The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Web] Article du Guardian - 28.06.09

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: [Web] Article du Guardian - 28.06.09   Lun 29 Juin - 14:50

Farewell to the rugged look as new male beauties sweep all before them

A fresh image of the perfect man is emerging. His androgynous charm endears him to women, writes Amelia Hill

Something strange is happening to our leading men - they are fading, blurring and losing their edge. Visit the cinema or turn on the television and you'll see an endless string of interchangeable heroes whose unique selling point is that they don't have one.

It seems that the days are largely gone when young actors were hired for their individual charms and charisma - think Marlon Brando, Al Pacino, Jack Nicholson. A trend that started a few years ago has become so widespread that we are now presented with heroes whose cloned looks are so bland they are defined by each film they make, instead of the other way round.
Article Continues

Far from insisting on acting ability or screen presence, directors and producers are demanding that their leading men are so indistinguishable that they end up blending together in audiences' minds: Rob Pattinson and Taylor Lautner battle for Kristen Stewart's heart in Twilight, but the sweep of their floppy hair and the gaze of their long-lashed, doe-like eyes are so similar that it is no surprise that the fictional Bella has trouble making her choice. Blair faces the same problem in Gossip Girl when she is asked to choose between the baby-faced Ed Westwick and the cherub-cheeked Chace Crawford.

Pattinson not only resembles Lautner: both also share the antiseptically handsome facial traits of Westwick and Crawford. All four boy-men have an uncanny similarity to the soft cheekbones and gentle jawlines of Ian Somerhalder from Lost, who himself looks like Ashton Kutcher, Chris Pine from Star Trek, James Marsden from Hairspray and Mr Scarlett Johansson, Ryan Reynolds.

The list doesn't end there: in Britain there is Jonathan Rhys Meyers of The Tudors, Sam Preston of The Ordinary Boys and Mathew Horne of Gavin & Stacey. Then there is Chris Evans of the Fantastic Four, who shares the same full, soft lips and perfectly symmetrical face as Robert Buckley from Lipstick Jungle, and Jason Segel, the wide-eyed Marshall in How I Met Your Mother

The New York Observer is so convinced of the phenomenon it has christened the "new male beauty" that it has identified a formula describing the precise science of the identikit look.

"Those wide-set eyes, the narrow nose that flares up at the tip just so, the childish puffy cheeks and the not-too-rugged jaw lines, topped with carefully placed strands of layered hair," wrote Irina Aleksander. "Compared to the new male beauty, even Justin Timberlake and Adrian Grenier seem distinctive and grizzled. It's a face that used to only be found in teen magazines, to be tacked on to the petal-pink bedroom walls of adolescent girls. Now it dominates the box office."

Heroines used to be the interchangeable ones. With characters largely defined by their hair colour - sizzling blonde or serious brunette - a woman's screen presence was intended as an undistracting background against which leading men could define themselves and shine.

But now, say casting agents, directors and psychologists, today's up-and-coming male stars are so similar that industry bosses are able to replace one with another with barely a pause for thought.

It is unthinkable that a director could replace, say, George Clooney with Clive Owen or Leonardo DiCaprio without substantial rewrites to suit the defining characteristics of his new leading man.

But when Zac Efron recently made a last-minute decision to pull out of the remake of the 1980s hit, Footloose, Paramount barely flinched. Instead the studio replaced him with another wide-eyed, soft-faced beauty: Crawford. And got on with shooting the film.

Efron was apparently shocked by the speed of his replacement, made so seamlessly that his precipitate departure didn't delay the film's release date for a single day. He is not alone in discovering the insecurity that comes with being just one pretty face among many. The ease with which such decisions can be made by directors who can choose from a stable of interchangeable leading men was also a shock to Tobey Maguire, who withdrew his threat to pull out of the Spider-Man franchise after director Sam Raimi said Maguire could be easily replaced with Jake Gyllenhaal.

The lure of the new male beauty is spreading beyond Hollywood. It is increasingly being lionised on the catwalk, where a few years ago it was the size-zero boys, with their undernourished, sexually ambivalent figures who called the fashion shots. Now, however, the physiques of the models have become rounded; their angular edges softened and their emaciated faces feminised.

The adoration of the baby-faced look reached its apogee in the fashion world this month when Yves St Laurent preceded his spring 2010 men's show with a short film in Paris featuring Jules, the 11-year-old son of the film's director and writer, Samuel Benchetrit. In the eight-minute short, Jules finds a key to a hotel room. Once inside, he rifles through an adult's wardrobe, puts on a man's blazer, reads a love letter and watches porn.

Dr Steven Pearlman, a former president of the American Academy of Facial Plastic and Reconstructive Surgery, said his patients have started citing Efron's features as their ideal, instead of the more manly look they have favoured in the past. Individuality, he said, has been overrun by the quest for perfect proportion.

"Fifteen years ago men absolutely wanted to maintain that rugged look, which meant that higher bridge and stronger features. Now they want a softer look," he said. "Even just a couple of years ago, we were talking about Orlando Bloom, Justin Timberlake and Leonardo DiCaprio. Now it's Zac. Our culture is leaning towards a more empathetic man who can understand a woman's feelings, and that comes out in new facial features."

Historically, male sex appeal used to be diametrically opposed to this fascination with the pre-pubescent look of the man-child: think the remote, heavy countenance of Marlon Brando, the pronounced features of Sean Penn and the expressive eyes of Nicholson and Clooney. "High testosterone is about prominent chins, deep-set eyes, heavy brows, a full head of hair and strong features," said Aleksander. "That's the caveman who could inseminate you and procreate."

So why has it happened? In her 2003 book, The Boy, Germaine Greer lamented the increase in the number of "simpering 30-year-olds with shaved chests" who attempt to imitate " the short-lived beauty of [real] boys".

Why, instead of seeking out manly men, are girls preferring the big eyes and rounded features more usually associated with babies?

It could be that female audiences are reacting to an era in which traditional masculinity has left a sinking economy, the possibility of environmental catastrophe and violent conflicts in the Middle East and beyond, by yearning for a softer and nurturing hero.

Research by psychologists at St Andrews University found that women use a man's face to judge how he will behave in a relationship. "Women find delicate features more trustworthy and caring," said Professor David Perret. "Features such as enlarged cheekbones, jaws and chins are seen as masculine, but, if a woman is looking to settle down, she will look for a guy with a level of femininity."

Lynda Boothroyd, a psychologist at Durham University, agreed. When women are looking for the perfect man, Boothroyd found, they overwhelmingly choose pretty boys such as Leonardo DiCaprio and singer Enrique Iglesias over "rougher" men. "Women may want muscle in the short term, but long term they prefer men with more feminine features, associating this with fidelity, warmth and better parenting."

The attraction of the feminine man is that of the mirror image or soul mate. "Teenage girls who are alarmed by their own suddenly visible sexuality react instinctively against manly features," she said. "Girls are also exaggeratedly maternal and they respond - don't we all? - to sweetness and poignancy. The lost boy is an irresistible figure. Feminine features convey youth, and young men are instinctively less sexist - and racist - than older ones."

But Andrea Oliveri, the editorial projects director at Details magazine, who is responsible for choosing the publication's cover boys, disagreed. For her, it is Hollywood that is engendering these Stepford Wife-like New Male Beauties, not the other way around.

"High School Musical was successful not because Zac Efron was in it: Zac became famous as a result of the huge phenomenon that it is ," she said. "I mean, you didn't know who Rob Pattinson was a year ago, you never even heard his name! And now he's this phenomenon as a result of Twilight."

This, say the experts, is where the lasting impact of New Male Beauty will be felt. If studios can coax audiences to accept an army of light-eyed, interchangeable drones - in the place of specific stars with their sky-high salaries and outrageous demands - then they are the overall winners.

guardian.co.uk
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Article du Guardian - 28.06.09   Lun 29 Juin - 17:33

TRADUCTION

Adieu à l'apparence rugueuse puisque de nouvelles beautés masculines les balaie

Un nouvelle image de l'homme parfait apparait . Son charme androgyne ravit les femmes, écrit Amelia Hill

Quelque chose d'étrange arrive à nos hommes préférés – ils disparaissent , deviennent flous et perdent la face. Rendez vous au cinéma ou à allumez la TV et vous verrez des héros interchangeables dont l'unique aspect qui fait vendre c'est qu'il n'en ont pas .

Il semble que l'époque est révolue où de jeunes acteurs étaient engagés pour leur charme ou leur charisme – pensez à Marlon Brando, Al Pacino, Jack Nicholson. Une mode qui a débuté il y a quelques années s'est répandue et désormais on nous montre des héros dont le look similaire définisse leur film au lieu que ce soir le contraire

Lion d'insister sur leur capacité d'acteurs ou de présence à l'écran , les réalisateurs et les producteurs exigent que leurs rôles masculins ne soient pas différentiables et qu'ils se mélangent dans l'esprit du téléspectateur : Rob Pattinson et Taylor Lautner se battent pour le cœur de Kristen Stewart dans Twilight, mais le mouvement de leurs cheveux et leur regards sont si semblables qu'il n'est pas étonnant que Bella éprouve des difficultés à choisir. Blair fait face au même problème dans Gossip Girl quand on lui demande de choisir entre le poupin Ed Westwick et le chérubin Chace Crawford.

Pattinson ressemble non seulement à Lautner: tous deux possèdent la beauté faciale de Westwick et Crawford. Ces 4 personnalités ont un autre point commun : les douces joues et la mâchoire de Ian Somerhalder de Lost, qui lui même ressemble à Ashton Kutcher, Chris Pine de Star Trek, James Marsden de Hairspray et Mr Scarlett Johansson, Ryan Reynolds.

La liste ne s'arrête pas là : en Grande Bretagne il y a Jonathan Rhys Meyers de la série The Tudors, Sam Preston de The Ordinary Boys et Mathew Horne de Gavin & Stacey. Puis il y a Chris Evans dans les 4 fantastiques, qui a les mêmes lèvres douces et parfaitement symétriques de, Robert Buckley dans Lipstick Jungle, et Jason Segel,le Marshall de How I Met Your Mother

Le New York Observer est tellement convaincu du phénomène qu'il l'a baptisé la "nouvelle beauté masculine" qu'il a défini comme une formule décrivant la science précise d'une apparence identique en kit.

"Ces yeux écarquillés , ce nez étroit qui est un peu retroussé ,les joues joufflues et la mâchoire qui n'est pas rugueuse, ajouter à cela des cheveux soigneusement mis en bataille," a écrit Irina Aleksander. "Comparé aux nouvelles beautés masculines, même Justin Timberlake et Adrian Grenier semblent ordinaires. C'est un visage qu'on trouvait autrefois dans les magazines pour adolescents , à accrocher dans la chambre aux murs roses. Maintenant ça domine le box office."

Les Heroines autrefois étaient interchangeables . Avec des personnages
largement définis par la couleur de leur cheveux - blonde ou plus sérieuse en brunette – une femme à l'écran ne devait pas distraire les rôles principaux masculins et devaient briller.

Mais maintenant comme les disent les responsables de casting , les réalisateurs et les psychologues, les stars masculines de demain se ressemblent tellement que les dirigeants peuvent les interchanger sans y réfléchir 2 minutes .

Il est impensable qu'un réalisateur puisque remplacer George Clooney avec Clive Owen ou Leonardo DiCaprio sans une réécriture substantielle pour convenir aux caractéristiques du rôle principal.

Mais quand Zac Efron a récemment décidé à la dernière minute de ne pas jouer dans un remake du film des années 1980, Footloose, Paramount n'a rien dit .A la place le studio l'a remplacé par une autre beauté : Crawford. Et a poursuivi le tournage du film.

Efron a été apparemment choqué par la vitesse à laquelle on l'a remplacé , on a rendu son départ si insignifiant puisque la date de sortie du film n'a pas bougé. il n'est pas le seul à découvrir l'insécurité qui vient de paire avec un joli minois . La facilité avec laquelle les réalisateurs peuvent prendre cette décision montrent que ce changement des rôles principaux fut aussi un choc pour Tobey Maguire, qui a retiré sa menace de ne pas jouer dans Spider-Man après que le réalisateur Sam Raimi ait dit que Maguire pourrait être facilement remplacé par Jake Gyllenhaal.

Cette nouvelle tendance se propage à Hollywood. Ca se démocratise de plus en plus, là où avant on avait des héros , avec des figures sexys qui appelaient les shootings. Désormais le physique des modèles s'est arrondi , les angles sont plus doux er les visages plus féminisés .

L'adoration des visages enfantins a atteint son apogée dans le monde de la mode ce mois ci quand Yves St Laurent a précédé son défilé printemps 2010 pour hommes pour un cour métrage sur Paris mettant en scène Jules, le fils de 11 ans du réalisateur et écrivain, Samuel Benchetrit. Dans ce film de 8 minutes t, Jules trouve la clé d'une chambre d'hôtel . Une fois à l'intérieur, il foule dans une garde robe d'adultes , mat une veste d'homme ,lit une lettre d'amour et regarde un film porno

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Article du Guardian - 28.06.09   Mar 30 Juin - 12:19

SUITE

Dr Steven Pearlman, ancien président de l'académie Américaine de chirurgie faciale et réparatrice , sa dit que ses patients commençaient à citer les traits de Efron comme étant leur idéal, auparavant il voulait être plus viril dans le passé . L' individualité, dit il a laissé place à la quête de la perfection.

"15 ans plus tôt les hommes voulaient absolument garde r leur apparence rugueuse , c'est à dire des traits plus marqués. Maintenant ils veulent un look plus adouci ," dit il . "m^me il y a quelques années ,nous parlions de Orlando Bloom, Justin Timberlake et Leonardo DiCaprio. Maintenant c'est Zac. Notre culture se penche vers un homme plus apathique qui peut comprendre les sentiments des femmes, et ça se soit sur son visage ."

Historiquement , le sex appeal masculin autrefois était diamétralement opposé à la fascination pour ce look pré pubère de l'homme: pensez à l'apparence de Marlon Brando, les traits prononcés de Sean Pennet les yeux expressifs de Nicholson et Clooney. "La testostérone c'était des mentons proéminents, des yeux profonds , des sourcils épais , des cheveux épais et des traits marqués,"a dit Aleksander. "C'était l'homme des cavernes qui pouvait vous inséminer et procréer."

Donc qu'est ce qui s'est passé . Dans son livre de 2003 , The Boy, Germaine Greer se lamentait du nombre accru de "jeune homme de 30 ans insipide au torse rasé " qui tente d'imiter " la courte beauté des vrai hommes".

Alors pourquoi au lieu de chercher des hommes virils , les filles préfèrent elles les gros yeux, les traits arrondis que l'on associe souvent aux bébés ?

Il se pourrait que les femmes réagissent à une époque où la masculinité traditionnelle a laissé place à une économie en déclin, la possibilité d'un catastrophe environnementale et de violents conflits eu proche orient en cherchant des héros plus nourrissant et plus doux .

Une recherche par les psychologues de l'université St Andrews a conclu que les femmes utilisent le visage d'un homme pour juger de son comportement dans leur relation . "les femmes font plus confiances au trait doux et protecteur ," dit le Professeur David Perret. "des traits comme de larges joues, des mâchoires et des mentons sont considérés comme masculin, mais si une femme veut une relation stable , elle cherchera un homme avec une grande part de féminité."

Lynda Boothroyd psychologue à l'université de Durham est d'accord sur ce point Quand elles cherchent l'homme parfait , Boothroyd a trouvé , qu'elles choisissaient de beaux hommes comme Leonardo DiCaprio ou le chanteur Enrique Iglesias au lieu d'homme plus rustre "Les femmes à court terme veulent peut être des muscles ,mais à long terme elles préfèrent des hommes avec des traits plus féminins,qu'elle associe à la fidélité, la chaleur et une meilleur éducation des enfants.

L'attirance pour l'homme féminin est celle du reflet ou de l'âme sœur “ Les adolescentes qui sont alarmées par leur propre sexualité réagissent instinctivement aux traits masculins," dit elle . "Les filles sont aussi très maternelle et sont attentives à ça – ne le sommes nous pas toutes? - douceur et poigne. Le garçon perdu est irrésistible . Es traits féminins donnent l'impression de jeunesse , et les jeunes hommes sont moins sexistes – et racistes que ceux plus âgés."

Mais Andrea Oliveri, le rédacteur en chef de Details magazine,qui est en charge de choisir les couvertures masculines du magazine, n'est pas d'accord. Pour elle , c'est Hollywood qui a engendré cette épouse Stepford et ces nouvelles beautés masculines et pas le contraire

"High School Musical a été un succès non pas grâce à Zac Efron Zac est devenu célèbre grâce au phénomène qui a découlé du film ," dit elle. "je veux dire que vous ne connaissiez pas Rob Pattinson il y a un an , vous n'aviez jamais entendu son nom ! Et maintenant c'est un phénomène grâce à Twilight."

Ceci , disent les experts, est là où l'on ressent le dernier effet de la nouvelle beauté masculine . Si les studios peuvent convaincre les studios qu'une armée de clones interchangeable aux yeux clairs peut remplacer les stars avec leur salaire très élevés et leurs exigences outrancières, alors ceux seront eux les vainqueurs .

guardian.co.uk

_________________
Revenir en haut Aller en bas
nicolisandra
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 9405
Date d'inscription : 16/03/2009
Age : 44
Localisation : ici et ailleurs

MessageSujet: Re: [Web] Article du Guardian - 28.06.09   Mar 30 Juin - 12:32

Euh je suis pas sûre qu'ils aient tout compris Shocked
Ils mettent tous les crabes dans le même panier
Rob est pareil que Tay Tay(mais oui bien sûr on le dira à la marmotte )
Ce mélange de tous les jeunes acteurs du moment...un peu facile de dire qu'ils se ressemblent tous...Pas d'accord :non2:
Quand je pense que ce sont des personnes "intelligentes" qui font l'analyse...ça fait peur...

_________________


Dernière édition par nicolisandra le Mar 30 Juin - 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
admin
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 16344
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: [Web] Article du Guardian - 28.06.09   Mar 30 Juin - 12:33

ptiteaurel

non mais franchement que vient faire rob dans cet article. dire qu'il a le même visage que taylor c'est du grand n'importe quoi. si il y en a bien un qui a le regard profond, le sourcil broussailleux, la machoire carrée c'est pattinson. il a les traits fins mais ça c'est l'âge (il va pas être tout buriné à 23 ans) et je trouve justement que si on compare à efron qui a le même que lui, l'un fait homme l'autre gamin.

brando au même âge n'avait pas les traits marqués. faut arrêter les conneries

je vais finir par croire qu'ils ont le même fournisseur de drogue que le site plurielles.fr au guardian
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpattzrobertpattinson.com
Maudella
Rob'nubilé
Rob'nubilé
avatar

Nombre de messages : 249
Date d'inscription : 01/06/2009
Age : 35

MessageSujet: Re: [Web] Article du Guardian - 28.06.09   Mer 1 Juil - 8:53

Pourquoi mettre tout le monde dans le même sac? Et le talent, la spécificité de chaque acteur ils en font quoi? Les artistes ne sont pas interchangeables comme des pions et puis les filles préfèrent les garçons aux traits féminins? Ah bon?? lol! Mais où est l'intérêt de faire un article en faisant autant de généralités à deux balles! pffffff
Rob et Tay Tay LOL! Tobey Maguire et Jake Gyllenhaal LOL!!! Doivent pas voir très clair...
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: [Web] Article du Guardian - 28.06.09   Mer 1 Juil - 10:13

Citation :
Pauvre Ptiteaurel, t'as traduit un long article ,merci, mais purée que c'est nul

oui plus je traduisais plus je me disais mais kilsonkon!!!!! lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Web] Article du Guardian - 28.06.09   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Web] Article du Guardian - 28.06.09
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2009 :: Juin 2009-
Sauter vers: