

Sabine a écrit:
J'ai bien une petite idée d'où ils peuvent être

Moi aussi  lol!

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 21:59

Citation :
Il avait fait une cassette pour une audition quand il était rentré à Londres, "avec Tom [Sturridge] jouant Bella."

Purée faut qu'on voit ça      

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 22:04

 les filles !!!! Marrant cet itw et très instructif !!!

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 22:34

Le rasage en profondeur a fonctionné, et Pattinson a eu le rôle: "J'étais simplement leur toute dernière cartouche quand j'ai eu Twilight."

La saga en 5 films a changé sa vie, à sa grande surprise. Il pensait que ce serait "comme [le précédent film de Hardwicke] Thirteen mais avec des vampires. Je n'avais vraiment aucune idée que ça allait devenir ce gros film." Il dit que le rôle d' Edward a été , de manière inattendue, un défi: "C'était un personnage assez contraignant , d'une certaine manière. Vous voulez le rendre le plus dramatique possible mais vous avez quelqu'un qui ne perd jamais son sang froid et donc on se dit 'Pu*** comment faire ça?' Je pense que c'était un des rôles les plus difficiles que j'ai pu faire."

Pattinson a passé les 4 années suivantes dans le zone Twilight et il a à peine arrêté de travailler depuis. Il n'a pas pris des vacances depuis des années, en partie, car la célébrité rend difficile les voyages pour lui . "Je ne pense pas que je sois aller quelque part pour autre chose que le boulot," dit il. "J'ai peur de perdre un truc"

Le film , avec un budget de $12 million, The Rover, que A24distribue, l'a emmené en Australie, où il a fait face à un tournage ardu réparti sur 5 lieux , parmi lesquels la ville de Marree (population 90 habitants). Ca a été tourné "au milieu de nulle part," dit il. "Il y a une route qui va de l'est de l'Australie à l'ouest, à travers l'arrière pays, et o est arrivé au point où ça devient un chemin de boue. C'était la fin du tarmac, dans cette ville de 90 personnes."

Il a tourné 41 jours , vivant dans ce qui semblait être "un hangar à bateaux avec des vitres," au beau milieu de vagues de chaleur avec des températures dépassant les 50 °C et des milliards de mouches. Dès que le jour se levait, vous aviez des mouches tentant de rentrer dans vos narines et ce toute la journée."

Malgré les difficultés, "Il y avait quelque chose de tellement génial, juste pouvoir regarder à des kilomètres à la ronde," dit Pattinson. "Il y a quelque chose d'apaisant"

Un ami lui a donné une cassette sur la méditation alors qu'il travaillait sur Maps à Toronto,et il est resté collé dessus. "Je suis facile avec la plupart des choses," ajoute t-il, notant la seule exception, les paparazzi, qui le pourchasse encore. Il se souvient avoir été poursuivi pendant des heures alors qu'il tentait d'éviter de les mener à sa maison "Il y avait environ 8 voitures qui me poursuivaient. Et ça a duré 10 heurs ce truc. Je ne savais absolument pas quoi faire. [Mais vous trouvez des moyens de gérer ça. Ca fait si longtemps à présent, ça fait juste partie de votre vie. Je ne peux même plus me souvenir de ma vie d'avant."

Il dit qu'à présent , sa vie est définie par sa solitude ou ses sorties avec ses amies plutôt que les pièges de la célébrité.

C'est une personne relativement solitaire," même si pour un solitaire, il est étrangement affable et aussi loyal. Il a gardé beaucoup de ses mais avec qui il a grandi , le même manager (de 3 Arts Entertainment Nick Frenkel) et son agent (Ritz). "Elle a encore un sac que j'ai laissé là bas [dans sa maison]," plaisante t-il, "sans doute rempli de mon linge sale."

Deux jours avant notre rencontre, il a célèbre son anniversaire le 1" mais avec une vingtaine d'amis au Chateau Marmont, lors d'un diner "ça s'est juste éternisé." Il dit qu'il est encore en train de récupérer. "Je suis à L.A. Depuis 5 ans, donc je connais un tas de personne. C'était sympa."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 22:44

et finnnnnnnnnnn

Il a également gardé le contact avec ses potes de Twilight et joue à l'occasion au poker avec Kellan Lutz, qui sans conteste meilleur que lui, à son plus grand regret. "C'est ridicule!" dit il. "C'est comme s'ils demandaient simplement, 'Tu eux dépenser $500 pour traîner avec nous?' 'Oh, génial!' "

A part ses quelques escapades, il admet être assez esthète et dit que son plus grand plaisir récemment fut de flotter sur une chaise gonflable dans une piscine avec une bouteille de rosé. "Je me suis dit, 'C'est le paradis absolu. C'est tout ce dont j'ai besoin dans la vie,' " dit il.

Il est presque effrayant de normalité -- une anti-star, un acteur qui est tombé dans la célébrité malgré lui, qui ne veut pas de ça ou n'en a pas besoin , pas plus qu'une maison superflue qu'il a abandonné à Los Feliz. "Il pourrait prendre cette voie royale et continuer de faire des films de studio à grand budget," dit Cronenberg. "Mais ce n'est pas son désir de devenir une grande star à Hollywood "

Ce qu'il désire reste incertain. S'améliorer en fait partie: "Je ne sais pas si j'ai déjà trouvé ma voie en tant qu'acteur – je dois prouver certaines choses," dit il. Mais à part ça, il est l'une des rares créatures, un jeune homme qui semble largement heureux. "J'ai des désirs extrêmement simple. Je n'ai besoin de rien. Je ne veux rien du tout."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Mer 28 Mai - 23:56

Un graaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaannnnnnnnnnnnnnnnnnnnnd   pour cette super interview   

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jak
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 2627
Date d'inscription : 25/04/2012
Age : 74

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Jeu 29 Mai - 0:39

 pour cette longue traduction, l'itw est intérssante, on reconnait bien Rob et son heureux caractère, je l'imagine bien dans son fauteuil gonflable avec la bouteille de rosé à la main   
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Jeu 29 Mai - 10:10

Les Scans du magazine

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

source : @gossipgyal

_________________
Revenir en haut Aller en bas
nicolisandra
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 9405
Date d'inscription : 16/03/2009
Age : 44
Localisation : ici et ailleurs

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Jeu 29 Mai - 10:21

Un méga   qui retrace quasiment toute sa vie...
Interessante surtout grâce aux réponses loufoques de Rob lol! 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Jeu 29 Mai - 10:56

C'est vrai qu'elle est surtout marrante pour ses répartis loufoques : sur ses vêtements, sur ma maison ( et il a pas tord d'avoir liquidé une si grande baraque) , l'audition avec Tom (si c'est pas encore une de ses conneries) est un MUST à voir lol!

J'ai aimé aussi ce que disent les deux David à son propos : il ne cherche pas à devenir une grande star et c'est pour ça qu'il fait des choix si intéressants

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   Jeu 29 Mai - 14:19

Ajout des scans complets de l'interview (et de qualité encore meilleure histoire d'apprécier un peu plus les photos lol)

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

source : verana via Rplife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Hollywood Reporter (USA) - Mai 2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2014-
Sauter vers: