The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La revue de presse de L.A - Juin 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 20 Juin - 18:58

Traduction l'interview avec Startribune

L'acteur Robert Pattinson passe de Twilight à l'obscurité.

Edward cullen a apporté la renommée à Robert Pattinson, mais il a beaucoup d'autres rôles en tête.

Les jeunes acteurs de Blockbusters doivent faire face à des émotions simples qui appauvrissent leur jeu d'acteur. La carrière de Robert Pattinson qui a démarré il y a 5 ans avec la saga Twilight lui a donné une renommée internationale et la richesse, mais la chose qu'il désire le plus c'est : la respectabilité.

Avant même de conclure la saga Twilight, Pattinson tendait à jouer des films plus petits. Il a joué le jeune mais excentrique Salvador Dali, dans le drame amoureux hispano-britanique "Little Ashes", et le journaliste parisien médisant dans "Bel Ami". Il a aussi eu des rôles principaux romantiques à Hollywood dans "Remember Me" et "Water For Elephants", mais il avait en tête des choses plus ambitieuses.

C'est pourquoi il interprète un crasseux, violent, déficient mental dans le thriller australien "The Rover". C'est un sacré changement que fait l'acteur britannique aux côtés de l'intense Guy Pearce. Les deux interprètent des alliés réticents qui chassent des assassins à travers l'Outback désolé. Pattinson a remporté les meilleures critiques de sa carrière dans le rôle d'un marginal ayant un accent de Floride bégayant.

Le film a été littéralement tourné au bout de la route, a t-il expliqué lors d'une récente conversation téléphonique. "C'est la que le tarmac se terminait. Ensuite, il y avait un chemin de terre sur encore 2 000 miles qui allait jusqu'à l'autre bout de l'Australie." Le lieu principal, un village sordide avait une population de "40 ou 50 personnes, au milieu de nulle part."

Malgré des conditions difficiles, "C'était amusant qu'on soit tous ensemble,"dit-il "Il y avait un air de vacances, aussi. J'ai bien aimé." Mais ce n'était pas seulement la petite production qui l'a attiré, c'était aussi le rôle légèrement écrit, offrant une large latitude à un interprète pour se l'approprier. Le scénario est du réalisateur David Michod et Joel Edgerton, qui sont également tous deux des acteurs.

Il y a quelque chose de spécial dans les dialogues," si concis que ça donne l'impression que David Mamet est bavard. "Il y avait juste ces deux scènes de dialogues qui révèlent des choses, d'une manière obtus, sur le personnage au milieu de ces silences massifs. Je savais que je pourrais apporter des tas de choses."

"Je pensais que ce serait drôle quand je l'ai lu pour la première fois," raconte Pattinson. Pourtant, sa rencontre avec les cinéastes lors de l'audition a été un test d'endurance. "Je ne suis pas le genre d'acteur qui peut juste entrer dans la pièce et avec qui on accroche immédiatement. Je dois d'abord gérer un tas de névroses différentes." dit il en riant. "L'audition a duré 4 heures. Les 30 premières minutes, j'étais totalement en panique, incapable de faire quoique ce soit. Aussitôt que j'ai passé la barrière initiale, c'était bien plus facile. David a sans aucun doute compris cela."

Pattinson avait une grande marge de manœuvre dans la création de la manière de parler et de l'apparence de son personnage. Ses cheveux ont été coupés court et tondu sur l'arrière, révélant son long cou qui donne un sentiment de vulnérabilité. "J'aimais l'idée que l'ont voit l'os à la base du crâne" explique t-il. "Je me suis rendu compte que quand vous avez un coupe de cheveux farfelu , qui ressemble à un coton tige, et que vous tournez une prise par dessus l'épaule, vous pouvez voir les tendons à l'arrière du cou. Vous pouvez encore faire des choses, même quand la caméra n'est pas sur votre visage. Vous faites toujours parti de la scène. "

Parallèlement à la première de The Rover à Cannes, Pattinson a aussi présenté sa seconde collaboration avec David Cronenberg, la cinglante satire sur l'industrie du cinéma "Maps to the stars". Si ce pied de nez blesse des égos dans le film, cela ne va pas ralentir Pattinson de s’orienter vers les films indépendants. Il a des projets en cours avec Harmony Korine ("Spring Breakers"), James Gray ("The Immigrant") et Werner Herzog, dont "Rescue Dawn" a donné à Christian Bale un changement de rythme dans sa course en tant que Batman.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 20 Juin - 19:12

Interview avec TIME

The Rover Finds the One Place in the World Where Nobody Will Follow Robert Pattinson

Robert Pattinson and Guy Pearce find solace and inspiration in The Rover's desert setting

When making his new film, The Rover, director David Michod may have uncovered the only location on Earth where Robert Pattinson is not followed by a hoard of paparazzi. The poetically sparse film, out nationwide this Friday, takes place in a desolate world 10 years in the future after the collapse of society, and reveals what could happen if humans are forced to survive by any means necessary. To create that world, Michod took Pattinson and his co-star Guy Pearce to the Flinders Ranges in the Australian desert, an area several hours north of Adelaide with few roads and fewer people. The cast and crew spent eight weeks shooting in early 2013, moving around to various locations throughout the desert, including the town of Marree, which has a population of 90.

“I didn’t quite realize how remote a lot of it was going to be,” Pattinson tells TIME. “It’s quite a big paparazzi culture in Australia. So I was expecting more of that. I remember setting up the contract and really thinking ‘If we’re going to be shooting exteriors all the time there’s going to be tons of people around. It’s going to be awful. I’m going to be playing this part and everyone’s going to think I’m weird.’”

“For Rob to shoot in a city like here or London you’re going to have a hundred people following the film set around,” Pearce adds. “Imagine if that’s how your work environment was all the time. So it’s not surprising that Rob thought it was going to be awful. But it wasn’t like that. There was like one person and the crew stopped them. I pity that one photographer that managed to find where we were.”

It was a hot, dusty environment that lent itself to the film’s bleak narrative, which follows a weathered man named Eric (Pearce) who encounters a simpleminded young man named Rey (Pattinson) and uses him to find his stolen car. It’s a minimal premise that showcases the grittiness of this future world, packing a subtle but hefty punch at the end. For the actors, the landscape helped channel the visceral survivalist nature of the story. “You know you’re going to be out there when you read the script and you’re aware of that being an aspect of the whole piece,” Pearce notes. “You almost can hear your own heart beating and you can hear yourself breathing. That feeling of possibly left out there alone is really palpable.”

The production moved from small town to small town over the eight weeks. Pearce, who drove himself the long distances, scored a crack in his car windshield that grew each leg of the journey. Pattinson, who says he was not allowed to drive himself, found the nomadic process fascinating and unlike any of his previous filming experiences. “The driving was incredible because there’s one road,” Pattinson says. “There’s so much wildlife [that has] not quite figured out that there’s a road. Literally every day someone would hit a kangaroo. There was blood all over the cars. It was crazy.”

Michod, who wrote the initial story for The Rover with actor Joel Edgerton back in 2008, selected this as his follow-up to 2010’s Animal Kingdom, his debut feature, largely because it embraced this elemental sense of survival in a hostile place. There is little explanation of what has happened that caused society to crumble in the story, but Michod’s underlying idea feels realistically possible.

“There wasn’t one single, sudden, almost unimaginable event that destroyed everything,” the director explains. “There was just a breakdown that was, in all likelihood, caused by a Western economic collapse probably running in tandem with the effects of extreme environmental degradation. Possibly the kinds of wars that might come as a consequence of peoples and countries fighting over limited resources. My hope is that you would just generally get the sense that things have just broken apart as opposed to exploded.”

Pearce and Pattinson’s characters are our window into this broken world, one with a brutal, animalistic instinct and the other with no real method of self-preservation. Pattinson embodies Rey as a twitchy, awkward migrant worker with a deep Southern accent. Michod sees the character as “not fully comfortable his own skin” and was impressed with Pattinson’s immersion into a role that is so different than his prior work, particularly in the Twilight series.

“I didn’t have any concerns,” Michod says of casting an actor as recognizable as Pattinson. “I don’t think I really had any idea how that baggage might manifest in terms of the film is received. And if anything I really liked the idea of taking someone so recognizable and giving them something wildly different to do. I found it kind of exhilarating watching him demonstrate that he’s actually a really wonderful actor.”

“I had quite an obscure, kind of obtuse, backstory for him,” Pattinson says of Rey. “Part of the whole thing with Rey is that his brother has played all the positions in his life. He doesn’t even really have memories – maybe there are memories of a place but it’s not like he had to put any particular effort in as he was growing up. Everything is blended together. It’s like being an actor – you can’t remember anything.”

The film takes on a meditative literary quality, falling somewhere between The Road and Of Mice and Men, which makes its moments of violence even more jarring. The Rover is the first film where Pattinson has really had to use a gun and he was not entranced by the opportunity. “I’m quite anti-gun, especially for idiots like me,” Pattinson says. “I didn’t like it at all. I don’t like the feeling of it. I get the thrill and the power trip of it but I felt silly as well holding a gun, especially pointing at targets and stuff. It’s just this bang-making machine. After a while it loses its luster.”

“I, too, have a real issue with guns,” Pearce adds. “I think they should be banished off the face of the earth. They’re awful things. There is an incredible thrill and sort of power as soon as you have one in your hands. That understanding of what you’re capable of doing with this thing is off the charts. It’s ridiculous and it’s enticing and it’s awful all at the same time and it just astounds me that so many people own guns in the world.”

Seeing as this possible incarnation of the future involves a lot of weaponry and the ability to commit violent acts, would either actor survive a similar collapse? “I think I’d end up in the opium den flophouse,” Pattinson says, referencing a depressed drug den seen briefly in the film. “Just hanging out like ‘I’m good.’” Pearce agrees, “Yeah, I’d probably end up there as well.”

source Via

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 20 Juin - 21:30

Traduction de l'interview avec TIME

The Rover a trouvé une place dans un monde ou personne ne suivra Robert Pattinson

Robert Pattinson et Guy Pearce ont trouvé le réconfort et l'inspiration dans l'environnement désertique de 'The Rover'.

En faisant son nouveau film, The Rover, le réalisateur David Michod a peut être découvert le seul endroit sur Terre où Robert Pattinson n'est pas suivi par une horde de Paparazzi. Le film poétiquement épars, qui sort dans tout le pays ce Vendredi, se déroule dans un monde désolé, dans le futur, 10 ans après l'effondrement de la société et révèle ce qui pourrait arrivé si les humains sont forcés de survivre par tous les moyens nécessaires. Pour créer ce monde, Michod a emmené Pattinson et son collègue Guy Pearce dans les Flinders Rangers, dans le désert australien, une zone à plusieurs heures au nord d'Adelaide avec peu de routes et peu de gens. Le casting et l'équipe ont tourné durant 8 semaines, début 2013, se déplaçant à divers endroits à travers le désert, incluant la ville de Marree, qui a une population de 90 habitants.

"Je n'avais pas réalisé à quel point se serait isolé" raconte Pattinson à TIME. "Il y a une culture du paparazzi assez grosse en Australie. Donc je m'attendais à plus que cela. Je me souviens lors de la signature du contrat avoir vraiment pensé, 'Si nous tournons des scènes en extérieurs tout le temps, il va y avoir des tonnes de gens. Ça va être bizarre. Je vais jouer ce rôle et tout le monde va penser que je suis bizarre.'"

"Pour Rob, tourner dans une ville comme ici ou Londres, vous avez des centaines de gens autour de la scène de tournage," ajoute Pearce. "Imaginez si c'était votre environnement de travail tout le temps. Il y avait genre une personne et l'équipe l'a arrêté. Je plains ce photographe qui a réussi à trouver où nous étions."

C'était un environnement chaud, poussiéreux, qui se prête au récit sombre du film, qui suit un homme usé qui s'appelle Eric (Pearce), qui rencontre un jeune homme simple d'esprit s'appellant Rey (Pattinson) et se sert de lui pour trouver sa voiture volée. C'est une prémisse minimale qui met en valeur la rudesse de ce monde futur, qui finit par un coup de poing subtil mais lourd. Pour les acteurs, le paysage a aidé à canaliser la nature survivaliste et viscérale de l'histoire. "Vous savez que vous allez y être quand vous lisez le scénario et vous êtes conscient que c'est un aspect du film," note Pearce. Vous pouvez presque entendre votre propre battement de cœur et votre respiration. Ce sentiment de pouvoir être laissé seul là-bas est vraiment palpable."

La production a bougé de petites villes en petites villes durant ces 8 semaines. Pearce, qui a conduit lui-même durant ces longues distances, a fissuré son pare-brise de voiture, qui s’agrandissait à chaque étape du voyage. Pattinson qui raconte ne pas avoir été autorisé à conduire, à trouver le processus nomade fascinant et ne ressemblant à aucune des ses expériences de tournage passées. "La conduite était incroyable car il n'y avait qu'une seule route" explique Pattinson. "Il y a tellement de faune sauvage, qui n'ont pas vraiment compris qu'il y avait une route. Littéralement, tout les jours quelqu'un heurtait un kangourou. Il y avait du sang partout sur les voitures. C'était dingue."

Michod qui a écrit l'histoire initiale pour The Rover avec l'acteur Joel Edgerton en 2008, l'a choisi pour son deuxième long métrage après Animal Kingdom en 2010, en grande partie parce que cela parle de ce sens élémentaire de survie dans un milieu hostile. Il y a peu d'explication sur ce qui a causé l'effritement de la société dans l'histoire, mais l'idée sous-jacente de Michod donne l'impression d'être réellement possible.

"Ce n'était pas un seul évènement soudain, presque inimaginable qui détruit tout," explique le réalisateur. "C'était simplement une rupture, qui selon toute vraisemblance, a été causé par un effondrement économique de l'ouest, qui a probablement conduit la destruction extrême de l'environnement. Peut-être le type de guerre qui pourrait avoir comme conséquences que les peuples et les pays se battent pour des ressources limitées. J'espère que vous comprendrez que les choses se sont simplement brisées, plutôt qu'explosées."

Les personnages de Pearce et de Pattinson sont notre fenêtre sur ce monde brisé, l'un avec un instinct bestial et brutal, l'autre sans véritable instinct de préservation. Pattinson incarne Rey, un travailleur migrant, nerveux et maladroit, qui a un accent du Sud profond. Michod voit le personnage comme n'étant "pas très à l'aise dans sa propre peau" et a été impressionné par l'immersion de Pattinson dans un rôle si différent de son travail passé, notamment dans la saga Twilight.

"Je n'ai pas eu d'inquiétudes," dit Michod sur le fait de choisir un acteur aussi reconnaissable que Pattinson. "Je ne pense pas que j'avais vraiment conscience de la manière dont ce bagage se manifesterait pour le film. Et j'ai vraiment aimé l'idée de prendre quelqu'un de si reconnu et de lui donner quelque chose de largement différent à faire. J'ai trouvé ça assez exaltant de le voir démontrer qu'il était en fait un acteur vraiment merveilleux."

"J'ai un passé assez obscur et obtus pour lui" raconte Pattinson sur Rey. "Une des choses avec Rey est que son frère à eu tous les rôles avec lui. Il n'a pas vraiment de souvenirs - peut-être que ce sont des souvenirs d'un endroit, mais ce n'est pas comme si il avait fait un effort particulier pendant qu'il grandissait. Tout se mélange ensemble. C'est comme être un acteur - vous ne pouvez pas vous souvenir de tout. "

Le film a une qualité littéraire méditative, si situant entre "The Road" et "Of Mice and Men", qui rendent les moments de violence encore plus choquant. The Rover est le premier film où Pattinson doit vraiment se servir d'une arme et il n'a pas été fasciné par cette opportunité. "Je suis plutôt anti-armes, surtout pour les idiots comme moi," dit Pattinson. "Je n'aime pas ça du tout. Je n'aime pas le sentiment que cela donne. Je ressens l'excitation et la puissance que ça donne mais je me sens idiot de tenir une arme, surtout en pointant des cibles. C'est juste une machine à détonation. Après un moment, ça perd de son éclat."

"Moi aussi, j'ai un vrai problème avec les armes," ajoute Pearce. "Je pense qu'elles devraient être bannies de la surface de la terre. Ce sont des choses horribles. Il y a une excitation incroyable et une sorte de pouvoir aussitôt que vous en avez une dans les mains. Comprendre ce que vous êtes capable de faire avec cette chose est aberrant. C'est ridicule, alléchant et affreux à la fois et ça m'étonne que tant de personnes possèdent une arme dans le monde."

Voyant que cette possible incarnation du futur implique beaucoup d'armes et la possibilité de commettre des actes violents, est-ce que les deux acteurs survivraient à un effondrement pareil ?  "Je finirais dans un asile pour fumeurs d'opium" raconte Pattinson, se référant à un repaire de drogués que l'on voit brièvement dans le film. "Simplement trainer la, en disant "Je suis bien"" Pearce acquiesse, "Ouais, je finirais probablement ici aussi."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 62
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Ven 20 Juin - 22:49

 
Revenir en haut Aller en bas
jyca
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 1098
Date d'inscription : 16/09/2011
Age : 38
Localisation : Valenciennes

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 21 Juin - 1:32

 
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 21 Juin - 16:08

Interview avec The Telegraph (UK)

He has millions of female fans, he lives in Los Angeles and paparazzi dog his footsteps wherever he goes; yet it would be difficult to find a young man less interested in embracing his stardom than Robert Pattinson. The 28-year-old actor refuses to go the Hollywood route of big houses, wardrobes full of designer clothes and roles that utilise his boyish good looks.
He has even rejected the idea of taking the near-obligatory therapy route followed by nearly every self-absorbed star in Hollywood, although he jokes: “I would love to go into therapy but it makes me too anxious.”

Then, more seriously, he adds: “I’ve been talking to a lot of people about it and I don’t know. I kind of like my anxiety in a funny sort of way and I like my peaks and troughs. Luckily depression never lasts long with me.”

We are talking in a Beverly Hills hotel suite about his new film The Rover, set in a post-apocalyptic Australian wasteland, in which he is totally unrecognisable as Rey, a twitchy, dirt-caked, slow-witted lost soul with rotting teeth. He joins forces with Eric (Guy Pearce), a man of few words who is on the trail of a gang of thieves who stole his only possession, his car. Rey is a role as far removed from the handsome Edward Cullen in the Twilight movies as Pattinson could get – which suits him fine.

For three years, Pattinson lived virtually non-stop with the adventures of the brooding vampire and his romance with the mortal schoolgirl Bella, played by Kristen Stewart. It was the role that, whether he likes it or not, made him one of the hottest and most in-demand young actors in the world. He caused an army of female fans to leave their families and homes to follow him to wherever he was filming.

“I had a bit of a struggle at first because my life really contracted and I couldn’t do a lot of the stuff I used to be able to do," he admits. "But once I got through that a year or two ago I just accepted my life is something else and now I can’t really remember what it was like before, So it’s much easier to deal with.

“It seems much longer ago than two years since the last Twilight came out and I think as you get older you get a bit more confident with every movie you do, so it’s been a gradual graduation to this.”

Pattinson's "graduation" has included a romantic melodrama (Remember Me), a period circus piece (Water for Elephants), a tale of the French nobility (Bel Ami) and playing an introspective Wall Street tycoon (Cosmopolis). He will soon be seen as T.E. Lawrence in the yet-to-be-released Nicole Kidman film Queen of the Desert and he is a wannabe actor and writer in David Cronenberg's Maps to the Stars which, like The Rover, was well-received at this year's Cannes Film Festival.

“I’m curious to know whether people who liked the Twilight movies will come and see things like The Rover,” he says. “Hopefully they’ll enjoy it. I try to do ambitious projects but I don’t know if people are going to like them. You just try and do things which are challenging and hopefully people will appreciate that.”

Although his name is regularly linked with big studio projects such as Star Wars and superhero movies (recent rumours had him cast as a young Han Solo in a Star Wars spin-off), he denies he has ever been offered them and is wary about becoming involved in another franchise. “They don’t come into my orbit and I don’t really see myself in a lot of mainstream parts,” he says. “I’ve never been part of the group that gets these roles.”

He particularly enjoyed working on the low-budget apocalyptic thriller The Rover because it was filmed entirely on location in the scorching heat of the Australian outback, where he existed on a diet of “white bread and barbecue sauce”, and where there were no fans or photographers to pester him. “I just loved it because not only was there no one trying to find you, there’s no one there at all. I wasn’t worrying about anyone trying to sneak up on me or anything so I found it incredibly peaceful and relaxing.”

To land the role he had to go through an arduous four-hour audition for writer-director David Michod, whose previous film was the well-reviewed Animal Kingdom. “For the first 45 minutes I had to deal with my own neuroses before I’d do any kind of acting and I think David recognised this and when I let myself calm down I was fine.”

Michod recalls: “We would do a take and Robert would go, ‘Oh I was so terrible.’ But he wasn’t terrible, he’s just very English and very self-deprecating. I knew within five minutes of our four hour audition I’d found the actor to play Rey.”

Pattinson’s global travels keep him away from his home in London, which he isn’t too sorry about. “I spent two months in England last year which is the longest I’ve spent there in six years, which was nice, but I always go back to England at Christmas time and get so depressed that I’m glad to get back to Los Angeles," he says. "I’ve really grown to like L.A and I guess it’s my home at the moment.”

His current home is other people’s houses. “I had this great house which I bought four or five years ago," he says. "It was incredible, absolutely completely crazy. It was like Versailles, with an incredible garden, but I just stayed in one room. I sold it because I suddenly realised I’m not quite old enough to be dealing with plumbing and stuff. So I spent about six months borrowing peoples’ houses, which was nice. Now I’m renting a place which is much smaller.”

Pattinson laughs easily and often and is much more relaxed and at ease than in the early days when he resembled a startled deer caught in the headlights. Despite the massive changes in his life in a relatively short time, he has kept his feet firmly on the ground. Although he appears in advertisements for Christian Dior, he is certainly no fashion plate; he lost nearly all his clothes following a recent house move and hasn't bothered to replace them. “I’ve started wearing the same thing pretty much every day like a uniform,” he says. “I haven’t taken this jacket off for weeks,” indicating the black, slightly moth-eaten jacket he is wearing that nevertheless looks good on him.

“It’s ridiculous. I don’t understand how I don’t have any clothes. I’ve basically stolen every item of clothing that anyone’s ever given me for a premiere but in my closet there are literally about three things. I’m sure there’s some kind of random storage box full of them somewhere.”

Working for Dior, he says with a chuckle, is “the most ridiculous job in the world. I have to do barely anything and I just occasionally have to go to some Dior parties, which is great.”

Pattinson was born in Barnes, West London, and joined the local theatre club as a teenager. He was spotted by a casting agent and made his screen debut in 2004 in a German television production; he was then bizarrely cast as Reese Witherspoon’s son in Vanity Fair, although his scenes ended up on the cutting room floor.

He achieved some recognition for his role as the brave but doomed Cedric Diggory in Harry Potter and the Goblet of Fire and he had a brief flashback cameo in Harry Potter and the Order of the Phoenix. He had been torn between an acting career and going to university but the Harry Potter roles convinced him to stick with acting. He played a shell-shocked Second World War airman in a BBC Four production, The Haunted Airman, but then spent the best part of the next two years unemployed. His agent persuaded him to try his luck in Los Angeles so, armed with little but an English accent and a sense of humour, he did.

He was not sure whether he wanted the Twilight role when he was first offered it after auditioning by performing a love scene with the already-cast Kristen Stewart; she persuaded the director, Catherine Hardwicke, that he was the actor to play the troubled vampire Edward Cullen. “I’d read the book and couldn’t really picture myself in the role of this handsome, perfect guy,” he says. “I didn’t know how big it was going to be."

He was romantically involved with his co-star Stewart for three years but the romance ended when she reportedly had an affair with her Snow White and the Huntsman director Rupert Sanders. He is currently dating model Imogen Kerr although he politely declines to talk about his romantic life.

Reviewing how he arrived at where he is in life he uses a word which features frequently in his vocabulary – “ridiculous".
"I’m extremely lucky which always makes me a little nervous,” he says. “I don’t quite know why I got so lucky but yeah, it’s just ridiculous and I’m pretty happy. Yeah, definitely pretty happy.”

The Rover is released on August 15 (UK)

Telegraph UK

We are not responsible for anything the journalist decided to add to the article. Posting for Rob's quotes, that are pretty interesting and it's a nice interview. Please don't start drama in the comment section.

source:Telegraph UK via RPLife

_________________
banniere 2015


Dernière édition par Patty le Sam 21 Juin - 16:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 21 Juin - 16:11

Interview avec Reuters

After winning over critics with the complex, dark family drama "Animal Kingdom" for his directorial debut, director David Michod wanted to pare things back to tell a simpler story about survival in his next film.

"The Rover," out in U.S. theaters on Friday, follows a lone character, Eric, who has his car stolen and embarks on a journey to recover it, handling threats and obstacles along the way.

Australian director Michod created a stark, stripped down, decaying setting in the outback of his native country and said he was inspired by his "despair" at the world today.

"I felt like I was literally making a movie that was set in a strange, dangerous and inhospitable version of the present day," the director said.

And yet, Michod said he still wanted to feature some hope for Eric, played by Guy Pearce, who finds it in an unlikely friendship with Rey, played by Robert Pattinson. Rey, an American petty criminal left for dead, is rescued by Eric and forms a bond with the introverted man, who takes him on a journey to recover his car and reunite Rey with his brother.

Pattinson delivers a performance in "The Rover" that takes him a world away from the brooding teenage vampire that rocketed him to fame in the "Twilight" film franchise.

The British actor transformed himself to play the dim-witted young Rey by adopting a jolted southern accent accompanied by twitches, tics and blank stares.

"It was quite interesting playing someone who has basically zero faith in himself," the actor said. "As soon as he starts opening his mouth, he'll either start almost questioning his own sentence as it's coming out of his mouth, and then trying to hide away from it."

The talkative Rey poses a sharp contrast to Eric, whom Pearce described as "a wounded animal," a product of surviving the harsh landscape of a decaying world, who spends much of the film in silence.

"I really enjoy working without necessarily relying on words and talking," the actor said. "The story you're to be telling is totally possible without actually having to say anything and then when you do speak, it really is more effective."

Michod said the biggest challenges he faced on "The Rover," made for about $12 million and distributed by A24 films, were related to the isolated, hot outback they filmed in, and in particular, a car chase sequence that he called "draining."

Despite the dark nature of the film that Michod compares to a dark fable, he hoped the end result is more optimistic for audiences.

"This movie is about how even in incredibly violent and challenging circumstances, people still have a basic need to try and find intimate connection with other human beings, so I like to think about this movie as a movie about love," he said.

source : Chicago Tribune via RPLife

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 21 Juin - 16:17

  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 21 Juin - 17:15



Traduction de l'interview avec Reuters

Pearce et Pattinson forme une amitié improbable dans le film de Michod "The Rover".

Los Angeles (Reuters) - Après avoir séduit les critiques avec le complexe, sombre drame familial "Animal Kingdom" pour son premier long métrage, le réalisateur David Michod a voulu alléger les choses en racontant une histoire plus simple sur la survie dans son prochain film.

"The Rover" qui sort dans les cinémas américains ce Vendredi, suit un personnage solitaire, Eric, a qui on a volé sa voiture et qui se lance dans un voyage pour la récupérer, faisant face aux menaces et aux obstacles tout au long du chemin.

Le réalisateur australien David Michod a crée un cadre austère, dépouillé, délabré dans l'outback de son pays natal et il raconte avoir été inspiré par son "désespoir" concernant le monde d'aujourd'hui.

"J'avais l'impression de littéralement faire un film qui se passait dans une version du monde actuel étrange, dangereuse et inhospitalière," explique le réalisateur.

Et pourtant, Michod dit qu'il voulait mettre en avant l'espoir pour Eric, joué par Guy Pearce, qui a trouvé une amitié peu probable avec Rey, interprété par Robert Pattinson. Rey, un insignifiant criminel américain laissé pour mort, est sauvé par Eric et se forme un lien avec l'homme introverti, qui le prend avec lui dans son voyage pour retrouver sa voiture et réunir Rey et son frère.

Pattinson offre une performance dans "The Rover" qui l'emmène dan un monde éloigné du vampire adolescent troublant qui l'a propulsé dans la célébrité avec la saga Twilight.

L'acteur britannique s'est transformé pour jouer le jeune imbécile Rey, en adoptant un accent du sud tressautant accompagné de tics et de regards sans expression.

"C'était assez intéressant de jouer quelqu'un qui n'a aucune foi en lui-même," raconte l'acteur. "Aussitôt qu'il commence à ouvrir la bouche, il commence à se questionner sur ce qu'il vient de dire et ensuite il essaye de se cacher."

Le bavard Rey présente un contraste frappant avec Eric, que Pearce décrit comme étant "un animal blessé", le résultat de la survie dans un paysage dur dans un monde en décomposition, qui passe la plupart du film en silence.

"J'aime vraiment travailler sans nécessairement compter sur les mots et parler," dit l'acteur. "L'histoire que vous allez raconter est totalement possible sans avoir à dire quoique ce soit et ensuite quand vous parlez, c'est vraiment plus efficace."

Michod dit que le plus gros challenge qu'il a affronté pour "the rover", fait pour 12 millions de dollars et distribué par A24 films, a été de montrer l'isolement, la chaleur de l'outback dans lequel ils filmaient dans le film et en particulier, dans une séquence de poursuite en voiture qu'il a qualifié d'"épuisant".

Malgré la nature sombre du film que Michod compare à une fable noire, il espère que le résultat final est plus optimiste pour le public.

"Ce film parle de la façon dont même dans des circonstances incroyablement violentes et difficiles, les gens ont toujours le besoin basique d'essayer de créer une connexion intime avec un autre être humain, donc j'aime penser que ce film est un film sur l'amour," dit-il.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 69
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 21 Juin - 17:51

  

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 21 Juin - 19:44

Traduction de l'interview avec The Telegraph UK

interview de Robert Pattinson : "Je n'ai pas besoin d'une thérapie"

La star de Twilight Robert Pattinson a quitté sa villa à Hollywood pour faire son nouveau film exténuant The Rover. Mais il est plus heureux que jamais, dit-il à John, Hiscock.

Il a des millions de fans féminines, il vit à Los Angeles et les paparazzis le suivent à la trace où qu'il aille; mais il serait difficile de trouver un jeune homme moins intéressé par le fait d'embrasser sa célébrité que Robert Pattinson. L'acteur de 28 ans refuse de suivre la voie des grandes maisons d'Hollywood, des armoires pleines de vêtements de créateurs et des rôles qui se servent de son apparence juvénile.

Il a même rejeté l'idée de suivre la thérapie quasi-obligatoire que suivent toutes les stars égocentriques à Hollywood, bien qu'il dit en plaisantant : "J'adorerai suivre une thérapie mais ça me rend trop anxieux."

Puis il ajoute plus sérieusement :"J'en ai parlé à pleins de gens et je ne sais pas. J'aime bien mon anxiété, d'une drôle de façon et j'aime mes hauts et mes bas. Heureusement la dépression ne dure jamais longtemps avec moi."

Nous parlons dans la suite d'un hôtel à Bervely Hills de son nouveau film The Rover, qui se passe dans un désert australien post-apocalyptique, dans lequel il est totalement méconnaissable dans le rôle de Rey, un esprit lent, agité, couvert de saleté avec des dents pourries. Il associe ses forces avec Eric (Guy Pearce), un homme de peu de mots qui est sur la piste d'un gang de voleurs qui a volé son seul bien, sa voiture. Rey est un rôle aussi éloigné que possible du beau Edward Cullen dans les films Twilight - ce qui lui convient bien.

Durant 3 ans, Pattinson a vécu pratiquement non-stop avec les aventures du vampire soucieux et sa romance avec la lycéenne mortelle Bella, interprété par Kristen Stewart. C'était le rôle qui, qu'il le veuille ou non, a fait de lui le plus beau et le plus demandé des jeunes acteurs dans le monde. Il est la raison pour laquelle une armée de fans féminines ont quitté leurs familles et leurs maisons pour le suivre partout où il tournait.

"J'ai un peu lutter au début car ma vie s'est vraiment contractée et je ne pouvais plus faire la plupart des choses que je faisais d'habitude," admet-il. "Mais une fois que j'ai passé ce cap il y a un an ou deux, j'ai simplement accepté que ma vie était différente et maintenant je ne me rappelle plus vraiment comment c'était avant. Donc c'est plus simple de le gérer.

"J'ai l'impression que cela fait plus de deux ans depuis que le dernier Twilight est sorti et je pense qu'en vieillissant vous devenez plus confiant après chaque film que vous faites, donc ça a été progressif."

La "progression" de pattinson inclut un mélodrame romantique (Remember Me), un film de cirque d'époque (Water For Elephants), un conte sur la noblesse française (Bel Ami) et jouer un magnat de Wall-Street introspectif (Cosmopolis). On le verra bientôt dans le rôle de T.E Lawrence dans le film à venir Queen of the desert avec Nicole Kidman et il est un écrivain et acteur en herbe dans Maps To The Stars de David Cronenberg qui, comme the Rover, a été bien accueilli au Festival du film de Cannes de cette année.

"Je suis curieux de savoir si les gens qui ont aimé les films Twilight iront voir des choses comme The Rover" dit-il. "J'espère qu'ils apprécieront. J'essaye de faire des projets ambitieux mais je ne sais pas si les gens les aimeront. Vous essayez et faites des choses qui relève du défi et j'espère que les gens les apprécieront."

Bien que son nom soit régulièrement lié à de grands projet de studio tel que Star Wars et des films de super-héros (les dernières rumeurs disent qu'il a été choisi pour jouer le jeune Han Solo dans le film dérivé de Star Wars), il nie avoir eu une offre pour ces films et se méfie d'être à nouveau impliqué dans une franchise. "Ils ne viennent pas à moi et je ne me vois pas vraiment dans une majorité des rôles principaux," dit-il. "Je n'ai jamais fait partie du groupe qui reçoit ces rôles."

Il a particulièrement apprécié travailler sur le thriller apocalyptique à petit budget The Rover, car il a entièrement été tourné sur place dans la chaleur torride de l'outback australien, ou il a vécu à base de "pain et de sauce barbecue" et où les fans et les photographes ne l'ont pas harcelé. "J'ai adoré car non seulement parce que personne n'a tenté de me trouver, mais il n'y avait personne. Je n'étais pas inquiet que quelqu'un essaye de m'espionner donc j'ai trouvé ça incroyablement paisible et relaxant."

Pour décrocher le rôle il a dû passer une audition difficile de 4 heures pour le scénariste/réalisateur David Michod, dont le précédent film, Animal Kingdom, a reçu de bonnes critiques. "Durant les 45 premières minutes j'ai du faire face à mes propres névroses avant de pouvoir jouer et je pense que David l'a reconnu et quand je me suis calmé j'étais bien."

Michod se rappelle : "Nous venions de faire une prise et Rober disait, 'Oh j'ai étais horrible'. Mais il n'était pas mauvais, il est juste très anglais et plein d'autodérision. Je savais au bout de 5 minutes de nos 4 heures d'audition que j'avais trouvé l'acteur qui allait jouer Rey."

Les voyages à travers le monde de Pattinson le tiennent éloignés de son domicile à Londres, ce qui ne le désole pas vraiment. "J'ai passé deux mois en Angleterre l'année dernière ce qui a été la plus longue période depuis 6 ans, c'était agréable, mais je reviens toujours en Angleterre pour Noël et je suis tellement déprimé que je suis content de retourner à Los Angeles," dit-il. J'ai vraiment appris à apprécier L.A et je suppose que c'est ma maison en ce moment."

Sa maison actuelle est en fait la maison d'autres personnes. "J'avais cette super maison que j'avais acheté il y a 4 ou 5 ans," raconte t-il. "C'était incroyable, absolument dingue. Ça ressemblait à Versailles, avec un jardin incroyable mais je ne restais que dans une pièce. Je l'ai vendu car j'ai soudainement réalisé que je n'étais pas assez âgé pour gérer les histoires de plomberie ou autres. Donc j'ai passé près de 6 mois à emprunter la maisons des gens, ce qui est sympa. Maintenant je loue un endroit bien plus petit."

Pattinson rit facilement et souvent, il est beaucoup plus détendu et à l'aise qu'au début quand il ressemblait à un cerf effrayé pris dans les phares d'une voiture. Malgré des énormes changements dans sa vie dans un temps relativement court, il a gardé les pieds sur terre. Bien qu'il apparaît dans des publicités pour Christian Dior, il n'est certainement pas une gravure de mode; il a perdu presque tout ces vêtements après son déménagement et il n'a pas pris la peine de les remplacer. "J'ai commencé à porter les mêmes choses chaque jours comme un uniforme," dit-il. "Je n'ai pas porté cette veste depuis des semaines." indiquant la veste noire qu'il porte, un peu mitée, mais qui pourtant lui va bien.

"C'est ridicule. Je ne comprends pas pourquoi je n'ai plus de vêtements. J'ai les ai pratiquement tous volé lorsqu'on me les donnaient lors des premières mais il n'y a littéralement que trois choses dans mon placard. Je suis sûr qu'il doit y avoir un stockage de rangement plein de vêtements quelque part."

Travailler pour Dior, dit-il avec un petit rire, est "le travail le plus ridicule du monde. Je ne fais presque rien et à l'occasion j'assiste à des soirées Dior, ce qui est cool."

Pattinson est né à Barnes, dans l'ouest londonien et a rejoint un club de théâtre local quand il était adolescent. Il a été repéré par un agent et a fait ses débuts à l'écran en 2004 dans une production télévisée allemande; il a été bizarrement choisi pour jouer le fils de Reese Witherspoon dans Vanity Fair, bien que ses scènes ait été coupé au montage.

Il a gagné une certaine visibilité pour le rôle du courageux mais condamné Cédric Diggory dans Harry Potter et la coupe de feu et il a  eu une brève apparition dans Harry Potter et l'ordre du phoenix. Il a hésité entre une carrière d'acteur et aller à l'université mais le rôle dans harry potter l'a convaincu de rester acteur. Il a joué un aviateur de la seconde guerre mondiale atteint de psychoses traumatiques dans une production de BBC 4, The Haunted Airman, mais il a passé la plus grande partie des deux années qui ont suivi sans emploi. Son agent l'a persuadé de tenter sa chance à Los Angeles, donc, armé de peu de choses, mais avec un accent anglais et un sens de l'humour, il est parti.

Il n'étais sûr de vouloir le rôle de Twilight quand on lui a offert pour la première fois, après avoir passer l'audition à faire une scène d'amour avec la déjà choisi Kristen Stewart; elle a persuadé la réalisatrice, Catherine Hardwicke, qu'il était l'acteur pour jouer le rôle du vampire troublant Edward cullen. "J'avais lu le livre et je n'arrivais pas à m’imaginer dans le rôle du beau mec parfait," dit-il. "Je ne savais pas à quel point ça aller devenir énorme.

Il a eu une relation amoureuse avec sa collègue Stewart pendant trois ans, mais la romance s'est terminée quand elle aurait eu une liaison avec son réalisateur de Blanche Neige et le Chasseur, Rupert Sanders. Il est actuellement en couple avec le mannequin Imogen Kerr, mais il refuse poliment de parler de sa vie amoureuse.

En examinant comment il en est arrivé là dans sa vie, il utilise un mot fréquent dans son vocabulaire - "Ridicule."

"Je suis extrêmement chanceux ce qui me rend toujours un peu nerveux," dit-il. "Je ne sais pas très bien pourquoi je suis tellement chanceux, mais ouais, c'est juste ridicule et je suis plutôt heureux. Ouais, je suis incontestablement heureux."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 69
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Sam 21 Juin - 20:00

 

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
jak
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 2627
Date d'inscription : 25/04/2012
Age : 74

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Dim 22 Juin - 0:48

  pour toutes ces traductions   
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Dim 22 Juin - 9:38

Interview avec The Boston Globe

Robert Pattinson is a changed man, literally, in David Michôd’s latest drama, “The Rover.” Gone are his perfect “Twilight” teeth and the floppy hair that helped the teen vampire franchise make billions at the box office. Gone is the brooding, leading-man stare that made its way into “Water for Elephants” and gave star power to David Cronenberg’s adaptation of Don DeLillo’s bleak “Cosmopolis.”

In “The Rover,” the post-apocalyptic tale of a man (Guy Pearce) on a desperate search for his car in the desolate Australian outback, Pattinson plays a troubled sidekick — a slow-thinking man with a Southern drawl, rotting teeth, and a violent streak.



The role, which adds moments of strange comic relief to the film, won Pattinson big accolades at the Cannes Film Festival. The actor, 28 and almost two years past “The Twilight Saga,” called the Globe to talk about “The Rover” hours before it had its Los Angeles premiere.

Q. I spent the day reading reviews of you in this movie. They use phrases like “inarguable skill.”

A. Wow.


Q. Do you read reviews?

A. Oh, yeah, definitely, but I only remember the bad ones.

Q. Have you always read reviews? Even during the “Twilight” years?

A. I never learn my lesson. I was sitting around earlier reading them and everyone’s like, “Stop it. You’ve got to keep doing press all day.”

Q. You must be loving all these “Rover” reviews. People keep using the word “transformative.”

A. It’s really the best I could have hoped to have happened. I’d already come to terms with it being completely not received well and everyone hating it, so everything is a bonus.

Q. How did you wind up in this film? I read an interview with your director [Michôd] where he talked about having a meeting with you. I was wondering which one of you was wooing the other.

A. I met him before the script was even around. I loved “Animal Kingdom” so much. I like quite aggressive filmmaking. He seems very ambitious, which is very different. When this script came around, it was one of the top five scripts I’ve ever read since I started acting.

Q. At what point was it decided that you were going to do a deep Southern accent in this film?

A. It said in the tiny description of the character that he was from the South, and that was basically the only thing it said about the character. Actually, Southern accents are quite fun to do anyway; you want to start saying the lines out loud. Generally, you want to start being analytical about a part, and with this, it was just immediately — you want to perform it.

Q. The accent seemed effortless.

A. For some reason, with regional and American accents, my ear’s quite good, it’s quite attuned to it. I can do regional American a lot better than I can do regional English. I don’t know why. I think just growing up on American movies — and from singing as well. I grew up listening to a lot of blues and stuff. It’s that kind of cadence.

Q. I want to talk about the wardrobe in this film – and the teeth. You looked believably filthy.

A. It’s massive to me, all the costumes and everything, especially shoes and stuff. However generic the wardrobe looks, like the jeans, we’d gone through hundreds of pairs of five-dollar jeans to find the right ones.

Q. Were you allowed to shower during this filming process?

A. Yeah, it doesn’t make any difference. The second you wake up in the morning, you’re already pouring sweat. [“The Rover” was shot in Australia.] It’s kind of nice because you don’t need to have the makeup touch-up every two seconds. You’re just covered in blood and grime.

Q. I wondered which was more difficult — to be in this kind of costume or to be in “Cosmopolis,” where you have to look perfect throughout the film.

A. I guess both of them. I remember waking up [during the shooting of] “Cosmopolis,” and my hair was stuck in the shape constantly. This [“Rover” look] is nice because you can sit around in a big pile of mud and just enjoy yourself.

Q. Speaking of “Cosmopolis,” David Cronenberg is being honored at the Provincetown Film Festival this weekend. You’ve now worked with him twice, in “Cosmopolis” and “Maps to the Stars.” If I get to interview him, what should I ask?

A. I would try to find the most random question about African politics or something and he’ll stun you with his encyclopedic knowledge of it. Or about 15th-century Czechoslovakian philosophy. He’ll be like, “Oh, as a matter of fact . . . ”

Q. According to the Internet, you’re in the running to play Indiana Jones. Is that just a Hollywood rumor or the real thing?

A. No, I think this story’s just made up. It’s like a, what is it called, a reverse psychology sound board where they say, “Oh, let’s write an article about how excited we are about him being cast as Indiana Jones and then everyone will say how much they hate him and how terrible an idea it is.”

Q. You have your big “Rover” premiere tonight. Will your “Twilight” fans still camp out to see you?

A. They’ve always been pretty supportive in every movie I’ve done; they’ve always created websites for the movie and stuff. I think everyone I work with is so stunned because they’re very proactive. That’s kind of great and always kind of shocking. Yeah, I’m curious about how people are going to interpret this one.

Q. You talk about liking ambitious directors. What’s the next ambitious move for you?

A. I just keep getting really lucky. I’m doing [“Idol’s Eye”] in October with [French director] Olivier Assayas and Robert De Niro, which is kind of a ridiculous thing. I met Olivier two years ago and he talked about this script. It’s crazy and I’m so excited about doing it. Things just seem to keep dropping in my lap at the perfect moment.

Q. Do you get any chance to read books — or is it all scripts now?

A. I just read the Andre Agassi autobiography, which I thought was amazing. I thought it was so great. I read this book by Steven Pinker called “How the Mind Works,” which is also one of the best books I’ve read in ages. It’s about evolutionary psychology. I didn’t understand any of it [laughing].

Q. I should ask what you’re wearing to the premiere tonight. Isn’t that what I’m supposed to ask?

A. Really, I’m actually staring right at it right now because I had to get it refitted because I’m a fatass at the moment. I think it’s Alexander McQueen.

source: The Boston Globe via RPLife

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 58
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Dim 22 Juin - 10:53

 Imogen Kerr ?? vrament ?   

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
Rnath
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 1528
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 45
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Dim 22 Juin - 13:24

  
Revenir en haut Aller en bas
jak
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 2627
Date d'inscription : 25/04/2012
Age : 74

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Dim 22 Juin - 16:30

 
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 62
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Dim 22 Juin - 17:33

  
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Dim 22 Juin - 19:31



Traduction du Boston Globe

Le nouveau visage dramatique de robert Pattinson

Robert Pattinson est un homme changé, littéralement, dans le dernier drame de David Michod 'The Rover'. Révolue sa parfaite dentition 'Twilight' et ses cheveux savamment ébouriffés qui ont aidé la franchise sur le vampire adolescent à faire milliards au box office. Fini le rêveur, la vedette masculine qui a fait son chemin dans 'Water For Elephants' et qui a donné une grande puissance à l’adaptation du livre sombre de Don DeLilo, Cosmopolis de David Cronenberg.

Dans 'The Rover, l'histoire post-apocalyptique sur un homme (Guy Pearce) qui recherche désespéramment sa voiture dans l'outback australien désolé, Pattinson joue un sous-fifre agité - un homme lent d'esprit avec un accent du sud trainant, avec des dents pourries et qui a un côté violent.

Le rôle, qui apporte des moments comiques étrange dans le film, a permis à Pattinson de remporter les honneurs au festival du film de Cannes. L'acteur de 28 ans, près de 2 ans après la saga twiligjt, a eu une conversation téléphonique avec The Globe pour parler de 'The Rover', quelques heures avant d'aller à l'avant-première à Los Angeles.

Q : J'ai passé la journée à lire les critiques sur vous pour ce film. Ils ont utilisé des expressions telles que "compétence incontestable."

A : Waouh.

Q : Lisez vous les critiques ?

A : Oh, oui, tout à fait, mais je ne me souviens que des mauvaises.

Q : Avez-vous toujours lu les critiques ? Même durant les années "Twilight" ?

A : Je n'ai jamais retenu ma leçon. J'étais assis plus tôt, les lisant et tout le monde me disait, "Arrête. Tu dois continuer à parler à la presse toute la journée."

Q : Vous avez dû adorer toutes ces critiques sur The Rover. Les gens continuent d'utiliser le mot "transformation".

A : Je ne pouvais pas espérer mieux. J'avais déjà accepté le fait qu'il ne serait pas bien reçu et que tout le monde le détesterait, donc tout ce qui arrive est un bonus.

Q : Comment vous êtes vous retrouvez dans ce film ? J'ai lu dans une interview de votre réalisateur [Michod] où il parlait de votre rencontre. Je me demandais lequel a courtisé l'autre ?

A : Je l'ai rencontré avant d'avoir eu le scénario. J'ai tellement adoré "Animal Kingdom". J'aime le cinéma assez agressif. Il semble très ambitieux, ce qui est très différent. Quand j'ai eu le scénario, c'était un des 5 meilleurs scénarios que j'avais pu lire depuis que j'ai commencé à jouer.

Q : A quel moment a-t-il été décidé que vous alliez avoir un accent du sud profond dans le film ?

A : C'était dit dans une petite description du personnage qu'il venait du Sud et c'était l'une des seule chose qui était dite sur le personnage. En fait, les accents du sud sont assez marrant à faire; vous voulez commencer à dire les dialogues à haute voix. Généralement, vous commencez par analyser le personnage, et avec ça, c'était immédiat - vous voulez l'interpréter.

Q : L'accent semblait être fait sans effort.

A : Pour une raison quelconque, avec les accents régionaux et américains, j'ai une bonne oreille, j'y suis accoutumé. Je peux faire les accents régionaux américains bien mieux que ceux des régions anglaises. Je ne sais pas pourquoi. Je pense que c'est parce que j'ai grandi avec des films américains - et aussi grâce aux chansons. J'ai grandi en écoutant beaucoup de blues et ce genre de choses. C'est ce genre d'intonation.

Q : Je voudrais parler de la garde-robe dans ce film - et des dents. Vous avez l'air incroyablement sale.

A : C'est important pour moi, tous les costumes et tout, surtout les chaussures. Bien que la garde-robe soit classique, comme le jeans, nous avons essayé des centaines de jeans à 5 dollars avant de trouver le bon.

Q : Etiez-vous autorisés à vous doucher durant le tournage ?

A : Ouais, ça ne faisait pas de différence. Dès que vous étiez réveillés, vous étiez déjà en sueur. [The Rover a été tourné en Australie.] C'est assez sympa car vous n'avez pas besoin d'avoir de retouche maquillage toutes les deux secondes. Vous étiez simplement recouvert de sang et de crasse.

Q : Je me demandais ce qui avait été le plus difficile - être dans ce genre de costume ou être dans "Cosmopolis", où vous aviez un look parfait tout le long du film.

A : Je suppose les deux. Je me souviens me réveiller [durant le tournage de] "Cosmopolis," et mes cheveux étaient toujours mal coiffés. Cette apparence dans The Rover est sympa car vous pouvez vous asseoir dans un gros tas de boue et vous amusez.

Q : En parlant de Cosmopolis, David Cronenberg a été à l'honneur du festival du film de Provincetown ce week end. Vous avez à présent travaillé deux fois avec lui, dans "cosmopolis et "Maps To The Stars". Si je devais l'interviewé, qu'est ce que je devrais lui demander ?

A : J'essayerai de trouver une question au hasard sur la politique en Afrique ou quelque chose comme ça et il vous stupéfierait par sa connaissance encyclopédique. Ou alors sur la philosophie tchécoslovaque au 15ème siècle. Il dirait, "Oh, en fait..."

Q : Selon Internet, vous êtes en lice pour jouer Indiana Jones. Est-ce juste une rumeur à Hollywood ou est-ce vrai ?

A : Non, je pense que cette histoire a été inventé. C'est comme, ce qu'on appelle, la psychologie inversée, où ils disent "Oh, écrivons un article sur le fait qu'on soit excité qu'il soit choisi pour le rôle d'Indiana Jones et ensuite, tout le monde dira à quel point il le déteste et que c'est une mauvaise idée."

Q : Vous avez votre grande première pour "The Rover" ce soir. Est-ce que vos fans de Twilight campent toujours pour vous voir ?

A : Ils ont toujours soutenu tous les films que j'ai fait; ils ont toujours crée des sites internet sur le film. Je pense que toutes les personnes avec lesquelles j'ai travaillé sont surpris parce qu'ils sont très proactif. C'est assez génial et un peu choquant. Ouais, je suis curieux de voir comment les gens vont interpréter celui-ci.

Q : Vous avez dit aimé les réalisateurs ambitieux. Quelle est votre prochaine étape ambitieuse ?

A : Je continue d'être vraiment chanceux. Je vais faire [Idol's Eye] en Octobre avec [le réalisateur] Olivier Assayas et Robert De Niro, ce qui est assez ridicule. J'ai rencontré Olivier il y a deux ans et il m'a parlé de ce scénario. C'est dingue et je suis tellement excité par ce film. Les choses semblent continuer à me tomber dessus au bon moment.

Q : Avez-vous le temps de lire des livres  - ou seulement des scénarios ?

A :  Je viens de lire l'autobiographie d'Andre Agassi, que j'ai trouvé incroyable. J'ai trouvé ça tellement génial. J'ai lu ce livre de Steven Pinker qui s'appelle "Comment l'esprit fonctionne", qui est un des meilleurs livres que j'ai lu depuis longtemps. C'est sur la psychologie évolutionniste. Je n'ai rien compris [rires].

Je dois vous demander, qu'allez-vous porter pour la première de ce soir. N'est-ce pas ce que je suis censé vous demander ?

A : Vraiment, je suis entrain de regarder le costume en ce moment, je dois faire des retouches car je suis gros en ce moment. Je pense que c'est du Alexander McQueen.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 62
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Dim 22 Juin - 21:19

 
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 44
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Dim 22 Juin - 21:51

  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jel
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 6638
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Lun 23 Juin - 1:38

et pour toutes ces traductions
Revenir en haut Aller en bas
ptiteaurel
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 38566
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 37
Localisation : Arras

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Lun 23 Juin - 9:42

je lirais un jour lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé
avatar

Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 69
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Lun 23 Juin - 11:14

  

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
nicolisandra
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote
avatar

Nombre de messages : 9405
Date d'inscription : 16/03/2009
Age : 44
Localisation : ici et ailleurs

MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   Lun 23 Juin - 11:31

Un énorme pour tout ce boulot de titan   

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La revue de presse de L.A - Juin 2014   

Revenir en haut Aller en bas
 
La revue de presse de L.A - Juin 2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2014-
Sauter vers: