The RPattz Club, Forum du site Therpattzrobertpattinson.blogspot.fr
 
Accueilhttp://therpattzrobertpattinson.blogspot.fr/CalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Sam 5 Sep - 0:16

Bon finalement il ne faudra pas attendre le 7 pour avoir la suite :

Scans + trad complète :

image host image host image host image host image host image host image host

Q : Robert, de quand date la dernière fois où vous avez fait la fête toute la nuit ?

R : Ça fait un moment, le nouvel an je pense. Ça semble nul. J'étais avec ma petite-amie et 50 autres personnes chez elle, dans une petite pièce, avec une chaîne Hifi cassée, c'était amusant.

Q : Ça a l'air un peu ennuyeux.

R : Absolument ! Je bois des smoothies verts plutôt que de l'alcool et je vais vraiment à la gym une heure par jour. C'est embarrassant mais nécessaire. Génétiquement j'ai tendance à grossir.

Q : Vous fumez des cigarettes électroniques, le symbole ultime montrant que vous prenez soin de votre santé.

R : Ouais, vous fumez, mais pas techniquement. Pour moi c'est une transition pour arrêter de fumer. J'ai essayé d'arrêter 2 fois, en mâchant des cures dents avec de l'huile d'arbre à thé. Mais c'est pire que la cigarette, cela attaque les dents. La chose la plus importante c'est qu'il y a 6 mois j'avais l'air d'avoir 40 ans, maintenant 32, peut-être que j'aurais l'air d'en avoir 29 après un an sans cigarette.

Q : Qu'est qui a également changé dans votre vie ?

R : Si nous nous étions rencontrés pour l'interview il y a 3 ans, peut-être que je sortirais juste du lit, avec la gueule de bois et que je serais en retard - en fait j'étais encore saoule lors des jours d'interviews. Maintenant je vais à la gym le matin et je me dis : waouh, tu as changé. Je ne peux plus être aussi fou qu'avant. J'ai probablement mûri depuis 1 an et demi.

Q : Votre film actuel LIFE donne un aperçu d'un ancien Hollywood, fou. Dans une scène Dennis Stock et James Dean sont ivres morts. Est-ce possible aujourd'hui que vous me disiez spontanément : Viens, allons faire la fête ?

R : En fin de compte c'est ma décision, pourquoi pas ? J'étais à la Berlinale en 2012, je me suis spontanément saoulé avec mes parents dans un bar, ce que nous ne faisons jamais d'ordinaire. Plus tard, je les ai persuadés de venir avec moi au Kit-Kat Club, sans savoir qu'il y avait là-bas beaucoup de gens nus.

Q : Et ?

R : Nous avons fait la queue, mais ensuite nous ne sommes pas rentrés dedans.

Q : Avant les acteurs Hollywoodiens étaient des modèles de vies extravagantes, de vêtements glamours, de fêtes folles dans des piscines et d'affaires.

R : Ce temps là est fini. L'acteur Colin Farell était le dernier à être célébré comme étant sauvage. C'était il y a seulement 7 ans - et maintenant c'est impensable. Les acteurs avec leur compte instagram sur le bien-être sont plus un exemple sur la manière de vivre une vie saine. Les financiers ont conduit les rebelles hors d'Hollywood. La vie effrénée est morte.

Q : Selon vous pourquoi les gens veulent croire en la vie excessive d'Hollywood ?

R : Le font-ils ?

Q : Je pense que oui.

R : Je n'ai moi-même jamais vu cette vie de fête si merveilleuse à Hollywood. Bien sûr il y a ces événements, où il y a toujours un tas de bimbos retouchées/bien habillées qui y traînent. Vous devez être un vrai idiot pour sortir avec l'une d'entre elles. Pensez-y, quelqu'un qui veut coucher avec vous car vous êtes célèbre.

Q : C'est commode.

R : Non, c'est dégoûtant. Ces femmes veulent faire de l'argent sur leur rapport avec une célébrité et vendront immédiatement l'histoire de leur nuit ensemble aux tabloïds.

Q : LIFE se passe dans les années 50, les gens fumaient et buvaient tout le temps. Aimeriez-vous parfois que cette époque revienne ?

R : Non, à cette époque beaucoup de gens devaient renier qui ils étaient. La sensibilité moderne et les grands mouvements de jeunesse sont arrivés plus tard.

Q : Depuis quelques temps, la pop culture est fascinée par cette époque - vous pouvez le voir des films sur James Dean ou Marilyn Monroe et du succès de Mad Men ou de la musique de Kitty, Daisy & Lewis. Qu'est-ce qui est si attrayant dans cette période ?

R : Je ne sais pas. Mais je pense que beaucoup de gens ne comprennent pas que la Beat Generation en fait lisait des livres. Etre cool signifiait alors d'être éduqué et de débattre de l'existentialisme - aujourd’hui les gens se prennent en photo avec une cigarette sur instagram et mettent un livre devant eux. Mais ils n'ont pas compris : la partie cool n'est pas la cigarette, mais l'éducation/la culture.

Q : C'est pour cela que vous n'avez pas de compte Facebook ou Twitter ?

R : Je pense que ce besoin de s'auto-promouvoir est assez terrible.

Q : Devez-vous promouvoir votre vie privée dans les médias sociaux pour réussir en tant qu'acteur de nos jours ?

R : Eh bien, je me suis caché. Tout le monde veut quelque chose de vous, il y a tellement de sources, de magazines, de forums en ligne. Vous perdez vite le contrôle de votre image. Et puis, qu’appelez-vous réussir ? Si vous voulez vraiment appartenir au top 5 des acteurs masculins, vous devez faire face à un problème de saturation. Si on vous voit partout, les gens vous détestent rapidement.

Q : Dans ce cas, beaucoup doivent vous détester. Vous avez joué le vampire Edward Cullen dans la saga Twilight de 2008 à 2012.

R : En fait, je dois encore gérer la saturation liée à Twilight, bien que je pensais que l'hystérie disparaîtrait après le dernier film. Vous commencez à passer votre vie à vouloir être invisible. Mais j'ai sous-estimé ces foutus co****ds sur Internet. Dès que quelqu'un est vu en photo avec vous, ils les attaquent et les rabaissent.

Q : Pourquoi les lire ?

R : C'est comme manger des crottes de nez. C'est dégoutant, mais vous le faites quand même - surtout quand vous ne vous sentez pas bien.

Q : Quelles sont les conséquences de cette hystérie pour vous ?

R : En quelques mots, j'avais l'impression de perdre le contrôle : j'avais incroyablement peur de marcher seul dans la rue. Hier par exemple, c'était la première fois en 6 ans que j'allais à l'aéroport sans chapeau. Depuis 6 foutues années ! C'était une grande décision pour moi. Je me suis dit à l'hôtel : tu ne te caches pas aujourd'hui. Totalement fou ! Et ensuite je me suis assis dans l'avion à côté de l'équipe danoise de hockey. Mais bon, la pression diminue maintenant, doucement je recommence à faire partie du monde normal.

Q : Certains de vos fans persistants ne vous visent pas seulement. Votre ex petite amie Kristen Stewart était insultée et aussi votre fiancée FKA Twigs reçoit des insultes racistes régulièrement.

R : Les trolls et ceux qui commentent sur le net jouent les gardiens de la moralité. Ce qui est incompréhensible c'est que ces personnes ne semblent pas avoir de vie, hormis s'asseoir devant l'ordinateur et remplir Internet de leur haine. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui commente sur le net. Jamais. Mais ces co****ds jugent votre vie. Maintenant je me dis toujours : c'est seulement une personne malheureuse, disant toujours la même merde...

Q : Vous avez dit dans une interview que vous aviez pris un valium avant le casting pour Twilight pour vous calmer. Plus tard vous avez fait marche arrière et dit que c'était juste un petit morceau. De quoi aviez-vous peur ?

R : Le truc c'est que presque toutes mes déclarations sont déformées. Parfois, on a dit que je ne me lavais pas les cheveux. Certaines personnes me demandaient sérieusement : vous lavez-vous les cheveux ? A quel point sont-ils stupides ? D'autres informations ne se propagent jamais. Par exemple, j'ai raconté plusieurs fois qu'il y avait une scène scato dans Twilight. Bizarrement je n'ai jamais été interrogé à ce sujet.

Q : Qu'est-ce que c'est une scène scato ?

R : Du porno, lorsqu'une personne mange de la merde, ce genre de choses.

Q : Bizarre que personne ne s'y soit intéressé. Les gens s'intéressent au sexe, à la perversion et au scandale.

R : Le public est biaisé. Regardez la chute d'Amy Winehouse. Tous ceux qui ont acheté cette presse merdique partagent la responsabilité de sa mort. Une jeune artiste fantastique a été tournée au ridicule par le public. Aujourd'hui les artistes ne sont plus reconnus pour leurs accomplissements. C'est dingue à quel point nous nous rabaissons les uns les autres.

Q : Ce n'est pas vrai. seul les musiciens sont admirés pour leur style de vie Sexe, drogues et Rock'n'roll.

R : Vous devez faire de l'argent. C'est la seule chose qui compte. Il y a tellement d'acteurs qui sont alcooliques, mais parce qu'ils font de l'argent au box-office les studios s'en fichent. Mais aussitôt que vous perdez votre potentiel commercial vous avez des problèmes. Mon conseil pour les jeunes acteurs : gagnez autant d'argent que vous le pouvez, aussi rapidement que possible. Ensuite vous pourrez faire ce que vous voulez. Évitez les films indépendants.

Q : Le philosophe autrichien Robert Pfaller dit que l'excès et le vice font parties de la vie. Celui qui agit toujours de manière rationnelle est une machine, dit-il. Avez-vous peur de vous priver ?

R : Au début je me disais toujours : je fais seulement ce que je veux et ensuite tout ira bien. Jusqu'à maintenant j'ai eu une carrière étrange mais d'une certaine manière cool. Mais peut-être que vous avez besoin d'expérience pour savoir ce que vous voulez.

Q : Et que voulez-vous ?

R : En fait, je ne le sais pas encore. Ce que je sais : je veux faire quelque chose en dehors du métier d'acteur, dans un domaine que je peux plus facilement contrôler. L'année dernière j'ai secrètement essayé différentes choses. Quoi exactement...malheureusement je ne peux pas vous le dire. Sinon, cela ne fonctionnera pas.

Q : Etes-vous devenu banquier ?

R : haha, ce serait un beau titre : Révélé - Robert Pattinson devient banquier dans le quartier des finances de Londres.

Scans Via / Traduit à partir de la traduction anglaise de @nicole2dogs

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jak
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2627
Date d'inscription : 25/04/2012
Age : 73

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Sam 5 Sep - 0:44

Revenir en haut Aller en bas
Klaus Mikaelson
Rob'servateur
Rob'servateur


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 01/08/2015
Age : 29

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 8 Sep - 16:52

Studio Ciné Live Magazine N° 72 Septembre



Dan le mag vous trouve 8 page
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 68
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 8 Sep - 19:52

Klaus

_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 61
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mer 9 Sep - 9:19

et merci Klaus
Revenir en haut Aller en bas
Rnath
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 1528
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 44
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mer 9 Sep - 13:37

Critique du film LIFE, dans le magazine POSITIF de septembre 2015


Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mer 9 Sep - 23:01

Les critiques sont plus critique sur la prestation de Dane que de Robert en général, ça passe ou ça casse !

pour le scan Rnath !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 61
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mer 9 Sep - 23:42

Rnath
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 57
Localisation : nancy

MessageSujet: cosmopolitan   Jeu 10 Sep - 17:44

interview de Rob avec Cosmopolitan Allemagne





Translation :

Honestly Robert Pattinson, do fame and success drive you crazy sometimes?
Robert Pattinson ate a 'curry wurst' for lunch. That is the first thing he tells me after our 'hello' during our interview in Berlin. He pronounces it adorably 'Denglish Corrywuscht'. "I had French fries with it, but only five", he tells me grinning. "I'm trying to eat more healthy." He doesn't need it though: slightly tanned, the biggest thing about him is his beard, which, like his messy gelled hair, is very groomed. Ever since he played vampire Edward Cullen in the Twilight Saga, he is the most sought after blood sucker in the world. The tabloids like to describe him as shy, but here he is smiling non stop, like a rascal planning his next prank. Maybe he is happy that the 'blockbuster' times are over. Ever since the fifth and last Twilight movie came out three years ago he wasn't part of huge commercial Hollywood productions. Independent movies are now his thing. Like the ingenious biopic Life in which he plays the photographer Dennis Stock. He took pictures of James Dean for the US magazine Life in 1955, shortly before Dean died and made him immortal with his pictures. Fame and immortality are not strange concepts for Robert Pattinson, right?

Mr. Pattinson when was the first time you felt you were famous?
That was six months before the second Twilight movie came out. A PR guy invites me to a hip party in a club in LA. I forgot the name of the guy standing at the door waiting to be let in. The doorman just looked at me and said: "It's okay, you can go in." I was like "what?" Until then I never got into the clubs that easily. Shortly after that came the hot dog incident.

Tell me about that.
Well, I was eating a hot dog and dropped mustard on my shirt. Usually that would have made me uncomfortable, but everyone around me said "hey, that's totally okay", it was like I did something amazing . That's when I knew: I can do whatever I want.

Being famous can be confusing then?
Yes, but only in one aspect: I don't like to draw attention to myself, but I can't walk around without being recognized. If people would say a quick "hello", it would be fine, but every second person wants to do a selfie. That means I always have to be in a good mood.

Is there a question apart from the picture question, you can't hear anymore?
"I know you will hate it, but.......... "

Who says something like that?
Everyone. Especially back then. During Twilight a lot of people were pulling me about and telling me who I am. I didn't know who I was myself and honestly I still don't know who I am. But I wanted to have the chance to find that out by myself.

How did you not go crazy with the huge hysteria that came with Twilight?
Maybe becauseI never wanted to become famous. I'm satisfied with small things. The more famous I got, the more I wanted to hide. I was irritated by the hype. The climax of that was in the Munich OlympiaHalle: 3000 fans were cheering when I was answering a question. It's much better now. The Twilight fans got older and it's a lot more relaxed now.

Does an ex vampire go into the sun?
Yes. But I'm one of those idiots that puts on sunscreen with SPF factor 50 on the first day and then on the second day wonders "hey, I didn't get a tan. Let's take SPF 5." That means on every single holiday I get sunburn. It's good that I stayed in London for a while. It can't happen here.

Is London a save haven for you like Marion, Indiana was for James Dean?
London is home for me. I have been living in LA for six years and didn't go to Great Britain for some time. During my last stay in London I realized how much I missed it. But it's more the people that give me the feeling of home and not really the places.

In Life you play the photographer that made James Dean a legend. James Dean died when he was 24 years old so you survived him by five years....
You won't believe how many of my friends wrote this message to me on my 28th birthday "happy birthday. You are still alive." Me: "Did you think I would be dead by now?" Them: "Yes." Kurt Cobain, Jimmy Hendrix and Amy Winehouse, they all died when they were 27.

Do you go to celebrity doctors for your check ups?
No. I went to a dentist in LA who was well know in celebrity circles. There was a techno music playing in the practice. He was telling me about all the people that come to him. The weirdest thing was: he wasn't wearing gloves for the treatment. I was laying there shocked thinking "do you think you are so cool that you don't need gloves?" Nasty, I didn't go there again.

Did you become weird?
I always have been weird. As soon as I have to talk to more than one person, it gets difficult. Having to do small talk at an event is hell for me. The crazy thing is that most people think that the more famous you get the more confident you are. I learned something about that playing a photographer: a camera around your neck will give you security. With it you get a reason to go to certain places or talk to people. I think I will carry a camera around with me from now on.

This is a reader's question: What is the best part about being a celebrity?
That I can choose my roles and that I can go around the queue at the airport. That is the best by far and I don't want to miss it.

traduction à venir


Avec la journaliste :





Via Via

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Jeu 10 Sep - 21:17

Patty !

La Traduction de l'interview :

Honnêtement Robert Pattinson, Est-ce que la célébrité et le succès vous rendent fou parfois ?
Robert Pattinson a mangé un "currywurst" pour le déjeuner. C'est la première chose qu'il m'a dite après m'avoir dit "bonjour" lors de notre entretien à Berlin. Il prononce de façon adorable 'Denglish Corrywuscht'. "J'ai mangé des frites avec, mais seulement 5", me dit-il en souriant. "J'essaie de manger plus sainement." Il n'en a pas besoin cependant : légèrement bronzé, la plus grosse chose chez lui c'est sa barbe, qui, comme ses cheveux ébouriffés avec du gel, est très soigné. Depuis qu'il a joué le vampire Edward Cullen dans la saga Twilight, il est le buveur de sang le plus recherché au monde. Les tabloïds aiment le décrire comme timide, mais ici il sourit sans arrêt, comme un chenapan planifiant sa prochaine farce. Peut-être qu'il est content que le temps des "blockbusters" soit fini. Depuis que le 5ème et dernier film Twilight est sorti, il y a 3 ans, il n'a pas pris part à une grosse production hollywoodienne commerciale. Les films indépendants sont désormais son truc. Comme le biopic ingénieux 'Life' dans lequel il joue le photographe Dennis Stock. Il a pris des photos de James Dean pour le magazine américain Life en 1955, peu de temps avant la mort de Dean et de le rendre immortel avec ses photos. La célébrité et l'immortalité ne sont pas des concepts étrangers pour Robert Pattinson, non ?

M. Pattinson à quand remonte la première fois où vous avez senti que vous étiez célèbre ?

C'était 6 mois avant la sortie du 2nd film Twilight. Un gars des relations publiques m'a invité à une fête branchée dans un club à L.A. J'ai oublié le nom du gars qui se tenait devant la porte en attendant de pouvoir entrer. Le portier m'a juste regardé et m'a dit "C'est Ok, vous pouvez entrer." Je me disais "Quoi ?", jusque là je n'entrais pas aussi facilement dans les clubs. Peu de temps après cela est arrivé l'incident avec le hot dog.

Parlez-moi de cela.

Eh bien, j'étais en train de manger un hot dog et j'ai fait tomber de la moutarde sur ma chemise. Habituellement, cela m'aurait rendu mal à l'aise, mais tout le monde autour de moi me disait "hey, c'est tout à fait normal", c'est comme si j'avais fait quelque chose d'incroyable. C'est à moment-là que je l'ai su : je peux faire ce que je veux.

Être célèbre peut alors être déroutant ?

Oui, mais seulement dans un aspect : je n'aime pas attirer l'attention sur moi, mais je ne peux pas me promener sans être reconnu. Si les gens vous disaient rapidement "bonjour", ce serait bien, mais les personnes veulent faire un selfie. Cela veut dire que je dois toujours être de bonne humeur.

Est-ce qu'il y a une question, en dehors de celle où on vous demande une photo, que vous ne pouvez plus entendre ?

"Je sais que vous allez détester cela, mais..."

Qui dit quelque chose comme ça ?

Tout le monde. Surtout à l'époque. Durant Twilight beaucoup de gens me disaient qui j'étais. Je ne le savais pas moi-même et honnêtement je ne le sais toujours pas. Mais je voulais avoir la chance de le découvrir par moi-même.

Comment avez-vous fait pour ne pas devenir fou avec l'énorme hystérie qui est arrivée avec Twilight ?

Peut-être parce que je n'ai jamais voulu être célèbre. Je me satisfais de petites choses. Plus je devenais célèbre, plus je voulais me cacher. J'étais irrité par le battage médiatique. Le point culminant a été au Hall Olympique de Munich : 3000 fans acclamant quand je répondais à une question. C'est bien mieux maintenant. Les fans de Twilight ont vieilli et c'est beaucoup plus détendu maintenant.

Est-ce qu'un ancien vampire peut prendre le soleil ?

Oui. Mais je suis un de ces idiots qui met de l'écran solaire avec un indice de protection de 50 dès le premier jour et qui ensuite se dira le second jour "hey, je n'ai pas bronzé, prenons l'indice 5." Ce qui veut dire qu'à chaque vacances j'ai des coups de soleil. C'est bien que je sois resté à Londres un moment. Ça n'arrive pas là-bas.

Londres est-il un havre de paix pour vous comme Marion dans l'Indiana l'était pour James Dean ?

Londres est ma maison. J'ai vécu à L.A durant 6 ans et je ne suis pas allé en Grande-Bretagne durant un moment. Durant mon dernier séjour à Londres j'ai réalisé à quel point ça me manquait. Mais ce sont plus les gens qui me donnent le sentiment d'être à la maison plutôt que les lieux.

Dans Life vous jouez le photographe qui a fait de James Dean une légende. James Dean est mort quand il avait 24 ans, donc vous lui avait survécu de 5 ans...

Vous ne croiriez pas le nombre de mes amis qui m'a écrit ce message pour mes 28 ans "Joyeux anniversaire, tu es toujours vivant." Moi : "Pensais-tu que je serais mort à l'heure qu'il est ?" Eux : "Oui." Kurt Cobain, Jimmy Hendrix et Amy Whinehouse, ils sont tous morts quand ils avaient 27 ans.

Est-ce que vous allez voir le médecin des célébrités pour vos bilans ?

Non. Je suis allé chez un dentiste à L.A qui est bien connu dans le cercle des célébrités. Il y avait de la musique techno qui jouait dans le cabinet. Il me parlait de toutes les personnes qui venaient le voir. Le plus bizarre c'était qu'il ne portait pas de gants durant le traitement. J'étais allongé là, choqué et je me disais "pensez-vous être tellement cool au point de penser ne pas avoir besoin de gants ?" Dégoutant, je n'y suis pas retourné.

Etes-vous devenus bizarre ?

J'ai toujours été bizarre. Dès que je dois parler à plus d'une personne, cela devient difficile. Devoir faire la conversation lors d'un événement est un enfer pour moi. Le plus fou c'est que la plupart des gens pensent que plus vous êtes célèbre plus vous êtes confiant. J'ai appris quelque chose à ce sujet-là en jouant un photographe : une caméra autour du cou vous donnera un sentiment de sécurité. Avec vous avez une raison d'aller à certains endroits ou pour parler aux gens. Je pense que je transporterai un appareil photo avec moi à partir de maintenant.

Voici la question d'un lecteur : quelle est la meilleure partie de la célébrité ?

Le fait que je peux choisir mes rôles et que je n'ai pas à attendre à l'aéroport. C'est de loin le meilleur et je ne veux pas manquer ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rnath
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 1528
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 44
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Jeu 10 Sep - 22:12

 Je note une "légère" différence dans la subtilité des questions, par rapport aux interviews de STUDIO ou des INROKS lol!
Oups ! je crois que je m'embourgeoise
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 61
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Jeu 10 Sep - 23:02

Rnath !!!
Revenir en haut Aller en bas
jak
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2627
Date d'inscription : 25/04/2012
Age : 73

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Jeu 10 Sep - 23:57

Klaus, Rnath
Revenir en haut Aller en bas
sabrinalor
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 6015
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 47
Localisation : lorraine

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Dim 13 Sep - 9:51

les filles

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Lun 14 Sep - 22:42

Interview avec MorgenPost (Allemagne)



Traduction

Avez-vous peur des photographes, Monsieur Pattinson ?

Un jeune homme qui semble un peu découragé, voilà la première impression que l'on a durant cette interview avec Robert Pattinson. Il n'y a aucune raison pour que le jeune homme de 29 ans se sente ainsi, car après le succès massif de la saga Twilight il a réussi à s'établir en tant qu'acteur sérieux. Dans Life on le voit dans le rôle du photographe qui a pris les images légendaires de James Dean.

Etes-vous un bon photographe ?

C'est convenable, même si j'ai seulement commencé durant ce film. J'ai eu le même appareil que celui de Dennis Stock. La qualité de mes photos dépend de l'endroit et de la lumière. Quand je tournais Queen of the desert avec Werner Herzog au Maroc, je faisais facilement de superbes photos, mais quand je suis revenu à Londres mes photos étaient très sombres.

D'ordinaire vous êtes celui qui est tout le temps photographié. Comment gérez-vous cela ?

Je lutte avec ça pour le moment. Quand le premier film Twilight est sorti, je le gérais de manière très offensive. Je sortais en me présentant d'une certaine manière et tant que vous pouvez avoir le contrôle c'est bon. Mais c'est devenu trop et c'est devenu incontrôlable. J'avais le sentiment que l'on me prenait quelque chose avec toutes ces photos, j'ai pris peur et je me suis renfermé sur moi-même. En ce moment je suis dans une phase 's'il vous plaît ne prenez pas de photos'.



Que faites-vous quand vous sortez et que les photographes vous attendent ?
Je prends peur.

Sérieusement ?
Non. Je comprends que je ne peux pas laisser cela me rendre fou. Je suis fatigué de me déguiser ou de porter un chapeau.

Avez-vous déjà été proche d'un photographe comme l'a été James Dean ?
Pas avec un photographe, mais quand le premier film Twilight est sorti il y avait quelques journalistes avec qui je m'entendais bien et avec qui je traînais. Il y avait un journaliste d'Entertainment Weekly qui a écrit une histoire assez cool sur moi car nous nous entendions très bien. Nous sommes allés dans un bar et avons bu.

Pourrions-nous le faire maintenant ?

Non, je ne le referai plus jamais, car maintenant les gens me connaissent un peu à travers les nombreuses interviews que j'ai fait et certains journalistes - sans vous offenser - essayent de me pousser jusqu'à ce que je dise quelque chose de vraiment terrible.

Pouvez-vous simplement entrer dans un bar maintenant ?

Je reviens doucement au point où je peux le faire. Cela dépend de la façon dont réagit le public. Avec un film comme Twilight, il y avait beaucoup de pression et personne ne se souciait des nuances individuelles. Il y avait certaines réactions dingues par rapport à certaines choses que je disais et tout le monde se mettait en colère pour des futilités, surtout quand le premier film est sorti. Tellement de personnes étaient folles, je pensais que j'allais me faire tuer.

N'exagérez pas.

C'est vrai. Quand la première bande-annonce est sortie, j'ai eu une expérience comme la scène dans Jurassic Park où les protagonistes sont chassés par des rapaces. Après une projection à Mexico nous sommes tous montés en voiture, mais les serrures ne fonctionnaient pas et les gens poussaient pour entrer dans la voiture. Mon manager a dû les repousser dehors et ensuite nous avons été suivis par 400 personnes. Le chauffeur a pris une mauvaise direction et nous avons fini sur un parking avec des gens derrière nous. Nous sommes arrivés à la sortie, mais nous devions payer le parking et aucun de nous n'avez assez d'argent, le gars de la sécurité ne voulait pas nous laisser passer. Nous avons réuni l'argent que nous avions tous sur nous pour payer.

Votre vie ressemble non seulement à Jurassic Park, mais aussi à un feuilleton, en particulier votre ancienne relation avec votre partenaire Kristen Stewart. Comment avez-vous vécu cela ?

C'était assez étrange. J'ai toujours essayé de ne pas parler de choses personnelles, mais ça ne faisait aucune différence, car les gens inventaient des choses. Je suis devenu une partie d'une histoire que les autres écrivaient et je ne pouvais rien y faire. A un moment, je ne faisais pas de photos officielles, car je pensais que sans nouvelles photos il n'y aurait pas de nouvelles histoires. J'avais tellement tort, les gens prennent simplement de vieilles photos.

Peut-être auriez-vous du vous ouvrir sur le sujet.

C'est tellement contre ma nature. J'ai appris cela quand j'avais 12 ans. J'ai demandé à une fille si elle voulait sortir avec moi et toute l'école a commencé à en parler. Je crois que je n'ai plus jamais parlé à la fille. Ça n'avait pas de sens pour moi de parler ouvertement de choses privées, car les magazines ont leur propre vérité et ma version serait perdue parmi toutes les rumeurs. Il y avait une histoire dans un magazine australien qui disait que j'étais enceinte. Remarquez, j'étais celui qui était enceinte ! Que pouvez-vous faire à propos de ça ?

Même si l'hystérie des fans c'est un peu calmée, pouvez-vous vous identifier à eux ?

Il fut un temps j'ai été obsédé par Van Morrison, mais pas aussi intensément. Ma situation est spéciale, car tout est arrivé par accident. Je suis tombé dedans. Je n'ai jamais eu de problèmes avec mes fans et je les vois toujours de manière individuelle et seuls ils ne crient pas. C'est la mentalité de groupe que je trouve bizarre. En fait, les médias et les photographes étaient le problème, car ils attendaient le moment où je ferais une erreur ou aurais une mauvaise expérience. Les fans veulent me voir gagner et je n'ai pas de problème avec cela.

Aimez-vous avoir des supporters autour de vous ?

Pas du tout. Parfois les gens autour de moi ne voulaient pas me dire la vérité, simplement car ils pensaient que cela me mettrait en colère. J'étais traité comme un petit oisillon qui a besoin d'être protégé. Je n'aime pas avoir des lèches-cul autour de moi, c'est ennuyeux. Maintenant j'ai un entourage qui me contredit et même mon manager me dit parfois 'tais-toi, tu es un idiot.'

Comment faites-vous pour vous y retrouver dans ce monde de dingue ?

J'ai mes méthodes. Mon entourage m'y aide. Mes amis et ma famille sont une base solide et en dehors de cela je surfe depuis quelques années. Je n'aurai jamais imaginé que ce serait quelque chose qui m'intéresserait, mais la mer a un effet positif sur moi, ce que j'aime. Quand je suis loin, je peux respirer.

Le photographe Dennis Stock fait passer sa carrière avant sa famille. Comprenez-vous cette attitude ?

Pour être honnête je ne pense pas que cette attitude soit très agréable. Son fils est un fardeau pour lui. Quand j'ai entendu parlé du projet, je n'étais pas intéressé par sa relation avec James Dean au début. Je le trouvais intéressant, car c'est une personne qui n'aime pas son fils. C'est l'exemple de quelqu'un qui ne trouve pas de bonheur avec cette attitude. C'était un personnage tragique. Dans toutes ses interviews il est clair qu'il n'a pas appris la leçon. Même à l'âge de 80 ans il se plaignait toujours d'être seulement célèbre à cause de ses photos de James Dean.

Et vous ? Et si vous n'êtes célèbre que pour avoir jouer Edward le vampire ?

Et alors ? Tant que j'ai la chance de faire ce métier pour vivre, je suis heureux. Etre célèbre ne fait qu'étouffer votre évolution. Vous parlez aux gens des mêmes choses tout le temps et c'est difficile de rencontrer des gens en dehors de cette bulle. Comme je l'ai dit avant, je cherche consciemment des gens qui ont des perspectives différentes de la mienne et qui en parlent ouvertement - pas seulement de futilités. Même depuis Twilight je n'ai fait que des films qui m'intéressent et je joue des rôles que je n'ai jamais fait avant et j'ai toujours les rôles que je veux. J'espère seulement que cela va continuer.

Est-ce que vous défieriez les patrons d'Hollywood comme l'a fait James Dean ?

Peut-être, mais je me dégonflerais la fois d'après en me confondant en excuses : "Je ne suis pas du tout un rebelle, j'avais tort."

Quelle leçon avez-vous retiré de vos expériences ?

Je ne sais pas. Quelqu'un m'a demandé une fois quel conseil je me donnerais plus jeune. Peut-être que j'aurais pu être moins inquiet sur certains sujets, mais ensuite j'aurais trouvé autre chose pour m'inquiéter. La leçon pourrait être : Tu as besoin de ta peur. Inquiète toi de certaines choses et ne te fais pas d'illusions.

Source / Traduit à partir de la traduction anglaise de @Inthejungle/Via
Scan Via

_________________
Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 61
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Lun 14 Sep - 23:04

Very Happy Merci beaucoup Sabine
Revenir en haut Aller en bas
Rnath
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 1528
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 44
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 15 Sep - 21:36

Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 15 Sep - 23:12

Et encore une, cette fois-ci avec UNICUM (toujours un site allemand) :

Après sa carrière d'idole, Robert Pattinson est barbu et joue le photographe qui a pris les photos de James Dean.

D'ordinaire vous êtes celui qui est pourchassé par les paparazzis, maintenant vous jouez celui qui poursuit les célébrités. Avez-vous apprécié de changer de côté ?

Mon personnage Dennis Stock n'a rien à voir avec les photos des paparazzis, car il ne voyait pas ces photos comme de l'art. Pour moi, le film parle de quelqu'un qui fait tout pour être capable de travailler en tant qu'artiste. Ça n'a pas vraiment d'importance que cet art soit la photographie.

Comment vous en êtes-vous tirés avec le flot de selfie pendant les années Twilight ?

C'était stressant par moment, mais cela dépend vraiment de votre humeur. Si vous êtes de bonne humeur, le flot permanent de photographies ne vous dérange pas, mais ça peut devenir l'enfer si vous n'êtes pas de bonne humeur. Ça devient vraiment dingue quand vous imaginez que vous êtes photographiés, alors qu'en réalité personne ne prend de photo. Heureusement ça c'est beaucoup calmé (rires).

La barbe que vous portez en ce moment pourrait être liée à cela...

Je ne suis pas autant reconnu avec la barbe, c'est vrai. Mais ça ne marche pas tout le temps : sur mon vol pour Berlin j'étais assis au milieu de l'équipe danoise de hockey.

Etes-vous capable de boire une bière au pub sans être harcelé ?

Oui, même si je suis un peu prudent à ce sujet. Qui veut être photographié ivre ? Mais je commence à vivre une vie un peu plus normale.

Daniel Radcliffe est devenu le britannique de moins de 30 ans le plus riche à cause d'Harry Potter. N'est-ce pas la même chose pour votre compte bancaire ? Vous ne devez pas avoir besoin de travailler à nouveau.

Absolument pas, mais je ne m'inquiète pas à ce sujet. Je n'ai pas choisi cette carrière juste pour me faire beaucoup d'argent. Il y a encore beaucoup d'objectifs que je veux atteindre en tant qu'acteur et à cause de cela je ne m'arrêterai pas de travailler.

Que voulez-vous accomplir ?

Je n'en suis pas vraiment sûr. Quand vous devenez célèbre, c'est comme si votre vie était mise sur pause. Vous n'évoluez pas vraiment, car vous vous cachez la plupart du temps. D'une certaine manière je suis resté coincé à l'âge de 22 ans et maintenant en réalité j'ai seulement 24 ans et non 28. C'est pourquoi je vais travailler plus durant les 4 prochaines années...

Cronenberg a dit que parce que vous aviez un rôle dans Cosmopolis et Maps to the Stars vous avez ouvert la porte aux producteurs et que les films ont été financés plus facilement à cause de votre nom. Avez-vous plus d'offres de la part d'auteurs ?

Le nom peut aider pour le financement, mais les réalisateurs avec qui je veux travailler ne m'engagent pas seulement à cause de cela. Tout ce star système n'existe plus et seulement un nom n'incite pas les gens à aller au cinéma. Une des exceptions pourrait être Brad Pitt, il peut faire des films d'art et d'essai et le public ira.

Voudriez-vous faire un film comme 50 nuances de Grey ?

Je ne sais pas, cela dépendrait du scénario. Je dois l'avouer, je n'ai même pas lu les livres (rires).

Source/Via

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jak
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2627
Date d'inscription : 25/04/2012
Age : 73

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mar 15 Sep - 23:34

Revenir en haut Aller en bas
fumée
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 2890
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 61
Localisation : Périgueux

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Mer 16 Sep - 20:47

Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 68
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Jeu 17 Sep - 7:31


_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Sam 19 Sep - 11:24

Interview avec Teleschau.de :



Traduction :

Saturation de photos.

Bien que les films Twilight, qui ont fait de lui une superstar, soient finis depuis un moment, le londonien, Robert Pattinson est encore un des britanniques les plus chauds à Hollywood. Dans une décision intelligente, lui qui a joué le vampire Edward, a aussi fait des films plus sophistiqués comme Remember Me ou De l'eau pour les éléphants. Maintenant dans LIFE d'Anton Corbijn il joue un des rôles principaux. Le film raconte l'histoire de la relation entre James Dean et Dennis Stock. A la fin de ces intenses journées ont été prises les légendaires photos de LIFE qui ont contribué à faire de James Dean une icône. Dans cette interview, Robert Pattinson parle des photographes, de la manière dont il gère le battage médiatique, avec une tasse de café fort remplie de miel...

Voilà un étrange mélange que vous buvez là....

J'aime vraiment ça ! La cuillère doit se tenir droite dans la tasse, alors là c'est bon. Avant je pensais que boire du café avec du miel était plus sain et ensuite quelqu'un m'a dit que le miel était aussi nocif que le sucre et qu'en plus vous tuez les abeilles. Maintenant je me sens coupable. Santé !

Vous êtes souvent photographié par les autres dans votre vie privée. Avez-vous changez de côté pour votre rôle dans LIFE ?

Dennis stock détestait qu'on l'appelle un paparazzi. Pour lui ce qu'il faisait était de l'art et il travaillait très dur pour que cela soit vu comme tel. Pour moi c'était un homme qui voulait percer avec son art et son art était la photographie. C'est seulement durant le tournage que j'ai réalisé que c'était un film sur un photographe pour Anton Corbijn, car lui-même est photographe.

Aujourd'hui ce serait impossible d'aborder une star de cinéma comme Stock l'a fait en lui demandant s'il voulait être photographié...

Plus personne ne vous le demande, les gens sortent juste leurs téléphones. En toute sincérité : à l'époque vous deviez être un vrai pro pour avoir de bonnes photos et ensuite vous deviez travailler pour les imprimer et les distribuer. L'ambiance générale était très différente à l'époque : les gens adoraient les stars de cinéma et voulaient les célébrer. Ils adoraient voir de belles photos dans les magazines. Aujourd'hui il y a une telle saturation de photos et à cause de cela les photos doivent être de plus en plus extrêmes pour que les gens les regardent. Une belle photo d'une célébrité ça ne le fait plus, il doit au moins avoir l'air saoul dessus.

Comment gérez-vous cela ?

C'est encore stressant pour moi, mais cela dépend aussi de l'humeur générale. Si vous êtes de bonne humeur, ça ne vous dérange pas, mais si vous êtes de mauvaise humeur cela vous affecte plus que cela ne le devrait. Vous courrez le risque de tourner en rond. Vous commencez à vous dire, "De quoi j'aurais l'air sur la prochaine photo ?", même quand personne ne vous prend en photos. Ça vous rend dingue parfois. Heureusement, ça c'est beaucoup calmé pour moi.

Cela doit être à cause de la barbe...

Certainement (rires), comme déguisement ça marche bien. J'étais assis à côté d'une équipe de hockey durant le vol, la barbe n'a pas si bien marché que ça à ce moment-là...

Dans le film, les Studios Warner essayent de créer une certaine image de James Dean. Qu'en est-il pour vous ?

C'est toujours comme cela pour les gros films. C'est pourquoi je fais des productions plus petites, car il y a moins de pressions sur le réalisateur et sur ceux qui travaillent sur le film. Tout le monde peut être soi-même et n'a pas à changer. La hiérarchie est assez simple et vous pouvez être sûr que le résultat final est la vision exacte du réalisateur.

Avez-vous besoin de travailler ou avez-vous assez d'argent pour prendre votre retraite ?

Non, je n'en ai pas assez. Mais vous ne devenez pas acteur pour être riche.

Pour quelle autre raison ?

Hum, je n'en suis pas sûr (rires). Durant les films Twilight je faisais d'autres films entre chaque, car à chaque fois qu'un nouveau film Twilight sortait, c'était comme si quelqu'un appuyait sur le bouton 'reset'. Si vous devenez célèbre aussi vite que moi, vous arrêtez soudainement de grandir. J'ai arrêté d'évoluer à 22 à l'époque et j'ai été en état de choc durant 4 ans. C'est différent maintenant. Mon développement personnel et professionnel émerge lentement. Ça me rend heureux.

Souhaiteriez-vous le même début de carrière à vos collègues plus jeunes ?

Oui bien sûr, c'était incroyable, mais un peu exigeant sur le plan psychologique. Ça devient plus clair beaucoup plus tard. Mon conseil serait probablement : prenez soin de votre santé mentale.

Source/Via

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabine
Co-Webmastrice/Modote
Co-Webmastrice/Modote


Nombre de messages : 11161
Date d'inscription : 25/05/2009
Age : 30

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Sam 19 Sep - 18:03

Et encore une (avec Gala.de) :

Interview sans gueule de bois. Robert Pattinson avait l'habitude d'avoir la gueule de bois durant ses anciennes interviews, aujourd'hui il nous raconte comment il a grandi.

Robert Pattinson est devenu mondialement célèbre en jouant le vampire dans la saga Twilight. L'acteur britannique de 29 ans s'est depuis détaché du rôle qui l'a rendu célèbre et il est devenu un acteur talentueux et convaincant comme dans son dernier film LIFE d'Anton Corbijn. Dans ce biopic, Pattinson joue un photographe qui rencontre James Dean en 1955 et relate sa vie avant sa mort tragique. Durant cette interview on voit un Pattinson bavard. il ne parle pas de sa fiancée FKA Twigs et aujourd'hui il s'est en quelque sorte excusé pour son ancienne façon désinvolte de consommer de l'alcool...

Quand je vous ai interviewé pour la première fois, Twilight n'était même pas encore dans les salles de cinémas...

C'était une période folle. J'étais tellement inexpérimenté et pas le moins du monde blasé. Je me souviens de ces premiers jours d'interviews et de combien c'était amusant, car je n'avais jamais rien fait de semblable avant et je parlais sans notes...

Est-ce que la gloire vous a changé ?

J'essaie de me protéger plus, mais je me suis aussi habitué à ma situation. J'avais l'habitude d'être bien plus nerveux en public et je n'aurais jamais fait des choses que je fais maintenant.

Par exemple ?

Je suis allé marcher le long de la promenade de Venice Beach. Je n'avais pas fait quelque chose comme cela depuis des années. Et vous savez quoi ? C'était bien, seulement une personne m'a reconnu.

Vous semblez bien plus détendu.

Peut-être parce que je vieillis et que c'est plus facile pour moi de faire des interviews, car je n'ai plus la gueule de bois. Ça m'a pris 10 ans pour comprendre cela. C'est peut-être la première interview où je n'ai pas la gueule de bois.

Vous avez grandi avec deux sœurs plus âgées. Quelle influence cela a-t-il eu sur vous ?

En tant que jeune frère j'étais toujours exclu du monde de mes soeurs, mais ma mère est une femme très forte. Grandir avec des femmes pleines d'assurances m'a certainement influencé. Si j'avais grandi avec des frères, j'aurais eu plus d'intérêt pour les sports d'équipe.

Pas fan de football, alors ?

Ça m'ennuie parfois de voir à quel point les sports d'équipe ne m'intéressent pas. J'adorerais être capable de jouer au football. Une fois je suis passé devant un terrain de foot et quelqu'un a tiré la balle par-dessus la clôture. Le ballon roulait vers moi et je me disais : "S'il vous plaît, ne me demandez pas de vous renvoyer le ballon." C'était un cauchemar. Ça me rappelait l'école, quand j'essayais de frapper la balle et que je la ratais. Je marchais délibérément lentement pour me sortir de cet embarras. J'ai même pensé à changer de direction.

Vous avez l'air très timide.

Ça a commencé quand j'avais 10 ans. J'étais toujours le dernier quand on choisissait les équipes et je me disais : "je vais y aller et jouer avec les filles à la place." (rires) Je n'ai jamais aimé faire partie d'une équipe.

Vous vivez entre L.A et Londres. Où vous sentez-vous à la maison ?

J'ai vécu dans une valise durant si longtemps, mais j'ai appris que ça demandait un certain effort d'avoir une maison. Ça à l'air si simple, mais d'avoir quelques meubles dans un appartement me fait me sentir bien entre mes quatre murs.

Dans votre nouveau rôle vous jouez un père. Voulez-vous avoir une famille et des enfants ?

Dans le film, mon personnage est un très mauvais père et n'est pas vraiment un modèle, mais je veux vraiment avoir des enfants. Je pensais avoir un chien d'abord, même si je pense que c'est plus facile d'avoir un enfant.

Pourquoi ?

Je peux emmener un bébé partout où je vais et les gens l'acceptent. Ce n'est pas possible avec un chien.

Un jour peut-être qu'un enfant vous trouvera gênant...

Oui, les enfants apprennent à parler parfois, les chiens non (rires), même si avoir un chien est une bonne manière d'apprendre à avoir des responsabilités. Je pense que je préférerais avoir un bébé plutôt qu'un chien. J'ai souvent une vision de mon enfant étant incroyable dans toutes les choses que je ne peux pas faire.

Vous devez être plus précis là.

Par exemple mon fils sera un danseur génial.

Etes-vous un si mauvais danseur que cela ?

Pas quand je danse tout seul. Je me sens bien dans ces moments-là. C'est comme quand vous chantez sous la douche.

Source/ Traduit à partir de la traduction anglaise de @Inthejungle83 / Via

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alice
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 12206
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 68
Localisation : Un petit coin au soleil

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Sam 19 Sep - 21:01


_________________

" La frénésie que je suscite aujourd'hui ne me fera jamais oublier les horreurs que j'ai pu lire a mon sujet " Robert Pattinson"
Revenir en haut Aller en bas
Patty
Rob'sédé
Rob'sédé


Nombre de messages : 10897
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 57
Localisation : nancy

MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Lun 21 Sep - 9:48

pour toutes ces traductions bien agréables à lire

_________________
banniere 2015
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015   Aujourd'hui à 15:04

Revenir en haut Aller en bas
 
[Presse/Web] Press Junket LIFE - Berlinale - 09.02.2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TheRpattzRobertPattinson.blogspot.fr | The RPattz Club :: Let s talk about RPattz :: Les archives du RPattz Kiosque :: Archives 2015-
Sauter vers: