The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La revue de presse de L.A - Juin 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Jeu 12 Juin - 20:54

Interview avec Indiewire

Robert Pattinson on Singing Keri Hilson in 'The Rover' and How He Chooses His Projects Post-'Twilight'

The five blockbuster "Twilight" films aren't fondly remembered as an actor's showcase, but since saying goodbye to the franchise that made them into overnight superstars, both Robert Pattinson and Kristen Stewart have proved their worth as performers by taking on challenging fare not tailored for the Twihards of the world.

This was especially obvious at this year's Cannes Film Festival, where the duo were both on hand in support of what many deemed the best performances of their respective careers. For Stewart, that was as an assistant to an actress in Olivier Assayas' "Clouds of Sils Maria." For Pattinson, it was as Rey, a socially awkward American struggling to stay alive in the Australian outback in David Michôd's grim follow-up to "Animal Kingdom."

With "The Rover" opening in select theaters on June 13, Indiewire spoke with Pattinson about this challenging post-apocalyptic role.

David said he put you through the "wringer" during your three hour audition for the part. What did he make you do?

I mean, he did it at his house in LA. I don't know, it was kind of, it was slightly nerve-wracking. I always get incredible anxiety attacks when I audition. I try to avoid them at all costs. But I loved the script so much. I had an idea of how to do it as soon as I read it.

[The audition] was just long. Normally you do two takes in an audition and that's that. I think that's why I've always messed them up over the years... I also had a really good actor reading with me as well, which helps. But yeah, I mean, it wasn't like it was grueling or anything. It was quite exhilarating. You could tell that David was great even in the audition. I would have almost been happy not getting it. It was a great experience just doing the audition.

You obviously sold him on your interpretation of the character. What specifically was it about Rey that clicked with you?

I really like the structure of the character. There's basically only two long dialogue scenes where he reveals anything about himself, when he's not under total duress. But I really like having these incredibly dense dialogue scenes that are filled with subtext. Even the rhythm and the cadence of his speech reveals a lot, and it's put in the context of a sort of stark story, where people don't really speak in any other scene. It just allowed you to do tons with the character. It was so loose. That really appealed to me.

Rey speaks in a really specific halting manner. Was that all in the script, or was that something you brought to the character?

Sort of [laughs]. I remember reading it the first few times… It didn't even say which state he was from. It just said the South in America. I kept saying to David, "I think there are some Australian accents in the Southern." Australian speech is very staccato and clipped. And Southern is kind of lilting and wistful traditionally. I think that's what created the halting thing. But that's just how it read in a lot of ways. There's a lot of repetition in the script -- just to make repetition engaging, you have to figure out something weird to do with it instead of just repeating yourself.

My favorite scene in the film is also its most unexpected, when you break out into song, singing along to Keri Hilson's feel-good "Pretty Girl Rock." Did you have any say in the choice of song?

I think it was originally the Pussycat Dolls song, "Don't You Wish Your Girlfriend Was Hot Like Me?" I remember reading that in the script and thinking, "That's incredible." Then they found the Keri Hilson thing and it was the absolute perfect choice of song for it. I sing basically the whole song. I thought it was kind of genius.

You sing the track with complete conviction, which I found oddly touching in a way.

I liked the idea of this guy who's just about to make probably the biggest decision of his life, as a normal film moment. He's deep in concentration but there's nothing going on. I kept thinking about that moment in "The Simpsons," where you see what's going on inside Homer's head — the organ grinding monkey [laughs]. I kept thinking it was kind of that moment.

The film is so bleak and unforgiving. It looks like it must have been hell to shoot. Was it?

Oh, no! It was literally one of the most fun shoots I've ever done. That always seems to happen when you're doing something that's incredibly depressing. It was one of the most fun characters to play as well. You're so free to do almost anything that you don't even know what you're doing to do when you turn up to work. It was quite exciting. Also I hadn't done a movie in a long time where the whole crew is there with you. It's such a different environment when you're working like that. It's like camping. I thought it was really fun.

You've worked with David Cronenberg twice now, and have upcoming projects with Werner Herzog and Oliver Assayas. Are you drawn more to the director rather than the character you'll be playing?

It's a bit of both. It also kind of depends on the size of the part. Most of the parts I'm playing in the last few things are supporting roles. In the Herzog movie I was just working for ten days or something. When you're doing a lead in something, you obviously have to think about if you can do it, for one thing, or if you can add something to it. But I think it was just that after working with Cronenberg, it's working with really ambitious, confident filmmakers. I've got a checklist of directors I want to work with and a lot of the time I'll do anything in their movies. But it's not just kind of willy-nilly, I'll do any movie. I do think about it a little bit. [Laughs]

source : indiewire.com via spunk ransom

Traduction à venir...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Jeu 12 Juin - 21:30

  

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Jeu 12 Juin - 21:51


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Jeu 12 Juin - 22:15

Trad de l'interview avec Indiewire

robert Pattinson revient sur le fait de chanter Keri Hilson dans The Rover et sur la manière dont il choisit ses projets post-Twilight.

Les 5 blockbusters "Twilight" ne sont pas ce à quoi on se souvient tendrement comme la vitrine d'un acteur, mais puisqu'ils ont dit au revoir à la franchise qui a fait d'eux des super stars, Robert Pattinson et Kristen Stewart ont fait leur preuve en tant qu’interprètes en faisant le défi de prendre des rôles qui ne sont pas adaptés aux Twihards à travers le monde.

Cela a été particulièrement évident lors du festival du film de Cannes cette année, où le duo a présenté ce que beaucoup considèrent comme les meilleures performances de leurs carrières respectives. Pour Stewart, c'était en tant qu'assistante d'une actrice dans le film d'Olivier Assayas 'Clouds of Sils Maria'. Pour Pattinson, c'était en tant que Rey, un américain socialement maladroit luttant pour rester en vie dans l'Outback australien dans le sinistre film qui suit "Animal KingDom" de David Michôd.

Avec The Rover sortant dans certaines salles de cinéma le 13 juin, Indiewire a parlé avec Pattinson de ce rôle post-apocalyptique difficile.

David a raconté qu'il vous a passé à "l'essoreuse" durant vos trois heures d'audition pour le rôle. Qu'est ce qu'il vous a fait faire ?

Et bien, il l'a fait dans sa maison à L.A. Je ne sais pas, c'était en quelque sorte, c'était un peu angoissant. J'ai toujours eu d'incroyables crises d'angoisse quand j'auditionne. J'essaye de les éviter à tout prix. Mais j'ai tellement aimé le scénario. J'avais une idée sur la manière de le faire aussitôt que je l'ai lu.

L'audition était longue. Normalement vous faites deux prises dans une audition et c'est tout. Je pense que c'est à cause de ça que je les rate toujours depuis des années... J'ai également eu un très bon acteur pour lire avec moi, ce qui a aidé. Mais ouais, je veux dire, ce n'était pas exténuant ou quelque chose comme ça. C'était exaltant. Vous pouviez dire que David était génial même à l'audition. J'aurais presque été heureux de ne pas l'avoir. C'était une super expérience de juste faire l'audition.

Vous avez manifestement su lui vendre votre interprétation du personnage. Qu'est ce qui vous a spécifiquement parlé dans Rey ?

J'aime vraiment la structure du personnage. Il y a juste deux longues scènes de dialogue où il dévoile quelque chose sur lui, où il n'est pas sous la contrainte. Mais j'aime vraiment avoir ces scènes de dialogue incroyablement denses qui sont remplit de sujet sous-jacent. Même le rythme et la cadence de son discours est révélateur et ça place dans le contexte d'une sorte d'histoire sombre, où les gens ne parle pas vraiment dans les autres scènes. Ça vous permet simplement d'en faire des tonnes avec votre personnage. C'était tellement libre. Ça m'a vraiment plu.

Rey parle d'une manière très spécifique, haletante. Était-ce dans le scénario ou était-ce quelque chose que vous avez apporté au personnage ?

En quelque sorte [Rires]. Je me rappelle l'avoir lu les premières fois...Ça ne disait même pas de quel état il venait. Ça disait juste le sud de l’Amérique. Je n'arrêtais pas de dire à David, "Je pense qu'il y a des accents australiens dans le sud." La façon de parler des australiens est très saccadée et coupée. Et celle du sud est en quelque sorte chantante et traditionnellement mélancolique. Je pense que c'est ce qui a créé l'halètement. Mais c'est juste la manière dont c'est lu de bien des manières. Il y a beaucoup de répétition dans le scénario - juste pour rendre la répétition engageante, vous devez trouvez quelque chose de bizarre à faire avec ça, plutôt que de simplement vous répétez.

Ma scène préférée dans le film est presque la plus inattendue, quand vous vous évadez dans une chanson, en chantant avec Keri Hilson "Pretty Girl Rock". Aviez-vous votre mot à dire dans le choix de la chanson ?

Je pense qu'à l'origine c'était la chanson des pussycat dolls "Don't you wish your girlfriend was hot like me ?" Je me souviens lire ça dans le scénario et d'avoir penser "c'est incroyable". Puis ils ont trouvé la chanson de Keri Hilson et c'était absolument la chanson parfaite pour ça. En fait, je chante la chanson en entier. Je me suis dis que c'était du génie.

Vous chantez la chanson avec conviction, ce que j'ai trouvé bizarrement touchant d'une certaine manière.

J'ai aimé l'idée de ce mec qui est sur le point de prendre probablement la plus grande décision de sa vie, a un moment de vie normal. Il est en pleine concentration mais il n'y a rien à faire. Je n’arrêtais pas de penser à ce moment dans "Les Simpsons", où vous voyez ce qui se passe à l'intérieur de la tête d'Homer - le singe broyeur d'organe [rires]. Je n'arrêtais pas de penser que c'était un peu ce genre de moment.

Le film est si sombre et sans merci. On dirait que ça a été l'enfer à tourner. Était-ce le cas ?

Oh non, c'était un des tournages les plus fun que j'ai pu faire. Cela semble toujours se produire quand vous faites quelque chose d'incroyablement déprimant. C'était un des personnages les plus marrant à jouer aussi. Vous êtes libre de faire presque tout, que vous ne savez même pas ce que vous êtes en train de faire quand vous venez au travail. C'était passionnant. Et puis, je n'avais pas fait de film depuis un long moment, où toute l'équipe est là avec vous. C'est un environnement tellement différent quand vous travaillez comme ça. C'est comme du camping. J'ai pensé que c'était vraiment amusant.

Vous avez travaillé avec David Cronenberg deux fois, et avez des projets à venir avec Werner Herzog et Oliver Assayas. Êtes-vous plus attiré par le réalisateur que par le personnage que vous allez jouer ?

Un peu des deux. Ça dépend aussi de la taille du rôle. La plupart des rôles que je joue dans les derniers films sont des rôles secondaires. Dans le film d'Herzog j'ai simplement travaillé pour 10 jours environ. Quand vous avez le rôle principal dans un film, il faut évidemment que vous pensiez, d'une part à si vous pouvez le faire, et d'autre part à si vous pouvez y ajouter quelque chose. Mais je pense que c'était juste ça après avoir travaillé avec Cronenbrg, c'est le fait de travailler avec des réalisateurs très ambitieux et sûr d'eux. J'ai une liste des réalisateurs avec lesquels je veux travailler et la plupart du temps je ferais n'importe quoi dans leur film. Mais ce n'est pas seulement un peu bon gré mal gré, Je ferais n'importe quel film. Mais j'y pense un peu [Rires]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Jeu 12 Juin - 22:20

  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Jeu 12 Juin - 22:24

Interview avec L.A Times

With an Aussie assist, Robert Pattinson lays his vampire past to rest

On the list of life's great pleasures, walking down a grim street in a one-horse Australian town probably doesn’t rank very high.

Yet if you're one of the world most recognized -- and harangued -- faces, it can have a remarkable effect on your psyche and work.

So it went, at least, for former “Twilight” star Robert Pattinson. The actor made the new post-apocalyptic Western “The Rover” in the otherworldly solitude of remotest Australia -- veritable ghost towns with names such as Leigh Creek and Quorn -- allowing him to escape the maddening swarms and focus on his acting as never before.

"It was great, just being able to be out there with no one around,” the British heartthrob recalled of making David Michod’s Aussie indie, which opens Friday, before giving his trademark laugh: a nervous chuckle that can seem to go on a half-beat too long and is decidedly at odds with the suave sullenness of the vampire role that made him famous.

Added Michod: "I don’t think I ever saw an actor so happy as when I saw Rob coming down the street toward me all by himself. He was practically bouncing."

Maybe big stars should shoot in a down-under desert more often. In the waning years of his "Twilight" period and in the two years since, Pattinson, now 28, tried to redefine himself several times. He made a romantic melodrama, a period circus piece and a tale of the French nobility adapted from a Guy de Maupassant novel.

Yet though there have been shards of promise -- his oddly introspective Wall Street tycoon in David Cronenberg's "Cosmopolis" in 2012 -- Pattinson has never shown the range he does here.

The tabloid fixture plays a vulnerable-yet-resolute man left for dead by a cruel older brother (Scoot McNairy) in a post-apocalyptic wasteland (10 years after “the revolution,” in the movie’s cryptic title card). He’s able to tap into new acting depths opposite Guy Pearce, the veteran Aussie actor who also does some of his most notable work in years.

Set in a futuristic world that resembles the violent desolation of the Old West as much as anything in “Blade Runner” (though “Mad Max” comparisons are inevitable), “The Rover” centers on Eric (Pearce)‎, a stoic survivor type who seems to have lost any ability for human connection. When his car is stolen by a gang led by McNairy's Henry, Eric sets out on an unexpectedly zealous quest to find them, and it.

Soon he comes across the apparently slow-witted Ray (Pattinson), left for dead by the side of the road after an altercation with Henry. Eric and Ray then become an unlikely pair, each haunted by their particular circumstances but united in their desire to track down the man who wronged them.

Though some viewers have objected to Michod's deliberative narrative pacing, the director is after something different than a conventional road movie, an exploration of theme and character as much as where its heroes are literally going.‎ Pearce and Pattinson exchange few words in the film, but "The Rover's" ultimate takeaway is of the bonds of human connection that persist (sometimes) despite the lack of civil society.

These relationships, the actors say, came naturally to them.

“We didn’t have to go out of our way to connect," Pearce said. "When you’re living like that in a small town and doing nothing else besides the movie, a relationship can’t help but develop.”

As he speaks, he and Pattinson find themselves in the opposite of an apocalypse, hanging on a couch together on the rooftop deck of a Cannes Film Festival hotel, the Riviera coastline stretching out glitteringly below them.‎ "This isn't terrible," Pearce said, grinning. Pattinson is wearing the kind of moth-eaten clothes that look trendy only on famous people.

But the actors went the extra mile for the movie, shooting in southern Australian towns that time forgot to serve the vision of Michod, the indie darling who returned to difficult terrain after his debut crime drama “Animal Kingdom,” also starring Pearce, garnered him Hollywood attention.

Pearce bicycled and jogged early in the morning before shooting, or late in the evening after hours of takes, trying to keep focus in the sweltering heat for a role that often required him to convey complicated emotions without speaking a word.

Pattinson too spent long hours hammering out an accent -- it’s somewhere between an exaggerated Southern drawl, an Australian outback dialect and Lennie Smalls -- that even he assumes (not incorrectly) can’t always be understood. He also arrived in Australia two weeks early to work on the character and, while shooting, demonstrated a curiosity about the role that his colleagues describe as surprisingly diligent.

“I think Rob was really inspired that people were so into it,” said the Australian actress Susan Prior, who has a key scene opposite the film’s two stars. “In a way, maybe he hadn’t experienced that before because on the bigger ones an actor isn’t really part of that process of exploring.”

She cited one scene in which Pattinson gamely agreed to lie motionless on a tabletop while Prior’s character, a doctor, sutured him up, even though he had a body double and could have left at any point. (The film's producer, David Linde, called Pattinson "really intellectually curious.")

Still, working on an indie requires a certain adjustment for a star such as Pattinson. When his agent first called with news of a conversation with Michod, Pattinson believed he had been offered the part. "’No, no,’ he said,” Pattinson recalled, quoting his agent, “‘it's just an audition.’ I had to stop celebrating."

The actor wound up going for an audition at Michod's house in which he became so hesitant to do a scene he hadn't prepared that he nearly walked out. "Rob said he hadn't prepared it but I think he just didn't want to do it," Michod said. "But we started working on the scene in the audition, and then it became play, he swam to it like a little fish."

Pattinson said that despite having to audition, he was grateful for the shot at the "Rover" role. “I was quite conscious that I was not part of a group that gets roles like this,” he said. “In my experience, a part like this goes to the skinny little weirdo.”

He added, “The one for us and one for them doesn’t exist anymore. There’s no guarantee of getting a cool indie after a big studio movie.”

For all the perceptions that he can write his own ticket, Pattinson said that assumptions about his career -- including the one that he’s routinely offered big studio parts -- are mistaken too. “I've never really been part of that group either,” he said. “Maybe because I don't work out enough," he added, giving the nervous laugh again.

Pearce said he didn’t give Pattinson acting or career advice but did find himself wondering about aspects of the actor's fame. “There was this curiosity about how Rob does his job with all the attention he’s gotten, just how he copes with it.”

He said he did tell Pattinson to avoid the kind of movies, especially bigger ones, that he might cringe at later, no matter the money or advice of his representatives. The "humiliation," as Pearce called it, isn't worth it, and if you don't feel it, chances are the audience won't either. (The veteran added that this philosophy has motivated him to work more with directors such as Michod, or a then-green Christopher Nolan in “Memento,” rather than take the mostly villainous supporting parts in studio blockbusters. Incidentally, and perhaps tellingly of this post-"Twilight" moment, as this story went to bed, Pearce was being cast in another indie, the sci-fi love story "Equals" -- opposite Kristen Stewart.)

Not that Pattinson entirely has a problem with embarrassment.

He was so taken with the solitude of the "Rover" set and the absence of paparazzi that came with it that one day before shooting he decided to shock the crew -- a Pattinson specialty -- by relieving himself on the set just outside of camera range.

“’Rob, we’re ready,’” he said, mimicking the voice of an assistant director. "And I walked onto set and I could almost hear them saying, 'This guy is weird.'"

Pattinson said he believes that some of the real value of doing an indie like this is on the marketing side, because it will help new audiences discover the movie.

“That would be amazing," he said, when asked if some of his teenage-girl devotees might now see a violent Western they never would otherwise come out to. Then he gave the nervous laugh again. “I don't know. I might end up losing a bunch of fans.”

source : latimes.com

Traduction à venir...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 13 Juin - 13:27

Interview avec The Daily Beast

For awhile, it seemed as if the eerily handsome British actor would have an impossible time getting past the iconic Twilight role that first brought him global fame and fortune. The series was too popular. His looks were too vampiric. And no one who plays the same part more than, say, three times ever really shakes it. (See: Connery, Sean.)

But in the years since the final Twilight installment came and went from theaters, Pattinson has begun to accomplish the impossible. Again and again he has chosen to work with brilliant auteurs—Werner Herzog, David Cronenberg, James Gray, Olivier Assayas—and again and again he has stunned audiences with his smart, sensitive, and very un-Cullen-like performances.

Pattinson’s latest movie, a spare, dystopian Western called The Rover, is his finest work yet. Under the direction of David Michod (the excellent Animal Kingdom), Pattinson stars as Rey, a gut-shot simpleton from the American South who encounters Eric (Guy Pearce) in the sweltering, lawless Australian outback ten years after a global economic collapse. In the wake of a botched heist, Rey’s gang—which includes Rey’s brother—has left him behind to die. The gang has also stolen Eric’s car. And so Rey and Eric team up to track them down. Pattinson is absolutely magnetic in the role, transforming what could have a been an embarrassing caricature of a man-child into empathetic portrait of a wounded human being struggling to think for himself for the first time—and ultimately succeeding. Not many actors can make cogitation look so compelling. Pattinson, somehow, is one of them.

To discuss his work in The Rover—and his career more generally—Pattinson recently sat down with The Daily Beast in Los Angeles. He was as striking in person as he is on screen—thin, white v-neck t-shirt, two-day scruff, artful bedhead. His demeanor is more boyish, and less confident, than one might expect of a movie star; he rarely made eye contact as he spoke and he laughed, half-nervously, whenever he said something revealing.

“I forget how to act in between every single movie,” Pattinson confessed.

He went on to talk about why Twilight has become a burden; why he could never do what Jennifer Lawrence does; and why he loves to work with auteurs such as Harmony Korine, with whom he’s planning to collaborate next. Pattinson also shot down the rumors that he will be taking over for Harrison Ford as Indiana Jones or Han Solo in the near future—although he didn’t shut the door on all future franchises.

“You're sort of floating. You don't know how it happens, but it's amazing. And it's nothing to do with the audience or anyone else. You're still probably shit. But it's so addictive, and it's so rare as well.”
You've said that you “really, really fought” for the role of Rey. Why?
Weirdly, I got sent the script and misread the email. I thought it was an offer. I was like, “Wow. I know exactly how to do this—and I never get offered stuff like this, ever!” So I call up my agent and I’m like, “I want to do it! I want to do it right now!” I had wanted to work with David Michod for years before this. But then they were like, “No, it’s just an audition. What are you talking about?” [Laughs] I suddenly had this pang of terror. I’ve basically messed up every audition I’ve ever gone for.

So what did you do?
I just realized I have to get it, so I just put in an enormous amount of time—way more work than I’ve ever done for an audition before.

What do you mean by “way more work”? What kind of labor are we talking about here?
I mean, I would just run it literally 10 hours a day for, like, two weeks.

Wow.
Completely obsessively, to the point where I was dreaming about it and stuff. I don’t know particularly what I was doing—just constantly thinking about it.

I guess it paid off.
[Laughs] Most auditions you don’t go in like you’re actually doing the movie. You do it like you’re doing an audition. But this I was just doing the movie in someone’s house. Full on.

You said you don’t usually get offered roles like Rey. How so?
Little weirdo roles. There are about five or six actors who have had a lock on them for years. [Laughs] I’m not sure what place I was really put in, but I wasn’t really part of that group of strange character actors—people who are a little bit “weak.” A little fragile and broken. I guess I wasn’t interpreted as being one of those people.

What was the biggest challenge for you in making The Rover?
Nothing really. Even before I got the part, I was so clear about how I wanted to do it. Really the only strange aspect was walking into the audition room and being like, “Am I doing this entirely wrong? I have no idea.” I had one little moment of panic. But as soon as I got I knew what I wanted the clothes to be, what I wanted the look to be—I knew everything. I wanted someone who couldn’t quite fulfill his emotions. He’s just constantly stuck between two things. And also someone who’s never really been required to think and is suddenly forced into thinking for the first time. Basically like playing a baby as an adult. It just felt so right, right from the beginning.

Did you base your portrayal of Rey on anyone in particular?
He’s a little bit like one of my cousins, actually. [Laughs] The clothes, the walk.

How was making The Rover different than making the Twilight movies?
It wasn’t freezing cold. [Laughs] I think that’s actually the biggest thing. When everyone’s so miserable because it’s so freezing cold…the boiling hot Australian outback I would take over the freezing cold any day.

Why?
The cold makes people stressed. There wasn’t as much light in the day to shoot with in Vancouver. And this was just, like, the same weather every day. There’s no one pressuring you to do anything. It’s David’s movie and there are basically only two people in it. You don’t have to rush anything. There’s only two egos you have to deal with. [Laughs]

The fewer egos, the better. Let’s rewind for a second: What made you want to be an actor in the first place—and what made you think you could do it?
I joined this drama club when I was 16 because I fancied this girl who went to it. [Laughs] I’d never done any acting before. But they were doing Guys & Dolls, and I’d never sung but for some reason I really wanted to be in it. [Laughs] I have no idea why, to this day. I did that, and another play afterwards, then randomly got an agent. But I think it was just the first time you do something—performance—it’s incredibly addictive. I remember doing Tess of the d’Urbervilles—the Thomas Hardy thing. I did this scene where I slapped Tess in the face. And just seeing people in the front row going [gasps in horror]—you suddenly have this massive burst of energy through you. Suddenly seeing people look at you like that—you’re like, “Wow! No one has ever looked at me like that before.”

It’s a strange feel. And then you start to feel it for yourself as you get older. You realize that you can get lost. It’s like doing music—you can do a scene and be like, “I don’t feel like myself at all.” And you don’t know where it came from. It’s kind of nice.

Getting away from yourself is an addictive feeling, isn’t it?
Yes. I used to play music all the time, and that was all I wanted to do in music—get to the point where you’re sort of floating. You don’t know how it happens, but it’s amazing. And it’s nothing to do with the audience or anyone else. You’re still probably shit. [Laughs] But it’s so addictive, and it’s so rare as well. You’re just constantly trying to go for that, every time.

Twilight was obviously a blessing to you. But how has it been a burden?
There’s been a lot of hate, actually. Honestly, though, I don’t understand the backlash against Twilight. The first movie, everyone liked it. But then it was suddenly… I don’t quite get why people turned on the other ones. There are plenty of successful franchises which everyone accepts. But for some reason there were all these political arguments against. People saying, “Oh, it’s a bad example for women.” Blah, blah, blah. As if we were all a bunch of dumbasses. We’re not playing it that way! That’s purely your interpretation! We’re not trying to make a movie about subservient female characters at all.

In a lot of ways, people have decided what Twilight is about before they’ve even thought about it, and then they’ve labeled us, the actors, as part of whatever that may be. Even the sparkling thing. I get so many sparkly criticisms! But I don’t actually remember a moment of in any of the movies where I sparkle. [Laughs] Maybe one second in the first one. It’s like, really? All these fanboys are like, “You’re sparkling!” And I’m like, “Really? You must have freeze framed that one second.” [Laughs] It’s just the idea of sparkling—people lost their minds over it.

But at the same time you find that the people who think they hate you can be incredibly loyal. They go to see your movies to hate on you. [Laughs] That’s fine with me!

What about artistically? Has all the Twilight hubbub—the cultural obsession around it—given people an inaccurate sense of who you are as an actor?
I don’t know who I am as an actor. I’ve found that the Twilight movies were probably the hardest jobs I’ve done. You have so many parameters to play the character within, and also you’re doing five movies where you have to play the same point every time and figure out different variations on it. It was really hard. It was like trying to write a haiku.

Did Twilight make you a better actor?
Yeah. It’s funny, because the reviews got worse.

But now that you’re doing movies like The Rover—darker, deeper, more artistic movies—do you feel like you’re trying to escape from Edward Cullen?
No, not at all. I never even thought of all the Twilights as a single entity. They were all separate movies for me. I mean, I forget how to act in between every single movie. [Laughs] But I’ve always thought that nothing comes for free. You get paid a bunch of money. You get a bunch of opportunities. And you’ve got to pay for it somehow. And in my case, I paid for it by having to figure out how to walk down the street [without getting mobbed]. I paid for it by people thinking I was one thing. That’s my major desire as an actor—to have no one know who I am. To have no preconceptions. So obviously when a character becomes iconic, you have to deal with the baggage that comes with it.

Since Twilight, you’ve been making a point of working with auteurs: Werner Herzog, David Cronenberg, James Gray, Olivier Assayas, David Michod. Why? Is this your way of making sure that people don’t peg you as “one thing"?
Those are the people I’ve loved since I was a teenager. It almost seems like a joke that I’m working with them now. They’re also people who have gotten performances out of actors that made me want to be an actor, before I even was an actor. Especially James Gray—Joaquin [Phoenix]’s stuff with James. That guy can get really singular performances out of people. And with Harmony Korine as well. Really it’s just limiting your margin for failure. I genuinely think you can’t fail doing a Werner Herzog movie or a Harmony Korine movie. You know they’re not going to just phone something in. They haven’t ever. Take Cronenberg. I still think Cronenberg is so cutting-edge—and he’s been working for 45 years. Whereas some people now are already flopping on their second movie. Already selling out.

Speaking of Cronenberg, you once said that making Cosmopolis “reinvigorated” your “ideas about acting.” How?
I just made me realize that I could be in those kinds of movies. All throughout doing Twilight, I got asked whether I was afraid of getting typecast. I started thinking, “Yeah, I guess I am.” Then I got cast in Cosmopolis, which was just so far from my wheelhouse, and I was like, “Oh, I guess I shouldn’t be afraid of being typecast anymore.” It freed me up. And I loved the experience so much—getting into Cannes was such a massive deal to me. I’m just trying to go after that again.

Which actors do you look at and say, “That’s the kind of career I want to have?”
I like what Joaquin has done. I’m always looking at his stuff—he’s been the most influential actor on me. And in a lot of ways I like Guy’s career as well. But he also does Australian stuff all the time, and I feel weird doing English things. I feel like I’m really naked.

What about someone like Jennifer Lawrence? She’s balanced two studio franchises with lots of meatier parts.
She’s amazing. She’s absolutely incredible. But also we’re different types of people. She seems like she’s super-confident—and I don’t have the kind of confidence. She glows. I think you can fit that into quite a few different areas. Whereas I’ve got a kind of sneak-through-the-cracks style.

The rumors are circulating, so I have to ask. Will you be the next Indiana Jones?
No. [Laughs] But I mean, I don’t know. That would be so funny if I suddenly got offered it. I’d be like, “Oh shit!” [Laughs]

So the rumor has no basis in reality?
No, no.

What about another famous Harrison Ford role: Han Solo? The buzz is that you’re being considered for a standalone Solo movie.
Oh no. I think all of these things are made up so I get tons of bad press.

Bad press? Those are two of the greatest characters in the history of Hollywood.
But literally this random story comes out and I get 50 other stories saying, like, “THAT GUY? NOOOO! What an asshole!”

For the record, though: you’re a fan of Han and Indy?
100 percent. Everyone is.

But that’s all for now.
Right.

Would you ever do another franchise?
Yeah. I’d have to put a lot of thought into it first. But in a lot of ways, those are the only big movies that are made anymore. [Laughs] So unless you just never want to do studio movies, you have to realize that you’ve got to do The Fault in Our Stars 2. [Laughs]

source via RPLife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 13 Juin - 17:16

Interview avec LA Times

Sur la liste des grands plaisirs de la vie, se balader dans une rue sombre dans une ville perdue d'Australie n'arrive pas en grande position

Pourtant si vous êtes l'un des visages les plus reconnus et les plus harangués du monde , ça peut avoir un effet remarquable sur votre psychique et votre travail.

Ce fut donc le cas du moins pour l'ancienne star de “Twilight” Robert Pattinson. L'acteur a fait le western post-apocalyptique“The Rover” dans une solitude profonde dans l'endroit le plus reculé d'Australie – de véritables villes fantômes aux noms de Leigh Creek et Quorn – lui permettant d'échapper aux foules folles et à l'attention sur son jeu d'acteur comme il ne l'a jamais connu auparavant.

"C'était génial , de pouvoir simplement être là bas avec personne aux alentours,” se souvient le beau gosse Britannique dut tournage du film indépendant de Michod, qui sort vendredi, avant de partir son rire, marque de fabrique, un tic nerveux qui semble se prolonger un peu trop longtemps et qui est sans conteste étrange face à la platitude suave du rôle de vampire qui l'a rendu célèbre.

Michod a ajouté : "Je ne pense pas avoir déjà vu un acteur aussi heureux que Rob , marchant dans les rues vers moi tout seul. Il sautait presque de joie"

Peut être que les grandes stars devraient tourner plus souvent dans le désert. Après les années "Twilight" et depuis 2 ans , Pattinson, à présent 28 ans, ta tenté de se redéfinir plusieurs fois. Il a fait un mélodrame romantique; un film d'époque dans un cirque et dans un conte sur la noblesse française adapté du roman de Guy de Maupassant.

Pourtant , même si c'était assez prometteur , son étrange introspection en roi de t Wall Street dans le film de David Cronenberg, "Cosmopolis" en 2012 -- Pattinson n'a jamais montré l'étendue de son talent comme il le fait ici.

L'homme des tabloids incarne un homme déterminé mais vulnérable , laissé pour mort par son frère aîné cruel (Scoot McNairy) dans un pays en perdition après l'apocalypse (10 ans après la “ révolution,”). Il peut se lancer dans une nouvelle profondeur au niveau de son jeu d'acteur face à Guy Pearce, l'acteur vétéran Australien qui propose lui aussi son rôle le plus notable depuis des années.

Se déroulant dans un monde futuriste qui ressemble à la désolation violente de la Frontière de “Blade Runner” (bien que les comparaisons avec “Mad Max” soient inévitables), “The Rover” se focalise sur Eric (Pearce)‎, un survivant stoique qui semble avoir perdu toute connexion avec les humains. Quand sa voiture est volée par un gang mené par le personnage de McNairy Henry, Eric se lance dans une quête inattendue et zélée pour les trouver tous. .

Rapidement il tombe sur le simple d'esprit Rey (Pattinson), laissé pour mort en bord de route après une altercation avec Henry. Eric et Rey deviennent un duo improbable , tous les deux hantés par les circonstances particulières mais unis dans leur désir de traquer l'homme qui les a trompés.

Même si certains spectateurs ont émis des objections contre le rythme délibéré de la narration, le réalisateur recherche autre chose qu'un road movie conventionnel, une exploration du thème et du personnage mais aussi vers où les personnages vont.‎ Pearce et Pattinson échangent peu de mots dans le film, mais au final "The Rover" parle des liens entre humains qui persistent ( souvent) malgré le manque de société civile

Ces relations; disent les acteurs, sont venues naturellement.

"Nous n'avons pas eu besoin de chercher en moyen de nous connecter" a dit Pearce. "Quand on vit comme ça dans une petite ville et qu'on ne fait rien d'autre que tourner le fil, une relation ne peut que se développer.”

Alors qu'il dit ça lui et Pattinson se retrouvent à l'opposé de l'apocalypse, trainant tous les deux sur un canapé sur les terrasses sur les toits de l'hôtel au festival de Cannes, la Riviera s'étendant à perte de vue derrière eux.‎ "Ce n'est pas si terrible," a dit Pearce , en souriant. Pattinson porte des vêtements miteux qui ont l'air tendance sur les gens célèbres.

Mais les acteurs ont fait des kilomètres supplémentaires pour le film ,tournant dans des villes australiennes du Sud que le temps a oublié pour servir la vision de Michod, l'amoureux des films indépendants qui est revenu sur un terrain difficile après son premier film dramatique “Animal Kingdom,” dans lequel jouait également Pearce, et qui a suscité l'attention à Hollywood .

Pearce a aussi fait du vélo et du jogging tôt le matin, avant le tournage ou tard le soir après des heures de prises de vues ; tentant de se focaliser sur la chaleur étouffante pour un rôle qui nécessitait de sa part des émotions compliquées sans prononcer un mot .

Pattinson a également passé de longues heures à bosser son accent –on est entre un accent poussé du sud , un dialecte de l'outback australien et Lennie Smalls –et il s'accorde à dire lui même ( et il n'a pas tort) qu'il n'est pas toujours compréhensible. Lui aussi est arrivé en Australie deux semaines en avance pour travailler son personnage et lors du tournage, il a démontré une curiosité sur ce rôle que ses collègues décrivent comme surprenant.

“Je pense que Rob était vraiment inspiré par le fait que les gens étaient vraiment dedans,” dit l'actrice australienne Susan Prior, qui a une scène clé face aux deux acteurs “D'une certaine façon, il n'avait peut être pas fait l'expérience de ça avant car dans les gros films, l'acteur ne fait pas vraiment partie du processus d'exploration.”

Elle a cité une scène où Pattinson a accepté de rester allongé sans sourciller pendant que le personnage de Prior, un docteur, lui faisait des points de suture, même s'il avait une doublure et qu'il aurait pu se faire remplacer (Le producteur du film David Linde, a dit de Pattinson qu'il était "réellement curieux intellectuellement.")

Pourtant travailler sur un film indépendant nécessite un certain ajustement pour une star comme Pattinson. Quand son agent l'a appelé la première fois sans aucune nouvelle de sa conversation avec Michod, Pattinson pensait qu'on lui avait offert le rôle . "’Non, non,’ a t-il dit,” se souvient Pattinson , citant son agent, “‘C'est juste une audition.’ J'ai dû cessé de me réjouir."

L'acteur a fini par passer une audition chez Michod où il hésité à faire une scène qu'il n'avait pas préparé et il a failli partir. "Rob a dit qu'il ne l'avait pas préparé mais je pense qu'il ne voulait pas la faire" a dit Michôd. " Mais on a commencé à travailler cette scène pour l' audition, et c'est devenu le film, il était comme un poisson dans l'eau."

Pattinson dit que malgré le fait de devoir passer une audition, il était reconnaissant d'avoir une chance pour le rôle dans "The Rover". “J'avais bien conscience que je ne faisais pas partie d'un groupe qui obtient des rôles comme celui là" dit il. " Selon mon expérience, un rôle comme celui là va aux mecs mince un peu bizarre.”

Il a ajouté, “Celui pour nous et celui pour eux n'existe plus. Il n'y a aucune garantie d'avoir un film indépendant cool après avoir fait un gros film pour un studio.”

Pour toutes les perceptions , il peut écrire une bible. Pattinson dit que les suppositions sur sa carrière – incluant celle qu'on lui offre constamment des grands rôles dans des grands films de – sont aussi fausses “Je n'ai jamais fait partie de ce groupe non plus,” dit il. “Peut être parce que je ne fais pas assez de sport," ajoute t-il , en riant nerveusement de nouveau.

Pearce dit qu'il n'a pas donné de conseil à Pattinson sur son jeu ou sa carrière mais il s'est posé des questions sur les aspects de la célébrité de l'acteur. “Il y avait cette curiosité sur la façon dont Rob fait son boulot avec toute l'attention qu'on lui porte, juste sur ça façon de gérer ça”

Il avoue avoir dit à Pattinson d'éviter certains types de films, notamment les gros films, qu'il pourrait regretter par la suite, peu importe l'argent ou les conseils de ses agents. L' "humiliation," comme le nomme Pearce , n'en vaut pas la peine , et si vous ne le sentez pas, il y a des chances que ce soit aussi le cas pour le public. (Le vétéran a ajouté que cette philosophie l'a motivé à travailler avec des réalisateurs comme Michod, ou le novice Christopher Nolan , à l'époque, dans “Memento,” plutôt que de prendre les rôles secondaires les plus mauvais dans des gros films à succès. Par hasard, et c'est peut être révélateur de son moment post-"Twilight" , Pearce a été choisi pour un autre film indépendant , l'histoire d'amour de science fiction "Equals" – aux côtés de Kristen Stewart.)

Pas que Pattinson a complétement des soucis d'embarras.

Il s'est tellement pris au jeu de la solitude dans The "Rover" et à l'absence de paparazzi qui allait de pari qu'un jour, avant le tournage, il a décidé de choquer l'équipe – une spécialité de Pattinson -- en allant faire pipi sur le plateau hors caméra .

“’Rob, nous sommes prêt,’” dit il en mimant l'assistant du réalisateur. "Et je suis arrivé sur le plateau et je pouvais presque les entendre dire 'Ce mec est bizarre.'"

Pattinson a dit qu'il pense que l'une des vraies valeurs en faisant un film indépendant est le côté marketing , car ça aidera à faire venir de nouveaux spectateurs à découvrir le film.

“Ce serait génial," dit il, quand on lui demande si ses fans adolescentes pourraient voir un western violent qu'elles n'auraient pas vu autrement. Il se remet à rire nerveusement . “Je ne sais pas. Je pourrais finir par perdre un tas de fans”

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 69
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 13 Juin - 19:24

 

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 13 Juin - 20:52

Interview avec E online

Robert Pattinson: I Like to Do "Weird Things" While I'm Working

Attention, all filmmakers wanting to work with Robert Pattinson!

You should consider shooting your movie in a desolate faraway desert.

Twilight's most famous vampire tells me he loved filming his new drama The Rover (opening in theaters today in L.A. and NYC and nationwide on June 20) in the South Australian desert because he didn't have to worry too much about the pesky paparazzi.

"You don't have to be looking over your shoulder all the time," Pattinson said last night at the movie's L.A. premiere. "It was really really great.

"I like to do weird things in between takes to really get into it," he continued. "Normally I'd be hiding in a corner somewhere."

Despite the mostly paparazzi-free location, the 28-year-old Brit actor isn't looking to move there or to any similar area anytime soon. "I don't know if I could live there," said Pattinson, who also happens to say he's currently "homeless."

In The Rover, Pattison plays an injured young man who is enlisted by an ex-soldier (Guy Pearce) to help him find his stolen car. The David Michôd-directed film takes place in a post-Apocalyptic world in a location never identified in the movie.

Pattinson uses a somewhat southern American accent for his character.

"I think it's Floridian," Pattinson said with a laugh. "But I hadn't really done proper hardcore dialect work on it. It wasn't from a specific place."

Many reviews have touted Pattinson's work in the movie as one of the best jobs he's done and goes a long way to prove his acting chops.

"He's really great in the movie, really vulnerable," Pearce said. "It's such a heartbreaking performance I think. It was a great choice of David's to cast Rob and I think also great for Rob."

For more from Rob at The Rover premiere, check out E! News tonight at 7 p.m. and 11:30 p.m.

source : eonline.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 13 Juin - 21:19

 les filles

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 13 Juin - 21:30

Robert Pattinson: J'aime faire des "trucs bizarres" pendant que je travaille."

Attention pour tous les réalisateurs qui veulent travailler avec Robert Pattinson!

Vous devriez envisager de tourner votre film dans un désert au milieu de nulle part.

Le plus célèbre vampire de Twilight m'a dit qu'il avait adoré tourné son nouveau film dramatique The Rover (qui sort aujourd'hui au cinéma à L.A. et NYC et au niveau national le 20 Juin) dans le désert sud australien car il n'avait pas à se soucier des paparazzi intempestifs.

"Vous ne devez pas surveiller vos arrières continuellement," a dit Pattinson la nuit dernière lors de l'avant première du film à L.A. . "C'était vraiment génial."

"J'adore faire des trucs bizarres entre deux prises pour vraiment me mettre dedans," a t-il poursuivi. "Normalement je me serais cahcé dans un coin quelque part ."

Malgré que la majorité de cet endroit ne soit pas envahi par les paparazzi , l'acteur anglais de 28 ans ne cherche pas à déménager là bas ou tout autre endroit de ce genre dans un futur proche. "Je ne sais pas si je pourrais vivre là bas," a dit Pattinson, qui a aussi dit qu'il était actuellement "sans abri."

Dans The Rover, Pattison incarne une jeune homme blessé qui est embrigadé par un ancien soldat (Guy Pearce) pour l'aider à retrouver sa voiture volée. Le film réalisé par David Michôd se déroule dans un monde après l'Apocalypse dans un lieu jamais identifié dans le film .

Pattinson a utilisé un accent du sud de l'Amerique pour son personnage.

"Je pense que c'est un accent de Floride," dit Pattinson en riant. "Mais je n'ai pas vraiment fait de travail poussé sur le dialecte pour ce film. Ce n'était pas d'un endroit précis."

De nombreuses critiques ont affirmé que le rôle de Pattinson dans ce film était l'un de ses meilleurs rôles et qu'il a fait un long chemin pour prouver son talent d'acteur.

"Il est vraiment génial dans le film, vraiment vulnérable," a dit Pearce. "C'est une performance tellement émouvante je trouve. C'était un super choix de David que de choisir Rob et je pense que c'était aussi génial pour Rob."

source : eonline.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 13 Juin - 21:40

Interview à l'avant première avec USA Today

When the franchise that made you famous has made over $1.3 billion at the box office, you’d probably never lower yourself to audition for a role again, right?

Not Robert Pattinson.

To win over Animal Kingdom writer/director David Michôd, RPatz threw any Twilight swagger out the window. “I didn’t know anything about him,” Michôd told us Thursday night at The Rover‘s L.A. premiere. (He said this with a straight face.) “I hadn’t seen any of the Twilight films.”

But Michôd remembered meeting Pattinson and his “really wonderfully awkward physical energy,” which the director thought would be perfect for The Rover, a post-apocalyptic drama, which leaves RPatz caked in dirt and blood as the dim younger brother of a car thief.

Despite the fact that few in Pattinson’s position would continue to test for roles, said Michôd, Pattinson was cool about it:

There were no airs, there was no arrogance, there was no sense of entitlement. Even in terms of testing for me. He knew that he needed to work hard to have the kind of career that he wants.

How did Pattinson, dressed in a natty teal suit, feeling about bringing his Cannes hit to the U.S.? “A bit scary,” said the actor, looking around at the college crowd at Westwood’s Regency Bruin theater waving signs and posters. (Even Zac Efron was there.)

"But we had a really young audience in Australia a few days ago and it was such a bafflingly different reaction. Everybody was like, howling with laughter. And in Cannes you could hear a pin drop the entire time. Crazy. So I have no idea what the reaction’s going to be.”

source entertainthis.usatoday.com via Rplife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 13 Juin - 22:23

Interview avec Variety

After a starry premiere at the Cannes Film Festival, Robert Pattinson, Guy Pearce and director David Michod brought “The Rover” to The Regency Bruin Thursday.

Michod told Variety that he hadn’t been familiar with Pattinson’s previous work. “Rob just came in and did a beautiful audition for me that was both vulnerable and completely alive,” he said.

“This proved that seeing him work with Guy Pearce and Scoot McNairy, we realize he’s a consummate actor,” added producer David Linde. “He’s in the ‘Twilight’ movies and people don’t think of him in this way, but as you see in this movie he’s the real deal.”

For Pattinson, he said his goal is to work with good, ambitious directors. “These roles just don’t come up that often,” he said. “A script like this is so rare, I mean, it’s in the top five scripts I’ve ever read.”

Pattinson plays Rey, a yellow-toothed, simple-minded man who is one of the last survivors in a world 10 years after an economic collapse.

“I like how my character was set up. It was just sort of two really dense dialogue heavy scenes in the midst of almost no dialogue, so it let you be pretty free to do anything with it,” said Pattinson.


And on his character: “I think he’s someone who’s been regarded by absolutely everyone around him of having something wrong with him his whole life and he’s never required to think for himself. So when Erik (played by Pearce) kidnaps/adopts him, it forces him to think, (but) the mechanism of thought is so rusty, he has to kind of force it out and it’s almost like he’s being born again.”

“The Rover” has been described as a post-apocalyptic film, but Michod said, “I actually didn’t want the story be post-apocalyptic, I wanted it to be to the extent, like an apocalypse, as something that wipes everything out.”

“I wanted everything that was wrong in the world to feel directly connected to everything that is wrong in the world today.”

Pearce plays the lead role in the film. “I had to go through a bit of a process with (David Michod) just talking about the character to try and understand it,” he said. “There’s a lot of him that’s kind of gone now. I needed to understand some of the things he had in order to, therefore, lose them.”

Linde said pairing Pearce and Pattinson was really exciting because they are two guys who are in two very different parts of their career.

“For Rob, we always felt he was on the cusp of doing very serious and accomplished work, and the idea of a guy who’s been doing it for a while and one who’s really emerging seemed very exciting.”

Producer Liz Watts, Susan Prior, Jaime King, Rami Malek, Claudia Levy, Bar Paly, Catherine Hardwicke, Peter Facinelli also attended the premiere. The party continued at the W Hotel.

source via Rplife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 13 Juin - 22:43

Interview avec Variety

Après une éblouissante avant première à Cannes Robert Pattinson, Guy Pearce et le réalisateur David Michod ont emmené “The Rover” au Regency Bruin jeudi.

Michod a dit à Variety qu'il n'était pas familier avec les anciens films de Pattinson. “Rob est venu et a fait une belle audition pour moi qui était à la fois vulnérable et complétement vivante,” dit il

“Ceci a prouvé que le voir travailler avec Guy Pearce et Scoot McNairy, on s'est rendu compte qu'il était un acteur entier” a ajouté le producteur David Linde. “Il est dans les films ‘Twilight’ et les gens ne le voient pas de cette façon, mais comme vous le voyez dans ce film, c'est vraiment le grand deal.”

Pour Pattinson qui a dit que son but est de travailler avec de bons réalisateurs ambitieux “Ces rôles ne vous sont pas proposés souvent,” dit il. “Un script comme celui ci est tellement rare. Il est dans mon top 5 des scripts que j'ai lus .”

Pattinson incarne Rey, aux dents jaunies, un simple d'esprit qui est l'un des derniers survivants dans un monde 10 ans après l'effondrement économique.

“j'aime comment mon personnages a été construit. C'était des scènes importantes avec deux dialogues vraiment denses, donc ça vous laisse libre de faire ce que vous voulez,” a ajouté Pattinson.

A propos de son personnage : “Je pense que c'est quelqu"un qui a été dénigré par tous ceux qui l'entourent car il y a un truc qui cloche chez lui et il n'a jamais eu besoin de réfléchir de toute sa vie . Donc quand Erik ( Pearce) le kidnappe /l'adopte , ça le force à réfléchir, mais le mécanisme est tellement rouillé , il doit se forcer à le faire et c'est comme s'il vivait une nouvelle naissance.”

“The Rover” a été décrit comme un film post-apocalypse, mais Michod a dit, “Je ne voulais vraiment pas que l'histoire soit post-apocalyptique, je voulais que ce soit une extension, comme une apocalypse, ou un truc qui efface tout.”

“je voulais que tout ce qui n'allait pas dans le monde soit directement relié à tout ce qui ne va pas dans le monde actuellement”

Pearce qui a le rôle principal dans le film. J'ai dû bien réfléchir avec (David Michod) en lui parlant du personnage et en tentant de le comprendre ,” dit il. “Une grande partie de l'ancien Eric n'existe plus. Je devais comprendre certaines choses qu'il avait afin de les perdre donc.”

Linde a dit que le duo Pearce et Pattinson était vraiment excitant car ceux sont 2 personnes qui sont à des endroits très différents de leur carrière.

“Pour Rob, on avait le sentiment qu'il était sur le point de faire quelque chose de très sérieux et d'accompli et l'idée d'un mec qui le fait depuis un moment et d'un autre qui est vraiment en train d'émerger semblait très excitant.”

La productrice Liz Watts, Susan Prior, Jaime King, Rami Malek, Claudia Levy, Bar Paly, Catherine Hardwicke, Peter Facinelli ont aussi assisté à l'avant première. La fête s''est poursuivi au W Hotel.

source via Rplife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 13 Juin - 22:56

Interview à l'avant première avec USA Today

Quand la saga qui vous a rendu célèbre et qui a rapporté $1.3 milliard au box office, vpus ne vous abaisserez sans doute pas à passer une audition pour un nouveau rôle, non?

Pas Robert Pattinson.

Pour conquérir le réalisateur et scénariste d' Animal Kingdom David Michôd, RPatz a balancé tous ses atouts Twilight par la fenêtre. “Je ne savais rien de lui,” nous a dit Michôd jeudi soi à l'avant première de The Rover à L.A. (Il a dit ça sans rire) “je n'avais vu aucun des films Twilight.”

Mais Michôd s'est souvenu avoir rencontré Pattinson et son “ énergie physique vraiment merveilleuse et maladroite,” et selon le réalisateur elle serait parfaite pour The Rover, un drame post apocalypse , qui a laissé RPatz couvert de saleté et de sang dans la peau du jeune frère d'un voleur de voiture.

Bien que peu de personnes dans la position de Pattinson continuerait à passer des auditions pour des rôles, a dit Michôd, Pattinson était cool sur ce point

Il n'y avait aucun air supérieur, aucune arrogance , aucun sens du rôle déjà acquis. Même en terme de tests pour moi. Il savait qu'il devait travailler dut pour avoir la carrière qu'il veut.

Comment Pattinson, vêtu d'un costume bleu , a ressenti le fait d'aller à Cannes pour pouvoir atteindre les U.S.a? “Un peu effrayant” a dit l'acteur, regardant la foule devant Westwood et le Regency Bruin et en leur faisant signe et en signant des autographes. (Même Zac Efron était là)

"Mais on a eu un public vraiment très jeune en Australie il y a quelques jours et c'était une réaction différente et bluffante. Tout le monde était mort de rire. Et à Cannes, on aurait pu entendre une mouche voler tout du long. C'est fou. Donc je n'ai aucune idée de ce que vont être les réactions.”

source entertainthis.usatoday.com via Rplife

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 14 Juin - 0:04

Traduction de l'interview de The Daily Beast

La vie de robert pattinson après Twilight

Le vampire britannique raconte que son rôle emblématique dans Twilight est devenu un fardeau - malgré le fait qu'il n'arrête pas de surprendre le public avec ses performances intelligentes, sensibles et très anti-Cullen.

Robert Pattinson n'est plus Edward Cullen.

Pendant un certain temps, il semblait que l'acteur britannique étrangement beau aller avoir des difficultés à dépasser son rôle iconique dans Twilight qui lui a apporté célébrité et fortune. La saga était trop populaire. Il avait trop l'air d'un vampire. Et aucun acteur qui a joué plus de trois fois le même rôle n'a réussi à s'en débarrasser (Regardez Sean Connery).

Mais durant les années qui ont suivi le dernier film twilight, Pattinson a commencé à accomplir l'impossible. Encore et encore, il a choisi de travailler avec des auteurs brillants - Werner Herzog, David Cronenberg, James Gray, Olivier Assayas - et il n'a cessé d'étonner le public avec ses performances intelligentes, sensibles et à l'opposé de Cullen.

Le dernier film de Pattinson, un Western dystopique, dépouillé, qui s'appelle The Rover, est jusqu'à présent son meilleur travail. Sous la direction de David Michod (l'excellent Animal KingDom), Pattinson joue Rey, un benêt de l'Amérique du sud qui rencontre Eric (Guy Pearce) dans la chaleur étouffante, de l'outback australien, sans foi ni loi, dix ans après l'effondrement de l'économie mondiale. A la suite d'un hold-up bâclé, le gang de Rey - qui inclut le frère de Rey - l'a laissé mourant. Le gang a également volé la voiture d'Eric. Et donc Rey et Eric font équipe pour les retrouver. Pattinson est absolument magnétique dans ce rôle, transformant ce qui pourrait être une caricature embarrassant d'un homme-enfant en un portrait empathique d'un homme blessé, luttant pour penser par lui-même pour la première fois - et qui finalement réussi. Peu d'acteurs peuvent rendre un regard pensif si fascinant. Pattinson, d'une manière ou d'une autre, est l'un d'entre eux.

Pour discuter de son travail dans The rover - et plus généralement de sa carrière - Pattinson s'est récemment assis avec The Daily Beast à Los Angeles. Il était tout aussi frappant en personne qu'à l'écran - bronzé, tee-shirt col en V blanc, une barbe de deux jours, des cheveux adroitement pas coiffés. Son comportement est plus enfantin et moins confiant de ce que l'on attend d'une star du cinéma, il regarde rarement dans les yeux quand il parle et il rigole nerveusement quand il dit quelque chose de révélateur.

"J'oublie comment jouer entre chaque film" avoue Pattinson.

Il a continué de parler de pourquoi Twilight est devenu un fardeau, pourquoi il ne pourrait jamais faire comme Jennifer Lawrence et pourquoi il adore travailler avec des auteurs tels que Harmony Korine, avec qui il a prévu de travailler par la suite. Pattinson a également démenti les rumeurs disant qu'il prenait la relève d'Harrison Ford pour Indianna Jone ou Han Solo dans le future - même si il n'a pas fermé la porte à toutes les franchises pour l'avenir.

Vous avez dit vous être "vraiment, vraiment battu" pour le rôle de Rey. Pourquoi ?

Bizarrement on m'a envoyé le scénario et j'ai mal lu l'e-mail. Je pensais que c'était un offre. Je me suis dit, "Wow, je sais exactement comment le faire - et on ne m'offre jamais des choses comme ça, jamais !" Donc j'ai appelé mon agent et je lui ai dit, "Je le veux ! Je veux le faire maintenant !" Je voulais travailler avec David Michod depuis des années avant ça. Mais ensuite ils m'ont dit "Non, c'est juste une audition. De quoi parles-tu ?" [Rires] J'ai soudainement été terrorisé. J'ai raté toutes les auditions que j'ai pu faire.

Donc qu'avez-vous fait ?

J'ai simplement réalisé que je devais le faire, donc je me suis plongé dans le travail - je n'ai jamais autant travaillé pour une audition auparavant.

Que voulez-vous dire par là ? De quel genre de travail parlons-nous ?

Je veux dire, je voulais juste courir 10 heures par jours, pendant deux semaines.

Wow

C'était complètement obsessionnelle, au point ou j'en rêvais. Je ne sais pas particulièrement ce que je faisais - j'y pensais constamment.

Je suppose que cela a payé

[Rires] Pour la plupart des auditions, vous n'y allez pas en vous disant que vous êtes entrain de faire le film. Vous y allez comme si vous faisiez une audition. Mais là, je faisais le film dans la maison de quelqu'un. Complètement.

Vous avez déclaré ne pas vous voir offrir des rôles comme Rey. Comment cela ?

Des petits rôles bizarres. Il y a environ 5 ou 6 acteurs qui ont se les réservent depuis des années. [Rires] Je ne suis pas sûr de la place où j'étais, mais je ne faisais pas parti de ce groupe d'acteurs étrange - des gens qui sont un peu "faible". Un peu fragile et brisé. Je suppose qu'on ne m'a pas perçu comme une de ses personnes.

Quel a été le plus grand challenge pour vous en faisant The Rover ?

Rien de particulier. Même avant d'avoir le rôle, j'étais au clair avec la manière dont je voulais le faire. Vraiment, le seul aspect étrange était de marché dans la salle d'audition et de se dire, "Est-ce que je plante complètement ? Je n'en ai aucune idée." J'ai eu un petit moment de panique. Mais aussitôt que je l'ai eu, j'ai su quels vêtements je voulais porter, le look que je voulais. Je savais tout. Je voulais quelqu'un qui ne pouvait pas totalement libérer ses émotions. Il est constamment bloqué entre deux choses. Et aussi quelqu'un qui n'a jamais vraiment eu besoin de penser et qui soudainement est forcé de le faire pour la première fois. En fait c'est comme jouer un bébé à l'âge adulte. Je l'ai bien senti, dès le début.

Vous êtes vous basés sur quelqu'un en particulier pour votre interprétation de Rey ?

En fait, il est un peu comme l'un de mes cousins [Rires]. Les vêtements, la façon de marcher.

Comment le tournage de The Rover a-t-il été différent du tournage des films Twilight ?

Il ne faisait pas très froid. [Rires] Je pense que c'est en fait la plus grande chose. Quand tout le monde est si maussade à cause du froid...avec la chaleur bouillante de l'outback Australien j'aurais échanger avec le froid tout les jours.

Pourquoi ?

Le froid rend les gens stressés. Il n'y avait pas autant de lumière dans la journée pour tourner à Vancouver. Et c'était le même temps tout les jours. Il n'y a personne qui vous mets la pression pour quoique ce soit. C'est le film de David et il y a essentiellement deux personnes dedans. Vous n'avez pas à vous presser. Il n'y a que deux égos à gérer. [Rires].

Moins il y a d'égos mieux c'est. Revenons en arrière une seconde : Qu'est ce qui vous a donné envie d'être acteur en premier lieu - et qu'est ce qui vous a fait penser que vous pouviez le faire ?

J'ai rejoint ce club de théâtre quand j'avais 16 ans car j'imaginais qu'il y aurait des filles. [Rires] Je n'avais jamais joué la comédie avant. Mais ils faisaient "Guys & Dolls" et je n'avais jamais chanté, mais pour une raison, je voulais vraiment être dedans. [Rires] A ce moment là, je n'en avais aucune idée. Je l'ai fait, ainsi que d'autres pièces après et puis par hasard j'ai eu un agent. Mais je pense que c'était juste la première fois où vous faites quelque chose - une performance - c'est incroyablement addictif. Je me rappelle faire "Tess of the d'Ubervilles" - Le truc de Thomas Hardy. J'ai fait cette scène où je frappe Tess au visage. Et simplement de voir les gens aux premiers rangs qui halètent d'horreur - vous avez soudainement un regain massif d'énergie. Soudainement, les gens vous regardent comme ça - vous vous dites, "Wow, Personne ne m'a jamais regardé comme ça avant."

C'est un sentiment étrange. Et ensuite, vous commencez à le ressentir en vieillissant. Vous réalisez que vous pouvez vous perdre. C'est comme faire de la musique - Vous pouvez faire une scène et vous dire "Je ne me sens pas moi même". Et vous ne savez pas d'où ça vient. C'est plutôt agréable.

s'éloigner de soi-même est un sentiment addictif, n'est ce pas ?

Oui, j'avais l'habitude de jouer de la musique tout le temps et c'est tout ce que je voulais faire dans la musique - être au point vous flottez. Vous ne savez pas comment ça arrive, mais c'est génial. Et ça n'a rien à voir avec le public ou quelqu'un d'autre. Vous êtes encore sans doute une merde. [Rires] Mais c'est si addictif, et tellement rare aussi. Vous essayez constamment d'y arriver à chaque fois.

Twilight a évidemment été une bénédiction pour vous. Mais comment est-ce devenu un fardeau ?

En fait, il y a eu beaucoup de haine. Honnêtement, je ne comprends pas la réaction contre Twilight. Le premier film, tout le monde a aimé. Mais ensuite, ça a été soudain... Je ne comprends pas bien pourquoi les gens ont changé d'avis. Il y a pleins de franchises à succès que tout le monde accepte. Mais pour une certaine raison il y avait tout ces arguments politiques contre la saga. Les gens disaient, "Oh, c'est un mauvais exemple pour la femme," bla bla bla. Comme si nous étions une bande de crétin. Nous ne le jouions pas de cette manière ! C'est purement votre interprétation ! Nous n'essayions pas de faire un film sur la soumission des personnages féminins.

De bien des manières, les gens ont décidé de quoi Twilight parlait avant même d'y avoir pensé, et ensuite, ils catégorisent les acteurs. Même le truc sur le scintillement. J'ai eu tant de critiques pour ça. Mais je ne me rappelle pas un moment dans les films ou je brille. [Rires] Peut être une seconde dans le premier. Je me dis "Vraiment ?" tous ces fans sont là : "vous scintillez !" et je me dis "Vraiment ? Vous devez avoir fait pause durant cette seconde." [Rires] C'est juste l'idée du scintillement - Les gens en perdent la tête.

Mais en même temps vous trouvez que les gens qui pensent vous haïr sont incroyablement fidèle. Ils vont voir tous vos film pour vous détester. [Rires] C'est ok pour moi !.

Qu'en est-il sur le plan artistique ? Est ce que tout le brouhaha sur Twilight - l’obsession culturelle autour - a trompé les gens sur l'acteur que vous êtes ?

Je ne sais pas qui je suis en tant qu'acteur. J'ai trouvé que les films twilight étaient probablement le travail le plus dur que j'ai fait. Vous avez tant de paramètres à prendre en compte pour jouer le personnage et aussi vous faîtes 5 films où vous devez jouer le même point à chaque fois et trouvé comment varié la scène. C'est vraiment dur. C'était comme essayer d'écrire un haïku.

Est-ce que Twilight a fait de vous un meilleur acteur ?

Ouais. C'est drôle, car les critiques ont empiré.

Mais maintenant que vous faites des films comme the rover - des films plus sombre, profond, plus artistique - sentez-vous que vous êtes entrain de vous sortir d'Edward Cullen ?

Non, pas du tout. Je n'ai même jamais pensé à tout les Twilights comme une seule entité. C'était tous des films différents pour moi. Je veux dire, j'oublie comment jouer entre chaque film. [Rires] Mais j'ai toujours pensé que rien ne venez gratuitement. Vous êtes payés beaucoup d'argent. Vous avez un tas d'opportunités. Et vous devez le payer d'une certaine manière. Et dans mon cas, je le paie en devant trouver comment marcher dans la rue [sans être assailli]. Je le paie à travers les gens qui pense que je n'étais qu'une chose. C'est mon principal désir en tant qu'acteur - de n'avoir personne qui sait qui je suis. De ne pas avoir de préjugés. Alors, évidemment, quand un personnage devient une icône, vous devez gérer les bagages qui viennent avec.

Depuis Twilight, vous mettez un point d'honneur à travailler avec des auteurs : Werner Herzog, David Cronenberg, James Gray, Olivier Assayas, David Michod. Pourquoi ? Est-ce votre manière de vous assurer que les gens ne vous cataloguent pas comme "une chose" ?

Ce sont des gens que j'aime depuis que je suis adolescent. Ça ressemble presque à une blague le fait que je travaille avec eux maintenant. Ce sont aussi des personnes qui ont travaillé avec des acteurs qui m'ont donné envie d'être acteur, avant même que je n'en sois un. Spécialement James Gray - Le travail de Joaquin [Phoenix] avec James. Ce gars arrive à faire sortir la meilleure performance des gens. Et c'est pareil avec Harmory Korine. Vraiment, ça limite votre marge d'erreur. Je pense sincèrement que vous ne pouvez pas échouer en faisant un film avec Werner Herzog ou Harmory Korine. Prenez Cronenberg. Je pense toujours que Cronenberg est avant-gardiste - et il travaille depuis 45 ans. Alors que d'autres personnes s’effondrent déjà lors de leur deuxième film. C'est déjà fini.

En parlant de Cronenberg, vous avez dit que faire "Cosmopolis" avait " revigoré" votre point de vue sur le métier. Comment ?

Ca m'a simplement fait réaliser que je pouvais faire ce genre de film. Durant Twilight, on me demandait si jamais peur d'être catalogué. J'ai commencé à me dire, "Ouais, je pense que je le suis." Puis j'ai eu le rôle dans Cosmopolis, qui était très éloigné de ma timonerie, et je me disais "Oh, je suppose que je ne devrais pas être effrayé d'être catalogué maintenant." Ça m'a libéré. Et j'ai tellement adoré l'expérience - être à Cannes a été un important pour moi. J'essaie d'y retourner à nouveau depuis.

Quels sont les acteurs où vous vous dites "C'est le genre de carrière que je veux" ?

J'aime ce que Joaquin a fait. Je regarde toujours son travail - Il a été l'acteur le plus influent pour moi. Et de bien des manières jamais la carrière de Guy aussi. Mais il fait aussi des trucs australien souvent, et je me sens bizarre à l'idée de faire des trucs anglais. Je me sens vraiment nu.

Qu'en est-il de quelqu'un comme Jennifer Lawrence ? Elle équilibre deux franchises avec des rôles plus pointus.

Elle est génial. Elle est absolument incroyable. Mais nous sommes des personnes différentes. Elle donne l'impression d'être très confiante - et je n'ai pas ce type de confiance. Elle rayonne. Je pense que vous pouvez la mettre dans plusieurs domaines différents. Alors que j'ai un style plus subtil.

Les rumeurs circulent, donc je dois vous demander. Serez-vous le prochain Indiana Jones ?

Non.[rires] Mais je veux dire, je sais pas. Ce serait si drôle si soudainement on me le proposait. Je me dirais "Oh, merde !" [Rires]

Donc la rumeur n'est pas fondée ?

Non, non.

Qu'en est-il d'un autre rôle connu d'Harrison Ford : Han Solo ? La rumeur dit que l'on pense à vous pour un film consacré à Solo.

Oh non. Je pense que toutes ces choses sont créées pour que je reçoivent une mauvaise presse.

Mauvaise presse ? Ce sont deux des plus grands personnages de l'histoire d'Hollywood.

Depuis que cette histoire est sorti j'ai 50 autres histoires qui disent, "CE TYPE ? NOOOON ! Quel connard !"

Pour la petite histoire, êtes-vous un fan de Han et Indy ?

A 100%. Tout le monde l'est.

Feriez vous une autre franchise ?

Ouais. Je dois beaucoup y penser d'abord. Mais de beaucoup de manière, ce sont les seuls gros films qui se font désormais. [Rires] Donc à moins que vous ne vouliez jamais faire un film de studio, vous devez réaliser que vous êtes dans The Fault in Our Stars 2. [Rires]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 14 Juin - 0:10

Interview avec Yahoo

Q&A: Robert Pattinson on Escaping Twi-Hard Expectations and Dodging the Paparazzi

The Twilight movies were clearly a huge blessing for Robert Pattinson, but also somewhat of a curse: The 28-year-old Brit has been working overtime to break out of the pin-up mold, gravitating toward edgy indies like David Cronenberg’s Cosmopolis and this week’s The Rover, directed by Animal Kingdom filmmaker David Michôd. The sometimes brutally violent film features Pattinson as a left-for-dead "half-wit" who joins a vengeful Guy Pearce as they travel across a rural, post-apocalyptic Australia. The very candid Pattinson talked to us about getting down-and-dirty for the role, his strategy for keeping photographers away, and what artist has reignited his love for hip-hop.

Let's talk about your look in this film. People have said you "uglified" yourself for the role.
The one weird thing [I had] was the teeth. I thought everyone was going to have s---ty teeth in it. Then I end up being the only person in it with s---ty teeth in it [laughs]. But I kind of liked the idea of it, because I went to school with people who didn't brush their teeth when they were kids, and they always ended up being weirdos.

What did you do to get those nasty teeth?
It's like paint, and whenever there was a long scene, it would wipe off my teeth. So I would end up with white teeth at the end of the scene, which eventually became a massive hassle. But it was still kind of cool. It was such an odd look when you turn around and see yourself [in the mirror] and there's this weird thing coming out of your face.

Did you go out in public much to get reactions, or even just to get in character?
Yeah, [but] there was nowhere to go, really. It's funny: Whenever you have your head shaved, less people come up to you and ask for pictures [laughs]. That's why I always try to keep my hair really short.

They're like, "No, no, I don't want that Robert Pattinson."
Exactly. "I want the sexy one!"

You very memorably sing along to the Keri Hilson song "Pretty Girls Rock" in this film. Did you have any hand in picking that track?
I do kind of really like that song. I didn't realize how massive a song it was. I had never heard it before. David emailed it to me and I was like, "Wow, where did you find this?" I thought it was an original track, or a really small thing that he'd found somewhere. But I thought it was kind of perfect for it. As soon as he played it, I was like, "That's hilarious."

What's your relationship with pop music? Are you a fan?
I guess I don't listen to that much pop music. I listen to almost exclusively hip-hop, especially in L.A. I listen to Shade 45 on Sirius.

What are your jams?
I'm kind of obsessed with Tyga at the moment. I don't know why, I've suddenly had this resurgence of hip-hop. I didn't listen to it for years, and now I'm obsessed. When I was in school, from like 1997 to 2003, I was really, really into hip-hop. All of my favorite songs are from then. But there's a couple of new people; I actually really like Chris Brown's stuff [laughs].

Amy Nicholson, the critic from LA Weekly, wrote of The Rover, "Pattinson appears to have picked this role precisely because it will send his Twilight fans screaming out of the theater." Any truth to that?
No, I don't want anyone running out of the theater! I want everyone coming into the theater [laughs]. It's kind of curious how people interpret it. There's an element of wanting to see [my Rover character] in a sympathetic way, because of Twilight. But I wasn’t trying to play it sympathetically at all. [laughs] I mean, he kills people. And he’s not quite there.

So clearly critics as well as your fans are making this connection from "A" to "B" but that's not something you ever think about?
Yeah. I mean a lot of people take away completely different things. I never really try to predict how people are going to react to something. Because I have no idea. I've approached every movie thinking like, "I'm going to do the best thing ever." [laughs] And then regardless of what critics or an audience or anybody says afterwards, I either like it or I don't —that's the only thing I care about.

Is there any part of you that misses the sheer madness that accompanied the Twilight series?
Um… when you're doing the movies, it's the same thing. I've realized how much I loved shooting way outside of the city, because I just can't stand people taking photos. Even when I was just doing this movie Life in Toronto, we were still out in the middle of nowhere, but it was only about an hour from Toronto. And just everyday, there's [paparazzi] taking photos with long lenses. And then you can't talk to anybody on the crew unless you want to have a million photographs. And I feel like I'm putting money into those guys' pockets by just standing outside. So I'll constantly hide to make their life as difficult as possible. But then it makes your life difficult as well.

Has it become kind of a game ducking them, or is it just pure annoyance?
It's literally just [that] I don't want them to have anything for free. And people who see the pictures, they just assume if you're getting photographed a lot, it's because you want to. So if you try to claim privacy afterwards, they'll be like, "Well what you didn't care that time." So you have to be pretty consistent, and say like, "I never want to get photographed, ever."

Do you ever have to go out in disguise?
It never really works. But I do have a lot of little tricks, like car switches and stuff. You end up being like a bit of a spy. [laughs] Very covert.

source : yahoo.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 14 Juin - 9:33

Interview avec The L.A Times lors de l'avant-première

On 'The Rover' red carpet, Robert Pattinson in a new guise

The only similarity between Robert Pattinson’s work in “Twilight” and his new film “The Rover”? The screaming fans who still appeared as he walked the red carpet in Los Angeles on Thursday at the U.S. premiere of the Australian indie movie.

“It’s always distracting when that happens,” “Rover” director David Michôd said in a rare lull of silence outside the Regency Bruin Theatre.

Before casting Pattinson in “The Rover” – the director's second film (the first was 2010’s “Animal Kingdom”) -- Michôd said he wasn’t versed in Pattinson’s vampire period.

“I was pretty much totally unfamiliar with his work, but I had had a meeting with him before I even know I was going to make “The Rover” and really liked him,” Michôd said. “I found his physical energy really kind of beguiling and he was really sort of emotionally available, so I really wanted to sort of see what he could do. And, he just knocked my little socks off to the extent that me and my casting director turned to each other once he left the room and went, ‘Well, OK, that’s done, right?’”

That meeting eventually led to Michôd casting Pattinson in his new movie, which features the star and Guy Pearce as an unlikely duo who embark on a quest across a post-apocalyptic landscape. Pattinson trades glittering skin and perfectly coiffed hair for open wounds and a shoddy buzz cut.

“It’s just so kind of stark, and it was just so different,” Pattinson said of the material. “Something just spoke to me in it, and I really don’t know quite what it was.”

He added, "If these scripts came along once every six months, I would do them every single time. But they just don’t.”

Pearce noted that he "saw a transformation before Day 1, really,” and Liz Watts, one of the film's producers, said she believed the team ethos helped Pattinson hone the character.

The actor, she said, "came to the outback and put up with flies and heat and dust and all the rest.” (Pattinson has praised the isolated location of the film for helping him focus on the role.)

There was a different vibe in Westwood on Thursday night, the screaming fans a reminder of Pattinson's more typical moviemaking experience.

Clutching a three-foot rendering of Pattinson’s scruffy face, Nancy Cambino, 47, said she traveled from her native Long Island, N.Y., to see Pattinson at “The Rover” premiere. She became a fan during his “Twilight” days, and has met him multiple times. But it’s not “Twilight” that keeps her holding her Pattinson cutout.

“I actually don’t like ‘Twilight.’ I never did,” Cambino said. “I’m a Rob fan, not a ‘Twilight’ fan. I saw ‘Twilight’ and I went, ‘Oh, I like this guy,’ and I went to watch all his other movies and I like them much better.”

Cambino said she already had her ticket to see “The Rover” that night at a public screening, eagerly pointing to the words on her Pattinson poster below the movie’s title.

“A career-defining role. That’s what it’s all about,” she said.

source : latimes.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 14 Juin - 9:47

Interview avec Buzzfeed

Robert Pattinson Is Putting “Twilight” Behind Him

Pattinson talks about his bleak new thriller The Rover, changing people’s perceptions, and being the guy who “never played team sports.”



In The Rover’s bleak universe, there is virtually no backstory — illustrative of a world in which nothing really matters — and we know little about Robert Pattinson’s Rey other than that he and his older brother (Scoot McNairy) are in a small band of thugs who were violently thwarted during a criminal act we don’t see. An injured Rey has been abandoned for expedience’s sake, which is how he becomes a hostage to Eric (Guy Pearce), whose car has been stolen by Rey’s former friends. (Eric really wants that car back, for a reason that is revealed only in the movie’s final moments.) As Rey, Pattinson plays a “half-wit,” as Eric calls him, a far cry from Twilight’s Edward Cullen, the emo vampire who served as a tweenage fantasy.

The Rover is David Michôd’s second feature as a director, following up on 2010’s lauded, provocative Animal Kingdom. And though it takes place in Australia, where Michôd is from, Rey and his brother inexplicably have American Southern accents. It’s good for Pattinson to sound nothing like Edward, the character that made him famous. Rey starts out fearful — in one scene he folds himself into a fetal position. But he also changes as the movie goes on (to describe would be to spoil). In Variety, Scott Foundas called it a “career-redefining performance” for Pattinson.

In an interview with BuzzFeed this week in Beverly Hills, Pattinson discussed The Rover (which premiered at Cannes last month and comes out in New York and Los Angeles this weekend, and will be released nationally next Friday), and his post-Twilight career. And he has been working a lot: In addition to David Cronenberg’s Maps to the Stars, which also premiered at Cannes, he will soon appear in Werner Herzog’s Queen of the Desert, Anton Corbijn’s Life, and Olivier Assayas’ Idol’s Eye with Robert De Niro, which has not yet begun filming. As someone who tripped into huge stardom after he was cast in Twilight, and then fell into a viper’s nest of paparazzi as one-half of a tabloid couple while he dated his co-star Kristen Stewart, Pattinson, now 28, described life after Edward as a “process.”

He has now lived a good portion of his life hunted, both by paps and fans, but in person, he is neither brooding nor tortured. Actually, he was quick to laugh. And he seems to have figured out how to live a sane life, if not a normal one.

You do a Southern accent for this movie, as well as a number of vocal and facial tics. Were those as written or did you develop them with David Michôd?

Robert Pattinson: It said he was from the South, but not a specific place. I guess all those sorts of tics and things — it was just quite jerkily written? So when you start saying it out loud, it just ends up coming out in your body.

The Rover seems like it was grueling to make. It looks hot, and there are all those flies. Was it? And was that helpful for the role?

RP: I thought it was really easy. I think the most stressful thing in movies is when the weather is really random. Then everyone is just panicking all the time. But it was just sort of hot all the time. If you were trying to play someone who was clean, then it would be incredibly stressful. To have someone coming in and touching up your makeup every 10 seconds — but you were just sitting in a pile of mud, it doesn’t really make a difference. You could just play in the dirt.

You were wearing the same thing the entire time.

RP: I don’t even think they had doubles of the clothes. It took a long time. We went through hundreds of pairs of jeans. It was mainly about the feel — the way the costume department distressed them. We literally put glue in it to make them sit a certain way. They were, like, thick. But I just kind of knew how I wanted to feel. Also, the T-shirt, I knew from the audition exactly what T-shirt I wanted to wear. The colors and everything.

I want to ask about the scene when you sing along with “Pretty Girl Rock.” It’s out of nowhere, and lovely.

RP: When I got to that part in the script, that was one of the main turning points: Wow, this is completely on another level to most things I’m reading. And so brave as well — doing something that could be completely baffling to people. I thought it was going to be a tiny insert, and when I walked in to do the scene, David’s got this massive push-in on a track that’s like a 100-foot-long track. And just pushing in for almost the entire song. It was kind of great.

It was a sweet moment — you really feel for the character who’s never lived a different kind of life.

RP: He’s never really learned how to think like a normal person. He has no concept of what his decisions will affect, because no decision he’s ever made has ever affected anything before.



Twilight made you a rich movie star and paparazzi target. Now that it’s been almost two years since Breaking Dawn Part 2 came out, how do you look back on the experience?

RP: I knew when I signed up after the first one came out, I knew it was going to be about a 10-year process to really — I’m not sure what! To get to the next plateau. I’ve been extremely lucky as well, but it kind of does seem like there’s little gradations — every year, every job, something happens, and people’s perception changes a little bit. I don’t look back on it being a different part of my life. It’s all one road, really.

A lot of are actors go back and forth between big studio movies and smaller indies. But since Twilight, you seem like you’ve avoided studio films. Is that deliberate?

RP: It hasn’t really come up. Maybe there was a little period after the first Twilight where just because you’re the new thing, you get offered a bunch of big budget things. And nothing really connected with me. But I think my energy and also how people perceive me — I don’t fit too many roles like that. I never played team sports in school, and I think people can tell! As I get older, the parts become a little bit more open. But the young guy parts in big budget movies, you can always tell the guy has played team sports. I hated them.

I was going to ask you whether you feel Twilight has held you back, but now I think I should ask whether or not playing team sports has.

RP: It’s just weird. I think I just gravitate toward loner parts. I feel my emotional reactions to things are quite off a little bit. I remember doing Twilight and Catherine Hardwicke just being, like, “Why are you looking at her like that? You look like you want to kill her.” I’m, like, “I do? That’s, like, a love look!” I try to do things with Cosmopolis and this — it’s an emotional spectrum that’s slightly off. I feel like I can commit to that a little bit more than hit the traditional beats.

You seem very director-focused in your choices.

RP: You try and limit the margin for error as much as you can. Even if you end up doing a shitty movie, but you’ve been working with Herzog or something, you’re not doing a superhero movie that’s supposed to be something completely different. And then if you make a shitty superhero movie, it’s like, what do you expect?

Did you just say that the Werner Herzog movie you’re in, playing T.E. Lawrence, is shitty?

RP: No, not at all! I’m hardly in it anyway.

Oh, is that right? I couldn’t tell.

RP: I was only there for like 10 days. No, I think it’s going to be cool. I saw some of the stuff with Franco and Nicole Kidman that looked really good. It’s insurance. With Michôd, I wanted to work with him for ages. I thought Animal Kingdom was one of the best debuts in the last 10 years.

You have a bunch of movies coming up, but one that jumped out at me was Life, the story of James Dean and Dennis Stock, the photographer. A lot of the parts you’ve taken since Twilight seem to have nothing to do with your life experience — but the idea of photography and a young star does intersect.

RP: It’s funny, I didn’t think about that. What I liked about it was that it was about professional jealousy. It was before James Dean was famous, but obviously he loved having his photo taken. Both of them were super arrogant, and they both think they’re the artist. Dennis was so filled with neuroses and jealous of everything. I didn’t really think about the celebrity aspect of it. I don’t think Dennis ever thought about it. Also, I think afterward, he was pissed that that was his legacy.

I read an interview with you recently in which you said you weren’t sure whether you’ve found your feet yet as an actor. Do you think you ever will?

RP: I don’t know. In some ways, hopefully not. The only thing I deal with every single job is trying to overcome confidence issues. I think in some ways, it’s helped me just having fallen into it, and not really being, like, I need this. That’s when you go crazy and you lose control of your personal life. In some ways, it is very frustrating when I’ll know how to do something in my head, and something inhibits it. It just drives me nuts. I think it’s good when there’s no expectations of the character. And then I’m fine.

What do you do when you find you can’t do something?

RP: It’s just, like, horrible. There was one moment when I was doing Life. I knew exactly how to do this scene. I’d been planning the whole scene for the whole movie. And it just, for whatever reason, it was just not happening. And no one else knows. I’m just, like, losing my mind on the set. Everyone’s so uncomfortable. Also, with a little bit of experience you realize, OK, I’m just going to not let anyone else speak, and deliver each line in about 10 different ways. And hopefully they’ll fix it in the edit! Can you just make my performance for me?

Is it frustrating?

RP: It’s the most horrible thing ever. Especially because most of the time, especially in big emotional scenes, it’s just because you feel like you’re faking it. And you know how not to fake it, but it’s not happening in your body. And there’s nothing you can do. At the end of the day, people watching it half the time can’t tell at all. Or 90% of the time, you can watch a scene you think is the worst scene ever and you’re completely faking it — and no one knows.

I recently reread that Vanity Fair cover story about you from 2011 during which your life seemed pretty unlivable because of the paparazzi. Have things improved at all?

RP: I remember doing that interview, and I thought I was, like, telling jokes. Then the interview comes out and it sounds like I’m about to kill myself.

Oh! Part of it was her commenting on what she observed about what your life was like.

RP: I was, like, How have you observed this? We just sat in someone’s house. Whatever. I guess from an outside perspective, there’s a period of contraction in your life where you have to get used to what feels like your life becoming impossibly smaller. But that was about four years ago. I felt a little funny then. But you realize what you like doing, and suddenly it becomes easier. Some people get OK getting photographed doing their groceries or going out of whatever. I realized I cannot handle that at all. And so, I just don’t go to places where I get photographed. And as soon as I made that decision — don’t worry about it, stop complaining about it — it was a massive weight taken off.

So, there are ways to live your life not being photographed?

RP: Yeah. 100%.

Even here in L.A.?

RP: There are a very limited amount of places you can go. If you go to The Grove, you’ve got to accept something is going to happen.

You can’t go to the Apple Store at The Grove.

RP: I miss that place. Watching the fountains!

So, you like living in Los Angeles? I mean, you could live wherever you want.

RP: I always thought I was going to move back to London, but London’s changed so much since I left. A lot of my friends have left and stuff, or they have families. It’s different. Also, my main interest in my life at the moment is film, and this is the best place to be for film. Also, I like the kind of levity of living here as well. People want to get stuff done — they’re not downers all the time. In a lot of big cities, most people are just, like, Oh, god, it’s impossible. People aren’t like that in L.A. And I really like it.

In that Vanity Fair interview, you said you admired Charlie Sheen —

RP: I did?

I’m sure it was very of the moment! You said you liked that he was a crazy person who doesn’t give a fuck. And in The Hollywood Reporter recently, you talked about being a fan of Harmony Korine’s for what I imagine are the same reasons. Could you not give a fuck if you tried?

RP: I do, in a way. But I don’t want people to hate me. I basically do whatever I want. But one of the aspects of what I want is, I want people to like me!

source : .buzzfeed.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 14 Juin - 11:26

Traduction de l'interview avec Yahoo

Q&A : Robert Pattinson parle de s'échapper des attentes des Twihards et d'esquiver les paparazzis.

Les films Twilight étaient clairement une énorme bénédiction pour Robert Pattinson, mais aussi un peu une malédiction : le britannique de 28 ans a beaucoup travaillé pour casser son image de pin-up, gravitant autour de films indépendants comme Cosmopolis de David Cronenberg et celui qui sort cette semaine, The Rover, réalisé par le cinéaste d'Animal Kingdom, David Michod. Le film parfois violent présente Pattinson comme un imbécile qui se joint un Guy Pearce à la recherche de vengeance, alors qu'il voyagent à travers une Australie rural, post-apocalyptique. Les très candide Pattinson parle avec nous du fait de sa salir pour le rôle et de l'artiste qui a relancé son amour pour le hip-hop.

Parlons de votre apparence dans ce film. Les gens ont dit que vous vous étiez "enlaidi" pour le rôle.

La seule chose bizarre que j'avais c'était les dents. Je pensais que tout le monde allait avoir des dents pourries. Puis j'ai finis par être la seule personne avec des dents pourries [Rires]. Mais j'ai bien aimé l'idée, car je suis allé à l'école avec des gens qui ne se lavaient pas les dents quand ils étaient enfants et ils ont toujours fini par être étrange.

Qu'avez-vous fait pour avoir ces dents pourries ?

C'est comme de la peinture, et quand il y avait une longue scène, ça s’effaçait de mes dents. Donc je finissais avec des dents blanches à la fin de la scène, ce qui a fini par devenir une grosse corvée. Mais c'était cool en quelque sorte. C'était tellement bizarre quand vous vous retourniez et vous voyiez dans un miroir et il y'a cette chose bizarre qui sort de votre visage.

Êtes-vous sorti en public pour voir les réactions ou même juste pour entrer dans le personnage ?

Ouais, mais il n'y avait nulle part où aller, vraiment. C'était marrant. Chaque fois que vous aviez votre tête rasée, moins de gens venaient vous voir pour vous demander une photo [Rires]. C'est pourquoi j'essaye toujours de garder mes cheveux très court.

Ils se disent, "Non, non, je ne veux pas ce Robert Pattinson".

Exactement. "Je veux celui qui est sexy."

Vous chantez mémorablement en même temps que Keri Hilson sur la chanson "Pretty Girls Rocks" dans le film. Avez-vous eu votre mot à dire pour le choix de la chanson ?

J'aime vraiment cette chanson. Je n'avais pas réalisé à quel point c'était une chanson énorme. Je ne l'avais jamais entendu avant. David me l'a envoyé par e-mail et je me suis dis, "Wow, où a-t-il trouvé ça ?" J'ai pensé que c'était une chanson faite exprès pour le film, où alors une tout petit truc qu'il avait trouvé quelque part. Mais je me suis dis que c'était parfait pour la scène. Aussitôt qu'elle a commencé, je me suis dit, "C'est hilarant."

Quel est votre relation avec la musique pop ? Êtes-vous un fan ?

Je suppose que je n'écoute pas tant que ça de musique pop. J'écoute presque exclusivement du hip-hop, surtout à L.A. Ça va de Shade 45 à Sirius.

Qu'écoutez vous ?

Je suis un peu obsédé par Tyga en ce moment. Je ne sais pas pourquoi, j'ai soudainement eu ce regain d'intérêt pour le Hip-hop. Je n'en avait pas écouté depuis des années et maintenant je suis obsédé. Quand j'étais à l'école, de 1997 à 2003, j'étais vraiment, vraiment à fond dans le hip-hop. Toutes mes chansons préférées viennent de cette époque. Mais il y'a quelques nouvelles personnes, en fait, j'aime vraiment ce que fait Chris Brown.

Amy Nicholson, la critique de L.A Weekly, a écrit sur The Rover, "Pattinson semble avoir choisi ce rôle précisément car cela fera fuir du cinéma les fans de Twilight." Y'a t-il un peu de vérité la dedans ?

Non, je ne veux pas que quelqu'un s'enfuisse du cinéma ! Je veux que tout le monde y aile [Rires]. C'est assez curieux la façon dont les gens l'interprète. Il y a une partie qui veut voir mon personnage dans the rover d'une manière sympathique, à cause de Twilight. Mais je n'essayais pas de le jouer sympathique. [Rires] Je veux dire, je tue des gens. Il ne l'ai pas vraiment la.

Donc clairement les critiques, comme les gens font le liens de "A" à "B" mais ce n'est pas quelque chose à laquelle vous avez pensez ?

Ouais. Je veux dire, beaucoup de gens retiennent des choses complètement différentes. Je n'ai jamais vraiment essayé de prédire la manière dont les gens aller réagir à quelque chose. Car je n'en ai aucune idée. J'ai approché chaque film en me disant, "Je vais faire le meilleur film de tout les temps." [Rires] Et puis, peu importe ce que les critiques et le public ou quiconque pense après ça. J'ai aimé ou pas - c'est la seule chose qui m'importe.

Y a t-il une part de vous à qui la pure folie qui a accompagné la saga Twilight manque ?

Euh, quand vous faites des films, c'est la même chose. J'ai réalisé à quel point j'aime tourné en dehors d'une ville, car je supporte pas que les gens prennent des photos. Même quand je faisais le film Life à Toronto, nous étions au milieu de nulle part, mais c'était à seulement une heure de Toronto. Et tout les jours, il y avait des paparazzis prenant des photos avec des gros objectifs. Et j'ai le sentiment de mettre de l'argent dans les poches de ces gars juste en étant dehors. Donc je me cache constamment pour rendre leur vie la plus difficile possible. Mais ensuite ça rend votre vie difficile aussi.

Est-ce un peu devenu un jeu, ou est ce seulement de l'ennui ?

C'est simplement ça, je ne veux pas qu'ils aient quoique ce soit gratuitement. Et les gens qui regardent les photos, ils supposent que si vous êtes beaucoup photographiés, c'est parce que vous le voulez. Donc si vous essayez de réclamer une vie privée, ils se disent, "Et bien ça ne te dérangeait pas à ce moment là". Donc vous devez être cohérent, et dire, "Je n'ai jamais voulu être photographié, jamais."

Avez-vous déjà du sortir déguisé ?
Ce ne marche pas vraiment. Mais j'ai beaucoup de tours, comme changer de voitures, ce genre de choses. Vous finissez par devenir un peu espion. [Rires] Très secret.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 14 Juin - 12:10

Traduction de l'article du L.A times lors de l'avant-première

Sur le Tapis rouge de "The Rover", Robert Pattinson sous une nouvelle forme.

La seule similitude entre le travail de Pattinson dans Twilight et dans son nouveau film "the Rover" ? Les fans en délire qui apparaissent alors qu'il marchait sur le tapis rouge à Los Angeles jeudi dernier, lors de la première américaine du film australien indépendant.

"C'est toujours distrayant quand cela arrive," a raconté le réalisateur de The rover, David Michod, au cours d'une rare accalmie à l'extérieur du Théâtre Regency Bruin.

Avant de choisir Pattinson dans The Rover - Le second film du réalisateur (le premier était "Animal KingDom" en 2010) - Michod dit qu'il n'a pas été influencé par la période vampirique de Pattinson.

"Je ne connaissais que très peu son travail, mais je l'avais rencontré avant même de savoir que j'allais faire "The Rover" et je l'avais apprécié," raconte Michod. "J'ai trouvé son énergie physique vraiment séduisante et il était en quelque sorte émotionnellement disponible, donc j'avais vraiment envie de voir ce qu'il pouvait faire. Et il m'en a mis plein la vue, au point qu'avec mon directeur de casting ont s'est tourné l'un vers l'autre une fois qu'il a quitté la pièce et on s'est dit "Et bien, Ok, on a trouvé, pas vrai ?<"

Cette rencontre a finalement conduit Michod a choisir Pattinson dans son nouveau film, qui montre la star et Guy Pearce dans un duo improbable qui se lance dans une quête à travers un paysage post-apocalyptique. Pattinson a échangé la peau qui scintillent et les cheveux parfaitement coiffé par des plaies ouvertes et une coupe de cheveux raté.

"C'est tellement sombre, et juste si différent." raconte pattinson à propos du film. "Quelque chose m'a parlé, et je ne sais vraiment pas ce que c'était."

Il ajoute, "Si ces scénarios m'arrivaient tous les six mois, je voudrais les faire à chaque fois. Mais ce n'est pas le cas."

Pearce remarque qu'il "a vu la transformation avant le premier jour, vraiment" et Liz Watts, une des productrices du film, dit qu'elle croit que la philosophie de l'équipe a aidé Pattinson à parfaire son personnage.

L'acteur, dit-elle, "Est venu dans l'Outback et a du résisté aux mouches, à la chaleur, à la poussière et à tout le reste." (Pattinson a fait des commentaires élogieux sur l'isolement du lieux de tournage qui l'a aidé à se concentrer sur son rôle.)

Il y avait une ambiance différente à Westwood jeudi soir, les fans en délire était un rappel des expériences plus typique de Pattinson.

Tenant une grande affiche du visage de Pattinson, Nancy Cambino, 47 ans, raconte qu'elle a voyagé depuis Long Island pour voir Pattinson à la première de The RoveR. Elle est devenue fan pendant Twilight et l'a rencontré plusieurs fois. Mais ce n'est pas Twilight qui fait qu'elle continue d'apprécier Pattinson.

En fait, je n'aime pas Twilight, je n'ai jamais aimé," explique Cambino. "Je suis une fan de Rob, pas une fan de Twiight. J'ai vu Twilight et je me suis dis "Oh, j'aime ce type," et j'ai été voir tous ses autres films et je les ai bien plus apprécié."

Cambinon dit qu'elle a déjà son ticket pour voir the Rover cette nuit à une projection publique, pointant avec impatience les mots sur son affiche de Pattinson au dessous du titre du film.

"Un rôle redéfinissant sa carrière. C'est ce dont il s'agit." dit-elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 14 Juin - 12:46

Interview avec The Hollywood Reporter

Robert Pattinson at 'The Rover' L.A. Premiere: 'I'm Not Trying to Break Out of Anything'

The teen heartthrob, made famous for his role in "Twilight," confessed to THR at his latest film's premiere in Los Angeles that he has "lots and lots of secrets."

The screams of teenage girls could be heard for miles as Robert Pattinson hit the Los Angeles Regency Bruin Theatre on Thursday night at the U.S. premiere of The Rover.

The British star, wearing a navy blue Alexander McQueen suit, hit the red carpet with writer and director David Michod, producers David Linde and Liz Watts, and co-star Guy Pearce for the film's Los Angeles debut.

Made famous for his leading role in the Twilight saga, the actor told The Hollywood Reporter that he is not confining his career to a specific genre. "I'm not really trying to break out of anything. I feel like every single movie I've done is part of the same road. I'm not trying to distance myself of anything particularly," Pattinson said. "I just hope people like [the film]."

Set during a decade following a global economic depression, The Rover tells the story of Eric (Pearce), who relentlessly pursues a brutal gang in the Australian outback that has stolen his car — his only remaining possession. Left abandoned by his brother and fellow gang members, Rey (Pattinson) is forced to guide Eric in tracking down the brutal clan.

"To be honest, [The Rover] did come to me from a place of anger, when it was despair and anger that I was feeling about the state of the world today," Michod explained. "The movie is set a few decades in the future, but it isn't set for post-apocalypse." Michod wanted the evils showcased in the film to be "directly connected" and representative of the wrongs seen and experienced in "the world today."

While filming, the cast and crew endured extreme heat (just over 110 degrees), rain storms and outback flies, which are apparent throughout the movie. "It always helps to be in real locations," Pearce said. "That extreme heat, those flies and that vast expanse of desert — it just adds to it, like you're putting on a costume. It takes you there."

Though each role was a deciding factor in choosing to partake in the project, both Pearce and Pattinson remarked that Michod's directorship was ultimately why they committed to the film. "It wasn't the role that drew me to the film. It was the script and David that drew me to the film … this time it was really about David being the filmmaker that he is," Pearce revealed. Pattinson also remarked: "I really like David a lot. I love Animal Kingdom … [the Rover script] just seemed so different and original. It was a bit of a no-brainer."

Audiences can expect to see another side to Pattinson's acting talents in gangster-type film Idol's Eye, alongside Robert De Niro, out at the end of this year. The film still comes as a surprise to Pattinson: "It sounds crazy for me to say … that's something which I've wanted, which I think anyone would want to do."

Though the Rover star is seemingly normal and content with the simple things in life, including inflatable furniture, driving a 1989 BMW and downsizing from a $6.27 million home to a rental, he is a man of mystery. "[I have] lots and lots of secrets that will remain secrets forever," he said.

Following the premiere, an exclusive afterparty at the W Hotel in Westwood drew Neighbors star Zac Efron, Katy Perry and Michelle Rodriguez. Partygoers were served Loft & Bear cocktails, an assortment of appetizers including sliders, mini pigs in a blanket and chicken skewers, and an array of desserts at a chocolate fondue bar.

Source

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 14 Juin - 20:43

Traduction de l'interview avec BuzzFeed

Robert pattinson place Twilight derrière lui

Pattinson parle de son nouveau thriller sombre The Rover, de changer la perception des gens et d'être le gars qui "n'a jamais joué dans une équipe de sport".

Dans l'univers sombre de The rover, il n'y a pratiquement pas de trame de fond - illustration d'une monde où rien ne compte vraiment - et nous en savons peu sur le personnage de Robert Pattinson, Rey, juste que lui et son frère ainé (Scoot McNairy) font partis d'une petite bande de voyous qui ont été violemment contrecarré durant un acte criminel que nous ne voyons pas. Un Rey blessé a été abandonné à cause de l'opportunisme de quelqu'un, c'est comme ça qu'il devient l'otage d'Eric (Guy Pearce), dont la voiture a été volé par les anciens amis de Rey. (Eric veut vraiment récupérer sa voiture, pour une raison qui est révélée seulement à la fin du film). Dans le rôle de Rey, Pattinson joue un "idiot" comme Eric l'appelle, très éloigné d'Edward Wullen dans Twilight, le vampire qui fait fantasmé les adolescents.

The Rover est le second film de David Michod en tant que réalisateur, suivant le loué et provocateur Animal Kingdom en 2010. Et même s'il prend place en Australie, d'où vient Michod, Rey et son frère ont inexplicablement un accents d'Amérique du Sud. C'est bien pour Pattinson de ne pas ressembler à Edward, le personnage qui l'a rendu connu. Pattinson commence peureux - dans une scène où il se replie en position fœtale. Mais il change plus le film avance (le décrire serait spoiler). Dans Variety, Scott Foundas parle d'"une performance redéfinissant une carrière" pour Pattinson.

Dans une interview avec BuzzFeed cette semaine à Beverly Hills, Pattinson parle de The Rover (qui a fait ses débuts à Cannes le mois dernier et qui sort à New York et Los angeles ce week end, et qui sortira nationalement vendredi prochain) et de sa carrière post-Twilight. Et il a beaucoup travaillé : en plus de Maps To The Stars de David Cronenberg qui a aussi fait ses débuts à Cannes, il apparaîtra bientôt dans Queen of The Desert de Werner Herzog, Life d'Anton Corbjin, Idol's Eyes d'Olivier Assayas avec Robert De Niro dont le tournage n'a pas encore commencé. Comme quelqu'un qui trébuche dans une immense célébrité après avoir été choisi pour Twilight et ensuite tombe dans un nid de vipère de paparazzi, considéré comme la moitié d'un couple pour les tabloïds, alors qu'il sortait avec sa partenaire Kristen Stewart, Pattinson, qui a maintenant 28 ans, décrit sa vie après Twilight comme un "processus".

Il a vécu une bonne partie de sa vie chassé par les paparazzis et les fans, mais en personne, il n'est ni torturé ni soucieux. En fait, il n'a pas tardé à rire. Et il semble avoir compris comment mener une vie saine, à défaut d'une vie normale.

Vous avez un accent du sud dans ce film, ainsi qu'un certains nombre de tics physiques et verbaux. Était-ce écrit ou les avez-vous développé avec David Michod ?

Ça disait qu'il venait du sud, mais pas d'endroit spécifique. Je suppose que tous ces tics - C'était écrit de manière assez saccadée ? Donc quand vous commencez à lire à voix haute, ça finit par se ressentir dans votre corps.

The Rover semble avoir été épuisant à faire. Il avait l'air de faire chaud et d'y avoir toutes ces mouches. Comment était-ce ? Est-ce que ça vous a aidé pour le rôle ?

Je pensais que ça serait très facile. Je pense que la chose la plus stressante dans les films c'est quand la météo devient vraiment aléatoire. Puis tout le monde panique tout le temps. Mais il faisait tout le temps chaud. Si vous essayiez de jouer quelqu'un de propre, alors ça aurait été très stressant. D'avoir quelqu'un retouchant votre maquillage toutes les 10 secondes - mais vous étiez juste assis sur un tas de boue, ça ne faisait pas vraiment de différence. Vous pouviez simplement jouer dans la saleté.

Vous portiez les mêmes vêtements tout le temps.

Je ne pense même pas qu'ils avaient des doubles des vêtements. Ça a pris un moment. On a essayé des centaines de jeans. C'était surtout à propos de la sensation - la manière dont le département des costumes les vieillissaient. Nous avons littéralement mis de la colle pour les modeler d'une certaine manière. Ils étaient épais. Mais je savais, en quelque sorte, ce que je voulais ressentir. De plus, pour le tee-shirt, je savais exactement depuis l'audition quel tee-shirt je voulais porter. Les couleurs et tout.

Je veux vous interroger sur la scène où vous chanter "Pretty Girl Rock". Ça sort de nulle part et c'est agréable.

Quand je suis arrivé à cette partie du scénario, c'était un des tournants principaux : Wow, c'est à un autre niveau comparé à la plupart des choses que j'ai lu. Et si courageux aussi - faire quelque chose qui pourrait complètement dérouter les gens. Je pensais que ça serait un petit ajout, quand je suis arrivé pour faire la scène, David avait monter le son de la chanson à fond, sur une piste audio de 100 pieds de long. Et il l'a fait durant toute la chanson. C'était génial.

C'est un moment frais - Vous plaignez vraiment le personnage qui n'a jamais vécu un autre genre de vie.

Il n'a jamais vraiment appris comment penser comme une personne normale. Il n'a aucune idée de l'impact de ses décisions, car aucune des décisions qu'il a prise n'a affecté quelque chose.

Twilight a fait de vous une star de cinéma, riche et la cible des paparazzis. Maintenant que cela fait presque deux ans depuis que Breaking Dawn Partie 2 est sortie, quel regard portez-vous sur cette expérience ?

Je savais quand j'ai signé après que le premier soit sorti, je savais que ça allait prendre 10 ans pour vraiment - je ne sais pas vraiment quoi ! Pour atteindre le prochain plateau. J'ai été extrêmement chanceux aussi, mais on dirait qu'il y a des petites graduations - chaque année, chaque travail, quelque chose se produit, et la perception des gens change un peu. Je ne regarde pas en arrière comme si c'était une partie différente de ma vie. C'est une continuité, vraiment.

Beaucoup d'acteurs naviguent entre des gros films de studios et des plus petits indépendants. Mais depuis Twilight, vous semblez éviter les films de studio. Est-ce délibéré ?
L'occasion ne s'est pas vraiment présentée. Peut être qu'il y a eu une petite période après le premier Twilight où juste parce que vous êtes nouveaux, on vous offre un tas de films à gros budget. Et rien ne m'a vraiment marqué. Mais je pense que mon énergie et aussi la manière dont les gens me perçoivent - Je ne colle pas vraiment à des rôles comme ça. Je n'ai jamais fait parti d'une équipe sportive à l'école et je pense que les gens peuvent le dire ! En vieillissant, les rôles deviennent un peu plus ouvert. Mais les rôles de jeunes gars dans les gros films, vous pouvez toujours dire que le gars à fait partie d'une équipe de sport. Je les déteste.

J'allais vous demander si vous aviez le sentiment que Twilight vous a retenu, mais maintenant je pense que je devrais demander si oui ou non être dans une équipe sportive l'a fait.

C'est simplement bizarre. Je pense que je gravite vers les rôles solitaires. Je sens que mes réactions émotionnelles sur certaines choses sont un peu hors sujet. Je me rappelle durant Twilight, Catherine Hardwicke disant "Pourquoi la regardes-tu comme ça ? On dirait que tu veux la tuer." Et je disais, "Ah bon ? C'est un regard amoureux !" J'ai essayé de faire des choses sur Cosmopolis et - c'est un spectre émotionnel qui est un peu hors sujet. Je sens que je peux m'investir dedans un peu plus que l'ordinaire.

Vous avez l'air très centré sur le réalisateur dans vos choix.

Vous essayez de limiter la marge d'erreur autant que vous pouvez. Même si vous finissez par faire un mauvais film, mais vous travaillez avec Herzog ou quelqu'un d'autre, vous ne faites pas un film de super héros qui est supposé être quelque chose de complètement différent. Et ensuite si vous faites un mauvais film de super héros, Qu'attendez-vous ?

Venez-vous juste de dire que le film d'Herzog dans lequel vous êtes et jouez T.E Lawrence est mauvais ?

Non, pas du tout. Je suis à peine dedans en plus.

Oh, vraiment ? Je ne savais pas.

J'ai tourné durant 10 jours. Non, je pense que ce sera cool. J'ai vu quelques extraits avec Franco et Nicole Kidman qui ont l'air vraiment bon. C'est une assurance. Avec Michod, je voulais travailler avec lui depuis des années. Je trouvais qu'Animal KingDom était un des meilleurs premier film depuis ces dix dernières années.

Vous avez un tas de films à venir, mais un qui m'a interpellé c'est Life, l'histoire de James Dean et Dennis Stock, le photographe. Beaucoup des rôles que vous avez fait depuis Twilight semblent n'avoir aucun lien avec votre vie - mais le sujet de la photographie et d'une jeune star a un lien.

C'est marrant, je n'y ai pas pensé. Ce que j'ai aimé c'était que ça parlait de la jalousie professionnelle. C'était avant que James Dean ne deviennent connu, mais il était évident qu'il aimait se faire prendre en photo. Les deux étaient très arrogant, et les deux pensant être des artistes. Dennis étaient tellement rempli de névroses et était jaloux de tout. Je n'ai pas vraiment pensé à l'aspect sur la célébrité. Je ne pense pas que Dennis y pensait aussi. Et puis, je pense qu'après, il était furieux que ce soit son héritage.

J'ai lu une interview de vous récemment dans laquelle vous dites que vous n'êtes pas sûr de vous être trouvé en tant qu'acteur. Pensez-vous que ça arrivera un jour ?

Je ne sais pas. D'un certain côté, je ne l'espère pas. La seule chose dont je m'occupe dans tous mes emplois c'est d'essayer de surpasser mes problèmes de confiance. Je pense que d'une certaine manière, ça m'a aidé d'être simplement tombé dedans, et de ne pas vraiment avoir eu besoin de ça. C'est comme ça que vous devenez fou et que vous perdez le contrôle de votre vie personnelle. D'une certaine manière, c'est très frustrant quand je sais comment faire quelque chose, quelque chose m'inhibe. Ça me rend fou. Je pense que c'est bien de ne pas avoir d'attente envers le personnage. Et ensuite, je suis bien.

Que faites vous quand vous trouvez que vous n'arrivez pas à faire quelque chose ?

C'est horrible. C'est arrivé à un moment quand je faisais Life. Je savais exactement comment faire cette scène. J'avais planifié toute la scène durant tout le film. Et puis, pour une raison quelque conque, ça n'est pas arrivé. Et personne ne le savais. J'ai juste, perdu la tête sur le tournage. Tout le monde était mal à l'aise. Aussi, avec un peu d'expérience vous réalisez, Ok, je ne vais laisser personne d'autre parler, et faire chaque ligne de 10 manières différentes. Et j'espère qu'ils vont arranger ça lors du montage. Pouvez-vous faire ma performance pour moi ?

Est-ce frustrant.

C'est la chose la plus horrible. surtout parce que la plupart du temps, spécialement dans les grandes scènes d'émotion, c'est juste parce que vous sentez que vous faites semblant. Et vous savez comment ne pas faire semblant, mais rien ne se passe dans votre corps. Et il n y a rien à faire. A la fin de la journée, les gens la regarde et la moitié du temps ils ne peuvent pas le deviner. Ou 90 % du temps, vous regardez une scène, vous pensez que c'est la pire scène que vous avez jamais faite et vous faites complètement semblant dedans - et personne ne le sait .

J'ai récemment relu cette histoire de couverture de Vanity Fair sur vous, en 2011, quand votre vie semblait être invivable à cause des paparazzis. Est-ce que les choses se sont améliorées ?

Je me souviens faire cette interview, et je pensais que, je racontais des blagues. Et puis l'interview est sortie et on avait l'impression que j'étais sur le point de me suicider.

oh ! Une partie portait sur ses commentaires sur ce qu'elle a observé de votre vie.

Je me disais, "Comment avez-vous observé ça ? On s'est juste assis dans la maison de quelqu'un." Peu importe. Je suppose que d'un point de vue extérieur, il y a une période de contraction dans votre vie où vous devez vous habituer à ce que vous ayez l'impression que votre vie devient invraisemblablement petite. Mais c'était il y a 4 ans. Je me sentais un peu bizarre à l'époque. Mais vous vous rendez compte de ce que vous faites et soudainement ça devient plus facile. Certaines personnes sont ok d'être photographiées entrain de faire leur courses ou quoique ce soit d'autre. J'ai réalisé que je ne pouvais pas le gérer. Et donc, je ne vais plus dans des endroits où je peux être photographié. Et aussitôt que j'ai pris cette décision - de ne plus m'en inquiéter, de ne plus m'en plaindre - on s'enlève un sacré poids.

Donc il y a moyen de vivre votre vie sans être photographié ?

Ouais. A 100%.

Même ici à L.A ?

Il y a très peu d'endroits où vous pouvez aller. Si vous allez à "The Grove", vous acceptez que quelque chose se passe.

Vous ne pouvez pas aller à l'Apple Store à The Grove.

Cet endroit me manque. Regarder les fontaines !

Donc, vous aimez vivre à Los Angeles ? Je veux dire, vous pourriez vivre où vous voulez.

J'ai toujours pensé que j'allais retourner vivre à Londres, mais Londres a tellement changé depuis que je suis parti. Beaucoup de mes amis ont quitté la ville, ou ils ont une famille. C'est différent. Et puis, mon principal intérêt dans ma vie en ce moment c'est le cinéma, et c'est la meilleure place où être pour en faire. Puis, j'aime la légèreté de la vie ici. Les gens veulent faire des choses - ils ne sont pas tout le temps déprimés. Dans beaucoup de grandes villes, la plupart des gens se disent "Oh mon dieu, c'est impossible." Les gens ne sont pas comme ça à L.A. Et j'aime ça.

Dans cette interview pour Vanity Fair, vous avez dit admirer Charlie Sheen -

J'ai dit ça ?

Je suis sûr que c'était très spontané ! Vous avez dit que vous aimiez que ce soit une personne dingue qui se fiche de tout. Et dans The hollywood Reporter récemment, vous parlez du fait d'être fan d'Harmory Korine, pour j'imagine les mêmes raisons. Pourriez-vous vous en foutre si vous essayiez ?

Je le fait, d'une certaine manière. Mais je ne veux pas que les gens me détestent. Je fais surtout ce que je veux. Mais une des choses que je veux c'est que les gens m'aiment !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 14 Juin - 22:11

Traduction d'Hollywood Reporter

Robert Pattinson à la première de The Rover à L.A : "Je n'essaye pas de m'évader de quelque chose

L'idole des adolescents, rendu célèbre pour son rôle dans "Twilight", a avoué à THR lors de la première de son dernier film à Los Angeles qu'il avait "Beaucoup, beaucoup de secrets"

Les cris des jeunes filles pouvaient s'entendre à des kilomètres tandis que Robert Pattinson était au Regency Bruin Theatre de Los Angeles jeudi soir, lors de la première américaine de The Rover.

La star britannique, vêtu d'un costume bleu marine d'Alexander McQueen, était sur le tapis rouge avec l'auteur et le réalisateur David Michod, les producteurs David Linde et Liz Watts, et son collègue Guy Pearce pour les débuts du film à Los Angeles.

Rendu célèbre pour son rôle principal dans la saga Twilight, l'acteur a raconté à The Hollywood Reporter qu'il ne restreignait pas sa carrière à un genre spécifique. "Je n'essaye pas vraiment de m'évader de quelque chose. J'ai le sentiment que chaque film que je fais, fait parti du même chemin. Je n'essaye pas de me distancier de quelque chose en particulier," dit Pattinson. "J'espère juste que les gens aimeront le film."

Se déroulant dix ans après une dépression économique mondiale, The Rover raconte l'histoire d'Eric (Pearce), qui poursuit sans relâche un gang brutal dans l'Outback Australien qui a volé sa voiture - sa seule possession. Laissé abandonné par son frère et les autres membres du gang, Rey (Pattinson) est forcé de guider Eric dans la traque du clan brutal.

"Pour être honnête, [The Rover] m'est venu de ma colère, c'est le désespoir et la colère que je ressens à propos de l'état du monde aujourd'hui," explique Michod. "Le film se déroule quelques années dans le futur, mais ce n'est pas fait pour être post-apocalyptique." Michod voulait présenté le mal dans le film comme étant "directement lié" et représentatif de ce qui va mal dans "le monde d'aujourd'hui"

Pendant le tournage, le casting et l'équipe a enduré la chaleur extrême (un peu plus de 110 degrés Fahrenheit), les tempêtes de pluie et les mouches de l'outback, qui se manifestent tout au long du film. "Ça aide toujours d'être dans des endroits réels," raconte Pearce. "Cette chaleur extrême, ces mouches et ce vaste désert étendu - ça s'ajoute, comme si vous mettiez un costume. Ça vous y emmène."

Bien que chaque rôle ait été un facteur déterminant dans le choix de prendre part au projet, à la fois Pearce et Pattinson ont remarqué que le fait que Michod réalise a été la raison pour laquelle ils se sont engagés dans le film. "Ce n'était pas le rôle qui m'a attiré dans le film. C'était le scénario et David qui m'ont attiré...cette fois, c'était vraiment parce que David était le cinéaste," a révélé Pearce. Pattinson fait aussi remarqué : "J'aime beaucoup David. J'ai adoré Animal Kingdom...[Le scénario de The Rover]semblait juste si différent et original. C'était un peu une évidence."

Les spectateurs peuvent s'attendre à voir une autre facette des talents d'acteurs de Pattinson, dans un film type gangster, Idol's Eye, au côté de Robert De Niro, à la fin de cette année. Le film est encore une surprise pour Pattinson :"Ça a l'air fou pour moi de le dire...c'est quelque chose que je voulais, je pense que tout le monde voulait le faire."

Bien que la star de The Rover est apparemment normale et se contente avec des choses simples de la vie, incluant du mobilier gonflable, conduire une BMW de 1989 et se débarrasser d'une maison de 6.27 million de dollars pour une location, c'est un homme mystérieux. "[J'ai]beaucoup, beaucoup de secrets qui resteront secret pour toujours,"dit-il.

Après la première, une afterparty exclusive à l'hôtel W à Westwood a attiré les stars voisines Zac Efron, Katy Perry et Michelle Rodriguez. On a servi aux fêtards des cocktail Loft&Bear, un assortiment d'amuse-bouche, incluant des mini porcs dans une couverture et des brochettes de poulet et une variété de desserts dans un bar à fondue au chocolat.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   

Revenir en haut Aller en bas
 
La revue de presse de L.A - Juin 2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2014-
Sauter vers: