The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
jak
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2627
Date d'inscription : 25/04/2012
Age : 73

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Sam 14 Fév - 17:12

J'aime bien cet itw, le parallèle qui est fait entre la popularité de Rob et son rôle comme photographe dans Life, et il analyse bien sa situation par rapport à James Dean et l'après Twilight.

Il y a aussi quelques détails sur son prochain projet et son rôle de Laurence d'Arabie. Huit jours sur un chameau
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Sam 14 Fév - 19:17

Oui elle était sympa cette interview, j'ai bien aimé la traduire ! Donc apparemment le projet avec Harmony Korine est toujours au programme !!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 68
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Sam 14 Fév - 22:00


_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
Rnath
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 1528
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 44
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Dim 15 Fév - 14:50

Cette dernière interview est superbe. Centrée sur ces rôles, le journaliste a su tirer des réponses intéressantes.
Je suis ravie qu'il soit toujours dans le projet de Korine.

Et pour "Brimstone", Rob mentionne le caméraman de "Rundskop" ("Bullhead" en Français). Ce film est effectivement magnifique - une histoire tragique et passionnante. J'ai dû le voir 4 ou 5 fois.  
Rob doit parler de Nicolas Karakatsanis. Ce Chef-Opérateur / Directeur de la Photo (c'est l'homme derrière la caméra en effet) est en train de se faire une place dans le cinéma. Son dernier film était "Quand vient la nuit" et les critiques sur son travail étaient élogieuse (par exemple, la critique du Cercle - Canal + à 5:40). La présence de Nicolas Karakatsanis dans Brimstone, est déjà un gage de réussite.
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 43
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Lun 16 Fév - 15:32


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 57
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Ven 20 Fév - 11:08

pour cet itw que je viens enfin de prendre le temps de lire et qui est très instructif et RNath pour ces précisions tres intéressantes

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 61
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Ven 20 Fév - 12:17

les filles !!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 47
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Ven 20 Fév - 15:15


_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 24 Fév - 12:02

Interview avec Yahoo Singapore

Robert Pattinson: I had a lack of self-belief

EN Interview 1 - Ever since the Twilight films turned him into an object of mass attention, Robert Pattinson has tried to find his way clear of fan obsession and make his mark as a serious actor. Films like Cosmopolis and Bel Ami helped distance audiences from his vampire alter ego, and now, in Anton Corbijn's Life, Pattinson gives what is arguably the best performance of his career. The 28-year-old heartthrob plays Dennis Stock, the photographer whose iconic photos of James Dean during the last months of his life have sustained the actor's legend even more than his films.
"James Dean is very much an iconic figure to me," Pattinson says. "He represents disaffected youth and alienation in a powerful way that still resonates with us. Those photos of Dean, like the one where he is walking in Times Square, are much more part of our image and impression of him than his films. You can feel his aura and mystique in those photos."
It was an ironic choice of roles for Pattinson who was able to experience what life is like on the other side of the camera lens: "When you're on the red carpet, it's an eerie experience because you don't see the photographers because you're blinded by the lights and flashes most of the time! As a photographer, you get to hide behind your camera."
One of the hottest films at the recently concluded Berlin International Film Festival, LIFE explores the parallel lives of James Dean - played by Dane DeHaan - and Dennis Stock (Pattinson) while the latter was on a road trip taking photos of Dean as part of an assignment for Life Magazine, one of the most popular magazines of its era. The photos subsequently became the stuff of legend and posters that young people would put on their walls as a symbol of youthful rebellion and cool.
Pattinson not only understood something of how James Dean must have felt when his career skyrocketed within a very short time in Hollywood, but also how today's stars - Pattinson included - are so overexposed that they lose all mystery.
"People didn't know that much about Dean's private life and those photos that Stock took of him had so much more impact and meaning than anything you could imagine today," Pattinson muses about the work of the photographer who passed away in 2010.
For director Anton Corbijn, the film also has a deeper meaning in that before he became better known as a filmmaker, he achieved considerable fame for his NME photo shoot of Joy Division frontman Ian Curtis shortly before he hung himself. Like Stock did with his photos of Dean, The images of Curtis taken by Corbijn have in their own way amplified the legend of the fabled singer and Corbijn subsequently directed the film Control which depicted Curtis's dark and difficult life.
Wearing a fairly lush beard and looking pleasantly disheveled, Robert Pattison was greeted by adoring crowds during his stay at the Berlin festival. He was wearing a grey Armani jacket and jeans for our chat at the five-star Hotel de Rome.
In addition to Life, audiences will see Pattinson play Col. T.E. Lawrence in Queen of the Desert, a film starring Nicole Kidman and directed by Werner Herzog.

THE INTERVIEW
Q: Robert, it must have been inspiring to play an iconic photographer like Dennis Stock?
PATTINSON: His photos have played a huge part of our collective consciousness of James Dean and the myth that still surrounds him 55 years after his death. Almost everyone has seen some of those photos and so many people including myself have been influenced by our image and perception of Dean and how he represents disaffected youth. Dean is still one of the key figures who represent a kind of defiance and rebellion and someone who felt the confusion of being young and not wanting to conform or stick to the rules. There are very few photographers who have been able to capture that kind of mystique the way Dennis Stock did.
Q: How did you relate to Dennis Stock and his work as a photographer?
PATTINSON: What fascinated me was that he was an artist who was struggling with living up to his own expectations of what he should be doing as an artist. He doesn't feel he's accomplishing enough or doing the kind of work he wants to be doing. I've spent a long time dealing with the same kind of issues and trying to attain goals that I've set for myself and wanting to do the best work possible. I'm still very driven to do work that challenges me.
Q: Did you go through a James Dean phase in your younger days?
PATTINSON: (Laughs) I think almost every actor has a moment in their live when they are either obsessing over James Dean or trying to imitate some aspect of his personality or his acting style. I was a fan of his even before I wanted to become an actor. We all want to look as cool as he did although it's pretty much impossible! (Laughs) I admire his work greatly although I don't think I'm anything like him and I wouldn't dare to compare myself to him.
Q: Would you have wanted to play Dean yourself?
PATTINSON: No! I wouldn't have dared. And I think Dane (DeHaan) does a brilliant job.
Q: What kind of research did you do to prepare for the film?
PATTINSON: Anton (Corbijn) showed me a taped interview with Dennis Stock in which he was very rude to the interviewer. He was always a very complex figure and he had a lot of anger inside because he was very ambitious and wanted to make his mark as an artist. He was very jealous of other artists.
I also spent several months learning to use a camera and work with cameras the way a professional photographer would use them. I took a lot of photos and practiced the kind of movements a photographer makes while working. For a photographer, the camera is basically an extension of his body and he hides behind it while he's taking photos.
Q: Dennis Stock was very conflicted about his work. Were you the same way?
PATTINSON: I've suffered from a lack of self-belief. You worry that you're just faking it and people will start to see through you. So that fear keeps me going and inspires me to take on as many challenges as I can. I was making things much more difficult for myself by constantly worrying about my work and then I started to realise that I just had to simplify my approach and let my instincts take over. I feel a lot more confident now but I still have enough doubts that make me want to keep improving and evolving as an individual and as an actor.
Q: This kind of movie addresses the issue of celebrity and how an actor becomes larger than life. You've experienced that with your work as Edward Cullen in the Twilight films. How have you transitioned past that part of your career?
PATTINSON: It's become a lot easier as the years have gone on. It's not just that it's been a few years since the last Twilight, it's also that I've become a lot better at handling the attention.
One of the interesting things about the film is that it deals with how someone like Stock can block himself and stand in his own way because of his fears and jealousies. He wanted to be seen as an artist in the same way that Dean was and this was a complex issue for him. I've also dealt with my own anxieties in terms of what I wanted to achieve and my own artistic goals.
Q: How do you feel that process is coming along?
PATTINSON: I feel like I'm where I want to be. I don't feel frustrated anymore by the legacy of Twilight and the fact that I've been identified with my work in those films. I knew that it was going to take some time before people would be able to see me in a different way and that I would have to play a lot of different roles to shake up people's expectations of me. It's normal because of the massive success of those films. But in the long run I've tried to benefit from the attention I gained and find as many interesting roles as I can. I think people are beginning to see me differently now.
Q: Has there been any one film in particular that's helped you feel that you're on the right track in terms of your career?
PATTINSON: I was kind of drifting and unsure of what kinds of films I wanted to do until I did Cosmopolis with David Cronenberg. He offered me the role out of nowhere just a few weeks after I had finished the last Twilight film and suddenly I was thrown into this incredible story and playing a very complicated character. That changed my perspective and I knew that this was the kind of work that I wanted to do. It made a huge difference to me.
Q: Is it easier being Robert Patttinson now?
PATTINSON: (Laughs) I don't know... but I'm having a lot more fun now. You need to get past all the things that are holding you back and then everything starts becoming a lot easier in general.

source

Trad dans la journée Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 24 Fév - 13:33

La trad :

Robert Pattinson : J'ai manqué de confiance en moi

EN Interview 1 - Depuis que les films Twilight ont fait de lui un objet d'attention, Robert Pattinson a essayé de trouver sa voie à travers l'obsession des fans et de faire sa place en tant qu'acteur sérieux. Les films comme Cosmopolis et Bel Ami ont aidé le public à prendre de la distance avec son alter égo vampire, et maintenant, dans Life d'Anton Corbjin, Pattinson donne ce qui est sans doute la meilleure performance de sa carrière. L'idole de 28 ans joue Dennis Stock, le photographe dont les emblématiques photos de James Dean durant les derniers mois de sa vie ont nourri la légende de l'acteur plus que ses films.

"James Dean est une figure emblématique pour moi," raconte Pattinson. "Il représente la jeunesse mécontente et l'aliénation d'une manière puissante, qui résonne toujours en nous. Ces photos de Dean, comme celle où il marche sur Times Square, font beaucoup plus parties de l'image que l'on a de lui que ses films. Vous pouvez sentir son aura mystique dans ces photos."

C'était un choix de rôle ironique pour Pattinson qui a pu expérimenter comment est la vie de l'autre côté de l'appareil photo : "Quand vous êtes sur le tapis rouge, c'est une expérience étrange car vous ne voyez pas les photographes, car vous êtes aveuglés par les lumières et les flashs la plupart du temps ! En tant que photographe, vous vous cachez derrière votre appareil."

Un des films les plus populaire au récent festival du film international de Berlin, LIFE, explore les vies parallèles de James Dean - joué par Dane DeHaan - et Dennis Stock (Pattinson) alors que ce dernier faisait un voyage pour prendre des photos de Dean dans le cadre d'une mission pour le magazine LIFE, un des magazines les plus populaires de cette époque. Les photos sont ensuite devenues légendaires et transformées en poster que les jeunes mettaient sur leur mur comme symbole de la rébellion des jeunes et pour être cool.

Non seulement Pattinson comprend d'une certaine manière ce que James Dean devait ressentir quand sa carrière a explosé en très peu de temps à Hollywood, mais aussi comment les stars d'aujourd'hui - Pattinson inclus - sont si surexposées qu'elles perdent tout mystère.

"Les gens ne savaient pas grand chose sur la vie privée de Dean et ces photos que Stock a pris de lui avaient tellement plus d'impact et de sens que tout ce que vous pouvez imaginer aujourd'hui," Songe Pattinson sur le travail du photographe, qui est décédé en 2010.

Pour le réalisateur, Anton Corbijn, le film a aussi une signification plus profonde, car avant de devenir connu en tant que cinéaste, il avait une renommée considérable grâce à ses photos du chanteur de Joy Division, Ian Curtis, avant qu'il ne se pende. Comme Stock l'a fait avec ses photos de Dean, les images de Curtis prisent par Corbijn ont à leur manière amplifié la légende du chanteur et Corbijn a ensuite réalisé Control qui dépeint la vie sombre et difficile de Curtis.

Portant la barbe et échevelée, Robert Pattinson a été accueilli par une foule d'admirateur durant son séjour au festival de Berlin. Il portait une veste grise Armani et un jean pour notre discussion à l'hôtel 5 étoiles Rome. En plus de Life, le public va voir Pattinson jouer le colonel T.E Lawrence dans Queen of the desert, un film avec Nicole Kidman et réalisé par Werner Herzog.

L'INTERVIEW

Q : Robert, cela a du être inspirant de jouer un photographe iconique comme Dennis Stock ?
PATTINSON : Ses photos ont joué un grand rôle dans notre conscience collective de James Dean et dans le mythe qui l'entoure encore, 55 ans après sa mort. Presque tout le monde a vu quelques unes de ses photos et beaucoup de gens, moi y compris, ont été influencé par notre image et perception de Dean et comment il représente les jeunes mécontents. Dean est toujours une des figures clés qui représente une sorte de défiance et de rébellion et quelqu'un qui ressentait la confusion d'être jeune et de ne pas vouloir se conformer ou s'en tenir aux règles. Il y a quelques photographes qui ont pu capturer ce genre de mystique comme l'a fait Dennis Stock.

Q : Comment vous êtes vous connectés à Dennis Stock et son travail de photographe ?
PATTINSON : Ce qui m'a fasciné était que c'était un artiste qui luttait avec ses propres attentes de ce qu'il devrait faire en tant qu'artiste. Il n'a pas l'impression de faire assez ou de faire le genre de travail qu'il veut faire. J'ai passé un long moment à gérer le même problème et a essayé d'atteindre les objectifs que je m'étais fixé et de vouloir faire le meilleur travail possible. Je me pousse encore à faire un travail qui relève un défi pour moi.

Q : Etes-vous passés par une phase James Dean quand vous étiez plus jeune ?
PATTINSON : (Rires) Je pense que tous les acteurs ont eu un moment dans leur vie où ils étaient soit obsédés par James Dean ou soit essayaient d'imiter certains aspects de sa personnalité ou de son jeu d'acteur. J'étais fan de lui avant même de vouloir devenir acteur. Nous voulons tous avoir l'air aussi cool que lui, même si c'est quasiment impossible ! (Rires) J'admire beaucoup son travail mais je ne pense pas être comme lui et je n'oserais pas me comparer à lui.

Q : Auriez-vous voulu jouer James Dean vous-même ?
PATTINSON : Non ! Je n'aurais pas osé. Et je pense que Dane (DeHaan) fait un travail brillant.

Q : Quel genre de recherche avez-vous fait pour vous préparer pour le film ?
PATTINSON : Anton (Corbijn) m'a montré une interview avec Dennis Stock dans laquelle il est très désagréable avec l'intervieweur. Il a toujours été un personnage très complexe et avait beaucoup de colère en lui car il était très ambitieux et voulait faire sa place en tant qu'artiste. Il était très jaloux des autres artistes.
J'ai aussi passé plusieurs mois à apprendre à me servir d'un appareil photo et à travailler avec comme un photographe professionnel. J'ai pris beaucoup de photos et pratiqué le genre de mouvements que fait un photographe quand il travaille. Pour un photographe, l'appareil est en fait une extension de son corps et il se cache derrière pendant qu'il prend des photos.

Q : Dennis Stock était en conflit avec son travail. Était-ce la même chose pour vous ?
PATTINSON : J'ai souffert d'un manque de confiance en moi. Vous vous inquiétez car vous faites juste semblant et les gens vont commencer à voir à travers vous. Donc cette peur m'a fait avancer et m'a inciter à relever autant de défis que je peux. Je faisais des choses bien plus difficiles pour moi en m'inquiétant constamment de mon travail et puis, j'ai commencé à réaliser que je devais seulement simplifier mon approche et laisser mon instinct prendre le relais. Je me sens beaucoup plus confiant maintenant, mais j'ai encore assez de doutes qui me donnent envie de continuer à m'améliorer et à évoluer en tant qu'individu et en tant qu'acteur.

Q : Ce genre de film aborde la question de la célébrité et la manière dont un acteur devient hors du commun. Vous avez connu cela grâce à votre travail en tant qu'Edward Cullen dans les films Twilight. Comment avez-vous fait la transition avec cette partie de votre carrière ?
PATTINSON : C'est devenu bien plus facile avec les années. Ce n'est pas seulement car cela fait quelques années depuis le dernier Twilight, c'est aussi car je gère beaucoup mieux l'attention.
Une des choses intéressante dans ce film, c'est qu'il traite de la façon dont quelqu'un comme Stock peut se bloquer à cause de ses craintes et sa jalousie. Il veut être vu en tant qu'artiste de la même manière que l'était Dean et c'était une question complexe pour lui. J'ai aussi dû gérer mes propres angoisses sur ce que je voulais atteindre et sur mes propres objectifs artistiques.

Q : Comment ressentez vous ce processus ?
PATTINSON : J'ai le sentiment d'être où je veux. Je ne me sens plus frustré par l'héritage de Twilight et le fait que j'étais identifié par mon travail dans ces films. Je savais que cela prendrait du temps avant que les gens soient en mesure de me voir d'une manière différente et que je devrais jouer beaucoup de rôles différents pour secouer les attentes qu'ont les gens de moi. C'est normal en raison de l'énorme succès de ces films. Mais sur le long terme, j'ai essayé de bénéficier de l'attention que j'ai acquise et de trouver autant de rôles intéressants que je peux. Je pense que les gens commencent à me voir différemment maintenant.

Q : Y a t-il un film en particulier qui vous a aidé à vous faire sentir que vous étiez sur la bonne voie dans votre carrière ?
PATTINSON : J'étais un peu à la dérive et pas sûr du genre de film que je voulais faire jusqu'à ce que je fasse Cosmopolis avec David Cronenberg. Il m'a offert le rôle, sorti de nulle part, juste quelques semaines après que j'ai fini le dernier film twilight et soudainement j'ai été plongé dans cette histoire incroyable et je jouais un personnage très complexe. Ça a changé mon point de vue et je savais que c'était le genre de travail que je voulais faire. Ça a fait une énorme différence pour moi.

Q : Est-ce plus facile d'être Robert Pattinson maintenant ?
PATTINSON : (Rires) Je ne sais pas ... Mais je prend beaucoup plus de plaisir maintenant. Nous avez besoin de passer au dessus de toutes les choses qui vous retiennent en arrière et ensuite tout commence à devenir beaucoup plus facile en général.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 68
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 24 Fév - 14:31


_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 43
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 24 Fév - 15:11


_________________
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 47
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 24 Fév - 15:27


_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 57
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 24 Fév - 17:26

j'aime bien sa dernière phrase

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 61
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 24 Fév - 21:41

Revenir en haut Aller en bas
jyca
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 1098
Date d'inscription : 16/09/2011
Age : 37
Localisation : Valenciennes

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Sam 28 Fév - 3:17

bien dans sa tête et bien dans son cœur notre Rob grandit
Revenir en haut Aller en bas
jak
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2627
Date d'inscription : 25/04/2012
Age : 73

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Sam 28 Fév - 17:47

Je viens seulement de lire cette itw et çà aurait été dommage de la zapper, c'est intéressant ce qu'il dit, et je suis contente pour lui qu'il prenne plus de plaisir à jouer maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mer 22 Avr - 22:02

Nouvelle Interview avec F Magazine (Grèce) :

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

Traduction

Il ne cherchait pas la voie facile... Un rôle qui ressemblait plus à un piège et ses progrès en tant qu'acteur sont très différents de l'ordinaire. Il est aussi insupportablement beau !!! Ses yeux, son sourire, ses cheveux et un talent qui a mis du temps à être révélé, mais je sais pour sûr qu'il existe !!!!! Life sera son prochain film dans lequel il le prouvera. Arrêtez ce que vous êtes entrain de faire et prêtez attention : Robert Pattinson parle...

Question : Vous devez savoir qu'il y a des similitudes entre votre vie et celle de James Dean
Rob : Pour moi l'histoire de James Dean et celle de Dennis Stock sont deux histoires complètement différentes. L'histoire de James Dean, peut-être parce que je l'ai vécu jusqu'à un certain point, ne m'intéresse pas particulièrement. Depuis le tout début je me suis plus identifié au personnage de Dennis Stock.

Q : Comment voyez-vous James Dean ? Vous a-t-il inspiré ?
R : Presque tous les acteurs sont passés par une phase durant laquelle ils ont une obsession avec James Dean. Ses films ont eu une énorme influence. Certaines choses sont exagérées, mais c'est parce qu'il venait de commencer. Vous pouvez voir ses expérimentations courageuses. Certains de ses mouvements sont très légers, comme les mouvements d'un ballet, et d'autres sont manifestement forts. J'ai vu beaucoup de photos de lui et c'est intéressant de constater qu'il n'a jamais pris une mauvaise photo. Ce n'est pas juste à cause de son visage. Il a toujours su comment se tenir devant une caméra. En 1955, les gens n'étaient pas constamment photographiés et il n'était pas encore célèbre, mais il savait simplement que son visage rendait bien en photo. Il était très bon pour contrôler cela.

Q : Comment est-ce d'être photographié ? Aimez-vous cela ?
R : Je suis très mauvais pour ça. Il fut un temps, quand le premier film Twilight est sorti, je voulais montrer un certain profil. Quand vous pouvez le contrôler c'est bien, mais quand vous êtes photographiés tout le temps, vous perdez le contrôle. Tout à coup vous avez peur et vous devenez introverti. En ce moment je suis dans une phase "ne prenez pas de photos de moi !"

Q : Comment était-ce de travailler avec Dane DeHaan ?
R : Je n'aurais pas participé au film s'ils n'avaient pas trouver la bonne personne pour interpréter James Dean. Quand j'ai découvert que c'était Dane, je voulais faire le film, car je l'aime bien et j'ai rarement la chance de jouer avec quelqu'un de mon âge. Son rôle est difficile. Surtout avec le maquillage et la perruque. Il avait même de faux lobes d'oreilles. C'était dingue ! Mais c'est un gars sympa. En réalité la relation entre James Dean et Dennis Stock était assez bizarre. Ils étaient si différents mais tout comme Dane et moi, mais finalement nous nous sommes très bien entendus.

Q : Est-ce qu'il y a un endroit dans le monde ou certaines personnes dans votre vie avec qui vous pouvez être vous-même, qui sont une base stable pour vous ?
R : Je ressens seulement cela avec mes amis et ma famille. C'est impossible pour moi de trouver un endroit stable quand je bouge environ 8 mois dans l'année. J'avais ma maison à Los Angeles, dont j'ai déménagé récemment, pendant 2 ans et je ne l'avais même pas meublé.

Q : Avez-vous déjà eu une relation étroite avec un photographe ou un journaliste comme c'était le cas pour Dean ?
R : Pas avec un photographe. Quand Twilight venait tout juste de sortir il y avait quelques journalistes avec qui j'avais une bonne relation. Il y avait un rédacteur d''Entertainment Weekly' qui a fait ma première interview et c'était vraiment bien car je l'aimais bien. Nous sommes allez dans un bar et on a commencé à boire, bien sûr ce n'est pas quelque chose que je ferais maintenant. Quand vous avez donné assez d'interviews, un rédacteur peut vous pousser d'une manière différente pour avoir des infos, ce qui est mauvais pour vous.

Q : Est-ce que cela vous manque de ne pas pouvoir aller dans un bar pour vous relaxer ?
R : C'est aussi lié à l'image que vous voulez montrer au public. Quand vous ressentez tellement de pression, vous comprenez que le public ne se soucie pas de quelque chose de différent. Tout les rend fou. Vous dîtes quelque chose et la réaction à tout mes actes est massive.

Q : Comment vous sentez-vous quand votre vie privée est projetée comme un soap-opéra ?
R : C'est étrange. Bien que j'ai fait de gros efforts pour ne pas parler de ma vie privée, cela ne fait aucune différence. Ils inventent des choses variées. Quand vous faites partie d'une histoire, un article que quelqu'un d'autre a écrit, vous ne pouvez rien y faire. Même quand ils ne prennent pas de photos de vous, ils utilisent simplement de vieilles photos. L'an dernier, je pensais au fait qu'ils ne prenaient plus de photos de moi, donc qu'ils n'écriraient plus à mon sujet, car le public ne s'intéresserait pas à un article sans photo.

Q : Dennis Stock a fait beaucoup de sacrifices dans sa vie personnelle pour sa carrière. Feriez-vous cela ?
R : Je ne sais pas, mais je pense que Dennis Stock prétendait avoir fait beaucoup de sacrifices. Mais en fait, il avait peur de ne pas être aussi bon artiste qu'il ne le pensait. Donc il cherchait des excuses. La première chose qui m'a attiré dans le script, c'était que ça parlait d'un père qui ne voulait pas de son enfant. C'est un personnage tragique.

Q : Aimeriez-vous revenir dans les années 50 ? Est-ce une époque durant laquelle vous auriez aimer vivre ?
R : Je ne suis pas vraiment un type des années 50. Je n'aurais pas eu de problèmes avec les années 60. Je ne suis pas vraiment bon pour m'interdire des choses et les années 50 étaient comme cela. Une époque de contraintes.

Q : "Donc, vous auriez aussi eu une altercation avec le directeur du studio comme James Dean ?
R : Oui, mais probablement que j'aurais dit quelque chose comme 'Je ne suis pas un rebelle, je ne comprenais pas, s'il vous plaît...'

Q : Donc vous préféreriez plus la complaisance des années 80 ?
R : Non, non. Cette époque ne me convient pas non plus. Je suis une personne très paresseuse pour ce genre de style de vie.

Q : Avez-vous déjà utilisé des déguisements ?
R : Les deux dernières semaines je me suis dit que je ne porterai plus de casquettes et n'utiliserai plus de déguisements, car cela peut vous rendre dingue quand vous vous habillez tout le temps dans le but de vous cacher; cela vous influence psychologiquement. J'ai compris cela ces dernières semaines et je vais faire attention à cela.

Q : Donc c'est mieux de faire face aux paparazzis ?
R : Pour être honnête, les paparazzis ne sont pas vraiment le problème. Je me souviens que pendant des années j'avais peur. Les gens vous regardent tout le temps, vous sentez qu'ils vous jugent et c'est probablement ce qu'ils font. Vous ne devriez pas vérifier ce qu'ils disent sur vous sur Internet. C'est le pire de tout.

Q : Avez-vous déjà fait cela ?
R : Tout le monde le ferait. C'est une horrible habitude. Si, par exemple, ils parlent de vous dans la pièce d'à côté, vous allez probablement essayer d'écouter ce qu'ils disent. Et à la fin vous ne quittez plus votre chambre et surfez sur Internet. Je pense que vous devez le faire pour vous rappeler de qui vous êtes, car à la fin vous vivez dans une autre réalité étrange, vous vivez dans des chambres d'hôtels tout le temps et vous devenez plus ou moins un ermite.

Q : N'avez-vous personne avec vous ? Un ami ou de la famille ?
R : Oui, certains prennent avec eux des amis ou des membres de la famille. Mes amis et ma famille ont leur travail. Mais je ne voudrais pas d'eux avec moi de toute façon. C'est un bon moyen de détruire une amitié. C'est comme si vous disiez à votre ami : "Viens et deviens mon assistant !"

Et comment resté vous sain d'esprit ?
R : 'Je pense que j'ai perdu la tête... (rires)

Q : Combien de propositions semblables avez-vous eu après Twilight et à quel point était-ce important pour vous de jouer d'autres rôles ?
R : Après Twilight je n'ai fait que des choses qui m'intéressait. Ces 8 dernières années il n'y a eu que 2 ou 3 scripts que j'ai aimé et où à la fin je n'ai pas eu le rôle. Mais ce n'était pas que j'essayais de prendre une certaine direction. C'est juste arrivé !

Q : Quelle est la plus importante leçon de vie que vous avez appris ces dernières années ?
R : Quelqu'un m'a demandé quel conseil je donnerai au jeune moi. Je ne sais pas. Si vous vous dîtes 'ne t'inquiètes pas de ceci ou cela", c'est sûr que vous vous inquiéterez toujours de quelque chose d'autre. Nous avons besoin de cette peur. Je préfère être quelqu'un qui doit affronter tellement de peur que quelqu'un qui à l'illusion de n'avoir peur de rien. J'aime avoir des obstacles, aussi petits soient-ils.

Q : De quoi avez-vous peur ?
R : De tout (rires). Même de marcher dans la rue.

Source Scans Traduit à partir de la traduction anglaise de @RobsPromotion

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jak
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2627
Date d'inscription : 25/04/2012
Age : 73

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mer 22 Avr - 23:06

pour cette itw intéressante qui sonne vrai, c'est tout Rob jadore
Revenir en haut Aller en bas
lilipucia
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 14223
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 43
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Jeu 23 Avr - 16:39


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 57
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Jeu 23 Avr - 17:04

bien d'accord avec toi Jak

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 61
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Jeu 30 Avr - 1:42

Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Ven 3 Juil - 21:19

Nouvelle Interview avec le magazine Total Film :

image host image host image host image host image host image host

La traduction :

D'Harry Potter et Twilight à Cronenberg et Corbijn, la carrière de Robert Pattinson a été aussi bizarre que folle. Maintenant, jouant le chroniqueur de James Dean, Dennis Stock, dans LIFE, la star britannique médite sur les difficultés à faire partie de la liste des plus grands acteurs. "Il y a sans aucun doute des moments," dit-il, "où vous vous sentez séparez de tout."




Robert Pattinson fait la grimace. "Je déteste être pris en photo," grogne t-il. Ce qui pour un des hommes les plus photographiés au monde, un acteur qui a passé 7 années ou plus a être harcelé par les paparazzis curieux et les téléphones avec appareil photo, peut-être un problème. Twilight a transformé le garçon venant de Barnes en une sensation mondiale; jouer le vampire scintillant Edward Cullen l'a fait passé d'une personne un peu connue à un des acteurs britanniques de moins de 30 ans les plus riches (sa fortune serait de 65 millions de livres selon la liste des personnes les plus riches cette année du Sunday Times).

Il y a une décennie, il était inconnu : juste le fils bien élevé de Richard, un importateur de voiture vintage et de Clare, une employée dans une agence de mannequinat. Coupé au montage de Vanity Fair de Mira Nair et viré quelques jours avant le début de la production de "The Woman Before" en 2005 au théâtre Royal Court de Londres, les choses ont seulement commencé à changer quand il a eu le rôle de Cedric Diggory dans "Harry potter et la coupe de feu". Surnommé comme "le futur Jude Law", même à ce moment-là, cela prenda encore 3 ans avant que Twilight ne voit les caméras crépiter.

Appréciant l’ascension astronomique qui peut faire dérailler les plus jeunes, il y a une certaine résistance à garder son sang froid chez Pattinson, 29 ans. Même la révélation de, sa partenaire dans Twilight, Kristen Stewart avec le réalisateur Rupert Sanders, n'a pas réussi à le déphaser, publiquement tout du moins (peu de stars seraient aller joyeusement dans le show de Jon Stewart, se liant avec lui autour d'une glace Ben and Jerry's). Alors qu'il n'y a plus de "Robsten", Pattinson est maintenant fiancé à la chanteuse britannique FKA Twigs - ajoutant d'avantage à l'énigme R-Pattz. Quoiqu'il en dise, il est arrivé aujourd'hui prêt à être pris en photo : pantalon noir, t-shirt gris et une veste verte, avec le col remonté.

Ses cheveux bruns sont comme d'habitude coiffés comme s'il sortait du lit. Ces sourcils sont épais et sa barbe broussailleuse, il l'a faite poussé pour sa petite apparition dans le prochain film indépendant de Brady Corbet, "The Childhood of a leader" ("Et j'ai oublié mon rasoir" plaisante t-il). Il a alors le look d'un jeune hipster chic - La marque Dior a payé 8 millions de livres pour mettre en avant une campagne de pub pour une fragrance (à travers une publicité torride sous un air de Led Zeppelin). Pattinson, cependant, est bien plus qu'un look de mannequin; il s'est servi de la célébrité de twilight au maximum. Un banquier millionnaire coincé dans une limo dans Cosmopolis de David Cronenberg. Un survivant simple d'esprit dans une Australie post-apocalyptique dans The Rover. Et un scénariste en herbe dans la satire Hollywoodienne de Cronenberg, Maps To The Stars. Ce ne sont pas les choix d'une personne faisant partie de l'élite complotant son prochain mouvement sur l'échiquier d'Hollywood; ce sont plutôt ceux d'un acteur qui veut être crédible.

Sa prochaine étape; loin des adolescents est LIFE, le nouveau film d'Anton Corbijn (Control). Une étude fascinante sur les liens affectifs entre des hommes, cela raconte la relation entre le photographe Dennis Stock (joué par Pattinson) et James Dean (Dane Dehaan). Cela se passe peu de temps après que Dean a fait A l'est d’Éden, Stock se charge d'une mission pour photographier la star montante pour le magazine Life. A la suite de la mort tragique de Dean en 1955, ces photos - comme celles ou on le voit marcher sous un Time Square pluvieux, une cigarette aux lèvres - sont devenues emblématiques.

Alors que LIFE donne à Pattinson une chance de voir la célébrité de l'autre côté de la caméra, c'est bien plus que cela. Le portrait d'un dysfonctionnement assaisonné de tristesse et de désespoir, c'est son travail le plus mature jusqu'à présent. Mais c'est aussi le signe d'ambitions plus large. Dans une carrière où on le voit maintenant rechercher des réalisateur comme Werner Herzog, Harmony Korine et James Gray, Pattinson est près pour la prochaine phase. Post-Eward, ces caméras bourdonneront, il semble, pour des raisons complètement différentes.

Qu'est ce qui vous a donné envie de jouer Dennis Stock ?

Je connaissais ce sentiment : quelqu'un de si inhibé qu'il a l'impression qu'il est séparé du reste du monde. Ils n'ont pas les mêmes expériences dans la vie qu'une personne lambda.
C'est un sentiment assez tragique. Et plus, le fait de jouer un personnage pas sympathique. La chose qui m'a le plus attirée - et la première - c'est le fait que c'est un jeune homme qui a un enfant et qui n'aime pas son enfant. A qui pouvez-vous demander quoi faire ? Tout le monde vous traitera de connard ! Qu'est ce que vous êtes supposés faire ? J'ai trouvé que c'était une situation difficile intéressante... J'ai rencontré son vrai fils et c'était un père horrible. Il n'y avait pas de fin heureuse. J'ai trouvé intéressant qu'il trouve une sorte de consolation dans son art.

Donc est-ce que Dennis est en manque d'affection ?

Ça sonne vraiment ringard mais il a en quelque sorte besoin d'aimer quelqu'un avant d'être capable de s'aimer lui-même. Il a regardé A l'est d’Éden et il a été très touché par le film, il respecte beaucoup James Dean, mais il ne peut pas être juste un grand fan. Mais quand il prend les photos et que James lui dit "Elles sont vraiment bonnes" - c'est tout ce dont il a besoin. Il se dit soudainement, "Je suis un artiste maintenant !" Vous avez besoin de respecter quelqu'un avant de vous respecter vous-même. J'ai regardé ces photos et vous pouvez voir qu'il l’élève.

Anton Corbijn vous a donné une veille Leica pour vous entraîner avec. Est-ce que vous étiez bon ?

C'est presque impossible de prendre de mauvaises photos si vous avez une bonne lentille et s'il y a une bonne lumière. C'est donné - mais c'est à peu près la seule chose que je peux faire. Je prenais vraiment les photos et tout était éclairé dans ces scènes et j'ai pris un tas de photos mais je ne sais pas où elles sont. Elles doivent êtres vraiment mauvaises ou j'ai pensé que cela aurait été une partie importante de la publicité !

Qu'est ce qui faisait que Dean était charismatique ?

Parfois quand vous pointez la caméra sur quelqu'un, ça intensifie tout à son sujet. Même sans qu'ils aient à faire quelque chose. Ce n'est pas simplement le fait de filmer quelqu'un faisant un documentaire. Si quelqu'un joue une interprétation, vous pouvez comprendre les choses. Je ne sais pas comment le décrire. Vous pouvez voir qu'il est toujours conscient de la caméra. Ce n'est pas comme s'il le faisait tout le temps.

Pouvez-vous vous identifier à la célébrité qu'il a vécu ?

Dans le film, tout au moins, il a une idée très spécifique sur la manière dont il veut que sa vie soit et il était désillusionné avant même que les choses commencent. Avec mon expérience... je ne savais pas ce qui allait se passer quand Twilight a commencé. Quand nous faisions des interviews, je n'avais jamais fait de press junket. Je me disais, "Quoi ?" vous vous asseyez simplement dans une pièce et vous parlez de trucs pourris pendant 8 heures ! Je racontais des blagues. Et tous les jours mon manager recevait des coups de fil du studio. "Vous devez lui dire de se taire !" Et puis, je n'avais rien à perdre.

Dean était un adepte de La Méthode [NDLT : appelé aussi la méthode Stanislavski]. Est-ce quelque chose que vous avez exploré ?

Je ne suis pas sûr de savoir ce que c'est. Si vous regardez certains des trucs qu'à fait Dean au tout début - surtout les émissions télé qu'il faisait avant A l'est d’éden - vous pouvez voir qu'il utilisait une méthode de théâtre avant-gardiste et il était décalé. Il a fait des choix très obscures et il était engagé sans réserve. Il n'agit pas comme un humain normal. Il ressemble à une personne folle. Mais c'est intéressant à regarder. Vous ne savez pas ce qu'il fait. C'est imprévisible et fascinant.

Quand vous avez commencé à jouer, est-ce vrai que votre père vous a encouragé car c'était un moyen de sortir avec des filles ?

C'est vrai, mais c'est juste parce qu'il a vu un groupe de jolies filles qui faisait cela et il a dit, "Hey Rob, tu dois faire ça." C'est la raison pour laquelle je continue à le faire ! [rires]

Vous avez eu du succès très tôt, en ayant le rôle de Cedric Diggory dans Harry potter et la coupe de feu. Est-ce que ça a été un processus difficile ?

Je suis allé à l'audition. Je n'avais pas de téléphone et le jour ou j'y suis allé, j'ai eu une deuxième audition et ensuite environ 2 semaines plus tard, mon agent m'a appelé et m'a dit que je l'avais. Je n'ai jamais vu les autres personnes qui ont auditionné, donc je n'ai jamais su contre qui j'étais en compétition.

Peu de temps après, vous avez fait Little Ashes, jouant le peintre surréaliste Salvador Dali. Était-ce une étape importante ?

C'était la première fois que je me documentais autant sur quelque chose, je suppose. Je ne suis pas sûr que ça se voit dans ma performance mais il a écrit beaucoup de chose sur lui-même aussi. Une quantité de texte - c'est un incroyable écrivain également. Etre capable d'étudier quelqu'un, je ne savais pas comment faire cela avant.

Ensuite est arrivé Twilight. Le voyez-vous maintenant comme un inconvénient ou comme un avantage pour votre carrière ?

Aucun des deux. C'est juste un travail que vous avez fait. Parfois, vous avez des bagages que les gens...Si vous avez une expression neutre sur votre visage, les gens vont dire, "Oh, vous faîtes Edward !" Mais je suppose que c'est plutôt cool. Ça vous stimule pour faire des personnages différents. Et les jobs que j'ai fait ces dernières années, j'essaye vraiment de penser au fait de faire des choses totalement différentes physiquement.

Avez-vous délibérément évité les franchises après Twilight ?

Peut-être après le premier Twilight, j'ai eu des offres, mais je n'ai jamais vraiment fait parti de ce groupe, qui se voit offrir ce genre de choses. Je ne sais pas. Vous êtes assez défini par Twilight en termes de grosses franchises. Alors que je ne suis pas du tout défini par ça dans cette environnement [plus d'art et d'essai]. Ou alors les gens avec qui je travaillent s'en fichent. C'est étrange. Je n'ai jamais vraiment fait parti du système des studios, à part pour De l'eau pour des éléphants, et ce n'était pas à proprement parlé un truc de studio... Il y avait un budget de 35-40 millions de dollars. Et ce n'était pas une série. Je n'ai jamais vraiment eu a prendre une décision. J'ai juste fait ce que je voulais faire.

Vous avez fait Remember Me ensuite. N'était-ce pas fou comme tournage ? Des filles criant et des photographes dans les rues de Manhattan. Comment c'était ?

Vous vous enfermez dans votre bulle. Je me rappelle que le deuxième assistant du réalisateur a été frappé au visage par un paparazzi. Certains jours, c'était complètement fou mais vous ne pouvez rien y faire.

Vous avez joué un jeune homme affecté par le suicide de son frère. Qu'est ce qui vous a attiré dans cette histoire ?

Je pense que de bien des manières j'aime les choses qui parlent de la perte et des étapes du deuil et comment cela vous affecte. C'est ce que j'ai trouvé intéressant. Je connaissais beaucoup de gens qui ont eu ce genre de traumatisme tôt dans leur vie et c'est devenu leur identité. Et pour pouvoir vous guérir vous devez vous débarrasser de cela.

Aimez-vous vous pousser à sortir de votre zone de confort ?

Je ne sais pas vraiment ce qu'est ma zone de confort ! Je n'en ai pas vraiment ! Généralement, je me sens tout le temps mal à l'aise [rires]. Je pense que The Rover, juste en terme de mouvement et ce genre de choses, a été ce que j'ai ressenti de plus confortable. Et celui-ci - qui me ressemble sur certains points. Je me suis senti mal à l'aise tout le temps. Je jouais quelqu'un qui était rempli d'anxiété.

Vous avez tourné dans l'outback Australien pour The Rover. Quel est votre souvenir le plus marquant ?

Vivre de sauce barbecue pendant 2 mois et demi ! Je me suis senti assez désolé pour la compagnie de restauration; le bus n'arrêtait pas de surchauffé, donc tous les réfrigérateurs étaient en panne. Mais ça m'a étonné de voir ce que l'équipe du film allait manger. Vous aviez un buffet pour le déjeuner, 10 heures dans le désert, et il y avait des bols de crevette couvert de mouches. Les gens les enlevaient juste et je me disais, "Vous voulez avoir une intoxication alimentaire ?" Donc je mangeais juste du pain et de la sauce barbecue; il y avait tant de mouches la-bas, il y avait des mouches partout sur la nourriture...et je ne voulais pas manger de la merde de mouche.

Qu'avez-vous ressenti quand David Cronenberg vous a contacté pour Cosmopolis ?

La possibilité d'un échec était très présent dans ma tête ! J'ai passé une semaine à attendre pour le faire. Je lui ai dit que je le rappellerai le lendemain et je n'ai pas arrêté de repousser, essayant de réfléchir à la manière de dire "Non!" Et ensuite j'ai réalisé quand c'était le weekend que j'allais appeler Cronenberg et dire "Je ne pense pas être assez bon pour le faire et je suis trop peureux." Et je ne voulais pas passer ce coup de fil. Donc je me disais, "Ouais, Je vais le faire." Ensuite, lors du deuxième coup de téléphone il m'a dit, "Je ne comprends pas non plus de quoi ça parle, mais c'est juteux, d'accord ?"

Vous vous êtes retrouvé pour la satire Hollywoodienne Maps To The Stars. Est-ce que ça sonne juste pour vous, un monde où tout le monde semble être un acteur en herbe ?

Ça a changé un peu maintenant. Depuis que je suis devenu un acteur, beaucoup de gens ne veulent pas l'admettre. Quand je faisais simplement des auditions, tout le monde l'était. C'était dingue. Mais quand vous arrivez à un certain point, personne ne veut plus l'admettre. C'est bien plus cool ! Je n'essaye pas d'être un acteur, je veux juste être un serveur pour le reste de ma vie !

Comment étiez-vous lors des auditions ?

Pas bon du tout ! Mais j'aimais bien auditionné. C'est une existence si isolée, surtout quand vous vivez dans un pays différent, dans un hôtel et donc les auditions permettaient de rencontrer des gens. C'était marrant cependant. Quand j'avais entre 17 et 21 ans, j'allais à L.A 3 mois par an, pour faire des pilotes et d'autres choses.

C'est à ce moment là que vous avez eu twilight c'est ça ?

Ouais. Je suis allé à L.A durant 3 ans sans avoir un seul job. C'était mon premier travail avec mon agent américain. Celui avec lequel j'avais signé avais un taux de turnover de 6 mois avec ses clients. Si vous n'aviez pas de travail en 6 mois, vous étiez virés de l'agence, et mon agent était vraiment bloqué avec moi. C'est drôle - quand vous voyez des gens changer d'agents, s'ils n'ont pas de travail ils virent toujours leur agent et c'est une idée horrible. Généralement vous n'avez que des agents de plus en plus mauvais.

Est-ce que la vie est plus calme pour vous maintenant que Twilight est fini ?

Oui, sans aucun doute. A Londres, c'est plus facile. J'ai réalisé cela il y a quelques années. Je me souviens y retourner - comme par exemple lors de Noël et parce que je n'y étais que quelques jours, il y avait des paparazzis devant ma maison. Donc je voulais seulement repartir à nouveau. Et en essayant de trouver comment y vivre...J'ai été à Londres durant deux mois et c'est ok. Je n'ai pas du tout été photographié. C'est juste bien plus facile.

Qu'est ce que cela vous fait ?

C'est génial. Je n'aurai pas été capable de conserver cela quand les gens veulent garder ce niveau d'intensité. Certaines personnes, cela les nourris et ils se sentent de plus en plus important. Ça me donne juste le sentiment d'être petit et que les choses me sont enlevées.

Est-ce que ça a été trop à supporter à un moment ?

Pas vraiment. Quand vous vous sentez mal, alors tout semble horrible et insurmontable. Mais si vous vous sentez bien, ça n'a pas d'importance. C'est juste des gens qui vous demande une photo.

Qu'est ce que vous faîtes dans The childhood of a leader ?

J'ai juste un petit rôle. Je viens juste de finir ma partie. Mon ami Brady Corbet l'a écrit. Il essaye de le faire depuis 10 ans. C'est génial, je pense. Je pense que ça peut être un film spécial, qui se passe en 1918. L'enfant - qui a 7 ans - est le rôle principal qui devient un peu un monstre.

Vous avez également joué T.E Lawrence dans Queen of the desert de Werner Herzog. C'est très courageux, de reprendre le rôle qui a été rendu célèbre par Peter O'Toole...

J'étais juste là bas pour 8 jours - Je n'aurais jamais joué T.E Lawrence dans un rôle plus grand. Tout le monde le vois comme un film sacré, mais la version de David Lean [Lawrence D'Arabie] est très différent du vrai homme, comme la version de Herzog. C'est un choix très spécifique dedans. Le vrai homme, il y'a sans aucun doute de la matière pour un autre film entier. Mais c'est génial de jouer ce rôle, de travailler avec Herzog, ce qui est ce que je veux faire. Si c'est un succès ou un échec, cela ne repose pas sur vous, vraiment.

Comment avez-vous rencontré Herzog ?
Je me souviens de l'entreitne avec lui. J'ai cru que c'était une audition. C'était il y a des années. Je suis allé chez lui et nous avons eu cette très longue conversation, très ouverte et j'étais assis là, l'écoutant raconter des histoire sur le fait d'être mordu par des serpents et de se faire tirer dessus par un arc et une flèche et je me disais, "Qu'est ce qui ce passe ? J'ai cru que j'étais censé passer une audition !" Et le jeune garcon de 16 ans en moi est devenu fou. Et à la fin il a dit, "Voulez-vous le travail ?" Je me disais, "Je ne sais même pas de quel rôle on parle!" C'était hallucinant.

Est-ce que vous êtes souvent impressionnés par des célébrités ?

Eric Cantona. J'étais vraiment impressionné par lui. J'étais assis à côté de lui lors d'une émission en France. Je ne savais pas qu'il serait là. Et ensuite plus tard, dans la même émission R Kelly a chanté - C'était hallucinant dans toutes les directions !

Vous avez trouvez des réalisateurs très fort pour travailler avec. Vous êtes aussi au casting de films par Harmony Korine et James Gray...

Ouais. J'ai eu beaucoup de chance. J'ai choisi spécifiquement des personnes comme Harmony et James Gray. Ils ont changé le casting [Sur l'histoire de l'explorateur en Amazonie dans La cité perdue de Z de Gray] mais c'est cool. Un casting cool. Vous ne savez jamais. Mais même si le casting a changé, je veux simplement travailler avec James. Je n'ai même pas lu le nouveau script. Je n'ai pas lu le scénario depuis un bail.

Que pouvez-vous dire sur le film de Korine, The Trap ?
Ils continuent de changer le casting aussi. Je connais Harmony depuis longtemps. C'est un rôle incroyablement étrange.

Est-ce que vous vous inquiétiez du succès financier de vos films ?

Ce n'est pas sain si vous essayer de suivre cette route. Il y a de grandes chances qu'ils vous abandonnent de toute façon et puis vous ne faites que des films que vous ne voulait pas faire. Vous êtes simplement coincé avec rien. Les films d'art et d'essai sont souvent financés par des gens qui ne s'attendent pas à avoir un retour ! Ça n'a pas d'importance pour eux et ils sont plus loyaux. Ils les font pour des raisons différentes. Bien sûr, vous avez envie qu'au moins une personne le voit ! C'est le but !

Vous êtes très loyal aussi, vous supportez souvent vos films. Avez-vous déjà eu envie de fuir une promotion ?

Les gens ne le tolèrent plus. C'est ridicule. C'est vraiment triste que les gens ne célèbrent pas quelqu'un d'un peu sauvage. Comme Colin Farrell - je me souviens de lui il y a 7 ou 8 ans.
Vous ne seriez même plus autorisé à faire ça maintenant. Si vous dites, "Qu'importe - Je vais faire mon propre truc", alors vous n'êtes pas embauché. Jamais.

Scans

_________________
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 61
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 7 Juil - 0:15

Un grand MERCI Sabine !!!
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 47
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 7 Juil - 11:14


On n'a jamais su pourquoi il s'était fait viré quelques jours avant la première de la pièce de théâtre ?

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Aujourd'hui à 15:04

Revenir en haut Aller en bas
 
[Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2015-
Sauter vers: